Corona floræ

La carnetière au lecteur amy,

Le confinement ajouté au sens aigu de vivre un moment hors du commun, grave mais solidaire, est une occasion pour s’essayer à l’écriture et, pourquoi pas, à la poésie ! Les vers ont ce pouvoir d’apprivoiser le quotidien alors même que, depuis quelques jours, nos perceptions des journées et nos rituels prennent des contours inédits. L’immobilité générale confrontée à cette étrange expérience du temps, plus lucide, peut créer de nouvelles habitudes, de nouveaux rendez-vous, de nouvelles récréations.

Continuer la lecture de « Corona floræ »

“Serviteur & amy” : Éloge ou compétition

Il est fréquent de trouver dans les liminaires des recueils quelques pièces d’auteurs invités venus chanter les louanges du poète et vanter les beautés de ses vers. Ces péritextes donnent une idée du réseau qui entoure l’auteur, de son statut social et de sa renommée. C’est parfois aussi l’occasion de donner la parole à d’autres intervenants du livre comme les imprimeurs-libraires ou traducteurs. Dans le texte que je vous propose de découvrir, c’est le graveur qui écrit :

Sonnet a Monsieur Jean Franeau Licentie’es droict Seigneur de Lestocquoy Par Son serviteur & amy Antoine Serrurier.

Il n’est plus de besoing’ que l’on courre aux Campagnes,
Qu’on route curieux les ombreuses Forets,
Les verdoyants Taillis, qu’on cerche par les Prets,
Es dous frairants valons es Costaux, & Montaignes,

Continuer la lecture de « “Serviteur & amy” : Éloge ou compétition »