À la Recherche d’un roi

Où l’on rencontre un éthiopien mystérieux et son épitaphe dé-composée

Exemplaire conservé à la BM de Lyon, 344317

Ce poème anonyme est tiré du Jardin d’épitaphes choisies, un recueil collectif publié pour la première fois en 1647 par Gaspar Meturas à Paris. Personnalités politiques, savantes, artistiques ou anonymes apparaissent successivement dans l’œuvre qui cherche également à éclaircir les causes et circonstances de la mort des défunts.

Pour le moins énigmatique, un poème signale le décès d’un prétendu roi éthiopien en 1638 à Ruel, au château du Val de Ruel que Richelieu acquiert en 1633 (aujourd’hui disparu, mais célèbre pour ces somptueux jardins). On pourrait croire que le poème salue le souvenir que ce personnage a laissé de lui. Pourtant, à y regarder de plus près, l’enjeu principal de l’ouvrage n’est peut-être pas seulement d’honorer la mémoire des morts ou de rétablir leur identité, encore moins la vérité les concernant.

Ce roi serait, comme le rapportent Les historiettes de Tallemant des Réaux, un éthiopien se faisant appelé Zaga-Christ et qui « se donnait pour être fils du roi d’Abyssinie. C’était vraisemblablement un imposteur. Il se fit entretenir à Rome [et laisse derrière lui quelques conquêtes transies] et à Paris, où il arriva en 1634 ». 

Son portrait laisse entendre qu’une certaine frénésie s’est emparée de tout Paris pour le personnage. Il éveille la curiosité des dames en général — dont Anne d’Autriche — et d’Antoinette en particulier, femme de Saulnier, conseiller au parlement de Paris.

Ces circonstances et quelques autres lui valent, après la prison, l’épitaphe controversée présentée dans le Jardin. Le roi y est convoqué en anonyme : son nom ne figure nulle part, alors même qu’il était connu de tous. Il est également un usurpateur présumé, l’hypothèse de la « copie » étant confortée par son placement à la rime.

Tallemant donne lui aussi à lire son épitaphe, mais dans une version longue de quatre vers cette fois : 

Cy gist du Roy d’Ethiopie,
L’Original, ou la Copie ;
Le fut-il ? Ne le fut-il pas ?
La mort a fini les débats.

Quels sont ces débats mentionnés en fin de poème ? Les Historiettes racontent que Madame de Rambouillet a mené une enquête afin de démasquer l’usurpateur (l’éthiopien ne serait pas un roi) et trouve une preuve de la soi-disant supercherie dans sa lecture de Ramusio, un géographe italien. 

L’épitaphe est-elle célèbre ? Probablement. Elle l’est suffisamment pour qu’un exemplaire du recueil soit augmenté d’une annotation manuscrite dans laquelle on retrouve les deux derniers vers. On rencontre par ailleurs fréquemment le personnage dans les compositions de l’époque. 

Exemplaire conservé à la BM de Lyon, Rés 389758 

Dans ce contexte, comment interpréter le titre donné à la pièce ? Il semblerait que le paratexte joue le jeu du poème et des détracteurs de l’infortuné Éthiopien. En maintenant le doute par la forme pronominale « se disoit », le compilateur va certainement dans le sens de son lectorat pour qui l’anecdote reste savoureuse en 1647. L’effet de connivence fait basculer une introduction qu’on pourrait d’abord penser précautionneuse : « D’un Ethiopien, qui se disoit Roi » à un énoncé légèrement caustique : D’un homme qui s’est cru roi. Sans généralisation hâtive, il serait intéressant de relire l’intervention éditoriale du recueil comme ancrée dans la sociabilité de son temps. Les rois de contrées lointaines ne sont peut-être pas les seules cibles de railleries.

Notons que la mort n’est pas parvenue à enfouir son histoire bien longtemps : aventureux, souverain, galant, que faut-il pour mériter une jolie épitaphe, je vous le demande …

C’était il y a 370 ans, aujourd’hui comme alors, « une fois la partie finie, pions et roi finissent dans la même boîte ».

Pour aller plus loin : En apprendre plus sur Zaga-Christ ; Consulter Le Jardin d’épitaphes ou les Les Historiettes.

Pour citer ce texte : Marine Parra, “À la Recherche d’un roi”, dans "Jardin" de poésie, 25/08/2019 | https://versunjardin.hypotheses.org/45, Consulté le 18/09/2021.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.