Floralies

Il n’est pas rare, au détour d’une salle reculée de musée, de trouver un tableau dont l’héroïne est une fleur1. Placée au premier plan, sur un fond monochrome, elle se présente souvent à la manière des herbiers, seule en scène, suspendue au milieu de la toile, ou bien se pare d’un vase et cache pudiquement la perte de ses racines. Étendue sur une table dans un cadre domestique, elle laisse flamboyer la délicatesse de ses couleurs qui tranchent avec un décor souvent sombre.

Continuer la lecture de « Floralies »
  1. Ces œuvres remportent rarement les hommages mais intègrent de nombreuses expositions permanentes. Souvent aux côtés de quelques natures mortes, elles font partie des meubles, et donc, de notre connaissance picturale collective. []

Corona floræ

La carnetière au lecteur amy,

Le confinement ajouté au sens aigu de vivre un moment hors du commun, grave mais solidaire, est une occasion pour s’essayer à l’écriture et, pourquoi pas, à la poésie ! Les vers ont ce pouvoir d’apprivoiser le quotidien alors même que, depuis quelques jours, nos perceptions des journées et nos rituels prennent des contours inédits. L’immobilité générale confrontée à cette étrange expérience du temps, plus lucide, peut créer de nouvelles habitudes, de nouveaux rendez-vous, de nouvelles récréations.

Continuer la lecture de « Corona floræ »

“Serviteur & amy” : Éloge ou compétition

Il est fréquent de trouver dans les liminaires des recueils quelques pièces d’auteurs invités venus chanter les louanges du poète et vanter les beautés de ses vers. Ces péritextes donnent une idée du réseau qui entoure l’auteur, de son statut social et de sa renommée. C’est parfois aussi l’occasion de donner la parole à d’autres intervenants du livre comme les imprimeurs-libraires ou traducteurs. Dans le texte que je vous propose de découvrir, c’est le graveur qui écrit :

Sonnet a Monsieur Jean Franeau Licentie’es droict Seigneur de Lestocquoy Par Son serviteur & amy Antoine Serrurier.

Il n’est plus de besoing’ que l’on courre aux Campagnes,
Qu’on route curieux les ombreuses Forets,
Les verdoyants Taillis, qu’on cerche par les Prets,
Es dous frairants valons es Costaux, & Montaignes,

Continuer la lecture de « “Serviteur & amy” : Éloge ou compétition »

À la Recherche de pages disparues

Où l’on rencontre de méticuleux conservateurs

Deux exemples de mutilation d'ouvrage.
À gauche, la page de titre du Jardin, et Cabinet poétique de Paul Contant, Poitiers, Mesnier, 1609. Exemplaire conservé à la médiathèque François Mitterand de Poitiers [cote CP 180].
À droite, une gravure frontispice du traité de Paul Contant intitulé le Second Eden. Exemplaire conservé à la bibliothèque de l’Arsenal [cote FOL S 544].

Les fonds anciens regorgent d’ouvrages amputés, auxquels d’abominables voleurs ont arraché des pages (exception faite des urgences, comme celle d’Audrey Tautou dans Da Vinci Code qu’on garde à l’œil). Ces mutilations peuvent prendre d’autres formes. De la tache, que j’imagine accidentelle, à la censure d’un lecteur désapprobateur, il y a même quelques coupes à plus-value artistiques (voir ci-dessus).

Continuer la lecture de « À la Recherche de pages disparues »

À la Recherche d’un roi

Où l’on rencontre un éthiopien mystérieux et son épitaphe dé-composée

Exemplaire conservé à la BM de Lyon, 344317

Ce poème anonyme est tiré du Jardin d’épitaphes choisies, un recueil collectif publié pour la première fois en 1647 par Gaspar Meturas à Paris. Personnalités politiques, savantes, artistiques ou anonymes apparaissent successivement dans l’œuvre qui cherche également à éclaircir les causes et circonstances de la mort des défunts.

Continuer la lecture de « À la Recherche d’un roi »