[Ressources] Des minutes historiques : une histoire des “Jardins de poésie” par l’archive

Les Archives nationales de France conservent sur le site de la rue des Francs-Bourgeois l’intégralité des minutes notariales qui leur sont parvenues, et passées jusqu’en 1885, pour les 122 études que comptait alors la capitale. Les documents les plus anciens remontent à la fin du XVe siècle et sont donc contemporains de l’émergence de l’imprimé.

Le Minutier central des notaires de Paris, encore largement sous-exploité, constitue pourtant un fond exceptionnel pour l’histoire du livre, l’étude des bibliothèques et de leurs possesseurs ou des marchés d’édition aux XVIe-XVIIIe siècles. C’est d’ailleurs à un historien du livre et de l’édition à la Renaissance, Ernest Coyecque (1864-1954), que nous devons l’organisation de ce fond, comme le rappelle Henri-Jean Martin en 1969 :

[…] je découvrais le Minutier central — alors ignoré de tant d’historiens — où m’accueillait l’homme à qui est dû les rassemblement d’une si précieuse documentation : M. Ernest Coyecque1.

Les nombreux instruments de recherche, inventaires et dépouillements, permettent de se repérer et d’accéder aux pièces du Minutier2.

Sur les traces des possesseurs du Jardin de plaisance

À l’origine de mon enquête aux Archives nationales, il y a eu la lecture de l’étude d’Alexander H. Schutz, Verncular Books in Parisian Private Libraries of the Sixteenth Century According to Notarial Inventories3. Le médiéviste relève à partir d’inventaires notariés sept possesseurs du Jardin de plaisance et Fleur de rhétorique.

Je me suis donc rendu dans le Marais, à l’Hôtel de Soubise, sur les traces de Charles d’Albiac, Andre Baudry, Nicole Guedon, Gilbert de Hodic, Etienne de Passavant, Philibert de Luxembourg et Pierre Ricouart.

Sur ces sept possesseurs, j’ai eu accès à trois inventaires4. La mise à disposition des ressources est la première étape de ma recherche. J’ai ajouté quelques éléments sur la nature de ces inventaires, afin de compléter les renseignements donnés par Alexander H. Schutz5

Inventaires consultés

2. Étude XIX, Liasse 265 — Albiac, Charles d’, conseiller du roi en sa chambre de comptes au pays de Languedoc. 1534, 28 janvier.

Inventaire après décès de Charles d’Albiac, conseiller du roi et président en la chambre des Comptes au pays de Languedoc, demeurant en Languedoc, dressé à la requête de Marie Poulain, sa veuve, demeurant rue Saint-Martin, tutrice d’Accasse, Charles, Jean, Pierre, Louis et Catherine d’Albiac, enfants du défunt.

109. Étude III, Liasse 300 — Hodic, Gilbert de, notaire au Chatelet. 1549, 21 août.

Inventaire après décès de Gilbert de Hodic, notaire au Châtelet, demeurant rue du Mouton, près de la place de Grève, dressé à la requête de noble Geneviève Bureau, sa veuve, exécutrice testamentaire, tutrice de leurs enfants mineurs, de Jean de Hodic, avocat au Châtelet, subrogé tuteur, de Gilles de Hodic, procureur en la Chambre des comptes, et de Pierre de Hodic, prêtre, curé de Thionville, enfants du défunt.

La date du 21 août 1549 est celle indiquée par Schultz, mais il s’agit en réalité du 21 octobre 1549. Elle est donnée sous la forme « 21 8bre 1549 ». Le calendrier julien, en usage jusqu’à la réforme grégorienne de 1582, faisait commencer l’année en mars. Les mois de septembre à décembre sont donc en général abrégés de la façon suivante durant l’Ancien Régime. 7bre = SEPTembre ; 8bre = OCTobre ; 9bre = NOVembre ; Xbre = DECembre.

Gilbert de Hodic, notaire au Châtelet, possédait comme on peut le voir une bibliothèque conséquente.

175. Étude XXXIII, Liasse 3 — Ricouart, Pierre, libraire. 1519, 15 février.

Inventaire après décès de Marie de Neufve, femme de Pierre Ricouart, marchand libraire, demeurant sur le pont Notre-Dame, dressé à la requête de celui-ci et de Pierre de Neufve, docteur en théologie, principal du collège de Dainville, frère de la défunte.

Éléments complémentaires sur les inventaires interdits à la consultation

15. Étude CXXII, Liasse 1287 — Baudry, Andre, president des enquetes, conseiller du roi. 1550, 14 octobre.

Inventaire après décès d’André Baudry, seigneur de Périgny, président en la chambre des enquêtes du parlement, demeurant rue de Béthisy, dressé à la requête de Madeleine Boylevé, sa veuve, de Jacques Picart, avocat au parlement, tuteur des enfants qu’il a eus de Jeanne Baudry, et de Louis Ave, seigneur de Paray, tuteur des enfants qu’il a eus de Marie Baudry.

103. Étude LIX, Liasse 117 — Guedon, Nicole, seigneur de Presles, avocat en Parlement. 1569, 2 août.

1561, 27 février : inventaire après décès de Nicolas Guedon, seigneur de Presles, avocat en Parlement (fragments, cahier).

Malgré une consultation attentive de la liasse 117 de l’étude LIX, je ne suis pas parvenue à trouver d’acte notarié dressé au nom de Guedon de Presles. Alexander H. Schutz a manifestement omis un X au moment de transcrire la cote du document. Or, s’il existe bien un acte au nom de Guedon de Presles dans la liasse 117 de l’étude XLIX, la date donnée par le médiéviste est toutefois différente de celle de l’acte que j’ai pu consulter.

159. Étude LXXXVI, Liasse 92 — Passavant, Etienne de, maitre tapissier, rue des Lombards. 1549, 7 janvier.

Inventaire après décès d’Étienne de Passavant, marchand tapissier, bourgeois de Paris, demeurant rue des Lombards, à l’enseigne de la Clef, dressé à la requête de Jacqueline de Fresnes, sa veuve, tutrice de leurs enfants mineurs, en la présence de Raollequin de Noyon, marchand-et-bourgeois-de-Paris, subrogé tuteur.

Éléments complémentaires sur un inventaire non identifié

164. Journal spécial des Lettres, I (1834), 135 — Philibert de Luxembourg, Chalons-Orange. 1553.

En 1834, une brève analyse de l’inventaire de la bibliothèque de Philibert de Luxembourg paraît dans le Journal spécial des lettres, des beaux-arts, des sociétés littéraires et artistiques. Je ne suis pas parvenu à en découvrir ni l’auteur ni la source.

Conclusion

Un travail important reste à mener afin de déterminer quelle place l’anthologie a occupée dans ces bibliothèques. Ces recherches sont d’autant plus intéressantes que ces possesseurs sont des contemporains du Jardin de plaisance. Il y a là matière à entraînement pour perfectionner ma paléographie ! 

Pour citer ce texte : Marine Parra, “[Ressources] Des minutes historiques : une histoire des “Jardins de poésie” par l’archive”, dans "Jardin" de poésie, 09/09/2021 | https://versunjardin.hypotheses.org/1035, Consulté le 27/06/2022.

  1. Henri-Jean Martin, Livre, pouvoirs et société à Paris au XVIIe siècle (1598-1701), Genève, Droz, 1999 [1969] tome 1, p. 1. Voir également la fiche de recherche Histoire du livre rédigée par les Archives nationales, https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/cms/content/helpGuide.action?template=&preview=false&uuid=6954b249-02bd-4d91-a771-cb964137d794. Consulté le 10 septembre 2021. []
  2. Voir https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/cms/content/fonds.action?uuid=12b&template=pog/pogLevel2&preview=false. Consulté le 10 septembre 2021. []
  3. Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1955, [en ligne : https://archive.org/details/vernacularbooksi00schu/page/n3/] []
  4. Les quatre autres (Archives nationales, Minutier central, XLIX, 117, LXXIII, 43, LXXXVI, 92 et CXXII, 1287) sont interdits à la consultation en raison de leur état de conservation. []
  5. J’ai corrigé quelques rares erreurs de datation et de références des études notariales reportées par A. H. Schutz. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.