Entrée

« On dit encore figurément de celuy qui a fait quelque ouvrage, quand il le présente, que ce sont des fruicts de son jardin » écrit Antoine Furetière dans son Dictionnaire (1690). Cette image pourrait passer inaperçue, si elle ne convoquait à ses côtés de nombreuses formules qui reprennent l’analogie de l’œuvre à un jardin, d’une citation à une fleur, du texte à un fruit, de la rature à une mauvaise herbe, de l’auteur à un jardinier. Ce carnet propose d’entrer dans les serres poétiques d’auteurs oubliés et de découvrir quelques anecdotes de leur invention. Il accompagne une thèse consacrée à la métaphore horticole aux XVIe et XVIIe siècles et plus précisément aux recueils qui l’intègrent à leur titre. Pensé comme un espace réflexif, ce carnet permet de partager des textes encore largement inconnus — aussi bien du grand public que des spécialistes — et y associe des réflexions sur les méthodes et les outils de recherche utilisés afin de manier, classer et visualiser des corpus fragmentés d’Ancien Régime.