[Étape 1] Collectionner les jardins

“BIBLIOMANIE, s. f. fureur d’avoir des livres, & d’en ramasser.
M. Descartes disoit que la lecture étoit une conversation qu’on avoit avec les grands hommes des siecles passés, mais une conversation choisie, dans laquelle ils ne nous découvrent que les meilleures de leurs pensées. Cela peut être vrai des grands hommes : mais comme les grands hommes sont en petit nombre, on auroit tort d’étendre cette maxime à toutes sortes de livres & à toutes sortes de lectures. Tant de gens médiocres & tant de sots même ont écrit, que l’on peut en général regarder une grande collection de livres dans quelque genre que ce soit, comme un recueil de mémoires pour servir à l’histoire de l’aveuglement & de la folie des hommes ; & on pourroit mettre au-dessus de toutes les grandes bibliotheques cette inscription philosophique : Les petites maisons de l’esprit humain.

Il s’ensuit de-là que l’amour des livres, quand il n’est pas guidé par la Philosophie & par un esprit éclairé, est une des passions les plus ridicules. Ce seroit à peu près la folie d’un homme qui entasseroit cinq ou six diamans sous un monceau de cailloux.
L’amour des livres n’est estimable que dans deux cas ; 1°. lorsqu’on sait les estimer ce qu’ils valent, qu’on les lit en philosophe, pour profiter de ce qu’il peut y avoir de bon, & rire de ce qu’ils contiennent de mauvais ; 2°. lorsqu’on les possede pour les autres autant que pour soi, & qu’on leur en fait part avec plaisir & sans réserve. […]
J’ai oüi dire à un des plus beaux esprits de ce siecle, qu’il étoit parvenu à se faire, par un moyen assez singulier, une bibliotheque très-choisie, assez nombreuse, & qui pourtant n’occupe pas beaucoup de place. S’il achette, par exemple, un ouvrage en douze volumes, où il n’y ait que six pages qui méritent d’être lûes, il sépare ces six pages du reste, & jette l’ouvrage au feu. Cette maniere de former une bibliotheque m’accommoderoit assez. […]

En général, la bibliomanie, à quelques exceptions près, est comme la passion des tableaux, des curiosités, des maisons ; ceux qui les possedent n’en joüissent guere. Aussi un Philosophe en entrant dans une bibliotheque, pourroit dire de presque tous les livres qu’il y voit, ce qu’un philosophe disoit autrefois en entrant dans une maison fort ornée, quam multis non indigeo, que de choses dont je n’ai que faire !”

Jean Le Rond d’Alembert, “bibliomanie”, L’Encyclopédie, Tome 2, 1751 (première édition), p. 228.

À la fureur d’amasser des livres s’ajoute celle de s’en débarrasser[1]. D’Alembert retient donc deux vertus à acquérir pour tout collectionneur, et qui me semble pouvoir être utile au chercheur :
D’abord, savoir estimer leur valeur ; profiter de ce qu’il peut y avoir de bon, et rire de ce qui est mauvais, ce que je traduis non pas en termes de qualité des sources car cela n’est pas l’objet de l’historien, mais bien d’une valeur scientifique car le premier objectif doit être d’intégrer ou non chaque lecture à la recherche, c’est-à-dire trier les informations, sans quoi le corpus ne peut exister.
Ensuite, les posséder pour les autres autant que pour soi, en faire part avec plaisir & sans réserve, c’est-à-dire restituer ses sources et rendre ce qui a été sélectionné, classé et étudié dans une forme qui puisse être appréhendée par autrui.

Pour y parvenir, on a classiquement recourt à la citation voir à l’édition. Mais avant d’en arriver à cette étape de la restitution, il faut parvenir à élaborer des protocoles de collecte des textes.
Que ce soit sous forme de notes dans un carnet où l’on recopie des morceaux, ou bien des photos d’extraits pris ici et là, voir des transcriptions en bonne et due forme, ces jeux de données qui servent de support à la recherche sont de plus en plus systématiquement mis à disposition telle quelle afin de permettre la reproduction des résultats, la vérification de leur fiabilité, mais aussi la formulation d’autres hypothèses complémentaires partagées par croisement d’objets et d’approches entre différents acteurs.

Du sujet au corpus, le traitement des textes varie plus ou moins. En ce qui concerne les Jardin poétiques, je me suis efforcée de relever toutes les métaphores horticoles qui croisaient la route de mes lectures. J’ai ainsi classé les jardins promus dans les titres en premier lieu. Pour pouvoir décrire précisément ces ouvrages et un jour les comparer avec d’autres familles titulaires, j’ai mis au point avec Anne Réach-Ngô et Michel Revesche une base de données sur mesure. Elle permet d’inventorier et décrire les compilations métaphoriques, aussi bien à l’échelle des œuvres, des éditions, des exemplaires que des pièces. Nous l’avons nommé Comete (COmpilations littéraires à intitulation METaphorique).

[1] Ce qui dans le jargon des bibliothécaires se nomme le désherbage ou élagage. Langage fleuri qui, le lecteur en conviendra, prend ici tout son sens.

Pour citer ce texte : Marine Parra, “[Étape 1] Collectionner les jardins”, dans "Jardin" de poésie, 16/09/2019 | https://versunjardin.hypotheses.org/159, Consulté le 27/06/2022.

Photographie de kasuga sho, Jean Le Rond d’Alembert – Musée du Louvre, (CC BY-NC-SA 2.0) – Flickr, <https://flic.kr/p/33divC>

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.