Cartographie #3 | Bibliothèque Sainte Geneviève

Une bibliothèque : une lecture.

Aujourd’hui, celle d’Alfred de Bougy, Histoire de la bibliothèque Sainte Genevieve, Gerdes, 1847, p. 150

L’établissement de ces séances du soir est sans contredit un des actes qui honorent le plus l’administration de M. de Salvandy. Il découle d’une pensée noble, vraiment philanthropique, digne de l’entière approbation des gens honnêtes, des éloges de tous ceux qui s’intéressent à la jeunesse du quartier latin.
Sans parler de l’immense profit que retirent de cette fondation les études, de ce moyen d’utiliser les heures souvent livrées à l’oisiveté énervante, il faut considérer encore que les jeunes gens qui viennent lire et prendre des notes le soir à Sainte-Geneviève iraient peut-être, si cette bibliothèque n’était pas ouverte, dans les estaminets, dans les bals publics, dans les mauvais lieux, où ils dépenseraient follement leur intelligence, leur santé et le peu d’argent dont ils disposent.

Au point de vue moral et utilitaire, les séances du soir sont donc une chose infiniment louable, une innovation excellente. On n’ignore pas que bon nombre d’étudiants pauvres ou du moins fort gênés n’étudient point chez eux en hiver, faute de feu et de lumière ; dès lors que faire ? Se livrer à la dissipation ou à la débauche.
Une riche bibliothèque s’est ouverte pour eux ; ils y trouvent l’été un abri contre la chaleur, l’hiver un refuge contre le froid, et, s’ils ne veulent pas méditer Duranton, Bichat, Soubairan, Berzelius ou Pouillet, ils peuvent lire de l’histoire, de la poésie, des pièces de théâtre, des mémoires ou des voyages.

Une lecture, quelque futile qu’elle soit, vaut mieux encore que l’exercice machnal de la pipe, les bacchanales dansantes ou le billard.
Je ne saurais trop le répéter, une mesure aussi éminemment sage montre dans celui qui l’a fait adopter des idées élevées et le sentiment des moyens à employer pour régénérer la jeunesse exposée ici à tant de séductions périlleuses, à tant d’occasions d’inconduites et de perte.
Cependant, comme on ne saurait “contenter tout le monde et son père,” et comme les meilleures choses humaines entraînent des inconvénients, les séances du soir ont leurs ennemis […]

Poursuivre la lecture et donner la parole à l’opposition ici.

Quand l’état lance la commande d’un édifice spécifiquement conçu pour devenir une bibliothèque universitaire à Paris, il est déjà prévu que le bâtiment reste ouvert après la tombée de la nuit, mesure audacieuse qui participe à une ouverture culturelle propre au XIXe siècle. L’architecte en charge de sa réalisation, Henri Labrouste, s’efforce d’ailleurs d’optimiser la lumière. Cette bibliothèque est parmi les premières à se doter d’un éclairage au gaz. Elle ouvre en 1851, quelques années après la publication de ce texte d’Alfred de Bougy, surnuméraire de la bibliothèque Sainte Geneviève.

C’est maintenant au détour d’un cabinet de curiosités que se cachent deux Jardin : le Jardin des muses (1643 ⧱) et le Jardin d’épitaphes (1648 ⫝). Ils ont intégré les collections anciennement impériale de la bibliothèque.

Pour citer ce texte : Marine Parra, “Cartographie #3 | Bibliothèque Sainte Geneviève”, dans "Jardin" de poésie, 01/10/2019 | https://versunjardin.hypotheses.org/306, Consulté le 27/06/2022.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.