« Serviteur & amy » : Éloge ou compétition

Il est fréquent de trouver dans les liminaires des recueils quelques pièces d’auteurs invités venus chanter les louanges du poète et vanter les beautés de ses vers. Ces péritextes donnent une idée du réseau qui entoure l’auteur, de son statut social et de sa renommée. C’est parfois aussi l’occasion de donner la parole à d’autres intervenants du livre comme les imprimeurs-libraires ou traducteurs. Dans le texte que je vous propose de découvrir, c’est le graveur qui écrit :

Sonnet a Monsieur Jean Franeau Licentie’es droict Seigneur de Lestocquoy Par Son serviteur & amy Antoine Serrurier.

Il n’est plus de besoing’ que l’on courre aux Campagnes,
Qu’on route curieux les ombreuses Forets,
Les verdoyants Taillis, qu’on cerche par les Prets,
Es dous frairants valons es Costaux, & Montaignes,

Pour cognoistre des Fleurs, les flairantes haleines,
Leurs formes, leurs beautés, de cent teints bigarrés,
Couvrans a qui mieux mieux de tapis diaprés,
Les Vaulx, les Monts, les Camps, les bois, les Prets, les Plaines

Puis qu’on voit au discours de ce docte FRANEAU,
La nature des Fleurs, ce quelles ont de beau.
Leurs formes, leurs coulleurs, leur progrez ou naissance ;

Les saisons ou l’on vient, leur beauté admirer,
Leurs suaves odeurs, que venons odorer,
Et mille autre Vertus servans a nostre usance.

DESIRANS MIEUX.

Jardin d’Hyver, Pierre Borremans, 1616 (exemplaire 4-BL-3207 conservé à la bibliothèque de l’Arsenal).

Ce sonnet tiré du Jardin d’hiver permet de présenter l’ouvrage, son auteur Jean Franeau et ses ambitions : produire un catalogue poétique qui célèbre une sélection de fleurs, illustrées et décrites par un alternement entre textes et images. Ainsi, l’hiver venu, l’amateur de tulipes peut malgré tout contempler et visiter un jardin.

Cette substitution du livre à la nature pousse les deux amis, Jean Franeau et Antoine Serrurier, à « désirer mieux » pour reprendre la devise de l’artiste, c’est-à-dire produire des équivalents immortels, littéraires d’une part et picturales de l’autre, subrogés au jardin printanier. La complainte hivernale est apaisée par les élégies du poètes et les illustrations du graveur. Tout deux réconfortent le lecteur privé de promenades la froide saison venue. Pour y parvenir, les deux hommes doivent faire dialoguer leur art. On voit dans l’ensemble du recueil comment les vers de Franeau répondent aux représentations en apportants des descriptions complémentaires quant aux couleurs et aux odeurs (un système de notes permet de repérer les éléments d’un support à l’autre).

Grâce à ce sonnet liminaire, la collaboration des deux hommes est d’emblée affichée. Elle est même renforcée par la double performance du graveur qui se fait lui-même poète. Au reste, il montre dans ce sonnet de forme marotique qu’il connaît lui aussi les codes de composition poétique : la métrique (sonnet en alexandrin) et les rimes embrassées (ABBA ABBA CCD EED) sont des choix classiques qui illustrent la maîtrise du graveur, présenté dans le titre du poème comme le « serviteur & amy » de Jean Franeau. On peut deviner, derrière cette dédicace, une réelle amitié et peut-être même une légère compétition entre un poète qui à le projet de substituer son ouvrage à une promenade et un graveur qui, en plus d’imiter la nature, re-traduit des textes en image. De la plante à son expression, et enfin à sa représentation, cette triple création se referme sur elle-même quand le graveur lui-même reprend la plume et rédige lui aussi une entrée dans le jardin. Afin de faire bon accueil au lecteur, il résume dans les attaques de chaque strophe le projet du catalogue et forme ainsi une seule et même phrase qui donne le cadre du propos :

Il n’est plus de besoing’ que l’on courre aux Campagnes, (v. 1)
Pour cognoistre des Fleurs, les flairantes haleines, (v.5)
Puis qu’on voit au discours de ce docte FRANEAU, (v.9)
Les saisons ou l’on vient, leur beauté admirer (v.14)

Connaître et admirer, ce seront là les deux crédos qui guideront le lecteur dans sa lecture. Le curieux peut encore visiter ce jardin sur Gallica. Les fleurs et bulbes qui ont servi de modèles ont disparu depuis longtemps, mais l’œuvre ne permet pas seulement de combattre la froidure d’une saison, mais bien de traverser les époques. Cette année, le Jardin d’hiver fête son 403e printemps !

Gravure de plusieurs fritillaire
Gravure de fritillaires par Antoine Serrurier tirée du Jardin d’hyver, Borremans, 1616, p. 71.

Pour citer ce texte : Marine Parra, “« Serviteur & amy » : Éloge ou compétition”, dans "Jardin" de poésie, 14/09/2019 | https://versunjardin.hypotheses.org/141, Consulté le 18/09/2021.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.