Jardin de plaisance et fleur de rhétorique ⨳

Le Jardin de plaisance || Et fleur de Rethoricque nouvellement Imprime || a paris.

L’enseigne

Libraire(s) : [Antoine Vérard]
Imprimeur(s) : [Guillaume Le Rouge?]
Ville : Paris
Adresse imprimeur et libraire : [Rue Neuve Notre Dame de Paris, à l’image Saint Jean l’évangéliste]. Au cœur de Paris, cette rue se situait sur l’île de la Cité. Parallèle à la Seine, elle montait jusqu’à l’église Sainte-Genevieve des Ardents, devenue ensuite la cathédrale Saint-Étienne, puis la cathédrale Notre Dame de Paris, comme c’est le cas du temps d’Antoine Vérard. La rue en elle-même n’existe plus, elle a changé de nom sous la Révolution et fait à présent partie du parvis de la cathédrale. Seuls des pavés et une dalle scellée marquent aujourd’hui son emplacement.
Date : [1501].
Colophon : Cy finist la table de ce present livre || intitule Le jardin de plaisance et fleur || de rethoricque,  compose et Imprime ||nouvellement a paris. Et le trouvera || on a vendre au palais au premier pil||lier devant la chappelle ou len chante la messe de messeigneurs les presidens || Ou au carrefour saint severin a lyma||ge saint jehan levangeliste.
Éléments de datation : Les catalogues bibliographiques donnent les dates approximatives de 1501-1502. Voici la justification proposée par le commentaire d’Eugénie Droz et Arthur Piaget concernant la date de 1501 : 

Antoine Vérard n’a pas jugé à propos de signer de son nom l’édition du Jardin de plaisance ni de la dater. Mais nous pouvons savoir, à peu près exactement, quand ce recueil a vu le jour.
Un poème du Jardin fournit une date utile. L’auteur anonyme de la Pipée du dieu d’Amours raconte qu’il eut un songe le 1er mai 1501 :
L’an mil quatre cens unze avec nonante
Le premier jour de may tresgracieux
Fol. clxxxvij
D’autre part, le libraire parisien informe les amateurs qu’ils peuvent acheter le Jardin de plaisance nouvellement imprimé soit “au palais au premier pillier devant la chappelle ou l’en chante la messe de messeigneurs les presidens”, soit “au carrefour Saint Severin a l’ymage Saint Jehan l’Evangeliste”.
Or on sait que cette dernière adresse désigne l’officine provisoire de Vérard après la chute du pont Notre-Dame. Au mois de septembre 1503, Vérard transporta sa librairie “devant la rue neufve Nostre-Dame”.
À défaut d’autres documents plus précis, on pourrait donc dire que la publication du Jardin de plaisance se place du mois de mai 1501 au mois de septembre 1503.
Mais il est peut-être possible de préciser davantage. Le Purgatoire d’Amours (Fol. clxxxij vo) est un poème daté de 1463. Or cette date a été changée par le compilateur du Jardin de plaisance en “l’an cinq cens et ung” (Fol. clxxxvi vo). Ce rajeunissement indique assurément que le Jardin de Plaisance a été compilé et sans doute publié en 1501.” 
Introduction et notes, p. 35.


Marque de l’imprimeur-libraire : – 

L’atelier

Type(s) de caractère : Caractères gothiques. Macfarlane donne des informations sur les caractères employés par l’imprimeur de Vérard, peut-être Guillaume Le Rouge (indication donnée par M. Monceaux, Les Le Rouge de Chablis, Paris, 1896, t. II, p. 114). Voici la reproduction de l’alphabet dont Macfarlane dont Macfarlane a reproduit un exemple un appendice sous le type I. Comme le rappelle  Eugénie Droz et Arthur Piaget, les initiales des paragraphes ont été, de l’avis d’Anatole Claudin, dessinées par Vérard lui-même (Histoire de l’imprimerie, t. II, p. 464-5).


Mise en page :  La page est composée en deux colonnes de 49 lignes. Chaque poème commence par une lettrine, les strophes sont séparées par des blancs. Les titres sont introduits par des pieds de mouche et se limitent le plus souvent à une indication générique. Les pièces les plus longues sont précédées de titres plus longs et plus détaillées. Il y a également deux jeux de lettrines qui hiérarchisent les poèmes : d’un côté les pièces courtes, de l’autre, les plus longues.


Présence d’illustration(s) : Cette première édition compte de nombreuses illustrations qui permettent notamment une meilleur indexation des pièces. Quatre grandes gravures (dont trois déjà employées dans des productions antérieurs occupent des places de choix dans l’anthologie : 

Jardin de plaisance et fleur de rhétorique, Paris, [Antoine Vérard], [1501] ⨳.

Cette scène représente l’offrande de l’œuvre au roi de France. Comme le signale  une étude de Jane Taylor1 , un exemplaire particulièrement soigné et décoré du Jardin de plaisance et fleur de rhétorique, aujourd’hui conservé à Copenhague,  a été préparé par Antoine Vérard pour Louis XII2 .

Une autre scène du même type est donnée (d3v). Elle est précédée du titre suivant : “Le donnet baille au feu roy charles huytiesme de ce nom”. Cette pièce présente dans d’autres recueils poétiques manuscrits était alors baillée  — plus étrangement compte tenu du propos — à Louis XII.

Jardin de plaisance et fleur de rhétorique, Paris, [Antoine Vérard], [1501] ⨳.

Après ce poème qui peut encore être considéré comme une pièce liminaire, on entre réellement dans le Jardin de plaisance. Les gravures changent à cette occasion. Plus petite, elles sont cette fois intégrée au format paysage. 42 d’entre elles accompagnent le texte sur deux colonnes et 6 autres se limitent à l’échelle d’une colonne. La différence de taille étant proportionnelle à l’intérêt structurant de l’image, les grandes servent à ouvrir ou fermer l’ouvrage, les moyennes départagent les poèmes et sections internes, les petites s’intègrent au sein des pièces en illustrant une scène ou l’autre.

Jardin de plaisance et fleur de rhétorique, Paris, [Antoine Vérard], [1501] ⨳.
Jardin de plaisance et fleur de rhétorique, Paris, [Antoine Vérard], [1501] ⨳.

Ces gravures façonnées à partir de bois interchangeables, procédé emprunté par Vérard à l’imprimeur strasbourgeois Jean Gruninger, peuvent être modulés selon les besoins thématiques des pièces.

Bien plus tardivement dans le recueil, une 3e grande gravure annonce la mort de la dame. Comme le précise Eugénie Droz et Arthur Piage, elle est “vêtue d’un costume du temps d’Anne de Bretagne. Elle se promène dans un jardin, et la Mort la menace de ses flèches” (Introduction et notes, p. 30). Cette gravure sera réemployée par la suite dans d’autres recueils.

Jardin de plaisance et fleur de rhétorique, Paris, [Antoine Vérard], [1501] ⨳.

Après la mort de la dame, celle de l’amant vient clôturer le Jardin de plaisance et l’intrigue que le recueil a construit en assemblant des récits divers d’amants éplorés. Encore une fois, cette gravure réapparait par la suite.

Jardin de plaisance et fleur de rhétorique, Paris, [Antoine Vérard], [1501] ⨳.


Ornements
 : –

L’échoppe

Exemplaires connus

  • Paris (Fr), Bibliothèque nationale de France, Rés. YE 168.
    Cet exemplaire a été reproduit en fac similé par Fernique pour l’édition d’Eugénie Droz et Arthur Piaget parce qu’il a été remarquablement conservé. Il manque néanmoins le feuillet 73, les clichés 73 et 73v ont été faits d’après l’exemplaire suivant : Paris (Fr), Bibliothèque nationale de France, Rés. YE 169.
  • København (Dk), Det Kongelige Bibliotek, Perg 18-113.
  • Meaux (Fr), Médiathèque Luxembourg, Inc 12 Cat 304.
  • Yale University, New Haven, CT (USA), Beinecke Library, 1990 +158.
  • Paris (Fr), Bibliothèque nationale de France, Rés. YE 169.
    Cet exemplaire est accompagnée de très nombreuses annotations manuscrites et ne sort certainement jamais de la réserve, certainement parce qu’un fac-similé basé sur le YE 168 (de la même édition) existe. Pourtant, plusieurs éléments font de ce codex un observatoire intéressant pour une rétro-génétique des œuvres de la première modernité. Il permet, grâce aux nombreuses intervention d’un lecteur du XVIIIe siècle, de retracer une partie de la genèse de l’anthologie poétique, mais aussi des pièces qui la composent.


Prix : ?
Format : In-2
Titre courant : –
Nombre de feuillets : ff. ccxlxiii (=264). Foliotation régulièremenr fautive.
Relevé des signatures :  a-z6 &6 aa-ss6 tt8
Péritextes : Un rondeau dédicatoire (a2r) ; une table des pièces majeures : “tables des choses contenues en ceste presente œuvre intitulée le Jardin de plaisance et fleur de rethoricque”. Elle est suivie d’une autre table des incipits de pièces brèves classées par ordre alphabétique.

Le lutrin

Institution(s) & bibliographe(s)

USTC n°57869.
Frédéric Lachèvre en donne une description (dans les premières pages  du Recueil collectifs de poésies du XVIe siècle, Genève, Slatkine, 1967). 
“Cette première édition, sans nom d’imprimeur, qui se vendait chez Anthoine Vérard, a dû paraître en 1502 ; elle contient : 63 ballades, rondeaux, quatrains, chansons, etc., et une épître en prose (2), soit 64 pièces environ de plus que l’édition de 1505 et que celles s. d. de Michel Lenoir et de Jehan Petit. Nombre de ces pièces sont plus que libres, quelques-uns même sont obsènes. 292 rondeaux, chansons et autres pièces sans compter les 64 ballades, rondeaux et autres pièces manquant aux éditions Lenoir et Petit, soit 356 pièces environ de plus que les éditions, s. d., de Vve Jehan Trepperel-Jehan Jehannot, et de Lyon, Boullon-Arnoullet” p. 4.
Il en arrive au résultat de 658 pièces qu’il cherche ensuite à attribuer à leur auteur.

Sur les étagères de

– 

Pour citer ce texte : Marine Parra, “Jardin de plaisance et fleur de rhétorique ⨳”, dans "Jardin" de poésie, 29/09/2019 | https://versunjardin.hypotheses.org/277, Consulté le 27/06/2022.

  1. « La double fonction de l’Instructif de la seconde rhétorique : une hypothèse », in L’écrit et le manuscrit à la fin du Moyen-Âge, Brepols Publishers, 2006, p. 333-334 []
  2. Il s’agit d’une pratique courante d’Antoine Vérard. Voir, comme le conseille Jane Taylor, M. B. Winn, « Offerings for the King : Antoine Vérard’s Presentation Manuscripts and Printed Books » in Manuscripts in the Fifty Years after the Invention of Printing, Londres, University of London, 1983, pp. 66-74. []

Une réponse sur “Jardin de plaisance et fleur de rhétorique ⨳”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.