Transcription du Jardin d’Apollon et de Clémence

Le Jardin d’Apollon et de Clemence. Divisé en deux livres par Estienne Bournier, Molinois Bourbonnois. Viret adversantibus Euris. A Molins. Chez Pierre Vernoy, Marchant Libraire. M. DC. VI

Au zoile envieux,

Quatrain.

Quel que tu sois mon adversaire
De ce Jardinet envieux,
Je te commande de te taire
Ou t’essayer à faire mieux.

IDEM.

Quisquis es, hoc iubeo, florescenti inuidus horto
Fac melius, vel tu disce tacere prius.

L’Auteur à son livre.

Sonnet.

Quelque censeur haineux en te lisant un jour
Blasmera ton auteur, & foulera par terre
Et les fleurs, & les fruitz de ton petit parterre,
Où Phœbus & les Sœurs font ores leur sejour
Un degousté d’Amour, un Rodomont de Cour
Moins amy d’une fleur que de son cimeterre
Dira que tu devois escrire de la guerre
Mais dy luy qu’un amant devise de l’Amour.
Bien qu’en toy (mon livret) un Achille on ne voye
Combatant un Hector dans les plaines de Troye,
Foudroyer un Hercul, aux armes indompté
Ne laisse point pourtant de venir en lumiere
Delaisse à tes ainez cette gloire premiere
Et parle d’un amant que l’Amour a dompté.

Ad Evndem.

Virgilius fera bella canit, sonat horrida Homerus.
Blandula Naso dedit, sed feriora cano
Viret aduersantibus Euris.

A monsieur Bournier Advocat à Molins.

Sonnet.

Les Muses, & l’Amour justement irrité,
A ton subject, Bournier, combatent de l’a gloire
Tes beaux vers sont le pris, l’honneur de la victoire
Et le champ de bataille est l’immortalité,
L’Amour ha rien raison s’il t’a seul incité
Seul esmeu, seul ravy, les filles de memoire
N’ont aussi point de tort, elles qui t’ont faict boire
Dans leurs flotz ruisselants sur ta fatalité,
Ces vers sont à la Muse : ils le font bien paroistre,
Non, ils sont à Cypris, je les pense cognoistre
A l’escharpe de flamme aux guidons de l’Amour.
Je me puys bien tromper, une beauté divine
Qui peut plus que la Muse, & non moins qu’Erycine,
Les couva de ses feux, & les a mis au jour.

Au mesme. Sur son Jardin d’Apollon & de Clemence.

Sonnet.

Bournier de qui l’Esprit ne peut estre borné
Ni par loy, ni par art, ny par la Destinée,
A toy seul au jourd’huy la gloire est destinée,
Avec l’honneur de ceux qui le plus ont peiné.
Le Ciel à ton bon heur a toujours incliné,
La fortune à tes vœux ne s’est faite obstinée.
Clemence d’un beau prix ta peine a guerdonnée,
Et Phœbus a ton chef d’un laurier couronné.
Tous ces dons estoient deubz à ta docte eloquence
Dont tu produys les fruitz au jardin de Clemence
Expliquant tes amours en langage divers,
Et ce qui faict que plus ton esprit on admire
C’est, joignant la Latine à la Françoise lyre
Qu’à toy seul apartient de bien tourner un vers.

Ad evndem.

Diversis Themis & Phœbus tibi tempora cingunt
Themis, Stemmatibus, Phœbus carmine,
lege Phœbo colluces, solus mors vitaque Phœbo es,
Te vivo vivet, teque cadente cadet.
Per Themida effulges, per Themida effulges, per te fulgetque Themista,
Tu themis ipse aliis tu themis ipse tibi.
Christop : Rouerius. aduo. Mel.

Ad evndem.

Quid si Gallica, si Latina Musa
Cingunt tempora laurea corona
Mirum ? plus Stephani tibi rependit
Nomen : quam tibi totus orbis ipse,
Quam nec Gallica, nec Latina musa.

Le Mesme au mesme.

Le beau nom d’Estienne te donne
Bournier pour loyer de tes vers
Une triomphante Couronne
De Mirtes & de Lauriers vers.

Autre.

Esprits de France les plus braves,
Mirez ces fleurons Clementins,
Et Jugez qui sont les plus graves,
Ou les François, ou les Latins.

Idem.

Dicite num Gallos fecit prius, an ne Latinos,
Cum Galli & Latij mollius imbre fluant.

Autre.

L’Antique baiseur de Verone
Qu’on admire par l’Univers,
Pour obtenir une Couronne
N’a jamais faict de plus beaux vers.
De Beaufort Blez.

A haut et puissant seigneur, monseigneur de Chaseron, Chevallier des Ordres du Roy, Conseiller en ses Conseils d’Estat & privé, Capitaine du cinquante hommes d’armes, Baron de Punsat, Fourchaut, Rochedragont, Monfaucon, Mareschale & Senechal de Bourbonois.

Monseigneur, puis que toutes sortes de beaux esprits se repaissent de l’esperance qu’ils ont de venir au desiré but de leur attente, malgré les obstacles de fortune envieuse, de leur bon heur. Je veux esperer comme eux pour accomplir mes desirs, contrequarrant la haine des ennemis de ma felicité. Mais le bon heur que j’attends de mon esperance ne s’explique en l’attente d’aucune remuneration, scachant le peu de merite de l’œuvre & de l’auteur indigne de vos faveurs : Ainçois en l’humaine acceptation de l’offre, que je vous fay en toute humilité, d’un jardinet de fleurs Latin & François, que le printemps de mon âge à produites & cultivees aux Universitez, entre mille espineuses adversitez. L’espoir de le voir en tout temps fleurir entre vos mains, autorisé de vos merites, m’a faict oser le desdier à l’autel de vos graces, pour estre participant de vos gloires. Recevez le comme seigneur feodal & direct, Seneschal & chef du sacré Palais d’Amour, où maintefois a postulé celuy, qui se disposant à plus serieux exercice vous sacrifie les fleurs & fruitz de ses humbles devoirs.

Voeu du livre Au mesme Seigneur.

Sonnet.

Un Romain desdia les effectz de sa gloire
A celuy qu’il aimoit le plus d’entre les Dieux,
Afin que ses exploitz ne fussent odieux
A ceux qui ne vouloient ni les voir ni les croire.
Esperant que le nom & la seule memoire
Du Dieu qui les prenoit, contre ses envieux
Ennemis de vertu, les rendroit glorieux
Et leur feroit en fin remporter la victoire.
Je fay ne plus ne moins que ce sage Romain.
J’apprends ces petitz vers façonnez de ma main
Avec les fleurs & fruitz du Jardin de Clemence.
A l’autel immortel de vos belles vertus,
Pour, (si quelque envieux) n’use de reverence,
Estre bien combatuz, mais non point abbatuz,

Idem ad evndem.

Arma deo sua deuouit Romanus amico vt
Sacrilegus foret is qui vetet illa coli,
Ista tibi voueo (Mœcenas inclite) ne quis
Zoilus improbulus audeat olfacere.

Au Mesme Seigneur.

Stances.

J’Appends ce jardin Clementin
Traduit du François au Latin
En l’honneur de ma belle Aurore,
Prenez le d’un courage humain
Puis qu’il provient de l’humble main
D’un serviteur qui vous honore.
Je feray tousjours advoüer
Que je ne le pouvoy vouer
A personne à luy plus propice
Qu’à vous, dont l’eternel renom
Rend par tout immortel le nom
Du Palais de nostre Justice.
De mes bouquetz vous estreiner
Ou quelques petis vers donner
Tels que ma Muse les compose.
C’est plus donner que ne pensez,
Les Roys treuvent que c’est assez
Pour ceux qui n’ont pas autre chose.
Car vous offrir des grands presents
“C’est les prez parer au printemps,
“Au Soleil donner la lumiere.
„C’est de l’or à l’Inde donner,
„ Et de l’eau porter en la mer,
„Ou du sablon en la Riviere.
Donnant à plus riche que moy
Ce seroit irriter la loy,
La loy puniroit mon offence,
„Enrichir une pauvreté,
„C’est un œuvre de charité,
„Qui merite au Ciel recompense.
Ces fleurons me coustent du temps,
Ce sont les fruitz de mon printemps
Dont ma jeunesse or, est seconde,
„Le temps est plus riche que l’or,
„Je prise plus le temps encor,
Que les richesses de ce monde.

Au mesme.

La Gloire est ma seule esperance,
Mon seul desir est le renom,
Si je n’acquiers du los en France,
Autre part fleurira mon nom.
On verra par tout où je voise
Fleurir mes fleurs soir & matin,
A tel plaist la rime Françoise
A qui desplaist le vers Latin.
„L’œil s’esgaye a diverse chose,
„L’esprit en des objetz divers,
Les uns n’ayment rien que la prose,
Les autres n’aiment que les vers,
Selon que leur sens se dispose
Ils treuvent goust à leur humeur,
Aux uns plaist l’odeur de la Rose,
Les autres n’en ayment l’odeur.
Quant à moy j’ayme le meslange,
De tous metz je fay mes repas.
„Un amant qui n’ayme le change
D’estre aymé ne merite pas,
La diversité de langage
Qu’on treuve dans mon jardinet,
Sert d’ornement au jardinage,
Comme d’un double cabinet.
En l’un se cueille l’Eglantine,
L’Oillet, ma Violette aussi
En l’autre quelque fleur Latine
La Marguerite ou le Souci.
Peut estre un Zoile adversaire
Aura ce jardin à mespris,
L’envie ha cela d’ordinaire
De m’espriser les beaux Espris.
Il suffit que pour la defence
De ma gloire & de mon renom,
Marguerite soit ma Clemence
Et Chazeron mon Apollon.

Ad eundem libellum.

Tutus Apollineo & Clementi numine, tandem
Hortulus inuitis dice virere Notis.

Au mesme Jardin.

Stance.

Soubs le nom d’Apollon & de dame Clemence
Avorton de mes nuits, tu sors en evidence
Pour aslever le loz des amoureuses fleurs.
Mais je crains qu’on te voye au jour de ta naissance
Tost fleurir, tost flestrir, & que ton ignorance
Ne te face nommer je jardin des Erreurs.

Aux Poetes de ce temps.

Sonnet.

Je me presume tant d’un si petit labeur
Qu’il merite obtenir des filles de Memoire
Un loyer immortel, egal a cette gloire
Que vous a desparti le Ciel large donneur.
C’est à vous de tout temps qu’est acquis tel honneur,
Et de vous seulement un chacun le doibt croire,
Car le neufvain troupeau vous la donné pour doüaire.
Ce qu’il ne feroit pas à si petit sonneur,
S’il est vray qu’en forgeant forgeron on peut estre
D’escholier apprentif je puys devenir maistre
En mettant en l’umiere un chef d’œuvre parfait.
Mais n’estant qu’Escholier on treuveroit estrange
De me voir honoré de pareille loüange,
il me suffit qu’on die un Escholier l’a faict.

Ad Eosdem.

Haud opus hoc (vates) vestro dignatur honore,
Tironis fat enim si foret istud opus.

A Monsieur Bournier.

Quatrain.

Bournier si de ton jardinage
On juge les fruitz par les fleurs.
Que promet l’hiver de ton age
Si l’Avril produit des fruitz meurs ?

Au zoile. margaris haudformosa.

Marguerite à tes yeux n’ha d’assez beaux attraitz,
Prens mes yeux, ses attraitz te seront agreables,
A mes yeux, à tes yeux, ils seroient admirables,
Si l’amour en nos cœurs decouchoit mesmes traits.
Imitation francoise, du Jardin d’Apollon & de Clemence : Livre I.

Sonnet.

Non sunt hi moduli. I.

Ces vers ne sont pas miens et s’ils le pensent estre.
De me les aduoüer je ne suis pas si vain,
Il me suffira bien d’en estre l’escrvain,
Puys qu’ils ont d’Apollon & Clemence leur estre,
Tout ce qu’ils ont de moy ce n’est rien que la lettre,
Aussi pour les former ay-je fourni la main,
Mais que diront ces vers ? que je suis inhumain
En me desasvouant ou leur pere, ou leur maistre :
Car Amour dictoit au fort de mes ennuis,
Et je les redisoy par moy toutes les nuitz,
Puys mon luth les sonnoit au reveil de l’Aurore,
Et si tost qu’Apollon esclairoit le matin,
Pour vaincre le loisir je les tournois encore
Du Latin au François, du François au Latin.

II.

Ovoshendecasyllabi.

Mes vers (je ne scaurois autrement vous nommer),
Parce qu’en vous mirant on mire mon image,
Un Montgibel de feux je cele en mon courage,
Vous tesmoignez l’ardeur qui me vint consommer.
Des larmes de mes yeux s’est formée une mer,
En vous lisant on lit les traitz de mon visage,
Si vous loüez l’esclair du bel œil qui m’outrage,
Mon cœur en ha le traict qui le vint entamer.
Vous bien-heurez l’object qui causa mon dommage,
Je ne me puy tenir de luy faire l’hommage,
Vous & moy donc (mes vers) ne sommes point divers :
Sinon que mieux que moy vous irez voire Madame
Mais gardez de brusler aux rayons de sa flamme
D’un mesme feu mourroient & l’Auteur & le vers.

III.

Vos o versiculi.

Ou alez vous mes vers encores jeunes d’ans ?
Pour mieux estre pourquoy quittez vous vostre maistre ?
Avortons de mes nuitz voulez vous jà paroistre
Plus que vous ne devez, non, non, il n’est pas temps,
Voulez vous aux haineux servir de passetemps ?
J’aymeroy beaucoup mieux que vous fussiez à naistre
Il faut meurir avant que se faire cognoistre ;
„Le meilleur fruit jamais ne se cuille au printemps.
Despourveus d’ailerons en vostre saison verte
Voulants voler trop haut une cheutte est ouverte
Au caribde glouton, ennemy de vos vœux.
Mais non, alez (mes vers) Apollon & Clemence,
Destourneront du ciel cette dure influence
Puys que vous estes filz de l’un de leur neveux.

IV.

Ignes, volta, modi.

Mes feux, mes veux, mes vers, vous estes miserables,
D’adorer un object qui ne faict cas de vous,
Vous estes jour & nuit la butte de ses coups
Et vous n’estes treuvez à ses yeux aggreables.
Les traitz de ses beaux yeux vous sont inexorables,
Vous épreuvez en eux de l’elebore doux
Et voyez ses desdains pleins d’ire & de courroux
Alors que vous pensez vous rendre serviables.
Elle est (me direz vous) fille de quelque Roy,
Ou vesve de Iupin qui n’ha d’esgal à soy,
Non, j’estime qu’elle est d’une race plus grande
Car les Dieux à l’autel, & les Rois à la Cour
Les feux, les vœux, les vers, reçoivent pour offrande
Mais elle les reçoit comme vefue d’Amour.

V.

Nondum notus erat.

Je n’avois encor heu d’Amour la cognoissance
Quand en me promenant un jour de ceste esté
Pour amasser des fleurs : je me vey arresté
D’un ré qu’il me tendit au jardin de Clemence.
Lors je me senti pris d’une telle puissance,
Que tirant plus à moy, plus j’estois enreté,
Songeant d’où procedoit si fiere cruauté,
Je craignoy que ce fut pour punir mon offence,
Mais en me depestrant j’apperceu de bon heur
Soubs le bel Esglantier ma Marguerite fleur,
Qui d’un de ses cheveux l’anbusche avoit dressée.
Je la vey ourdissant un plus estroict lien
Pour bander l’arc meutrier de l’Archer Delien,
Qui descoucha me traict dont mon ame est blessée.

VI.

Vix contorta meo.

A Peine fut ce traict eslancé dans mon cœur
Que pantois je demande, hé quelle main cruelle
T’a descouché beau traict ? quel Demon infidelle,
Te faict ore exercer en moy tant de rigueur ?
Sont ce là les appas de la douce liqueur
Que me promit Amour dont ore il m’apastele ?
Quelle ame helas se void aux Enfers criminelle
Endurer plus que moy d’ennuis & de langueur ?
Hà trop inhumain traict qui martirez mon ame
Je croy que tu ne pars de la main de Madame,
Moins encor as tu pris essence de ses yeux,
Ce n’est pas d’Apollon aussi, ni de Clemence,
D’Amour, je ne croy pas, si c’est luy qui t’eslance,
Croy qu’il n’est point issu de la race des Dieux.

VII.

Telu nemo Deûm.

Non ce n’est point un Dieu qui descoucha ce trait
Un trait divin ne fit onques telle blesseure.
Ce n’est point Apollon aussi je m’en asseure,
Il est à ses amis assez dous & discret.
Trop divin est aussi de Madame l’attrait
Pour donner à ses yeux une telle imposture,
(mon cœur) je ne scay donc qui blâmer à cet heure
Sinon l’œil envieux d’un ennemi secret.
D’un secret ennemi j’auroy præveu les armes,
De Madame, ses yeux auroient cognu mes larmes,
Apollon eut plustost rebouché tel effort.
Non, mais Madame ayant de l’arc d’Amour envie
L’emprunta pour tirer une flesche de vie
Qui ne donne l’Amour, ains me donne la mort.

VIII.

Hic de cordibus.

Ha voici le bel œil qui triomphe des cœurs,
Qu’Amour estreint aux retz de ses rudes estreintes,
Et deroublant les coups de ses dures attaintes,
Des flames de l’Amour rend vaincus les vainqueurs.
Hà voici le bel œil qui garde les liqueurs
Des faux appas d’Amour comme reliques saintes,
D’où distile le fiel des amoureuses feintes
Qui confisent les cœurs en souspirs & langueurs :
Hà voici l’œil qui tient le fort de la victoire.
Qui porte les honneurs & les palmes de gloire
Dont Amour enrichit ses pompeux estandars.
Hà voici l’œil en fin où l’Amour se retire,
Car mile traictz selons dedans noz cœurs il tire,
Et ce bel œil est seul la trousse de ses dars.

IX.

Qui lustras oculos.

Bel œil de qui mes yeux recoivent la clairté
Comme les estoilons du Soleil leur lumiere,
Soubs-ris qui contraignant ma liberté premiere
De ma Muse & de moy fais à ta volonté,
Larme qui feignant voir ton amy tourmenté
Arrouses peu à peu ma flame coustumiere,
Main qui mon ame estrins en tes liens prisonniere
Et mon cœur innocent esclaves enreté
Je vous honore tant ? & mon amour extreme
A tellement gravé vos vertus en moy mesme,
Que la suitte des ans ni le traict inhumain
Contre moy conivré de l’oublieuse lame,
N’effaceront jamais de l’airain de mon ame
Un bel œil, un soubsris, une larme, une main.

X.

Ne tot bella.

Oeil brunelet ne me fay plus la guerre
M’ablandissant de mile & mile attraitz
Je croy qu’Amour en toy loge ses traitz
Dont il atteint les plus grands de la terre.

XI.

O Clementia Flora.

O Clemence, flore des fleurs
Entends ores à la piere,
Fay le Ciel ta source premiere,
Clement au fort de mes malheurs.
Clemence mere des douceurs,
Và dans l’ame de ma guerriere,
Et que sa fierté coustumiere,
Et que sa fierté coustumiere
Prene fin avec mes douleurs.
Monstres luy mon amour constante,
Dy luy qu’elle est ma seule amante,
Qu’elle preine de moy pitié :
Et que pour toute recompence
De ma trop fidele amitié,
Elle soit Clemente (Clemence).

XII.

Ne suspiria.

He ne souspirez plus, de grace, (mes souspirs.)
Ne regrettez (regrets) les ennuis de mon ame,
N’ennuyez plus (Sonnetz) les soleils de Madame,
N’aimez plus (mes amours) sinon mes repentirs.
Souspirs, vous ne servez que de relants Zephirs
Pour animer le feu de l’Amoureuse flame,
Regretz, vous aiguisez le beau traict qui m’entame
Sonnetz vous aigrissez le fiel des deplaisirs.
Amour, vous accroissez le torrent de mes peines.
Cessez donques souspirs, vos relantes haleines
Regrets, ne regretez & les nuits & les jours,
Sonnets ne sonnez plus, amours soyez eteintes,
Et que je n’oye au fond de la mer de mes pleintes
Mes souspirs, mes regrets, mes sonnets, mes amours.

XIII.

Vix ego fallaci.

A Peine avoy-je clost la paupiere à mon œil,
Qu’un songe mensonger me fait ouvrir la bouche
Et proferer ces mots : c’est ores que je tousche
Le tresor desiré qui me comploit de deuil.
Mais helas me treuvant tout seul à mon reveil
Esoigné de tel heur, je sors nu de ma couche,
Allumer ma bougie au tison d’une souche,
Pour escrire un sonnet à l’honneur du sommeil.
Et comme j’escrivoy le nom de ma guerriere,
Un souspir ennuyeux esteignit ma lumiere,
Ha souspir qui t’a faict (ce dy-je) icy trouver ?
C’est, respond il, Amour le doux fils de Cyprine,
Qui deferant cet heur à sa flesche divine
Veut ce beau nom luy mesme en ton cœur engraver.

XIV.

Quicquid corde voluto.

Mon esprit d’Amour agité
Se repeust la nuit de mensonge
Hà pleust a Dieu que ce beau songe
Eust approché la verité.

XV.

Quid vos cernitis.

Que voyez vous (mes yeux,) les traitz de son visage ?
Non, c’est un ciel orné de deux astres jumeaux,
Astres ? non, mais plustost deux celestes flambeaux,
Dont l’ardente lueur embrasé mon courage.
Flambeaux ? non, mais esclairs, messagers de l’orage
Qui sur moy jour & nuit faict pleuvoir mille maux,
Que dy-je esclairs ? non, non, sont deux Soleils nouveaux
Ausquels toute clairté nouvelle fait hommage.
Si l’oiseau de Iupin je ressembloy (mes yeux)
Aux soleils, aux esclairs, aux flambeaux radieux,
Aux astres d’un tel Ciel, j’yroy brusler mes ailes :
On tient que le Soleil en tenebres ne luit,
Toutesfois je voy luyre un Soleil cette nuit,
Qui donne lustre aux rais des plus belles Estoiles.

XVI.

Virtutis speculum.

Vrai miroir de vertu, de chasteté retraitte,
Sejour d’honnesteté, source de loyauté,
Fontaine de douceur, trosne d’humanité,
Temple des beaux portraitz dont mon ame est attraitte.
Reine de doux penserz, ou mon Esprit s’arreste,
Déesse respirant la mesme deité,
Qui l’Empire des Dieux tiens en captivité,
Ne permets que le Ciel si rudement me traitte.
Quoy ? pour un peu d’erreur serai-je mal traité
Gesné, bruslé, nauré, desolé, tourmenté
Enclos dans les cachots d’une prison estroitte ?
„C’est l’office des Dieux de garder equité.
„De punir un amant quand il a merité,
„Le pardonner aussi quand sa faute il regrette.

XVII.

Audi quæso meas.

Je te supplie Amour escoute ma priere
Toy qui scais des amants le fort accoustumé
Que sera ce de moy quand j’auray bien aimé
Les rais dißimulez d’une feinte lumiere ?
Seblerai-je l’oiseau qui l’ardeur coustumiere
De son amour esteint au flambeau rallumé ?
Helas comme des rais il se void consummé
Me verrai-je mourir au bout de la cariere ?
Fay resoudre Madame à me faire mourir
Sans languir amoureux ou bien à me garir
Garissant ou mourant c’est de l’heur a mon ame.
Languissant amoureux, comme un impatient
Plaideur, ou Papillon, ou comme un Patient
Je n’attends que l’arrest, ou le fer, ou la flamme.

XVIII. In Romæ imperium.

Le Toscan animé contre l’Estat Romain
Dans Rome aloit donner la teste my bessée,
Lors qu’un Horace seul teint le pont d’une main,
Et fit force à l’effort d’une porte forcée.
Ayant bravé l’assaut du Toscan inhumain
Et rebouché les coups de sa trouppe faucée,
Non manque de valeur, il s’ouvre le chemin
Pour s’eslancer au Tybre emmy l’onde herissée.
Tout de mesme je fay, quoy que de mile ennuis,
De mile maux atteint, & les jours, & les nuits,
De pied coy je me bas, & de si grande audace,
Que je renforce au fort des rigoureux efforts,
Et s’il faut m’eslancer dans le fleuve des morts
Je veux plustost mourir que de quitter la place.

XIX.

Certat auans Tusco.

Ce borgne revient invaincu
Battant vainqueur son adversaire
Je me bas bien, mais au contraire
Je revien, du combat vaincu.

XX.

Hector Dardaniæ cor.

Lors que le preux Hector des Troyens tout le cœur
Poursuyvant les Gregeois d’une isnele vitesse,
Mit en route leurs nefs au rivage de Grece,
Et des victorieux fut quasi le vainqueur.
Achille qui couvoit au cœur une ranqueur,
Dont le remord rongeoit le frin de sa detresse,
Admirant les Troyens la valeur & prouesse,
Eut peur des ennemis dont il estoit la peur.
Et sans l’escu d’Ajax qui les mit tous en proye,
Et fit un Montgibel d’Ilion & de Troye,
La grece perilloit de n’estre plus à soy.
De mile feux espris mon amour tout demesme
Assailly jour & nuit d’une rigueur extreme
Perilloit, n’eut esté le bouclier de ma foy.

XXI.

Quis foret Ajacis clipeus.

Quelle targe d’Aliax me pourroit garentir
Des eclairants eclairs de beaux yeux de Madame ?
Ce sont deux Basilics qui de leur vive flame
Vrais Pyraustes d’Amour mile morts font sentir.
Aussi des que je voy ceux esclairs despartir
Je leur dy, beaux eclairs n’esclaires à mon ame,
Ne rayonnez au cœur de vostre cher Pyrame,
Ou vous verrez du corps son ame tost sortir.
Mais en vain je les prie, & ma parole vaine
Taschant les attirer au soulas de ma peine,
Semble les appeller au croist de mon esmoy.
Comment pourray-je donc soulager ce martyre ?
Endurer mile maux & n’en oser mot dire ?
Ouy, puisque la douleur en dit assez pour moy.
Ne quittez un si beau sejour
Eclairs filz des yeux de Madame,
Car au lieu de donner le jour
Vous donrriez la nuit à mon ame,
Mais beaux esclairs ne vous voir pas
C’est espreuver mile trespas.

XXII.

Clarum perdo diem.

Helas je perds le jour esloigné des beaux yeux
Qui causent mon malheur à cause de l’absence,
En leur nuit est ma mort, ma vie en leur presence,
Bref je meurs ne voyant ses Soleilz radieux.
Comme un clou pousse l’autre, un souci soucieux
Un ennuy renaissant donne à l’autre naissance,
Moy mesme me cuidant ayder, suy ma nuysance,
Moy mesme me cuidant ayder, suy ma nuysance,
Au lieu de m’esjouir je me suys ennuyeux,
Je procure en aymant ces beaux yeux mon martyre
Je le voy, je le sens, & ne l’oseroy dire
Je semble un Acteon dechiré de ses Chiens.
Mais pour divers object mesme traict nous entame,
luy de voir sa Diane, & de ne voir Madame
D’homme libre faict serf suy devoré des miens.

XXIII.

Margari iure diem.

Madame, je puis dire à bon droit malheureux
Le jour auquel me vint de vous aimer envie.
Envieux jour ô jour ennemi de ma vie
Qui me rendis aux rais de ses yeux amoureux.
Esgal aux Dieux sans toy je seroy bien heureux,
Ma franchise n’estant soubz le joug asservie :
Mais ores que l’on m’a la liberté ravie,
Un schelete je meurs en aimant langoureux.
L’entrée du Dedale amoureux est aisée,
Male en est la sortie, & de peur que Clothon
Ne coupe de mes jours la fatale fusée
Pour plustost me conduire au regne de Pluton :
Soyez mon Ariadne, & je seray Thesée,
Liberé du Dedale au fil de Peloton.

XXIIII.

O desiderium.

Ha trop hautain desir tu te devoys armer
A des coups de ses cruelles armes
Avant qu’humer le fiel de ses amoureux charmes
Tu devoys de desdains toy mesme la charmer,
„Quelque fois en amour le mespris faict aimer
Ceux qu’on a desdaigné, essuyez vous mes larmes,
Donnez treuve aux travaux, aux souspirs, aux alarmes
Et ne vous laissez point à ses yeux alarmer
„Faut prevenir le mal avant qu’il nous possedde,
„Si nous l’avons causé donnons y le remede.
Autrement nous tramons nostre malheureux sort.
Helas je viens à tard, ô nusible demeure
Je paye les despens puis qu’il faut que je meure
Pour aimer le subject qui me donne la mort.

XXV.

Recentem quód ego.

Pour avoir desiré une beauté nouvelle,
Pour avoir souhaité l’heur du premier des Dieux,
Et pour avoir long temps idolatré des yeux
Soubs le mortel sejour d’une gloire immortelle.
Pour avoir poursuivi des beautez la plus belle,
Pour avoir envié le domaine des cieux,
Amour de mes desirs le premier envieux
M’a donné pour object une dame rebelle.
Il a le desespoir qui luy sert de bourreau
Pour me faire mourir d’un afilé cousteau
Sur le dos endurcy d’une roche jumelle :
Le regret annuel comme un loup ravissant,
Ronge mon pauvre cœur qui meurt en renaissant,
Pour vivre en l’adorant & mourir au pres d’elle,

XXVI.

Fouit cor nocuum.

J’ay long temps recellé le beau feu qui m’enflame.
Pour la honte que j’ay de trop peu meriter,
Ne pouvant de ce feu la rigueur éviter.
Je suys ores contraint de deceler sa flame,
Ce beau Feu ne provient que de vos yeux (Madame)
Qu’Amour a contre moy souvent faict irriter,
Taschant de mes amours un depit exciter
Pour eteindre le feu qui bluette en mon ame.
Mais non non, ce beau feu durera tout jamais
Pour mes sens animer, afin que desormais
Mon cœur ne soit espris d’autre flame nouvelle
Du vent de mes souspirs ce feu s’aviveray,
Et de l’eau de mes pleurs je le tempereray,
Pour vivre salemandre aux yeux de ma rebelle.

XXVII.

Hos perennis ego.

Je jure ce sonnet fidele tesmoignage
De mon amour extreme & de ma fermeté
En presence d’Amour de qui la Majesté
Lira dedans mon cœur si feint est mon langage.
C’est qu’à vostre beauté je rends un tel homage,
Qu’en vous seule je sens mon esprit arresté,
Esclave soubz vos lois, franc de sa liberté,
Bref vous estes mon heur, mon guain, & mon dommage.
Si j’ay jusques icy volagement failly
De cent desirs divers à toute heure aßailly.
C’est l’affect de l’espoir d’une fresle jeunesse.
Ores que quatre fois sept ans j’ay veu passer
En vous seule je veux mes pensers adresser
N’implorant le secours d’aucune autre Déesse.

XXVIII.

Ecquis Margaridis.

Qui croira la beauté de celle que j’adore
Surpasser un esmail qu’on void de nuit aux cieux,
Qui croira que jamais la clairté de ses yeux
Ait fait honte aux rayons de la vermeille Aurore ?
Qui croira le fin or où l’or mesme se dore
Ceder aux blonds cheveux qui captivent les Dieux ?
Qui croira ses regards, ses attraitz gracieux
Estre plus a priser que ceux d’une Pandore ?
Qui croira ses tetins uniment arrondis
Où s’esgaye l’Amour comme en son Paradis
Exceder en blancheur & la neige & l’yvoire ?
Qui croira ses deux pieds egalement petits,
Estre mieux façonnez que ceux d’une Thetis ?
Je le croy sans le voir, puis qu’il me le faut croire.

XXIX.

Nymphæ Pegasides.

Les Nymphes, les neuf Sœurs, l’heur, l’honneur & la gloire,
De ce Dieu tire-traitz qui nous donne la mort
Arrivent en Apvril, doux mois dont le remord.
Ne partira jamais de ma frele memoire.
Par ce qu’il m’a faict voir ce que ne pouvoy croire
Lors que bien informé l’on m’en faisoit rapport,
Mais ores je le croy, je cognois a son port,
Que c’est celle qui tient le sort de la victoire.
Hà (mon luc) j’ay failly de n’avoir pas chanté
L’honneur de ses beaux yeux dont je suys enchanté
Ce fin Or, ce Cristal, ce Courail, cet Yvoire,
Jusques à maintenant que j’ay heu ce bonheur
De voir celle qui est le mesme heur, l’honneur
Des Nymphes, des neuf sœurs, d’heur, d’honneur & de gloire.

XXX.

Fili dulcis Amor.

Quand tu veux fils de Cytheree
Tu changes en pluye dorée,
En cygne, en Astré radieux,
En Taureau, en Aigle, en Satires,
Des traitz enchantez que tu tires
Aux cœurs des hommes, & des Dieux.
Fai moy changer je te supplie
(Amour) en une douce pluye.
Pour couler au sein glorieux
De ma cruelle Marguerite,
Ou me change en Aigle petite
Pour mieux voir les rais de ses yeux.
Mais quand bien de l’art de Meduse
Je me serviroy, je m’abuse.
Soy-je en pluye, en Aigle formé.
Astre, Cygne, Taureau, Satyre,
Le Soleil tant de traitz ne tire,
Que ces yeux qui m’ont consommé.

XXXI.

Quæritans lenem Polyphemus.

Polipheme en esté recherchant un ombrage
Vit reluire ma fleur au fraiz d’un verd Cypres,
Desireux de la voir & contempler de pres,
Accourut adorer les rais de son image.
Il n’eust pas œillade l’esmail de son visage
Qu’esblouy de lueur en admira les traitz,
La garce, le maintien, la beauté, les attraitz,
Estmant que les Dieux avoient mouslé l’ouvrage,
Et qu’en cet univers si jamais ils ont faict
ou portrait de leurs mains un image parfaict,
C’est Marguerite, ainsi resonnant en soy mesme,
Je voudroy que mon œil (dict il) me fust osté
Ou plustost que les Dieux pour mieux voir sa beauté
M’eussent faict un Argus, & non un Polipheme.

XXXII.

Seu Solum atque Salum.

Si je cours curieux le rond de l’Univers.
Le contour azuré de l’un & l’autre Pole,
Soit par mer, ou par terre, ou que par air je vosle,
M’esgayant au pourpris d’un changement divers.
Quand je verroy du Ciel les tresors tous ouvers,
De l’Inde, de l’Arabe, ou du riche Pactole
Rien ne m’est si joly qui joliment m’afole
Que les seins de ma fleur de Roses tous couvers.
On void de ses tetins sur la neige & l’albastre
Mille petits amours folastrement s’ebatre
Y cuillants & les lys, & la rose, & le tym.
Mes yeux roulants dessus la double pomme ronde
De ses tetins de laict semblent rouler le monde
Comme faict Apollon le soir & le matin.

XXXIII.

Lenis dum Philomela.

Quand de nuit Phylomele entonne un doux ramage,
Le reste des oyseaux außi tost eveillé
Attentif aux accords s’esleve emerveillé
Des melodieux tons, & luy va faire hommage,
Quand j’oy chanter ma belle, & voy de son visage
Les Roses et les lys dont il est esmaillé
Et mire la blancheur de son beau sein caillé
En extase ravy j’en adore l’image :
Nature luy donna de Venus la beauté,
Minerve sa parole, Amour sa loyauté
Ses tresses Apollon, ses belles mains l’Aurore.
En fin tous les attraitz d’une rare Cypris
En elle ont mis les Dieux : qui ne seroit espris
De Marguerite autant que d’une autre Pandore ?

XXXIIII.

Iam fluxere duo.

Deux ans sont escoulez que j’endure sans cesse,
Que je vis en mourant, et meurs en bien aimant,
Poursuivant une fleur d’Amour incessamment,
Qui ravit le printemps de ma tendre jeunesse,
Au moins si par le temps finissoit ma detresse,
Cuillant la fleur des fleurs le plus bel ornement,
J’aurois espoir de voir la fin de mon tourment
Ranimant mes Espris de nouvelle allegresse.
Mais j’auray plus de guain perdant le souvenir
D’un bien qui par travail ne me peut avenir
Qu’en me ramentevant ce bien inacquerable
Car plus il me souvient de la fleur que je suis
Plus je vy, dont je voy ma douleur incurable
Ne pouvant oublier la fleur que je poursuis.

XXXV.

Quam tibi obtuleram.

J’ai poursuyvy longtemps une mesme requeste
Que j’avoy presentée à ta fiere beauté,
Au Printemps, en l’Autone, en Hyver, en Esté,
Je produy ma demande & rien je ne conqueste.
Il ne m’est pas besoin d’en faire plus enqueste,
Vous avez recognu que je n’ay desisté
De vous servir : en fin qu’Amour a persisté
De me gesner aux fers d’une prison estroitte.
Mes prieres et mes pleurs sur vous n’ont de pouvoir
Mes feux vos froids glaçons ne scauroient emouvoir,
Requerant le loyer de mon Amour extreme,
Vous me favorisez d’un dedaigneux refuz
Je croy que tous les Dieux s’y treuveroient confuz
Soit qu’Amour en mon nom vous en prianst luy mesme.

XXXVII.

Incassum mihi mille.

Mile beautez en vain se presentent a moy,
Mes yeux leur font ouvers & clost est mon courage,
Veu qu’en cet univers rien n’est de plus volage
Que celle qui me tient jour & nuit en esmoy.
Elle a bien espreuvé le gage de ma foy,
Je luy en ay donné fidele tesmoignage,
Elle scait que despuis le Printemps de mon age
J’ay fleschy soubs le joug de son unique loy.
Cependant je ne voy pour toute recompence
D’un service eternel & loyale constance
Que desdain, que mespris, qu’importune rigueur.
Toutesfois je vivray tousjours en espérance
Qu’Amour ayant egard à ma persevance
Dourra tresve au travail qui cause ma langueur.

XXXVIII.

Lucri percupidus.

Je fay comme celuy qui veut asventurer
Son argent au hasard d’une mer agitée,
Esperant redoubler une somme empruntée
Ne pense à ce qu’il peut sur la mer endurer.
J’estimoy qu’un grand heur m’eut peu tousjours durer.
Mon esperance estoit toute au guain arrestée,
Il eschoit que ma nef des flots est emportée
Loin du port desiré, dont ne fay que pleurer.
Ne regrettant mes maux, ni ma peine soufferte,
Mais plustost mes amis, & mes ans, & ma perte
Estant à la merci d’un ennemy juré :
Car je suy tout de feu à la merci de l’onde,
Treuve l’on deux plus grands ennemis en ce monde ?
De ce est cause l’espoir d’un guain demesuré.

XXXIX.

Non cuiuis arcum.

A tous Amants Amour n’est favorable,
Le trop d’espoir nous faict desesperer,
D’un cœur hautain la cheute est miserable,
Qui veut plus haut qu’il ne doibt aspirer.

XXXX.

Mens desiderio.

Mon esprit egaré, d’un trop hautain desir,
Voulut voller au ciel empenne d’artifice,
Quand un espoir haineux me fit entrer en lice
Pour de ma belle fleur sans crainte me saisir
Mais Phœbus envieux d’un si rare plaisir
De qui seul j’esperoy maint & maint bon office,
M’abismoit comme Icare en un creux precipice,
N’eut esté Cupidon qui m’en vint garantir.
Car il mua sa trousse en puissance Navire,
Ses traitz en avirons, les tendons de ma lyre
Dont est tendu son arc en cable il fit changer.
Son arc servit de mast, & son bandeau de voile,
Il fut le Nautonnier, & son flambeau l’estoile,
Qui me mirent à bord hors de tout ce danger.

XXXXI.

En ego sævitias.

Quoy donc ? j’yrai tousjours vous appellant Madame ?
Quoy ? ce doux nom yra vos rigueurs animant ?
Quoy ? je ne verray point de fin à mon tourmant ?
Quoy ? l’Amour ne dourra vostre amour à mon ame ?
Quoy ? J’aimeray le traict du bel œil qui m’entame,
Et ne me nommerez vostre fidele amant ?
Non, non, on me diroit privé de sentiment,
„Qui recherche son mal seul est digne de blasme,
De ma perte en apres qui me releveroit ?
„La loy mesme, la loy de mort me puniroit,
„Qui aux desesperez ne preste point l’aureille.
„Il est vray que chacun aime ce qu’il n’a pas
Mesprisant ce qu’il ha plus libre : pas à pas
Je suy ce qui me fuit d’une suyte pareille.

XXXXII.

Quanuis me videas.

Je confis en esmoy bien que m’oyez chanter,
Je predy mon mal heur, mon prochain adversaire.
Mon visage est riant aupres de son contraire,
Et mon air servira de funebre chanter,
Je ne scauraoy mon chant vous mieux représenter
Qu’au pronostique chant du Cigne solitaire
Qui chante un air piteux & ne le scauroit taire
Que la Parque ne vienne en fin le supplanter.
Mais quoy ? vous me direz que de chanter je cesse
Et qu’alors finiront mon deuil & ma detresse
Non je languiroy plus, j’esleveray tousjours
Sur l’aile de mes vers le bel œil qui me blesse
Attendant qu’Atropos d’une main vengeresse
Tranche le fil fatal du fuzeau de mes jours.

XXXXIII.

Cui post hac referam.

A qui d’ore en avant m’oseray-je adresser
Pour conter mes ennuis, mes douleurs & mes pleintes ?
Est ce à l’aveugle Amour pere de toutes feintes
Qui m’a faict si long temps ce bel œil caresser ?
Je ne fay que songer, penser, & ravasser
Qui me garentira des mortelles atteintes,
Madame n’a d’aureille à ouir mes complaintes
Sinon qu’attraits, que traits, & dars pour me blesser.
Si je cours vers Amour il me paist d’esperance,
De recours à Madame y a moins d’asseurance
Car elle me remet tout à sa volonté.
Volonté dont la porte à mes vœux est fermée,
Que doy-je faire ? hair celle que j’ay aymée ?
Non, je la veux aimer aimant sa cruauté.

XXXXIIII.

Si conferatur divitiis.

Si seulement l’honneur est aux richesses
Les pauvres sont rebutez de la cour,
Si par argent on mesure l’Amour,
Pauvres amans n’auront point de maistresses.
Le riche amant aura mile caresses,
Le pauvre amant n’aura pas un bon-jour.
L’argent aura des faveurs de retour,
Le pauvre amant mille & mille detresses.
Le pauvre amant yroit mieux revestu
Si l’on donnoit a la seule vertu
Tant de faveurs que l’on donne aux richesses.
Mais si tous deux, & l’honneur & l’Amour.
Pour la vertu se donnoient : quelque jour
Pauvres amants auroient force maistresses.

XXXXV.

Quod in Margaridis.

Ce que je crain le plus au despart de Madame,
N’est l’abuz, ny refus, ni desdain ni mespris,
Ni l’oubly qui sur tous doit emporter le pris
D’estre plus redoutable en l’amoureuse flame.
Ce n’est l’amour qui rend si craintive mon ame
Ses traits, ses feux, ses vers, ni tout ce qu’est compris
Soubz son autorité, n’estonne mes esprits.
Je ne crain le couroux, le despit, ni le blasme.
Rets, feux, gesne, prisons, regrets, souspirs, langueurs,
Desespoirs, traitements pleins de toutes rigueurs,
Ni tous autres tourments, ne me tiennent en doute.
Dequoy doubte je donc, si je nay rien dequoy
Je puisse estre douteux ? je le diray, mais quoy :
C’est l’œil d’un corrival que sur tout je redoute.

XXXXVI.

Aliger in viridi.

Alier qui sur le verd de ton plaisant rivage
Cet esté m’esgayant maintesfois m’a fait voir
Dans ton cristal ondeux qui servoit de miroir
L’œil qui de liberté m’a reduit en servage.
Je t’adresse mes vœux redoutant le naufrage
Et l’oubly des amours en ton heureux terrouer,
Estant or esloigné d’un œil dont le pouvoir
Esgale les hauts Dieux & pourroit davantage :
De grace pour un temps sois vengeur de mon mal
Comme auteur de mon bien, de crainte qu’un rival
Au peril de mon heur n’advance sa fortune.
Ne sers plus de miroir qu’à moy son seul amant
Trouble jusqu’au retour ton cristal, autrement
Pour te rendre obscurci j’implorerai Neptune.

XXXXVII.

Putatis bené fuscipi.

Estes vous asseurez d’estre bien veus (mes vers)
Resoluz de vosler aux soleils de Madame ?
Quoy ? ne craignez vous point que les rais de sa flame
Des Icares nouveaux ne peuplent l’Univers ?
Soit que ses yeux vous soient fermez, ou bien ouvers,
Trop d’ombre ou de lueur tousjours affligé l’ame,
L’un & l’autre nous met dessoubs la froide lame
Et diverses de nom, n’ont des effects divers,
Dans la mer de nos pleurs les rais de leurs prunelles
Nous noyeront bruslant les plumes de nos ailes,
Par ainsi nous mourrons de ses yeux apperceuz :
N’estre veuz de ses yeux c’est n’estre point au monde,
Estre veuz pour mourir dans une mer profonde,
Il vaudroit beaucoup mieux n’avoir esté conceuz.

XXXXVIII.

Ingratam moduli.

Ingrate celle la je nommeray tousjours,
Qui ne vous void (mes vers) de son œil pitoyable,
Et si elle vous hait, elle n’est point aimable,
Puis qu’on ne void en vous que fidelles amours.
Indigne du beau nom du Soleil de mes jours,
Puis qu’elle faict de vous d’un Icare la fable,
N’honnorez plus mes vers son œil impitoyable
Qui vous submerge, au lieu de vous donner secours.
Feindre de vous aimer (mes vers) c’est mauvais signe,
Et puis vous dedaigner c’est un affront insigne,
Telle Dame n’auroit jamais part a mes fleurs,
Celle qui veut fleurir au jardin de Clemence,
Faut qu’elle use envers moy de douceur & Clemence,
Ou qu’elle face estat de se loger ailleurs.

XXXXIX.

Nil vobis furor.

Rien ne sert aux amants avoir de la proüesse,
Rien ne sert en amour estre chery des cieux
Peu mesme d’estre Roy, peu d’estre fils des Dieux
Puis qu’on reduit les Dieux au joug d’une maistresse,
Phœbus fils de Jupin qui tout le monde presse
Soubz ses pieds foudroyants, & d’un clin de ses yeux
Faict trembler l’Univers, par Penée envieux
Vit changer en Laurier sa Daphne sa Déesse.
Mon Amour est egal à celuy d’Apollon
Qui de l’art de Diane, & du Dieu Cupidon
Fut trompé finement d’une trompeuse amorce.
Estre fils de Jupin rien ne luy a servy.
D’un pareil changement mon Amour est suyvy
Mais il en ba le tronc & je n’ay que l’escorce

L.

Tunc dicebam.

Je disois Apollon estre alors bien heureux,
Ne redoutant l’effort d’une flesche mortelle,
Et dedaignat l’Amour d’une Dame rebelle,
Mais deslors qu’il ayma je le dy mal heureux.
J’en faisoy bien autant avant qu’estre amoureux,
Je ne craignoy d’Amour ni l’arc ni la cordelle,
Mais quand je fus èpris d’une beauté nouvelle
Je fleschy languissant soubz le joug rigoureux.
Bien heureux Apollon, une douce sagette
A l’Amour de Daphné fit ton ame subjette,
Helas je sens un trait mile fois plus felon :
Madame, croyez moy, il faut que je vous die
Que durant tout le jeu de cette comédie
Je senty plus de traitz que ne fit Apollon.
Nequicquam inuideant.
Si sur l’aisle de mes vers
En deux lanages divers
J’esleve ma Marguerite,
Ne faut point que Pancharite,
Ne faut point que Nemesis,
Ni Lesbie, ny Phyllis,
Pour cela portent envie.
Au loz heureux de ma mie,
Car chacune à son Amant
Qui la loüe doctement.
Nemese ha son gay Tybulle
Lesbie ha son dous Catulle
Phyllis son docte Maron.
Pancharité ha Bonnefon
Qui dans l’Apvril de son age
La loüe en divers langage.
Si donc l’aile de mes vers
La leve par l’Univers
Aux dous accords de la lyre
D’un Apollon ? je desire
Que ma Marguerite fleur
Dont je chante icy l’honneur
Soit exempte de l’envie
De Nemese où de Lesbie,
Lesbie ha son Veronois
Marguerite un Bourbonois
Qui dans l’Apvril de son age
L’esleve en divers langage.

LIII.

Ut satus I’apeto.

Des que Promethee eut d’une main pilleresse
Au cabinet des cieux le feu divin surpris
Pour en sa terre grace inspirer les espris,
Jupiter le punit d’une main vengeresse.
Des qu’außi par emprun j’eu pris de ma maistresse
L’œil qui l’ame & le sens inspire en mes escris,
Làs je fu tost puny, le prenant je fu pris
Enchesné dans les rés d’une Amoureuse tresse.
Mon miserable cœur ainsi que du Voutour
Le cœur de Promethée, est rongé de l’Amour,
Promethée eust secours au moins du fils d’Alchmene.
Et moy qui n’ai commis un larcin effronté,
Ains qui n’ay que son œil temeraire emprunté,
J’ai beau me plaindre, aucun ne soulage ma peine.

LIIII.

Concessum mihi tempus.

Le temps ne m’est donné que pour sacrifier
Aux pieds de vos beautez le reste de ma vie,
Je le scai, je le voy, le debvoir m’y convie,
Vous ne laissez pourtant de vous en defier.
Si faut il qu’à la fin je vous face fier
Au desir que j’en ay, contentant mon Envie :
J’accompliray mes vœux si ma vie est ravie
D’un œil qui peut l’Amour & la mort deffier.
Mais vostre œil ne me veut estre si favorable,
Ains se plaist & repaist de me voir miserable,
Bien qu’a le voir au vray l’on n’en jugeroit rien,
On jugeroit plustost que jamais si bel astre
N’influe a ses subjectz ni mal heur, ny desastre,
Mais il faict assez mal ne me faisant du bien.

LV.

Nullo profequar.

Non je me veux resoudre à ne la plus aimer,
Faut que ce facheux soin desloge de mon ame.
Hà ! c’est trop enduré pour l’amour d’une Dame
Qui m’a faict de mes ans le tresor consommer.
Le miel que j’ay gousté m’est ores fiel amer,
C’est un glas eternel que ma premiere flame,
Rien que la liberté ma bouche ne reclame,
Je ne veux plus voguer en l’amoureuse mer,
Le vent qui m’abismoit me remet au rivage,
Le temps est inconstant, mais le temps suyt le sage.
C’est pourquoy je veux estre inconstant à mon tour.
Je brise les liens geoliers de ma franchise
Puy que sa foy n’estoit que malice & feintise
Je m’en veux retirer sans espoir de retour.

LVI.

Non ita sum fatuus.

Je ne suy pas si fat que vous m’estimiez estre
Privé de jugement, de sens & de raison,
Que je n’evade bien une obscure prison,
Si j’en treuve la porte ouverte ou la fenestre.
Deslors que je vous vey, je pensay bien cognoistre
La Source de mon mal & de ma guarison,
Quand j’eu l’heur de vous voir devant vostre maison,
Je vey de vos rigueurs ma liberté renaistre.
Je m’embarquay trop tost sur l’Amoureuse mer,
Sans voile n’avirons, la crainte d’abismer
Aymant sans estre aimé faict que plus je n’y cingle
Toutesfois je n’ay pas du jugement si peu
Que je n’aye bien sceu avant la fin du jeu
Sans perdre honnestement retirer mon epingle.

LVII.

O quam difficiles.

O que tes lacs sont rudes à dissoudre
Desquels tu tiens mon cœur emprisonné,
D’un doux baiser tu m’as empoisonné
Quand de t’hair me suy voulu resoudre.

LVIII.

Non bona credo equidem.

„Il est vrai, le vray bien est celuy de l’honneur
„Qu’on acquiert par effets d’une peine honorable
„Tel bien est plus exquis, acquis par le labeur,
„Que ce qui nous eschoit par le sort favorable
Plus j’espreuve de peine & moins ay de faveur,
Plus je treuve en aimant le travail agreable,
Et l’espoir d’obtenir l’effect de mon bon heur,
Au pris de mes labeurs : rend mon Amour durable.
„En cela je resemble au palmier genereux
„Qui s’esleve tant plus que le fardeau l’accable,
Plus j’endure en Amour, plus je suis Amoureux
Des beaux yeux qui me font en aimant miserable :
Et n’estoit que j’attends une heure secourable
J’auroy desja quitté l’Amour de ces beaux yeux.

LIX.

I mi bellule mons.

Beaumont le beau sejour d’Amour & de Madame,
Lieu d’entre tous les lieux le plus delicieux
Qui soit en Bourbonnois, si tu plais à mes yeux
Croy que tu n’es pas moins aggreable à mon ame.
Je t’aime, je t’honore & ta gloire proclame,
Sur les nerfs de mon luc j’eslevé jusqu’aux cieux
Ton bon air, ta bonne eau, tes tresors precieux
Tes vins, bledz, fruitz, & fleurs, d’où distile le basme.
Hé qui ne t’aimeroit ? les graces, les douceurs, Apollon mesme, avec les neuf scavantes sœurs
Ont quitté d’Helicon leur antique demeure,
Pour venir à Beaumont establir leur sejour,
Où si le destin veut que je demeure & meure
Au moins je seray prés de Madame & d’amour.

LX.

Cùm meæ lachrimæ.

Puy que d’ore en avant faut que l’eau de mes pleurs
Arrousant jour & nuit le beau feu qui m’enflame
Esteigne son ardeur, amortisse sa flame,
Change en divers hyvers mes bruslantes chaleurs.
Puis qu’il me faut du cœur oster les belles fleurs
Pour me desraciner les epines de l’ame,
(Amours) prenez congé des beaux yeux de Madame
Changeant vos doux plaisirs en ameres douleurs.
A Dieu bel œil armé d’esclair impitoyable
Dont la lueur offence estant trop aggreable,
A dieu filetz orins, bouche, main, bel esprit.
Je ne verray jamais, ni l’esclair, ni la tresse,
Ni la fatale main d’une dure maistresse
Ni l’esprit, qui m’apprit, m’attirast & me prit.
Iam fit amasse satis.

Stances.

C’est assez (mes amours) je ne veux plus aimer,
Ce breuvage est trop doux & toutesfois amer
A celuy qui ne peust estre aimé de sa Dame.
Aimer sans estre aimé, j’ameroy mieux mourir
C’est un mal dont l’amant ne peut onques guarir,
Qu’il ne prenne congé d’Amour & de sa flame.
Madame a recognu quel estoit mon amour,
Que sans la voir ne s’est passé de l’an un jour
Luy offrant le secret tresor de ma pensée :
Elle en a heu la clef pour seule en disposer
Elle a dessus ma foy ses vœux faict reposer,
Elle l’a toutefois si mal recompencée.
J’ai servy, j’ay chery, j’ay craint, & honoré
J’ay rubans, pieds & mains, gands, aiguille, adoré,
J’ay veillé nuit & jour affin de luy complaire :
J’ay juré de n’aimer oncques autre subject,
Tout ce que j’ay receu servant un tel object
Est que tant plus j’aymoy plus il m’estoit contraire.
Quelques rares baisers, quelques petits regards,
Quelques masquez soubs-ris ont plus servi de dards
Et d’amortissement au feu de mes desirs,
C’es petites faveurs sont autant de Zephirs
Pour animer le feu de l’amoureuse flame.
Pourquoy me promet on de complaire à mes vœux,
Puys on ne me permet faire ce que je veux,
C’est aviver l’ardeur de mon amour extreme :
Sans repaistre mes yeux de ces trompeux appas,
Que ne dit on plustost, lamy, je ne veux pas,
Ou n’endurer au moins que jamais mon cœur aime,
Mes amours, il est vray, sans vous je ne suy rien
De vous est né mon heur, mon honneur & mon bien.
Et ne seroy sans vous peut estre pas en vie,
Mais celez à mes yeux ce qu’avez de si beau
Puy que n’en puys jouir : plus doux m’est le tombeau,
Qu’estre un second Tantale emmy ce que j’envie.
Qu’il faut fuir amour.

A Monseigneur de Chazeron.

O tu quem Idalius puer.
Vous qui par l’estroit lien
De l’archer Idalien
Estiez reduit en servage,
Evitez la cruauté
D’un Dieutelet plein de rage.
Je l’avois abandonné
Pour m’avoir mal guerdonné,
Mais ce sorcier de mon ame
Au miel de nouveaux appas
A faict retourner mes pas,
Vers les Soleils d’une Dame.
Soleil dont les chauds attraits,
Me decochent mille traitz
Dans le profond de mes veines.
Si bien que pour leur Amour
Je n’endure nuit & jour
Que mille morts inhumaines.
Cela vient de ses beaux yeux
Qui comme ornement des Cieux
Dardent leur rais sur la terre,
Cela vient de ses cheveux
Tortillez en mille neuds
Dont Amour noz cœurs enserre.
Cela vient du beau courail,
Et du gracieux esmail
De ces deux lueurs decloses,
Et de ce mont jumelet,
Dont & la neige & le laict
Combat les lis & les roses.
Je confesse à mes amis
Que le joug où je suy mis
Me rend amant miserable.
Quoy ? me veut on soulager ?
Qu’on aime, on rendra leger
Mon mal, ayant un semblable.
Non, ne faictes plus la cour
A ce boutefeu d’Amour,
Dont les torches allumées,
L’arc, & les traits, & les feux,
Ne s’accoise par les vœux,
Des Amans & des Aimées.
Vous l’avez bien espreuvé :
Moy mesme vous ay treuvé
Maintefois en cette peine,
Lors qu’adorant la beauté
D’une fiere cruauté
Moins vous la treuviez humaine.
Je scay bien que ce n’est pas
Qu’elle n’eust tous les appas
Que peut avoir une Dame
Mais c’est que pour faire aimer
Le dous qui nous est amer,
Amour aveugle nostre ame.
A vous de qui la valeur
Peut faire teste au mal’heur
Et vaincre les destinées
Faut il qu’un petit enfant
De Cypris soit triomphant
De vos gloires fortunées ?
Quoy donc ? vous le nourrirez
Et ses traits espreuverez
Aux despens de votre vie ?
Ce parasite menteur
De mille maux inventeur
Aura vostre ame asservie ?
Non, non il le faut bannir
Au lieu de l’entretenir,
Gaignez sur luy la victoire.
Qui dedaigne les attraits
D’Amour, ses feux, & ses traits
Seul il est digne de gloire.
Ha plust à Dieu que pour moy
Fussent les mots de la Loy,
Qu’Amour d’où mon mal procedde
Maistre de ma paßion
Niant sa posseßion
Perdit mon cœur qu’il possede.
Las il est trop bien perché,
Il le tient à bon marché
Si quelque mienne parenté.
Ne le poursuit par retrait
Mais mon mal aura long trait
Soubs l’espoir de telle attente.
Car cet amour cauteleux
Mentira le prix doleux
A ma douce lignagere.
Et ne le pouvant preuver
Ce ne sera que treuver
De l’augment à ma misere.
Ne vous estonnez donc point
Mes amis, si je suy point
D’une Amoureuse sagette.
Entre la joye & les cris
Mon ame vivra subjecte.
Viret adversantibus Euris.

Au Zoiles.

Stance.

Je donne à mon Urfé des fleurs
Qui sont de diverses couleurs,
Differentes à ses merveilles,
Venez ici mes Envieux
Guespes picquantes non abeilles.
Fleuretter si vous serez mieux.
Viret adversantibus Euris.

A Messire Honoré d’Urfé, Marquis et Baron de Chasteau-neuf, Seigneur de Chasteau-neuf, Seigneur de Chasteau-Morant & Ponseul.

Monseigneur, Ces petitz fleurons qui aux rais de vostre bel esprit pululoient de jour en jour en mon ame, arrosez de mes pleurs, malgré les flames amoureuses, portez sur l’aile des Zephirs de vos douces faveurs : viennent ce premier mois de l’année fleurir à l’abbry de vos honneurs, & couronner vos louanges, l’Affection que portez à leur auteur, les licencie à s’esloigner de leur parterre naturel & s’enjardiner entre vos mains en espoir d’y vivre francs du mespris & de l’envie. C’est autant d’obligation qui leur accroist pour me rendre plus obligé envers vous (Mon urfé mon Orfé) que j’estrenne d’une heureuse course d’année & d’un eternel serviteur, E. Bournier.

Au mesme Seigneur.

Stances.

Esprit phare d’honneur que l’on admire au monde
Comme un astre divin de la divinité.
Ces fleurons qu’Helicon arrose de son onde
Vont fleurir aux rayons de l’Immortalité.
Bel Urfé, belle Orfé dont la Muse immortelle
Ravit à soy les cœurs desireux du scavoir.
Puis que vous attirez de mes fleurs la plus belle
Au dous son de vos vers, daignez la recevoir.
Recevez ces fleurons (bel Orfé) pour estrenne
Qu’Apollon à cueillis au jardin des neuf sœurs,
Ces fleurons odorez des essains d’Hypocrene
Convertissent le miel en ameres douceurs.
Mes yeux à ces bouquets d’inepuisable crusche
Servent pour arroser leurs odorantes fleurs,
Mes larmes sont les eaux, et mon cœur est la ruche
D’où distile le miel des ameres douleurs.
Mais quelle ardeur (belle ame) à vous loüer m’incite
Puis qu’on ne treuve rien au monde de plus beau ?
Je crains que le Soleil contre mes vers s’irrite,
Et me face nommer un Icare nouveau.
De loüer tant de lozerai-je entreprendre ?
L’oseray-je graver sur l’airain de mes vers ?
Non, ce qui comprend tout ne se peut pas comprendre,
Pour ce faire il faudroit un second Univers,
Je veux faire proffit admirant vos merites
Avant que les loüer il les faut admirer.
Vos merites sont grands, les glaces trop petites
Des miroirs de mes vers pour les pouvoir mirer.
Pour limiter aussi leurs gloires eternelles.
Ma muse se voulant sur ce point arrester,
Nouvelle Icare iroit faire brusler ses ailes,
L’immortel ne se peut du mortel limiter.
Vos vertus, vos valeurs, vos honneurs, vostre gloire
Je ne veux eslever sur l’aile de mes vers.
Les neuf scavantes sœurs au temple de memoire
Les couronnent assez de lauriers tousjours vers,
Suffit qu’ayez en gré les vers que je vous voüe
Et donniez à leur vol d’aile de vos faveurs,
Si manque de pouvoir assez je ne vous loüe
J’ay bonne volonté de chanter vos honneurs.

Au Mesme.

Ode.

Ne seroy-je pas mal appris
Si dans le temple de memoire
D’Urfé je n’emplumoy la gloire
Puy qu’il ravit les beaux espris,
Je veux en langage divers.
Que par les quatre coins du monde
Sa renommée vagabonde
Vosle sur l’aile de mes vers,
Ne soys jaloux donques Orfé
Si tes airs ma Muse mesprise
Car elle est ores toute esprise
Des airs de la Lyre d’Urfé.
Ta lyre n’a plus de pouvoir
Urfé luy ravit ses merveilles
Charmant les Doctes oreilles
Par le renom de son scavoir.
Le Bourbonnois en est ravi,
Apres luy vont Alier & Loyre,
Les ecchos redisent sa gloire,
Et son luc des boys est suyvy.
Par ses vers les Dieux & les Roys,
Il flatte sur la terre & l’onde,
Bref il attire tout le monde
Par les dous accents de sa vois.
Diane mesme il a ravy
Par les dous airs d’un beau Syrene,
Si bien qu’or est un Hypocrene
L’antique maison de Levy.
Peut estre au monde on n’a point veu
Un seigneur entre la Noblesse,
Avoir plus aux armes d’adresse,
Ni des sciences mieux suyvy.
Doy-je son loz plus avancer
Au vol de ma plume novice ?
Non, il vaut mieux que je finisse
Plustost que de mal commencer.
Le beau nom qu’il a d’Honoré
Monstre qu’il est digne de gloire
Et qu’au temple de la memoire
Sur tous il doibt estre honoré.
Honorons Honoré d’Urfé.
N’imphes d’Alier sur nostre rive
J’honoreray tant que je vive
Honoré d’Urfé mon Orfé.

Imitation du second livre du Jardin d’Apollon & de Clemence.

I. Vult sæuire meam.

La mer contre ma nef se veut envenimer,
De livre que j’estoy je retourne en servage,
Et la flame d’Amour eteinte en mon courage
Au vent de mes souspirs vient à se ranimer.
Mon Cœur je t’adverty des perilz de la mer,
Sers toy de la raison pour patrone en l’orage,
Si tu veux eviter un perilleux naufrage.
Autrement tu seras en danger d’abismer :
Mais ne t’embarque plus sur une mer de crainte,
Ne va surgir au port de l’isle de contrainte
Où tu ne treuveras que desdain & rigueur.
Helas je le veux bien, mais sur mer et sur terre
Je rencontre une fleur qui tousjours me renserre
Et me nourrit captif de peine & de langueur.

II. Qui Musæ modulos leget.

Qui lira tant de vers que ma Muse Latine
D’un crissonant flageol ne chante pour l’honneur,
Ains forcée d’ennuy, de martire & douleur,
Verra comme d’Amour la fureur me domine.
Le soucy, le regret le desespoir me mine,
Quel esprit aux Enfers souffre plus grand malheur ?
L’Avril n’a tant de fleurs de diverse couleur,
Que m’a causé de maux une belle Erycine.
Le nombre est infini des travaux amassez
Et des jours & des nuits en tristesses passez
Semant les plus serains au jardin de Clemence.
Et les fruits que j’en ay pour toute ma moisson
Sont pleurs, ennuys, regrets, dommage & marrisson.
Peu de guain, peu d’honneur, prou d’haine & penitence.

III. Quo fusi ruitis.

Ou voslez vous espars ores emmi la France
Esprits avantureux nourrissons des nœuf sœurs ?
Qui pour cueillir l’odeur, le miel, et les douceurs,
Fleurettez comme essains tous les lieux de plaisance ?
Destournez vostre vol au jardin de Clemence
Que Tolose entretient esmaillé de ses fleurs,
Et repaissez vos yeux de leurs vives couleurs,
Là se verse chaque an la corne d’abondance.
Là se verse chaque an la corne d’abondance.
Là est la violette, & le doré souci,
Le vermeillet œeillet, & l’Eglantine aussi,
Loyers de vos vertuz, & de vostre merite.
Mais pour ne vous tromper, le jardin que je dis
Ne s’entend pas du mien, ains d’un beau Paradis
Où préside Apollon, Clemence, & Marguerite.

IIII. Turba quam vocat.

Belle trouppe, qu’Amour à ma honte convie,
Oserai-je exposer ce jardin à vos yeux ?
Non, vous me jugeriez par trop ambitieux
„Trop oser quelquefois nous faict perdre la vie.
J’oseray toutesfois sans redouter envie,
L’hasarder à l’ardeur de vos rais radieux,
Pour en estre où bruslé, vous estant odieux,
Où bien vous aggreant garde qu’on ne l’envie.
Un seul trait de vos yeux le peut faire fleurir,
Un écclypse d’iceux le peut faire perir,
Et d’un lieu de plaisir faire un de desplaisance.
Si l’ardeur de vos yeux avec l’eau de mes pleurs.
Ne servent de chaleur, & d’humeur à ces fleurs,
On verra tost flestrir le Jardin de Clemence.

V. Haud secundam ut ego.

Ce n’est point pour avoir encore une autre fleur
Que j’espere ma Muse en la langue Latine,
Ce n’est point pour aler à cette clementine
Où les esprits en May font preuve de valeur.
Non, mon cœur est espris d’un autre pris d’honneur,
Cet honneur est d’aimer une beauté divine,
Et si cette beauté par Amour je butine,
Je triompheray seul au pris de ce bonheur.
Mais je crains qu’Apollon m’accuse d’arrogance
Si je laisse les fleurs du Jardin de Clemence
Pour eslever le los d’un bel œil adouci.
Au lieu de lys d’Oeilletz, de Roses, d’Eglantines
Et de beaus violiers, me donne des epines
Ou face dans mon cœur renaistre le souci.

VI. Virescit modulis.

Je n’ay dans mes escris qu’une fleur imprimée
Laquelle amour y sceut si dextrement loger,
Qu’aucune autre ne peut ma Muse encourager
De souffrir en mes vers autre grene semée.
Bien que Clemence soit grandement renommée
Pour l’honneur de ses fleurs, ce n’est qu’un bruit leger
Au respect de ma fleur qu’on doibt ores juger
Sur toutes autres fleurs debvoir estre estimée.
Marguerite en mes vers a jamais fleurira,
Car l’eau de mes deux yeux d’humeur lui servira
Mon amour de chaleur, & ma foy de racine.
Je veux paistre mes yeux de sa vive couleur,
Pres d’elle fleuretant je veux de son odeur
Rendre odorant le Ciel, la terre & la marine.

VII. A te floscule quod lubens.

Accuserai je amour de ma faute commise
Ayant bien heu le cœur de m’esloigner de vous ?
Oui, car il n’est trepas qui ne me fut plus dous,
Il n’est point de regret qui plus me tyrannise.
Mais ce Dieu qui cruel si souvent se deguise.
Propice auparavant, & maintenant jaloux
De ma felicité : suscite le courroux
D’un Pere & de raison qui mon ame maistrise.
Tous deux me menacants d’une obscure prison,
Où d’un banissement de ma propre maison,
M’ont faict mettre en oubli cette heureuse entreprise.
Je debvois estre alors & sourd & sans raison,
„Le devoir en amour ne cede à la raison.
Je m’accuseray donc de ma faute commise.

VIII. De me conficiat.

Amour face de moy tout à sa fantaisie,
Qu’il alle conformant à ses vœux tous mes vœuz,
S’il faut mourir, ou vivre, ou partir je le veux,
Außi n’ay-je de luy jamais heu courtoisie.
S’il est mon creancier qu’il face une saisie
De mon corps, & mon cœur, jusques à mes cheveux,
De mes vœuz, de mes vers, de mes pleurs, & mes feux,
Et des plus beaux pensers dont mon ame est saisie.
Puy qu’il ne veut attendre une heur seulement,
Que ne me faict il vendre ores publicquement
Au plus offrant metteur, & ne faict il enchere ?
Il le peut s’il le veut, mais peu luy servira,
L’estrousse luy sera plus que l’attente chere
Car Madame sur luy la mise encherira.

XI. Ego amoris in hortulo.

Me treuvant une fois au cabinet d’Amour
Je fy chois de deux fleurs en couleur differentes,
Dont les tiges des puis ont duré verdissantes
Pour affliger mon ame & la nuit & le jour.
L’une estoit le Souci qui doré tout autour
Comme un ardant Soleil de flamesches ardentes
Darde mille rayons, dont les flames cuisantes
Ont des puys en mon cœurs estably leur sejour.
L’autre fleur que j’eslus estoit une pensée,
Qui pour estre au souci mixtement enlacée
Pres de luy dans mon cœur se vint camper aussi.
Hà (cœur) tu ne verras onc ta peine passée,
Car le souci se paist d’eternelle pensée,
Et la pensée vit d’un eternelle souci.

XII. Pro Strenis quid ego.

Que dourrai-je à ma Marguerite
Pour estrene cet an nouveau
Veu que je n’ay rien assez beau
Qui soit egal à son merite ?
Que j’erre en mile lieux divers,
Ou soit sur la terre ou sur l’onde,
Quoy qui se treuve rare au monde
Rien ne me plaist tant que les vers.
Luy dourrai-je un bouquet de fleurs
Ou quelques vers pour les Estrenes ?
Fideles tesmoins de mes peines
Ils luy conteront mes douleurs.
Mais non quoy que ma muse entonne
Est indigne de ses beaux yeux.
Il faut que pour l’estrener mieux
Moy mesme à elle je me donne.
Au joug de l’Amoureuse loy,
Nos cœurs sont liez de ta tresse,
Estrene toy de moy maistresse,
Et je m’estrenneray de toy.

XIII. O mi floscule.

Va payer l’interest d’Amour
Amoureuse fleur d’Hyacinthe,
A celle qui m’a l’ame atteinte,
D’un traict qui vole nuict & jour.
Je porte envie à ton bon heur
De fleurir en terre d’eslite,
Pour estre au sein de Marguerite
Je desireroys estre fleur,
Je m’estimeroy plus qu’un Dieu
Honnoré de telle fortune,
Cette faveur n’est pas commune
Au Dieux de vivre en si beau lieu.
Dieux pourquoy devant qu’estre ne
Ne m’avez vous faict œillet naistre ?
Si i epouvoy changer mon estre,
Je seroys en œeillet touné.
Comme un Dieutelet Amoureux
Entre ces collones jumelles,
L’humeur de si douces mamelles
Me rendroit Oillet vigoureux.
Oillet je seroy tousjours prest
Aymant d’un amour qui merite,
Lemperlé sein de Marguerite,
De luy payer son interest.

XIIII. Noctes atque dies.

Je veille jour & nuit au travail à l’envie
D’un rival ennuyeux qui faict le venerable
S’attribuant l’honneur d’un sonnet miserable
Qui le rent d’ignorance encore plus suyvi.
Que me seroit ce d’estre au labeur asservy
Si j’en perdoy le fruict ? je serviroy de fable.
Que sert au Notonnier Neptune favorable
Si l’esquif sur le port d’un Pirate est ravi.
Je n’endureroy pas qu’on me fauçast promesse,
J’ay l’esprit trop bouillant, le courage trop prompt
Pour permettre qu’un fat courtise ma maistresse.
Faut il qu’un ignorant porte dessus le front
Le Laurier de ceux là qui travaillent sans cesse ?
Non, je pourray plustost qu’endurer tel affront.

XV. Humanas mihi literas.

Madame, un envieux a dict, je le scay bien,
Que des humanitez j’avoy la cognoissance,
Pour un point de pratique ou de jurisprudence
Il vous a rapporté que je n’y sçavoy rien.
C’est un fat & menteur, qui n’a point d’entretien
Qu’à mesdire des gens souvent en leur absence
Qui pense trop scavoir & n’a point de science,
Qui veut tailler du grand & n’a pas le moyen
Qui croit de luy beaucoup plus qu’on ne le repute
Qui faict le grand docteur & jamais ne dispute :
Ce n’est pas le chemin d’acquerir du renom.
Je scay plus qu’il n’a veu de bourgs & bonnes villes,
J’ay plus sceu qu’il n’a leu au cours de loys civiles,
Et vous monstreray plus que luy de droit canon.

Du mesme.

Tel paroist estre homme scavant
Au jourd’huy qui n’ha que du vent,
Pour en faire preuve sommaire,
J’oyoys un jour ce medisant,
En public, qui latinisant
Souffletoit sa pauvre grandmere.
Je vous jure si j’eusse esté
Le Juge qui l’a escouté,
Je l’eusse par mon ordonnance
Interdit de parler Latin,
Soit ou le soir ou le matin,
Qu’il n’en eut faict la penitence.

XVI. Margari ne metuas.

Marguerite ne crains que mon amour perisse,
Un eternel amour ne peut onques finir,
Je perdray de mon nom plus tost le souvenir
Que l’oubly de ton nom dans mon ame se glisse.
Quand bien tu me serois un cruel precipice,
Tel qu’un scylle ou carbd avant que de t’hair,
Tu verras de mon corps mon ame des-unir,
Et pour te maintenir endurer le supplice.
C’est le plus grand honneur qui me peut advenir
Que de perir pour toy, mais ce n’est pas perir
Que perir, ou l’on veut maintefois qu’on perisse.
Un eternel amour ne peut onques finir.
„Un feu bien attisé ne peut jamais mourir,
Ne crains donc que jamais mon amitié finisse.

XVII. Qui vult scire feros

Qui desire d’Amour recognoistre la flame
Dont il va ravageant & la terre & les cieux,
La Couronne des Rois, & l’Empire des Dieux,
Il luy faut pour object le bel œil d’une Dame.
Il aimera plustost sans voile ni sans rame
Estre agité des vents & flots audacieux,
Que vivre en ses amours comme moy soucieux.
Ne donnant un moment de repos à son ame.
Quelqu’un dira que non, & ne me croyra pas
Celuy qui n’a gousté des venimeux appas
Qu’Amour monstre aux Amans si doux en apparence,
En peut estre amoureux : mais il n’a pas cognu
Quelle en est le tourment : ce tourment incognu
S’apprend tant seulement avec l’expérience.

XVIII. Non altus favor;

Ni le rang des plus grands que la faveur accole,
Ni les honneurs hautains Roys de cet univers,
Ni la Couronne aussi, des Lauriers tousjours vers,
Ni le doré sablon d’un superbe Pactole.
Ni l’espoir de renom qui par le monde vole
Ni des jours Clementins les tresors tous ouvers,
Mon faict icy chanter en langage divers
La beauté d’une fleur qui mon esprit affole.
Ce qui m’a faict escrire en François & Latin,
C’est le seul desepoir, & le fatal destin,
Qui soubs l’amoureux joug me tiennent en servage.
Et l’ennuy de me voir sans avoir merité,
Bruslé par les rayons d’une divinité,
Change mon naturel en estranger langage.

XIX. Cum genitor mea vota.

Puis que vous ne voulez à mes vœux condescendre
Ains m’alez menaçant de vos grandes rigueurs,
Si je ne quitte tost les marguerites fleurs
Pour venir à Molms mes tristes vœux apprendre.
Au bec du viste Allier je m’en yray descendre
Pour y præsagier la fin de mes mal’heurs,
Comme l’oyseau Thesbain qui se confit en pleurs,
Chantant sa fin au bord du recourbé Meandre.
Là je plaindray le jour & l’heur que fus né,
Je maudiray l’Amour qui m’a prædestiné
De finir où Allier dans Loyre se va rendre
Chantant vostre rigueur a si hautaine voix
Que mesme du Berry, Bourbonnois, Nivernois,
On pourra clairement mes complaintes entendre.

XX. Qui nihil ex nihilo.

AU ROY.

Qui de rien, seulement un autre rien dict estre
Pour rien & sans raison forme son argument,
Digne de rien, sur rien aßiet son fondement
Et s’il est quelque chose en rien le fait cognoistre.
Ce grand tout qui clost tout de rien a pris son estre,
Et de rien toute chose à son commencement,
Artistement sans art Dieu fit tout element
De rien & le grand tout en rien fera renaistre.
Imitez ce grand Dieu (grand Roy) qui tout a faict
De rien, & proceddez à son premier effect,
Vous en qui la grandeur d’un Dieu mesme se treuve.
Quelque chose formez de moy qui ne suys rien,
Pour monstrer qu’un grand Roy n’a faute de moyen
Et que cet Aristote argumente sans preuve.

Au mesme.

Nil sum, quid fieri.

Sire, je voudroy mais je n’ose
Vous prier me faire du bien,
De peur qu’au lieu de quelque chose
Par miracle je n’aye rien.

A Calliope.

Pour celebrer Delingendes.
Chara cura animi mei.
Calliope mon cher esmoy
Celebre pour l’amour de moy
La memoire de Delingendes,
Qui dans le doux miel de ses vers
Faict distiler par l’univers
L’honneur des Molinoises bandes.
Orphée, Apollon, Amphion,
Calliope, Euterpe, Clyon,
Muses mes fideles compaignes,
Faictes qu’aux accents de vos vois
Son loz retentissent les bois,
Les monts, les valons, les compaignes
Nymphes des foretz & des prez
En divers esmail diaprez,
Venez luy triste une couronne :
Cependant que le Rosignol
Aux dous accords de son flageol,
Sa gloire au mois d’Apuril entonne.
Muses c’est à vous de chanter
Ses loüanges, & les vanter
Sur les cordes de vostre lyre.
Trop sterile est l’air & la vois
Du luc qui bruit en Bourbonnois,
Pour son honneur & gloire dire.

Sur la naissance de Monseigneur le Prince Dauphin.

Sonnet.

Ce prince ne fut né du jour au lendemain
Que l’oiseau de Jupin armé d’un Cimeterre,
Abandonna le ciel pour venir en la terre,
Luy remettre aussi tost ses armes en la main.
Je vey le forgeron l’envieux[[??]] inhumain
Luy faire offre du feu, du foudre, & du tonnerre,
Je vey Neptune, & Mars le grand Dieu de la guerre,
Le recognoistre icy pour leur frere germain.
Puys je vey que Thetis, & la Docte Minerve,
Pour couronner son chef faisoient une reserve,
De deux chappeaux de fleurs, & d’autant de rameaux,
Mais tout ce que je vey, n’estoit autre præsage
Qu’à ce Prince Dauphin feroit un jour hommage
Tout ce qu’est soustenu de la terre & des eaux.

Ad eundem principem.

Votum.

Christus, Mars, Phæbus, Pallas, Driadesque, Puellæ,
Mitis, ouans, liquidus, docta, laboriseræ
Votis, arma, lyram, Bellum, nomenque decusque,
Adsit, suppeditet, det, doceat, resonent.

A la douleur du Poulmon,

Sonnet.

Astmatique douleur qui fays que pantelant
Orthopnoique Amant à peine je respire,
Allege moy de grace, ou fais que tost expire
L’esprit qui me faict vivre & mourir en parlant.
Großiere humeur qui vas mon poulmon opilant
Và dans un autre corps establir ton Empire,
Et toy flus corrosif qui ma douleur empire
Me rendant pasle & sec & & le cœur anhelant,
Alez manes alez dans la vieille masure
De quelque avare corps remply de pourriture,
Espreuver vos rigueurs & vos rudes effortz :
Dans le cœur, dans les os, dans les nerfs, dans les veines
Exercez jour & nuit vos fureurs inhumaines
Et jamais ne logez de dans mon jeune corps.

De Eodem.

Ad familiarem.

Pallida quòd facies mihi fit miraris (amice)
Hunc mihi pallorem dat dolor Asmaticus.
Pallet enim quicunque suo pulmone laborat.
Hoc doleo, dedit hoc Calliopea mihi.
Pallidulum vatem miraris (amice) Poetam.
Pallidulum assiduo Musa labore facit.

A monsieur Billard sieur de Corgenay.

O que Billard est heureux,
D’estre en pays planctureux,
Où il peut a souhait vivre
Libre enfanter un beau livre
Franc de peine & de souci
Dont je suys icy transi :
Jamais ne seray-je à l’aise
Dans ma terre Bourbonnoise.
Pour faire à souhait des vers,
Il n’est lieu dans l’univers
Plus propre à cet exercice,
„Quelque pays qu’on choisisse
„On ne faict jamais si bien
„En autre pays qu’au sien.
Pour imiter son Horace,
Ou contrefaire Bocace
Ce grand Pindare François,
Esleut son gay Vandomois :
Pour imiter mon Tibulle,
Ou contrefaire Catulle,
Plus propre lieu je ne vois
Que mon pais Bourbonnois.

Sonnets. Et poëmes particuliers.

A Monsieur de Chaseron sur la visite de sa Dame mourante.

Verrez vous ternir ce bel œil
Qui tenoit vostre ame asservie ?
Quoy ? voir ecclypser le Soleil
Qui vous donnoit de vivre envie ?
Vous auriez ia perdu la vie
Si l’on mouroit d’extreme deuil,
Le deuil dont vostre ame est suyvie
Vous auroit jà mis au cercueil.
Mais je croy que l’on meurt de joye,
Ce bel œil de vous voir sa proye
De vos maux s’erige un tombeau.
Phœnix renaissant de vous mesme
Vous becqueterez son sein blesme
Au cercueil pelican nouveau.

A Monsieur Billard de Corgenay.

Craignant d’estre taxé de ce nom de flateur
Je ne veux mon Billard descrire ta loüange,
On scait de Thule au Nil, & de l’Atlas au Gange,
Ta vertu, ton scavoir, ton esprit, ta valeur.
Scaches que je te suy seulement serviteur
En quel lieu que je soys, ou en pays estrange
Où soit en Bourbonnois, mon courage ne change
D’honnorer & servir un si docte sonneur.
Trop sterile est ma Muse & ma vois trop petite
Pour dire rien qui soit egal à ton merite,
Je fay de mesme außi que les Aßiriens
Qui soigneux de dresser à leurs Dieux des Idoles
N’en dressent au Soleil, d’autant que des deux Poles
Il est assez de soy bien recognu des siens.

Ad eundem.

Teque tuosque diu nouit mea Musalepores
Quid mirum huic placeant, si placuere dijs ?

A Monsieur Rousseil Advocat.

J’aime beaucoup Rousseil pour sa belle doctrine,
J’aime beaucoup Rousseil couchant bien par ecrit,
J’aime beaucoup Rousseil disant mieux qu’il n’escrit,
J’aime beaucoup Rousseil et son humeur benigne.
J’aime beaucoup Rousseil il ha l’ame divine,
J’aime beaucoup Rousseil pour avoir net l’esprit,
Je l’aime, je l’honore, il aime, honore Christ.
Je l’aime il aime aussi, ce que d’amour est digne.
J’aime Rousseil tousjours des lettres devisant,
J’aime Rousseil d’autant qu’il n’est point medisant,
Je l’aime de ce que l’heur d’aucun il n’envie.
Si ce n’est la vertu qu’il void luyre en autruy
C’est un honneste enui ? si j’estoy comme luy
Je serois envieux le reste de ma vie.
Sur un attaque à trois dez ..
Le filz ailé de Cytherée
Ayant ses deux yeux desbandez,
Attacqua Madame à trois dez
Qui gaigna sa flesche acerée.
Amour pour se revancher d’elle
De rechef la vint attacquer,
Et voulant au jeu se picquer
Coucha son arc & sa cordelle.
Madame plus qu’Amour accorte
Mit en jeu sa seule beauté,
Luy sa rigueur emporte.
L’enfant recourant à sa mere
Pleure ses mal’heurs advenuz.
Allez petit sot (dict Venuz)
Qui pensez vous qui vous revere ?
Failloit il jouer la puissance
Que vous avoient donné les Dieux ?
Alez alez servir ses yeux
Et leur portez obeissance.
Despuys sa mal heureuse perte
On portrait les amours tous nuds,
Les yeux bandez, & de Venus
La grace n’est despuis ouverte.
Donques Amants prenez vous garde,
Madame au miel de ses attraits,
Recele d’Amours tous les traits.
Qu’à l’improviste elle vous darde.

Sur une Dame qui me disoit medisant.

Vous me faictes grand tort je vous jure Madame
De dire que je soys un homme medisant,
Ce nom sieroit mieux à quelque courtisant
Qui loüe de la bouche & medit en son ame.
Non, je suys trop jaloux de l’honneur d’une Dame
Qu’honorent mes pensers & mes vers vont prisant,
Bien que de vous loüer je soys insuffisant
Toutesfois par honneur vostre honneur je reclame.
En medisant de vous, je seroy mal appris,
Je mediroy d’un bien, dont je suy tout epris,
„On ne peut dire mal du bien que l’on desire.
Je suys en mes discours aucunement discret
Je divulgue le bien & tiens le mal secret,
L’honneur estant en vous on n’en peut que bien dire.

Sur la maladie de Gabrielle.

Gabrielle en Octobre estoit au lict couchée
Atteinte d’un frisson qui l’espoinçonnoit fort
Quand un vieil medecin pour luy donner confort
Ne sceut dire le mal dont elle estoit touchée.
Elle avoit le tein pasle, & la langue seichée
Terny l’œil, & du cœur luy failloit le ressort
L’accez continuel redoubloit son effort
Bref elle alloit mourant la teste mi penchée.
Sans Amour qui me fit soudain y accourir,
Comme vray medecin prompt à la secourir
J’apperceuz à son poux le mal & le remede.
Ce vieillard ordonnoit qu’on la seignat au bras,
Non, dy-je il faut ouvrir la veine un peu plus bas,
C’est peut estre delà que la fievre procedde.

Aux Amants.

Scavez vous en amour ce qu’ores est requis
D’un mensonge asseuré faire ferme asseurance,
En propos, en habits, une vaine apparence,
Faire de beaux presens & des banquets exquis.
Les amours ne sont plus par des amours acquis
Un poupin estranger arrivera de France
Galonne, velouté, qui dernier nous devance,
Et ravis nos amours par des amours acquis.
Chenes, bagues, boucquets, des cytrons les escorces
Ce sont ed leurs amours les plus promptes amorces,
Et les mieux habillez ce sont les mieux cheris.
Mais quoy ! telle envers nous faict de la r’ancherie
Qui ne scait pas que c’est que de la fripperie
Où l’on ha des habits empruntez à Paris.

LA RETRAICTE des Muses.

STANCES.

Sors de chez moy doux Apollon
Sortez Muses de mon estude,
Car j’ay banny l’Amour felon,
Qui me tenoit en servitude.
Je ne feray jamais des vers.
Comme j’ay faict en ma jeunesse,
J’ay prins un mestier tout divers
Pour survenir à la vieillesse.
Cest bien assez pour se lasser
Du jeu qui les espris attire,
Trois fois neuf ans j’ay veu passer,
Il est temps que je me retire.
Il n’est point de contentement
Egal à celuy de la Muse,
Mais il y faut du fondement
Car autrement la Muse amuse.
Bien est vrai qu’un esprit facquin
A ce mestier est incapable,
Mais qui l’exerce est tost coquin
Ne semant rien que sur le sable.
Bien tistre un vers est de l’honneur,
Honneur fondé dessus l’arene
Ou la semence du labeur
Ne produict qu’une moisson vaine.
Pensant que je fay du retif,
Apollon me dira peut estre
Que le mestier est bien chetif
Qui ne peut pas nourrir son maistre.
C’il qui dedaigne de vivre,
Et qui ne s’en nourrit entier.
Ne doibt un tel estat plus suyvre.
Jadis aux grands ont pleu les vers,
Ils n’en font ores point de compte.
C’est que le temps est tout divers
Et que chacun n’ha pas son compte.
L’age de l’home est un peu court
Pour attendre quelque fortune,
Et puys la faveur de la cour
A toutes gens n’est pas commune.
Ronsard, Jodelle, & Dubellay,
S’ils revenoient rimer en France,
N’auroient pas peut estre un balay
De leurs beaux vers pour recompence.
D’Aurat, Sainctgelays & Maclou,
Doctes nourrissons d’Hypocrene
Ne remporteroient pas un clou
Pour recompence de leur peine.
Ceux qu’on void à present honnir
Avoient ja leur fortune faicte,
Mais s’ils attendoient l’advenir,
Comme moy sonneroient retraite.
Je me ry de mes compaignons
Qui se repaissants d’esperance
Pensent devenir champignons
Une nuit en l’Ile de France.
On les void comme beaux ramiers
Espars espiants la pasture,
Il n’est que d’estre des premiers
Mes amis, quittons l’adventure.
Nous alambiquons nostre temps
Pour la pierre philosophale.
Qu’aurons nous au bout de vingt ans ?
Un Ciron pour un Bucephale.
Puys un chagraigneux repentir
Quand ce viendra sur la vieillesse
Nous fera trop tard ressentir
La perte de nostre jeunesse.
Ha qu’il faict bon ouir le son
D’une riche lyre crocée,
Au pris de la triste chanson
D’une pauvre lyre forcée,
Quand un esprit est molesté
Son humeur est demi contrainte,
Les vers d’un esprit arresté
Ce semble, ont beaucoup plus de pointe.
Nous ne ferons jamais des vers
Si tu me veux croire ma Muse
L’espoir des lauriers tousjours vers
Et de recompence t’abuse.
Quand tout ton travail entassé
Se voue à l’ingrate personne
Qui le present & le passé
Ne recognoist & ne guerdonne.
Un regret apres languissant
Jour & nuit bourrelle ton ame
Et toy mesme te punissant
A ta playe ostes le dictame.
Tout l’honneur que lon te fera,
On loüera ton entreprise,
Et pour loyer on te dira
Je plain la peine qu’avez prise.
Un grammercy comme de rien
Closra le discours de ta peine.
Puy fay des vers te voila bien
Pour passer cette vie humaine.
Scaches qu’on ne faict plus estat
Ni d’Apollon ni de ses Muses,
Le lourdaut riche est Magistrat
Et les beaux esprits sont des buses.
Ni tu legeris integrum libellum.
At si nil studij in meo libello est
„Lector, quid rogo te ut legas libellum ?
Nil difces (fateor) benigne lector.
Legas tu licet integrum libellum.

Le libraire au lecteur amy.

STANCE.

Ne t’arrestes (amy lecteur)
Aux erreurs qui du Correcteur
Ont trompé l’œil en cet ouvrage.
L’Auteur croiroit estre obligé
A sa fortune davantage,
S’il n’estoit d’autres corrigé.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.