À la Recherche de pages disparues

Où l’on rencontre de méticuleux conservateurs

Deux exemples de mutilation d'ouvrage.
À gauche, la page de titre du Jardin, et Cabinet poétique de Paul Contant, Poitiers, Mesnier, 1609. Exemplaire conservé à la médiathèque François Mitterand de Poitiers [cote CP 180].
À droite, une gravure frontispice du traité de Paul Contant intitulé le Second Eden. Exemplaire conservé à la bibliothèque de l’Arsenal [cote FOL S 544].

Les fonds anciens regorgent d’ouvrages amputés, auxquels d’abominables voleurs ont arraché des pages (exception faite des urgences, comme celle d’Audrey Tautou dans Da Vinci Code qu’on garde à l’œil). Ces mutilations peuvent prendre d’autres formes. De la tache, que j’imagine accidentelle, à la censure d’un lecteur désapprobateur, il y a même quelques coupes à plus-value artistiques (voir ci-dessus).

Quand rien ne manque, il arrive au contraire que des pages aient été ajoutées, parfois bien après la publication. Loin de référer à des cas isolés, il existe toute une gamme d’ouvrages recomposés et il n’est pas rare de consulter des morceaux d’œuvres collationnées sous une nouvelle reliure. Ces recueils factices ne proposent pas toujours de page de titre ce qui rend l’identification plus difficile. 

D’autres indices peuvent aider le lecteur à situer sa lecture, notamment les titres courants, signatures et autres éléments de la mise en page. Le plus souvent, ce sont les travaux de description, de référencement et d’inventaire réalisés par les conservateurs qui permettent de s’y retrouver et de retracer, dans un travail de fourmi, une immense quantité de savoirs.

Ces protecteurs et spécialistes du livre laissent quelquefois des traces de leur lecture et de leur enquête comme par exemple cette lettre glissée entre les pages d’un exemplaire de l’Hortulus animae.

Photographie de la lettre évoquée dans l'article
Correspondance entre le Révérend Père Ampe et la conservatrice Yvonne Duhamel, conservé dans les pages du Jardin des ames chrestiennes dressées pour la pratique de la vie spirituelle des plus belles sentences & maximes de l’Écriture et de quelques Saints Pères, Paris, 1665. Cote UA-CST RG 3114 C 21. Exemplaire conservé à la bibliothèque du Ruusbroecgenootschap d’Anvers.

En cas de doute, le meilleur moyen d’identifier et décrire un exemplaire incomplet reste de le comparer à un autre témoin. C’est ce que souhaitait faire ce bibliothécaire qui a donc contacté un de ces confrères. Au-delà du charme que suscite la lecture de ces échanges passés au sujet d’un livre qu’on imagine depuis lors laissé à son sommeil sur des étagères poussiéreuses, il est aussi frappant de voir l’évolution des pratiques et des procédures. Il serait impossible aujourd’hui d’envoyer par simple colis un ouvrage vieux de 400 ans.

D’ailleurs, d’autres anecdotes illustrent la conscience et le zèle que des conservateurs ont déployé afin de préserver leur collection. Un exemple frappant de cet instinct protecteur est donné dans une édition du Jardin de plaisance où chaque page illustrée est estampillée afin de décourager le pillage de l’œuvre. En tout, l’exemplaire compte plus d’une quarantaine de cachets. Cette frénésie, qui semble avoir échappée à tout contrôle, s’illustre dès la page de titre où on dénombre quatre marques : 

Page de titre du Jardin de plaisance, Michel Le Noir, 1527.
Page de titre du Jardin de plaisance et fleur de rhétorique, Paris, Michel Le Noir, 1527. Exemplaire conservé à la Bibliothèque Mazarine [cote Rés. 10818 (A)].

D’autres sont apposées sur la reliure, sur les gravures, dans les marges et certaines sont même collées à partir d’un autre feuillet sur les pages liminaires. 

Le sentiment de propriété pourrait avoir légèrement pris le dessus sur l’effort de protection… Après tout, en matière de conservation, on n’est jamais assez prudent !

Pour citer ce texte : Marine Parra, “À la Recherche de pages disparues”, dans "Jardin" de poésie, 25/08/2019 | https://versunjardin.hypotheses.org/51, Consulté le 18/09/2021.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.