Floralies

Il n’est pas rare, au détour d’une salle reculée de musée, de trouver un tableau dont l’héroïne est une fleur1. Placée au premier plan, sur un fond monochrome, elle se présente souvent à la manière des herbiers, seule en scène, suspendue au milieu de la toile, ou bien se pare d’un vase et cache pudiquement la perte de ses racines. Étendue sur une table dans un cadre domestique, elle laisse flamboyer la délicatesse de ses couleurs qui tranchent avec un décor souvent sombre.

Ces représentations sont des classiques auxquels de nombreux peintres se sont confrontés2. Que la peinture florale soit un décor d’intérieur, comme les catalogues d’ameublement en propose encore aujourd’hui, où l’objet de considération naturaliste, la fleur doit être telle celle « qui ce matin avoit desclose »3, habillée de « sa robe de pourpre au Soleil »4.

L’exemplaire suivant, découvert grâce à Artips, est l’œuvre de Mary Delany. Une vieille dame alors, qui n’« a point perdu ceste vesprée »5, façonne des fleurs de papiers et les fige ainsi dans leur beauté, tout comme Ronsard le fait de ses rimes.

Elle reproduit ainsi près d’un millier de fleurs. Telle une botaniste, Mary Delany étudie ses modèles, coupe et découpe, dissèque les fleurs, compose et plie son papier qu’il faut parfois peindre pour obtenir la teinte juste.

Moi qui étudie des jardins de mots, je trouve poétique de croiser ses fleurs qui cachent leur origine et se travestissent. Qu’il est honteux pour elles de n’être que du papier. Mignonnes, n’ayez crainte, car rien ne paraît.

  1. Ces œuvres remportent rarement les hommages mais intègrent de nombreuses expositions permanentes. Souvent aux côtés de quelques natures mortes, elles font partie des meubles, et donc, de notre connaissance picturale collective. []
  2. Il s’agit aussi d’un exercice qui permet d’illustrer son talent dans le dessin et dans la couleur. La feuille, le pétale, le verre ou le cuivre de la coupe, les reflets qui s’y glissent, ces matières sont autant de défis lancé aux pinceaux. []
  3. Pierre de Ronsard, « Mignonne, allons voir si la rose », Odes, 1545. []
  4. ibid. []
  5. ibid. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.