Étape 1. Collectionner les jardins

“BIBLIOMANIE, s. f. fureur d’avoir des livres, & d’en ramasser.
M. Descartes disoit que la lecture étoit une conversation qu’on avoit avec les grands hommes des siecles passés, mais une conversation choisie, dans laquelle ils ne nous découvrent que les meilleures de leurs pensées. Cela peut être vrai des grands hommes : mais comme les grands hommes sont en petit nombre, on auroit tort d’étendre cette maxime à toutes sortes de livres & à toutes sortes de lectures. Tant de gens médiocres & tant de sots même ont écrit, que l’on peut en général regarder une grande collection de livres dans quelque genre que ce soit, comme un recueil de mémoires pour servir à l’histoire de l’aveuglement & de la folie des hommes ; & on pourroit mettre au-dessus de toutes les grandes bibliotheques cette inscription philosophique : Les petites maisons de l’esprit humain.

Continuer la lecture de « Étape 1. Collectionner les jardins »

“Serviteur & amy” : Éloge ou compétition

Il est fréquent de trouver dans les liminaires des recueils quelques pièces d’auteurs invités venus chanter les louanges du poète et vanter les beautés de ses vers. Ces péritextes donnent une idée du réseau qui entoure l’auteur, de son statut social et de sa renommée. C’est parfois aussi l’occasion de donner la parole à d’autres intervenants du livre comme les imprimeurs-libraires ou traducteurs. Dans le texte que je vous propose de découvrir, c’est le graveur qui écrit :

Sonnet a Monsieur Jean Franeau Licentie’es droict Seigneur de Lestocquoy Par Son serviteur & amy Antoine Serrurier.

Il n’est plus de besoing’ que l’on courre aux Campagnes,
Qu’on route curieux les ombreuses Forets,
Les verdoyants Taillis, qu’on cerche par les Prets,
Es dous frairants valons es Costaux, & Montaignes,

Continuer la lecture de « “Serviteur & amy” : Éloge ou compétition »

Flore

Symbole du printemps et de la fertilité, cette déesse romaine est régulièrement convoquée dans les préfaces et les poèmes. Ici, elle est au devant de la scène.

Représentation de la déesse romaine des fleurs.
Bartolomeo Veneto, Portrait idéalisé d’une courtisane en Flore. Huile et tempera sur bois de peuplier. Vers 1505-1510, Francfort, Städel Museum, inv. n° 1077.

Cartographie #1

Bibliothèque de l’Arsenal

Neuf exemplaires du corpus des Jardin poétiques sont aujourd’hui conservés à la bibliothèque de l’Arsenal à Paris. En retraçant le parcours de ces ouvrages ayant en commun leur point d’arrivé, on réalise la variété des circonstances qui président à la constitution de ces fonds. Ouvrages vendus, empruntés — parfois à très long terme —, vendus, volés, perdus et retrouvés, voici le fil de leur histoire.

Couronnes & guirlandes

Les compositions de guirlandes sont des classiques de la peinture flamande. Ici, c’est un peintre caennais qui s’essaye à l’exercice. Ce topos pictural de la guirlande est aussi un patron titulaire qu’on retrouve fréquemment en page de titre aux XVIe et XVIIe siècles.

Femme à mi-corps attachant une guirlande de fleurs
Jean-Baptiste Blin de Fontenay, Caen 1653, Paris, 1715. Conservé au musée des Beaux Arts de Caen.

« L’œuvre recomposée. Regroupement et agencement des écrits littéraires de la Renaissance à nos jours »

Colloque international organisé à L’université de Haute-Alsace à Mulhouse les 14 et 15 novembre 2019 avec le soutien de l’Université de Lausanne, de l’Université de Haute-Alsace et de l’Institut Universitaire de France. Voir le programme en ligne sur Fabula.

Continuer la lecture de « « L’œuvre recomposée. Regroupement et agencement des écrits littéraires de la Renaissance à nos jours » »

À la Recherche de pages disparues

Où l’on rencontre de méticuleux conservateurs

Deux exemples de mutilation d'ouvrage.
À gauche, la page de titre du Jardin, et Cabinet poétique de Paul Contant, Poitiers, Mesnier, 1609. Exemplaire conservé à la médiathèque François Mitterand de Poitiers [cote CP 180].
À droite, une gravure frontispice du traité de Paul Contant intitulé le Second Eden. Exemplaire conservé à la bibliothèque de l’Arsenal [cote FOL S 544].

Les fonds anciens regorgent d’ouvrages amputés, auxquels d’abominables voleurs ont arraché des pages (exception faite des urgences, comme celle d’Audrey Tautou dans Da Vinci Code qu’on garde à l’œil). Ces mutilations peuvent prendre d’autres formes. De la tache, que j’imagine accidentelle, à la censure d’un lecteur désapprobateur, il y a même quelques coupes à plus-value artistiques (voir ci-dessus).

Continuer la lecture de « À la Recherche de pages disparues »

À la Recherche d’un roi

Où l’on rencontre un éthiopien mystérieux et son épitaphe dé-composée

Exemplaire conservé à la BM de Lyon, 344317

Ce poème anonyme est tiré du Jardin d’épitaphes choisies, un recueil collectif publié pour la première fois en 1647 par Gaspar Meturas à Paris. Personnalités politiques, savantes, artistiques ou anonymes apparaissent successivement dans l’œuvre qui cherche également à éclaircir les causes et circonstances de la mort des défunts.

Continuer la lecture de « À la Recherche d’un roi »