Le jardin en son domaine. Consulter, décrire, interroger

La base de données « Compilations littéraires à intitulé métaphorique », vise à recenser, décrire et analyser un corpus d’œuvres des XVIe et XVIIe siècles, qui se caractérisent par la présence de la métaphore (du trésor, du jardin, du bouquet, du miroir, du Parnasse) dans leur titre. Ces pratiques titulaires en série concernent un nombre important d’ouvrages qui revêtent des formes différentes (florilège, anthologie, recueil, traités, etc.).

Pour étudier ce phénomène et ce type particulier d’objet, il est nécessaire de mener une enquête à la fois quantitative – identifier un vaste corpus de manière systématique – et qualitative – analyser la portée du titre métaphorique. L’intitulé désigne aussi bien une pratique intellectuelle (rassembler des écrits) qu’éditoriale (les publier pour en assurer la promotion et la conservation). En parallèle de la promotion publicitaire des compilations par l’imaginaire des titres, les métaphores filées dans les péritextes constituent un autre terrain d’investigation majeur.

C’est dans ce cadre que nous avons élaboré, avec Anne Réach-Ngô, la base de données CoMet depuis 2018. J’ai travaillé sur le corpus des Jardins poétiques et Anne Réach-Ngô sur les Thresors. Nous avions besoin d’un outil capable de recenser des références, mais aussi des textes, un espace où enregistrer les relevés et descriptions matérielles des exemplaires consultés en bibliothèques ainsi qu’une grille d’analyse littéraire des métaphores.

Notre projet a fonctionné en deux temps. Pendant deux ans, nous avons travaillé à partir d’une base de données artisanale avec l’aide d’un informaticien, Michel Revesche.
Au cours de cette étape, nous avons pu bénéficier de l’aide de collègues spécialistes de l’archivistique et de la bibliothéconomie, notamment pour l’usage des référentiels et méthodologies déjà existants. Notre base de données, d’abord pensée pour les besoins de projets singuliers, a évolué vers un modèle fonctionnel compatible avec des standards qui permettent l’interopérabilité des données. Aujourd’hui, la base de données CoMet est hébergé sur le logiciel open source Heurist développé par Ian Johnson1.

2018-2020 : Base de données artisanale

Domaine fonctionnel de CoMet (première version)

La première phase d’investigation consistant à élaborer les données lors de la consultation des exemplaires, nous avons en priorité souhaité construire un outil adapté aux particularités de nos corpus et capable d’accompagner notre travail en bibliothèque. Les premiers tableaux, réalisés sur Excel, ont montré des défauts ergonomiques importants. La moindre erreur de saisie d’une ligne à l’autre mettait en péril la fiabilité des données. Il m’est arrivé à plusieurs occasions de corrompre mon travail en raison d’un copier-coller malheureux ou d’une confusion entre deux lignes aux contenus similaire.

Étape préparatoire : travail sur tableur

La mise en place d’une interface de saisie a permis d’automatiser les liens, d’empêcher les erreurs de champs de saisie et de constituer un protocole de consultation rigoureux.

Du modèle fonctionnel de la base de donnée à l’interface de saisie
Création des tables
Interface : vue sur la fenêtre de navigation entre les notices de la table édition
Interface : vue sur la fenêtre où saisir les données (ici d’une table édition)

2020-2021 : Révision du schéma de données et import sur Heurist

Une deuxième phase du projet a commencé en 2020, après la première étape de constitution du corpus. La prise en compte de la totalité des données a fait apparaître certaines lacunes et/ou incohérences dans la première version de la base de données. En parallèle, l’avancée de nos recherches a fait émerger de nouveaux champs d’analyse. Nous avons donc revu le domaine fonctionnel de la base de données.

À l’occasion de cette refonte de la base, nous avons travaillé à un import des données vers le logiciel Heurist. Régis Witz, ingénieur d’étude de l’université de Strasbourg nous a apporté un soutien technique précieux dans cette étape qui a nécessité une curation complète des données.

Page d’accueil de l’espace utilisateur de la base de données CoMet sous Heurist
Formulaire de la table édition

Nous n’avons pas terminé l’import des données sur Heurist à ce jour, et il reste encore un travail conséquent avant de pouvoir ouvrir sa consultation au public. En revanche, une première exploitation des données a été menée à bien dans le cadre du Catalogue illustré et commenté des Jardins de poésie dans le volume II.

Exploitation des données constituées dans CoMet

À partir des données et descriptions des œuvres du corpus des Jardins de poésie conservées dans CoMet, je constitue progressivement des portraits des éditions dans des billets disponibles sur mon carnet de thèse. Chaque billet s’ouvre sur une vidéo qui permet de feuilleter un exemplaire. J’étudie ensuite quatre lieux, qui sont quatre étapes de la vie du livre : l’enseigne, l’atelier, l’échoppe et le lutrin. De la conception à la fabrication, de la boutique à l’étagère, ces quatre temps du livre sont l’occasion de décrire chaque édition le plus précisément possible. Les données de la base sont dans ce contexte utilisées et présentées sous une forme plus rédigée que celle des tableurs constitués lors de la description des exemplaires en bibliothèque.

Billet sur le Jardin des muses ⧱

J’utilise également la base de données afin de réaliser des cartographies qui retracent le parcours des exemplaires selon les possesseurs, marques et informations trouvées dans des bibliographies et catalogues.

Cartographie des exemplaires conservés au château de Chantilly

Pour citer ce texte : Marine Parra, “Le jardin en son domaine. Consulter, décrire, interroger”, dans "Jardin" de poésie, 09/09/2021 | https://versunjardin.hypotheses.org/1030, Consulté le 27/06/2022.

  1. Ce logiciel, hébergé en France sur les serveurs d’Huma-Num, permet l’élaboration de bases de données relationnelles (MySQL) sans installation ni programmation. L’utilisateur dispose de fonctions avancées (recherches facettées, création d’un site web, etc.). Les bases ainsi développées génèrent un format auto-documenté qui permet l’archivage ou le transfert vers d’autres systèmes, voir https://heuristnetwork.org. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.