Transcription du Jardin de fœlicité

Le Jardin de fœlicité Avec la louenge & hauteße du Sexe Feminin en Ryme francoyse, divisée par chapitres. Extraicte de Henricus Cornelius Agrippa, par le Banni de Ließe.

A Monsieur le Lieutenant Civil1.


Supplie humblement Le banny de liesse, come ainsi soit que puis peu de temps en ca il ait composé ung petit oeuvre intitulé De jardin de Felicité, avecques La louenge du sexe feminin, craignant que les Imprimeurs feissent difficulté dicelluy imprimer sans vostre permission, Ce considere, il vous plaise luy octroier permission di celluy faire imprimer par maistre Pierre Vidoue, Avec privilege jusques a troys ans. Et deffences faictes de ne imprimer, ne vendre ledict livre sy ce n’est par icelluy Vidoue, Sur peine de confiscation dudict livre, & d’amende arbitraire.
Soit faict comme est requis Jusques a deux ans. Faict le XXVII jour de Novembre, 1541.
Ainsi signe II De Mesmes.

Epistre dicatoire, A Monseigneur Nicolas Psalme, Abbé de Sainct Paul, lez Verdun en Lorraine, Docteur en Droict Canon2.


Les espris bien nez, Mon seigneur, & ceulx mesmement qui du benefice literaire sont illustrez, A autre but ne pretendent en ceste mortelle vie : sinon que a mutuelle habitude de leurs semblables & ce non sans ample raison le deduis, estant asses adverti que des vostre juvenile aage a ce avez si bien este instruict que illustrè des humaines lectres, les amateurs dicelles vous avez en reputation. Quoy prevoiant & aussi tant d’aultres vertus en vous estre parfaictement accomplies, Je me suis efforcé ce mien petit labeur vous dedier, sans m’arrester a ce que chose plus exquise a vostre clair jugement doibt estre presentée. Car ensuyvant le Roy Archefilaus (qui souloit oyr les rudes voix pour apres des accordantes prendre et concepvoir plus doblectation) il adviendra que la lecon de ma rude poesie vous incitera a la conception de plus grand doulceur, et illustration rhetorique, Oultre ces raisons telle quelle soit, la dexterité de ma muse, en ferme [A2v] deliberation a prins son arrest, & en perseverant a icelluy, a propose vous offrir le fruict recentement yssu de sa fœture, & en ce faisant vous dedier le présent oeuvre, par lequel pourrez veoir fœlicité depaincte de ses couleurs, suyvant les poetiques inventions & fabuleuses narrations, pour delecter voz espris lors que l’estude des choses plus graves & serieuses ilz auront intermis, puis par la conclusion mienne, ne cognoistrez autre chose sinon limitation des vertus spirituelles, par le moyen desquelles nous parvenons a l’eternelle beatitude. Doncques prevoyant que dicelles vertus estes exorne, Non sans raison, ce mien petit labeur vous sera dedié, vous suppliant icelluy vouloir accepter, Et me colloquer au nombre de voz humbles serviteurs, En l’acceptation duquel service, Je causeray toute fœlicité.

Benedicti Fouchereti Epigramama In laudem Autoris.

Si quis sydereas transmitti exoptat ad ædes,
Huc properet, scriptum hoc grande parabit iter.
Hoc te læticia privatus munere donat,
Cuius uel Pallas possit amore capi.
Faustus in hoc vitæ cursus discernitur, & quod
Ad bene vivendum spiritus omnis amat.
Adde quod illustri manat de fonte poësis
In quo permissum est cuique levare sitim.
Huc ueniant omnes, & fonte bibamus in illo,
A quo ingens nobis copia lactis adest.

# [A3r] Cy commence Le Jardin de Fœlicité, Par Le Banny de Liesse.

Jadis souloit, ma plume basse, & tendre,
D’ung stille bas ses labeurs entreprendre :
Mais maintenant elle veult s’advancer
D’un stille haultain, & grave commencer.
En delaissant mainctz propoz fantastiques
Et remectant ballades poetiques.
Rondeaulx aussi, & vers en general,
Pour aspirer a ung beau sens moral.
[A3v] Sois donc presente a ceste œuvre ma muse
Sans apporter prolixité confuse,
Et sans user de brevité trop grande,
Ains de raison, que l’usaige commande,
Inspire moy Pallas scientifique,
Car [j’entreprens] ung œuvre magnifique
Chercher je veulx, ce prin temps novelet
Felicité, au Jardin verdelet,
Jardin plaisant, Jardin bien plus illustre
Que n’estoit cil qui a donné grand lustre
Le temps jadis, aulx belles Hesperides,
Qui possedoient les jardins Tantalides.
Donques ce lieu ou gist felicité,
Sera par moy amplement recité,
Comme celluy qui a faict diligence,
Se transporter en ce lieu de plaisance,
Lors que le temps nubileulx est passé,
Et que Flora avoit ia commence
De revestir (comme elle y est encline)
Tous arbrisseaulx de couleur cristalline,
Et que oyseletz sur verdoyans buissons,
De leurs gosiers rendoient mille chansons
[A4r] En ce deduict donc Aurora la belle,
Pour visiter ce beau Jardin m’appelle.
La terre avoit resulgente rendue,
Pour sa clarté qui estoit espandue.
Donc en cueur guay, ferme, & deliberé,
Au lieu predict je me suys retiré.
Ce Jardin la, divin que je vous nomme,
Estoit ung lieu excellant, ainsi comme,
(A dire vray) nous pourroit apparoistre
Le lieu qu’on dict, le Paradis terrestre.
Clos il estoit de cristallin, & marbre,
Et au dedans y apparoist tout arbre,
Arbre sans fruict, & arbre qui fruict porte
De ce beau clos gardée estoit la porte
Par Charité, innocente pucelle,
Laquelle oyant l’entreprise novelle
Qui en ce lieu lors me faisoit descendre,
A mes propoz ne differa d’entendre.
Ains me donna liberalle audience,
Quant de parler ma voix ainsi s’advance.

Larengue du Banny de lyesse, a Charité Portiere du Jardin de felicité.

[A4v] Le Banny de liesse.
Long temps y a, O pucelle innocente,
Que je vouloye venir par ceste sente,
Pour contempler entierement ce lieu,
Lequel du tout est procedant de dieu.
Puis que je voys que toy, sa geniture
Commise y es, pour garder la closture,
En ce vouloir j’ay long temps persisté
Et n’ay jamais a cela resisté.
De ce jardin la contemplation
[A5r] Ravye avoit la mienne affection,
Non seullement pour la magnificence
Du lieu divin, Mais en ferme esperance
D’apercevoir la chaste columbelle,
Qui par son nom Fœlicité s’appelle.
Charité : dont c’est la le point unique,
Qui m’a conduict en ce lieu deifique,
Fœlicité a mes sens si ravis,
Qu’en moy n’y a ne propos ne devis,
Que d’aspirer a sa maison divine,
Si au chemin mon esprit ne decline.
C’est ou je tens, ou je veulx aspirer,
Si a cest heur je me puis retirer.
Par ton moyen j’auray beatitude,
Sans en mon cueur nourrir ingratitude,
A tout jamais enclin soubz ton service,
Je seray prest d’employer artifice,
Et tes vertus par mes œuvres divers,
Je chanteray, soit en prose ou en vers.
Donc je te pry, O vierge [munde] & pure,
En ces beaulx lieux me donner ouverture,
Si que Je puisse y espandre ma veue,
[A5v] Et que par moy fœlicité soit veue,
En ce faisant tiendray de toy la vie,
Puis qu’auras sceu contenter mon envie.
Si te supply me donner a congnoistre
Tout le secret qui en ce lieu peult estre.
Ces motz finis charité pure, & franche,
En doulx recueil, m’a pris par sa main blanche
Et tout soubdain son pas elle advanca
Pour me baiser, & ces motz prononca,

Charité parle au Banny de Liesse

Je veoys amy qu’ung cueur plain de noblesse
[A6r] En ce beau lieu te conduict, & adresse,
Le cueur as tu constant & magnanime,
Puis qu’en ce lieu de venir il t’anime.
Helas a tous ceste porte est ouverte,
Chascun y vient soit a guain ou a perte,
Chascun y tend pour Fœlicité veoir,
Mais cest heur la, chascun ne peult avoir,
Mille en ay veu qui s’y sont efforcez,
Mais du chemin ont esté repoulsez,
Et ont trouvé le lieu inaccessible,
Pour le travail qui leur estoit nuysible.
Car elle faict en ung lieu sa demeure,
Ou en entrant il est aisé qu’on meure.
Mille sentiers il fault oultre passer,
Mille rochiers en grand peril passer.
Et tout ainsi que la vermeille rose
Dans le rosier d’espines est enclose
Fœlicité tout ainsi est latente,
Et pour la veoir fault peine si urgente,
Que l’on ne peult sans due il inestimable,
La contempler en son lieu delectable,
[A6v] Helas amy grande est ton entreprise,
Et touteffois ton courage je prise,
Qui n’est oysif, & qui veult faire tant,
Que l’esprit soit plus que le corps content.
Mais garde bien que ce ferme couraige
Ne diminue en ce pelerinage.
Peu en y a qui en sont revenus,
A tout le moins qui ne soient incongneus,
Peu en y a, a qui permis il est
D’aller au lieu, auquel faict son arrest
Fœlicité, pucelle chaste & munde,
En qui vertu pour plus grand bien abonde,
Se mectre en voye est chose bien facille,
Mais d’y entrer il est fort difficile.
Et [neanmoins] ung cueur plain de bonté
A d’y entrer, plus grande liberté.
Ung cueur entier, paisible, & amyable,
Y peult trouver ung acueil secourable.
En postposant mille labeurs & peines
Aulx voluptez chastes & souveraines.
Felicité (dire je le puis bien)
A ses servans peult conferer tel bien,
[A7r] Mais les malings remplis d’iniquitez,
Sont de ce lieu mis hors, & deboutez.
Tous ceulx qui font a Bacchus sacrifice
Ceulx de Venus, qui ayment l’exercice.
Quiconque aussi par fraude se gouverne
Entrer ne puit en cest heureulx domaine
Car il convient qu’iniquité ne sonne
Dedans le cueur de L’humaine personne
Pour y entrer, & pour trouver acces,
En ce beau lieu sans courroux ne proces
Si autrement tu fonde ta pensée,
De ce chemin elle est desadvancée.
Parquoy amy entens ce que je dis,
Il te convient satisfaire a mes dictz.
Si sans danger pervenir tu labeure
Au lieu, auquel Fœlicité demeure,
Prens ce chemin qui est a la main dextre,
Pour te conduire, en laissant la fenestre.
L’aucteur
Quant charité eut achevé ces termes
Je la laissay, en jectant maintes larmes.
[A7v] Puis je me metz dedans le droict chemin,
Me destournant de la fenestre main.
Lors je commence a venir aux sentiers,
Que j’eusse bien evité voluntiers,
Pour les perilz qui estoient evidens,
Mais il falloit passer par le dedans.
En premier lieu passer il me convint,
Une forest, ou grand paeur me survint,
Car ung serpent de neuf testes pourveu,
Vient devers moy tout soubdain qu’il ma veu
Ce serpent la (quant le cas je rumine)
Du grand Hydra avoit prins origine,
Qui fut vaincu par Hercules le fort
Sans resister a ce mortel effort.
Ce serpent donc pourveu de ces neuf testes
Faisoit ung bruit plus rude que tempestes
Et approchoit de moy pour m’engloutir
Si je n’eusse eu moyen l’en divertir.
J’avoie en main pour appaiser sa raige
Ung prompt support, c’estoit ung gras bruvaige
Que je lui jecte, & adonc il commence
De l’engloutir, & en emplyr sa pance,
[A8r]Dont par vertu du bruvaige estandu
S’est en ronflant sur la terre rendu
En me [laissant] le chemin plantureulx,
Au paravant a craindre, & dangereulx.
Oultrepassant ce furieulx serpent,
Ung peu plus loing ma fortune s’espend.
Car je parviens en ung sentier petit,
Ou je perdis de rire l’appetit,
Comme voyant des aspics mortiferes,
Semblablement, des lezars pestiferes,
Des scorpions, des venimeux crapaulx,
Qui me vouloient livrer cent mille assaulx,
Si n’eust este ma forte resistence
Qui me donna de ces maulx delivrance
Et le moyen dont j’en fus delivré,
Par Charité a plain me fut livré.
Car d’elle j’euz a mon departement
Ung don exquis, c’estoit ung dyamant,
Qui avoit bien en luy telle puissance
De toute beste eviter la grevance.
Muni duquel j’escappay le combat
De ces serpens, qui menoient tel sabat,
[A8v]Et qui vouloient par leurs venins pervers
Me suffoquer & mon corps mectre aux vers.
Mais j’apperceuz que l’aspre violence
N’eut le pouvoir de me mectre a oultrance.
Ains sans danger j’evaday leur morsure,
Sans recevoir aulcun coup, ne blessure.
Quant j’euz passé ces lieulx espoventables,
Entrer cuydoie en lieulx plus agreables,
Comme voyant une maison prochaine,
Ou j’esperoie de supporter ma peine.
Je demanday qui faisoit demourance
En ce logis, & j’en euz cognoissance,
Car on me dict que Labeur s’arrestoit
En ce logis & qu’il y frequentoit.
Adonc me print entiere volunté
Que ce labeur fut par moy visité,
A haulte voix pour me mectre hors desmoy
Disoie ces motz, O labeur ouvre moy,
Car il convient que par icy je vienne,
Affin qu’es lieulx desirez je pervienne.
Ces motz oys, ce grand viellard chenu
Nommé Labeur, est a moy survenu,
[B1r]Tout esbahy que j’avoie prins l’audace,
De transporter mes pas en ceste place.
Plain de courroulx sur moy jecta ses yeulx
Sans se monstrer courtois, ne gracieulx,
Puis d’aigre voix, pour me faire responce,
Austerement ces dictz il me prononce.

Labeur parle au Banny de liesse.

Je m’esbahis de ta folle advanture,
Petit poete en francoyse escripture
Semblablement de la folle hardiesse
Qui en ces lieux te faict prendre l’adresse.
[B1v]Car tu as tant delicate nature,
Par l’entretien de tendre nourriture,
Qu’il te seroit chose par trop moleste,
De parvenir a la maison couverte
Ou tu pretends, helas pour cela faire,
Il fault premier a mes dictz satisfaire.
Avecques moy arrester te convient,
Mais tu ne vois la peine qui survient.
Ce jaulne poil prendra couleur de neige,
Et tu n’auras ne loy, ne previlege.
Dedans ung lict delicat reposer,
Ton corps fauldra sur la terre poser.
Et pour le temps ne rendre frustratoire,
Songneulx seras du menger & du boire.
En grand travail tu seras tourmenté,
Si de la fain tu veulx estre exempté.
Avecques moy tu mectras peine & cure,
De jour en jour suyvre l’agriculture.
Ongnons, sibotz seront par toy plantez,
Et arbrisseaulx songneusement antez.
Choulx, espinars, & melons a foison,
Quant en viendra le temps, & la saison.
En marge : Qui non laborat, non manducet.
[B2r]Jamais oysif estre ne conviendra,
Quant avec moy de vivre il t’adviendra.
Brief on verra les sueurs de ton corps
Estre apparens, an moins par le dehors :
Et congnoistras que ta triste jeunesse,
Se changera en ma folle viellesse.
Et d’autre part apres le labouraige,
Lire fauldra mainct docte personnaige.
Qui par escript nous laisse les vertus
Dont il convient avoir les sens vestus,
Plus ne t’en dis, tu le puis recongnoistre,
Pour frequenter plus amplement mon estre.
L’aucteur

Quant ce viellard eut ainsi respondu

A mes propoz, je me veois confondu,
Sachant au vray qu’il convenoit l’ensuyvre,
Pour mon vouloir entierement poursuyvre
Dont tout soubdain a luy je me soubmectz,
De le servir du tout je m’entremectz.
Je viens, je cours, pour luy je me travaille,
Ne craignant point, que mon corps pis en vaille,
[B2v]Je plante ongnons, & sibotz a grand erre,
Pante arbrisseaulx, Je cultive la terre,
Puis aux lecons des autheurs je converse,
Peine n’y a qui mon esprit renverse.
Mais quant au corps, il est si miserable,
Qu’il est desja de la peine incapable.
Mais blonds cheveulx ont la blanche couleur
Tant suis contrainct souffrir griefve douleur.
Mon corps agile en poysant se transmue,
Non touteffoys comme ung chappon en mue.
Car le travail qu’il fault continuer,
A bien contrainct mon corps diminuer.
On voit les oz sur ma peau tendre, & mince,
Las il est bien aise que l’on me pince.
Souffrir me fault le tout patiemment,
Pour quelque jour avoir contentement,

Quant le viellard congneut ma maladie

Il vient vers moy (il fault que je le die)
Se contentant de la peine, & martyre,
Qu’avois souffert vivant soubz son empire.
Le plus qu’il peult de voix il me console,
Passez les jours de ma jeunesse folle.
[B3r] En me disant qu’entrer je ne pouvoie,
Au lieu divin, s’il n’enseignoit la voie.
Et attendu que j’avoie tant souffert,
De me monstrer le chemin s’est offert,
Ayant esgard a ma piteuse face,
Dont je faisoie une laide grimace.
Comme cellui que labeur avoit mis
En grand langueur, & de soulas demis.
En grand soulci par ces lieulx je chemine,
Et mon propoz premier je détermine :
Que tous perilz par moy soient embrassez,
Puis que j’avoie ceulx du labeur passez.
Dont je me metz en une sente obscure,
Et le chemin bien longuement me dure,
Sens rencontrer personne a qui parler,
Pour seurement au lieu divin aller.
Lors que passe j’euz ceste sente brune,
Fina le jour, mais ce leva la lune :
Qui me donna temps & ample loysir,
De chercher lieu pour dormir a plaisir.
Et [neanmoins] de ce je me deporte,
Car de dormir la raison ne m’exhorte,
[B3v] Fors seulement que soubz ung arbre vert
Voyant la nuict je me mis a couvert.
Le lendemain que la belle Aurora
Par sa splendeur amene le jour a.
Diligemment je me dresse su sbout,
Voulant mener mon entreprise au bout.
Et j’appercoye gens en une prairie,
Dont il n’y a celluy qui ne soubzrie.
Entretenant de Bacchus les convis,
Ilz proposoient mille plaisans devis.
Soudaine ment a eulx je me presente,
Pour saluer la turbe soubz leur tente,
Et j’apperceus par leur menus propoz,
Qu’ilz prenoient trop au monde de repoz.
Et qu’a grand tort y vouloient parvenir
Au lieu divin, pour heureulx devenir.
Ces gens estoient secte epicurienne,
[en marge : Epicurei collocabāt fūmū bonū in voluptatibus]
Tous adonnez a l’art venerienne.
Qui estimoint le bien perpetuel
D’entretenir le plaisir corporel.
En preposant leur sensualité
Aux dons de l’ame, & immortalité.
[B4r] En ris, & jeulx, en excessifz banquetz,
De mille erreurs ilz tenoient leurs caquetz.
En concluant en leur brutalité.
Qu’apres la mort cesse la volupté.
Bien disoient ilz estre ung moderateur
C’est a scavoir ung dieu fabricateur :
Des elemens, & la basse machine,
Mais ilz disoient que rien il ne termine :
Sinon au ciel, duquel il a la charge,
Mais des humains, du tout il se descharge
Sans avoir soin d’humaine creature,
Pour luy donner, ou luy oster pasture.
Voila la folle, & sentence perverse
De ces gens la qui vivoient sans saigesse,
Ne plus ne moins que bestes qui n’ont rien,
[Qu’ung] sens brutal, & mouement terrien,
Qui nout soulci (pour mieulx se contenter)
Que seullement leur corps alimenter.
Ainsi vivoient ces epicuriens,
Qui s’amusoient a tous soulas terriens.
En delaissant toutes tranquilitez,
Pour l’entretien de vaines voluptez.
[B4v] Dont je ne peus adonc me contenir,
A ceste turbe ung tel propoz tenir.

Larengue du Banny de liesse, A la turbe Epicurienne.

O Sotte gent qui par temerité
Ne veulx sinon vivre en obscurité
En rejectant la divine lumiere,
Or as tu bien nature coustumiere
D’entretenir la sumptuosité,
Faisant ton dieu de prodigalité.
Mais tu ne voys l’incurable jacture
Du paouvre esprit, de celeste facture.
[B5r]Le corps n’est rien que trop tu entretiens,
Et folle es tu, quant cecy tu soustiens
Boire & menger & l’entretien des jeulx.
[en marge : Ede, bibe, lude [p9] mortem nulla voluptas.]
Helas ton dire est par trop oultrageulx
Boire & menger pour vivre il est besoing,
Et non pas vivre, affin d’avoir le soing
Pour le vil corps, & de boire, & manger,
Le saige veult a cela nous renger.
Ce corps n’est rien qu’on mect en sepulture,
Et qui pis est, subject a pourriture.
Helas amys, sans juste occasion
Bien folle avez la persuasion,
Quant vous voulez plus grand bien colloquer
En voluptez, & du don vous mocquer,
Lequel aux bons felicité concede,
C’est ung tresor qui tout autre precede.
Qui donne acces au celeste manoir,
En revoquant l’esprit du gouffre noir.
Ce tresor la que felicité donne,
Et seullement pour les heureulx ordonne.
C’est innocence, en cueur ferme, & constant
Qui est a mal contraire, & resistant.
[B5v]Ceste innocence, il nous fault acquerir
Pour vivre bien, & penser a mourir.
Regardez donc en combien de distance,
Vous approchez de la pure innocence.
Considerez vostre faict enormal
Qui fuyt vertu, & approche du mal,
Et estimez que le dieu de vengence
Est irrité par l’inique sentence
De voz esprits, qui dictes qu’il n’a point
Soulci de nous, las ce n’est pas le poinct.
Et je soustiens contre vous le contraire,
Car ce dieu grand, toutes choses tempere,
Le feu, la terre, & tout autre element
Par sa vertu a force & mouvement.
Semblablement toute personne humaine
Soubz son empire il regist & gouverne.
Dont les pervers par luy sont condamnez,
Et les begnins au ciel predestinez.
Plus je n’en dis, si vous voulez me croire,
Apres la mort vivra l’esprit en gloire.
Ainsi disoye a la turbe bacchique
Qui autrement a mes dictz ne replique
[B6r]Fors que j’avoye parle trop vainement.
Et qu’ilz vivroint ainsi, non autrement.
Quant j’appercoye leur obstiné vouloir,
Je les ay mis du tout a nonchaloir.
En leur donnant grand blasme & vitupere
Et tout soubdain mon vouloir deliberé,
De mectre ad fin le voiage entrepris,
Pour visiter la dame de grand pris
Felicité : pour qui j’avoye passé
Tant de travail, en mon corps amassé :
Dont je poursuys mon chemin sans cesser
Jusques ad ce, que je me viens dresser
En ung petit boucaige florissant,
Qui de fleur maincte estoit resplandissant
Et au dedans une sylvestre loge,
Ou verité (ainsi qu’on m’a dict) loge.
Si proposay luy faire humble salut,
Ce que je feis, & beaucoup me valut
Car de sa voix eloquente & diserte
La voye heureuse elle ma descouverte
Pour aspirer au plantureulx sejour,
Felicité : ou l’on veoit nuict & jour,
[B6v]En me disant le propoz qui s’ensuyt.

Vérité parle au Banny de liesse

Amy je scay que ton vouloir poursuyt
la voye heureuse, ou est la fortunée
Felicité, de dieu predestinée.
Et que tu as passé mille rochers,
Pour accomplir tes soubhectz les plus chers.
En grand peril passe as les chemins,
Ou habitoient les serpens Inhumains,
Puis en travail & peine innumerable,
Avec labeur as esté lamentable,
[B7r]Dont je cognoys que tu as merité
D’aller au lieu ou gist felicité :
Et neanmoins il fault premierement
Considérer sur ce mon jugement.
Car les travaulx qu’ilz t’a fallu souffrir,
Peu serviront, si tu ne veulx offrir
Ton cueur, a moy qu’on nomme verité
Sans a jamais changer ta fermeté.
Verité suis chaste, pudique, & munde,
Abandonnée entierement du monde.
Dont j’ay esté de me cacher contraincte
Sans que personne ait oy ma complaincte.
De tous estatz je suis abandonnée
Jacoit de dieu que je soye ordonnée.
[Premierement] le noble me delaisse,
Puis le marchant me moleste & oppresse.
En me disant que trop vaine est ma suite,
Et que par moy fut sa maison destruicte.
S’il n’eust tousjours mensonge entretenu.
Dont il est grand & riche devenu.
Practiciens me font d’aultre costé,
Guerre mortelle & par eulx m’est compte
[En marge : “veritas in orbe nulla”]
[B7v]Que si je suis en leur maison tenue,
Que leur practique & bien se diminue
Et qu’ilz n’ont poient de secours qu’amentir.
Le moyne apres (pour vous en advertir)
M’a rudement des cloistres deboutée.
Disant qu’il m’a trop long temps frequentée,
Et que je suis plus nuisible qu’aspics,
Et que par moy tout le monde vault pis.
Au laboureur je me suis adressée,
Mais rudement aussi m’a renversée.
En protestant que lors qu’il me suyvoit :
Grand paovreté sa maison poursuyvoit,
Et que depuis qu’a mentir s’est donné,
Il est faict riche, & de biens exorné.
Voila comment on m’a donné la chasse,
Sans que jamais avoir on me pourchasse.
Voila comment m’ont mys en oubliance.
Les folz humains par leur oultrecuidance.
Dont ilz seront (apres mort) suspendus
Des lieulx divins, & aux tormens rendus.
Puis que par eulx en obly je suis mise,
Et seullement je suis de dieu promise.
[B8r]A ceulx qui sont prudens, & resolus,
Non pas aux folz, meschans, & dissolus,
Mais ceulx a qui promise suis de dieu,
Sache qu’ilz sont compris en petit lieu.
Mais ceulx qui ont vouloir de me confondre
Sont colloquez en ung bien plus grand nombre
Peu en y a qui mes vertus poursuyvent
Gens infinis y a qui vice suyvent.
Ce vice la qu’a present je te nomme.
Est pres d’icy & tient lye maint homme,
Qui jour en jour lui faict obeissance,
Tu en auras certaine experience.
Quant tu seras au chemin fortuné :
Lequel je croy pour toy predestiné.
A main senestre il faict sa residence,
Mais garde bien de te mectre en la dance,
Des malheureulx, qui par leur malefice,
Sont adonnez a obeyr a vice.
La dextre main il te conviendra prendre,
Pour en ce lieu de vice ne descendre.
Et neanmoins tu puis le regarder
Pour des abus qu’il use te garder,
[B8v]Quoy accomply a tes yeulx mis sera
Ung beau sentier, qui droict te conduira
Au lieu auquel felicité repose.

L’aucteur
Ces motz finis soubdain je me dispose
Me mectre en voye, apres m’estre renge
A verité pour en prendre congé,
Luy promectant en pure conscience,
A tout jamais l’avoir en souvenance.
Au departir verité nette & pure,
Pour ung present m’offrit une ceinture,
Pour appliquer des lors a mon usaige,
Faicte elle estoit de son divin ouvraige,
Et la vertu dont elle estoit ornée,
C’est que mon cueur en aucune journée,
(Si le mien corps estoit muni d’icelle.)
Ne peult avoir fraude ne corruptelle.
Ne mon couraige a vice converti,
Ne de vertus estre aussi diverti.
De ce present dont elle m’exorna,
Je cogneuz bien que fort me guerdonna,
Car oncques puis enclin ne fut mon cueur
[C1r]A suyvre vice, ains le maistre & vainqueur
Le congé pris, de la chaste pucelle,
Je prens la voye ou fortune m’appelle,
Par le sentier par verité predict,
Que je passay sans aucun contredict.
Ung peu plus loing au senestre coste
J’ay ung grand bruit & tonnerre escouté.
Qui procedoit de la gent malheureuse,
Qui j’appercoys en ce lieu copieuse,
En adorant vice dedans son temple,
Pres je m’y tire & le tout je contemple.
Les ungs estoient sur la terre estendus
Faisans des cas par raison dessendus.
C’est a scavoir avec femmes lubricques,
Qu’ilz excercoient les actes veneriques.
Les ungs tenoient mille propoz lascifz,
Les ungs en jeulx trop grandz & excessifz
Faisoient ung bruit assez pour irriter,
Le grand facteur des choses Jupiter.
Les ungs buvoient si excessivement,
Qu’ilz approchoient du fol consentement
A exercer le jeu cupidinique,
[C1v]Contre raison du droict evangelique.
Les ungs lisoient des livres d’insolence,
Remplis d’amours, qui mérite deffence.
Et delaissoient le tressainct evangile,
Pour contempler l’escripture inutile.
Les ungs dansoient au son de cornemuses,
Pour decepvoir femmes de vin confuses.
Au lieu plus hault, vice estoit colloque,
Lequel par eulx fut souvent invoqué.
Et mainctes fois ceste turbe insensée,
Pour l’adorer la danse a commencée.
En ce lieu la, je ne vis clerc, ne moyne,
Qui a servir vice, ne fut ydoine.
Chascun y fuyt, chascun y tend, & court.
Vice scait faire a ung chascun la court,
Le moins expert du temple vicieulx,
En peu de temps devient malicieulx.
Vice si bien accorde sa chansons,
Qu’il leur aprent tout par cueur leur lecon.
Quiconque est moyne en ce temple rendu.
Incontinant il luy est deffendu :
Ung autre dieu choisir, & venerer,
[C2r]Si non que vice, & luy seul adorer.
Le plus petit, & ignare novice,
De ce lieu la scait par cueur son office.
C’est a scavoir les chansons de Venus,
Et tordions, & passepiedz menus.
Chascun y est en ce scavoir cupide,
Chascun par cueur scait l’art d’aimer d’ovide
Chascun retient en son esprit enclose,
Maincte lecon du romant de la Rose.
Mais a chascun on dessend la lecture,
Qui est comprise en la saincte escripture.
Les livres sainctz sont par vice interdictz,
Et si diceulx on recite aucuns dictz.
L’aucteur d’iceulx est par vice pugni,
En ce lieu la mensonge est infini.
Qui scait mentir il est auctorizé,
Et qui mieulx ment il en est mieulx prisé.
Le plus expert en malice, & cautelle,
Accroist en bruit, & louange immortelle.
Prise y est de fraulde ung inventeur,
Comme s’il fust de quelque bien aucteur.
Celluy qui a fallacieulx language,
[C2v]Est en ce temple estime davantaige.
Bref, il n’y a si non mondanité,
Semblablement folle lubricité.
Et jour en jour en ce lieu detestable,
A tous venans on appreste la table.
Avecques uís, blancs, foueaulx, & couvers
Pour rendre mieulx leurs appetis ouvers.
Incessamment volupté maculée,
Est d’ung chascun en ce temple accollée.
Dont ceste gent du tout bien envieuse,
De plus en plus devient pernicieuse.

Bien longuement ce temple j’advisay :
Puis de me mectre en chemin proposay.
Pour parvenir au lieu par moy requis,
Que si long temps j’avoye cherche & quis.
Oultre passant maintz verdoians cypres,
Du lieu sacré je me retiray pres.
Lequel estoit en forme d’une tour,
Dessus ung roc circuit tout a l’entour
D’aspres chardons, & espines poignantes,
Qui a plusieurs les mains sanguinolentes
Ont faict, cela touteffoys fault entendre,
[C3r] Que c’est a ceulx qui vouloient entreprendre.
De parvenir en ce lieu plantureulx,
Sans de vertu se monstrer amoureulx.
Dont a bon droict ces poignantes espines,
Les ont chassez de ces places divines.
Tout a l’entour de ce lieu autentique,
Une eau courroit rendant bruict plutonique
Plaine d’aspics, & de cruelz viperes,
Pour ceulx qui sont remplys de vituperes.
Et qui chargez de fraulde desloyalle,
Sont colloquez en ceste eau stygialle.
Pour aux serpens de pasture servir,
Mais ceulx qui ont vouloir de desservir.
Ung bien plus grand, & suyvre le charroy
De verité, n’ont pas ce desarroy.
Ains en recueil, & amytié aperte,
De ceste tour leur est la porte ouverte.

En ce vouloir d’entrer en ce lieu sacré,
Premierement oraison je consacre.
Au grand facteur des haultes regions,
Et qui a faict divines legions.
Semblablement qui l’homme a composé,
[C3v] A sa semblance, & qu’il a disposé.
Dedans le corps ung esprit raisonnable,
Pour temperer le corps irraisonnable.
Puis de voix haulte a la porte je crye.
Et de m’ouvrir promptement je les prye.
En protestant que j’ay le cueur entier,
Pour m’estre mis en ce divin sentier.
Incontinant que ma voix fust oye,
Fœlicité ne fust point esbahye.
Ains commanda que tost on se transporte.
Par devers moy, affin d’ouvrir la porte.
Espoir adonc accourut promptement,
Pour obeyr a ce commandement.
Car il estoit (de toute antiquité)
Portier du lieu ou est Fœlicité.
A dis je, Espoir, excuse mon audace,
Qui aspirer me faict en ceste place.
Car loing au cucur j’ay mis toute rancune,
Pour rencontrer ceste voye opportune.
Loing de mon cueur j’ay mis oysiveté,
Pour en ce lieu obtenir liberté.
Pour contempler Fœlicité nayve,
[C4r] Avec labeur j’ay prins peine excessive.
En fain & soif j’ay long temps labouré,
Si qu’il ne m’est que le cueur demouré.
Ferme & constant, avec la conjecture,
Que me ferois de ces lieulx ouverture.
Car j’ay tousjours en toy bien esperé,
Pour parvenir en ce lieu desiré.
Ce qui m’est fort malaise (si me semble),
Si noz vouloirs nous n’accordions ensemble.
Et s’il ne m’est par ta permission,
De ce lieu cy faicte l’ostension.
Si te supplye (o Espoir) qu’il te plaise,
Me faire veoir ceste place a mon aise.
Pareillement de veoir tu me permecte,
Fœlicité, ce que si fort j’appete.
Quant ce portier courtoys, doulx, & honneste.
Eut entendue amplement ma requeste.
Il me receut bien fort humainement,
En gracieulx acueil, & traictement.
Disant ces motz, pour mieulx me resjoyr.

Description du logis de Fœlicité par Espoir portier diceluy.

[C4v]

Ad ce qu’au vray de toy je puis oyr,
Tu as passé tant par montz que par vaulx
Et endure de labeur les travaulx.
Te soubzmectant en sa captivité,
Pour aspirer a la tranquillité.
Qui est promise a tout homme loyal,
Lors qu’il aspire en ce beau lieu royal.
Dont a bon droict par tout te conduiray,
Et de ces lieulx a plain t’advertiray.
Regarde bien ce Iardin magnifique,
Qui est prochain de ce beau parc antique.
C’est le Jardin de ma chaste maistresse,
[C5r]Fœlicité, c’est le lieu de lyesse.
Ou jour en jour elle prent ses esbas,
Or descendons donc ung petit plus bas.
Pour veoir tout l’estre, en cest heureux jardin
Y passe & court le fleuve de jourdain
Pour arrouser les herbes precieuses,
Que tout par tout tu vois si copieuses.
Ce pommier la qui est chargé de pommes,
Peult contenter l’appetit de tous hommes.
Le fruict qu’il porte est si fort savoureulx,
Qu’il peult remectre ung homme langoureulx
A tout soulas, & sa soif appaiser,
Sans d’eau ou vin le palais arrouser.
Ce beau prunier qu’icy nous regardons,
A merite que bien nous le gardons.
Le fruict qu’il porte, a bien la vertu telle,
Qu’il peult guerir toute douleur mortelle.
Lors qu’il est mis dedans l’humaine bouche,
Et que le goust visvement le cueur touche.
Regarde ung peu ce poirier grand, & large
Qui est prochain de ce fleuve & rivage.
Las il produict une divine poire,
[C5v] Qui touteffoys n’incite point a boire.
Ains seullement d’ung goust elle est munie,
Qui en l’esprit mect doctrine infinie.
Bref tous les fruictz de ce Jardin sont telz
Qu’il les convient juger estre immortelz.
Car autres sont, & du tout differens,
De ceulx qu’on veoit au monde estre apparens
Car leur vertu est cœleste & divine,
Les autres sont tous subjectz a ruine.
Dresse ta veue au tour de ce vivier,
Ne vois tu point ce beau verd olivier.
Qui est charge de mainte olive blanche,
Sans qu’il en faille excepter une branche.
Cest arbre la (pour t’en donner memoire)
Dessus orgueil nous faict avoir victoire.
Car sa couleur de cristal, signifie,
Humilité, non qu’on se glorifie.
Et qui plus est de cela je me vente,
Que de tout temps paix elle represente.
Il me fauldroit plus d’opportunité,
Le tout par moy pour estre recité.
Et amplement pour te rendre certain,
[C6r] De ce Jardin excellant, & haultain.
Maintenant fault ailleurs se transporter.
Et mesmement si tu veulx frequenter.
Fœlicité, pucelle de value,
Il est besoing qu’ores tu la salue.
Et neanmoins ton conducteur seray,
Et ton salut vers elle causeray.

L’aucteur
Quant mise ad fin espoir eut sa parolle,
Garde n’avoye mectre en obly mon rolle.
Dont en ce lieu Fœlicité je voys,
Mais je ne veulx luy adresser ma voyx.
Jusques ad ce, que par divin oracle,
J’aye apperceu tout ce beau tabernacle.
Car le dedans est chose si exquise,
Quelle doibt bien des yeulx estre requise.
Pour contempler la facture elegante,
Dont ce domaine avoit forme evidente.
De marbre blanc la muraille est construicte
Sur quoy soubdain j’eus la pensée instruicte.
Jecter mes yeulx, & dire dieu te gard,
Mur excellant, qui repais mon regard.
[C6v] Ce mur estoit d’une part azure,
Et d’autre part de fin or coloré.
En iceluy j’apperceus maincte histoire,
Et maint propoz moral, & peremptoire.
Qui la estoient gravez si proprement,
Qu’ilz sembloient estre escriptz divinement
Car Aristote, & plusieurs autres saiges,
Estoient aucteurs de ces divins ouvraiges.
Ces saiges la, de scavoir venerez,
En ce beau lieu s’estoient lors retirez.
Pour contempler la noble conductrice,
Fœlicité, de tout bien inventrice.
Entre lesquelz pour les plus renommez,
Sont Aristote, & Socrates nommez.
[en marge : Aristoteles. Non de virtute fcire sed fat est sed enitendum est ipsā habere, [page suivante] Socrates. Adulescentes, speculū cōsulār, quo ad bonū in citentur]
Marc Cicero, Pytagoras aussi,
Plato, Senecque, estans en ce lieu cy.

Premier estoit le dire d’Aristote,
Dont la teneur par memoire je porte.
Qu’il ne suffist de la vertu scavoir,
Mais il la fault retenir & avoir.
Et qu’elle soit dans le cueur si aymée,
Qu’a tout jamais elle y soit imprimée.
[C7r] Ung peu plus loing en ce mur agreable,
Estoit le dict de Socrates, affable,
Qui contenoit estre fort necessaire,
A jeunes gens, leur regard ne distraire.
Du clair myroer, pour mieulx estre incitez
A faire bien, laisser les voluptez.

D’aultre costé l’excellent orateur,
Marc Cicero, estoit fabricateur.
[en marge : Cicero. Qui vir tute pre diti sūt, foli sunt divites.]
D’ung beau dicton, qui de dieu fort approche
Sans que je donne aux autres le reproche,
Car il disoit que quiconque est [vestu],
Et noblement prepare de vertu,
Il a tant faict par sa noble prouesse,
Qu’il a tout seul le tiltre de richesse.
Et que ce nom a luy seul appartient.
Voila le dict que Cicero maintient.
Lors que Crassus il a desestimé,
Pour avoir mal l’homme riche estimé.
Car il disoit nul riche devenir,
S’il ne luy est aisé d’entretenir.
Du revenu annuel, excercite.
Mais le propoz de Crassus je despite.
[C7v]Car il est plain de toute iniquité,
Dont il accroist son imbecilité.
Ces motz dorez contentoient mes espris,
Voyant Crassus par Cicero repris.

En mesme instant le dict je considere,
Qu’avoit bien sceu Pytagoras protraire.
[en marge : Pythagoras. Staterã, ne transgrediare .i. virtutis medium, ne transgre diaris.]
Compris estoit par son dire excellant,
Qu’il ne fault point se monstrer vaccillant.
Ne transgresser les fins, & les limites,
De la vertu, & justes loix escriptes.
Ains il convient que nostre esprit procure,
D’avoir en tout raison, ordre & mesure.

Plato apres philosophe divin,
[en marge : Plato Breves virtutis labores, æterna voluptassequi tur.]
N’avoit ouvre ne laboure en vain.
Car il disoit pour ung peu se lasser.
En travaillant pour vertu embrasser.
Qu’il s’en ensuyt volupté æternelle,
Donnant au ciel une joye supernelle.
Je prins plaisir au dire Platonique,
Qui procedoit d’entendement cœlique.
Car sans travail, & peine assiduelle,
Impossible est conduire sa nascelle.
[C8r]Au port heureulx, ou ceulx sont asseurez,
Qui de vertu ont espris decorez.
Apres Plato Senecque j’advisoye,
[en marge : Seneca : Nūquā frigias ferturad adundas Incylta virtus.]
Plus me plaisoit, quant plus je le lisoye.
Son dire estoit que vertu tres inclite,
En l’eau de stix ne converse, & habite.
Comme voulant son dire interpreter,
Que cil ne peut aux enfers habiter.
Qui a vertu, car vertu le reserve,
D’aller aux lieulx ou les malings on greve
Ains son esprit lassus au ciel Erige,
Et ses servans en mesme lieu dirige.
Dont haultement nostre ame est erigée,
Estant au ciel par vertu dirigée.
Mais par labeur il nous fault eriger,
Si nous voulons l’ame au ciel diriger.
Son ame aussi au ciel erigera,
Qui a vertu l’esprit derigera.

Apres ces dictz de ceste gent ethique,
Qui ensuyvoient verité catholique.
En aultre part mes yeulx se delectoient,
A contempler dictz, qui representoient.
[C8v]Non pas propoz de faulx anabaptistes,
Ains procedans des quatre evangelistes.
Sainct Jehan premier en escript azure,
[en marge : Ioannes. Ego sum resurrectio & uita, Qui credit in me etiam si mortu us fuerit, vivet, & omnis qui vivit, & credit in me, nō mo rietur in æternum]
Disoit ce mot digne d’estre adoré.
Je suis la vie, & resurrection,
Qui croit en moy en ferme intention.
Voire si mort la ravy par envye,
J’ay le [pouvoir] de luy donner la vie.
Et qui a vie, & qui croit fermement
En moy qui suis facteur du firmament.
Ne peult de mort æternelle mourir,
Car en cela je le puis secourir.
Voila comment sainct Jehā par son escript,
A introduict la voix de Jesucrist.
Voila comment seront ressuscitez,
Ceulx qui croiront en dieu plain de bontez
Qui a crée Fœlicité, qui faict
Sa demeurance, en ce Jardin parfaict.

Apres .S. Jehan : de sainct Luc j’appercoye
[en marge : Lucas. Beati qui audiunt verbū dei & custodiūtillud]
Le dict heureulx, qu’ainsi je prononcoye.
Bien heureulx sont qui la parolle entendent,
De Jesuchrist, & ceulx qui condescendent.
[D1r] A la garder, entretenir, & mectre,
Dedans leur cueur, sans ung mot en ometre
Voila comment sainct Luc veult protester,
Qui fault de dieu la parole escouter,
Et la garder perpetuelement.

D’austre coste .S. Marc crie haultement,
[en marge : Marcus. Qui habet aures audi endi, audiat.]
Qui pour oyr sera muni d’aureille,
Que promptement d’oyr il s’appareille.
Ce mot estoit illustre de dorure,
Dedans le mur par divine graveure.
Dela s’entend que de l’humaine gent,
L’esprit ne doibt se monstrer negligent,
A escouter le propoz, ou proverbe,
Que nous voyons yssu du divin verbe.

Ung peu plus loing mon regard s’amusoit,
Et saint Mathieu ung beau propoz disoit.
[en marge : Matth, Bti mūdo corde, quoniam ipsi deum videbūt]
Bien fortunez, & heureulx seront veus,
Qui d’un cueur net pourront estre pourveus,
Car ilz verront en la divine place
Apres la mort, de dieu puissant la face.
Par ces motz la, je cogneus clairement
Q’il est besoing de vivre nectement.
[D1v] Et qui n’aura le cueur mundisie,
Il ne sera au ciel clarifie.
Mille autres dictz je pourroye reciter,
Ausquelz mes yeulx je voulus arrester.
Si ce n’estoit que grand prolixité,
M’a deffendu que tout soit recité.
Le demourant de ce beau cabinet,
N’estoit pas moindre au divin Jardinet.
Auquel souvent (par esbat) se pourmeine
Fœlicité, & les saiges y meine.
C’est a scavoir Aristote, & tous ceulx,
Que n’ay esté de nommer paresseulx.
Asses long temps je contemplay la grace,
De ce manoir, qui tous autres efface.
Et j’appercoye (qui est divine chose)
Le lict auquel Fœlicité repose.
Au lieu de bois, dont les autres sont faictz,
Construict estoit par ouvraiges parfaictz
D’ivoire, yssu de dentz elephantines,
De veloux blanc il avoit les cortines.
D’un or de cypre, en ouvraige ordonnées,
De maincte hystoire a l’entour exornées.
[D2r]
Le tout compris en languaige romain,
Qui resjoyr pouvoit tout oueil humain.
Quatre bastons de ce lict j’apperceus.
Chascun estoit coronné par dessus.
Differemment, car sur l’ung noblement,
Ung escarboucle est en bel ornement.
Qui nuict & jour de sa vive clarté,
Luyre ce lieu faict de divinité.
L’autre en apres d’une riche coronne,
D’or, est muni, qu’une lectre environne.
[en marge : psalmista Iacta co gitatum tuum in dño, & ipse te enutries]
Disant ainsi, jecter fault sa pensée,
En dieu pour bien estre recompensée.
Car qui en dieu son cueur colloquera,
Il est certain que dieu le nourrira.

L’autre baston de ceste couche haultaine,
Avoir sur luy chose non point mondaine.
C’est a scavoir ung petit oyselet,
Faict de fin or, ung beau rossignollet
Qui sans cesser (si bien j’en suis recors,)
Dessus ce lict prononcoit mille accors.
Dont mes espris adonc furent ravis.
Quand c’est oyseau si bien chanter je veis.
[D2v] Et ne crois point qu’il ne fust deifique,
Representant une voix angelique.

Le quart baston mon oueil s’est advancé,
De regarder, il estoit compasse.
Divinement d’orientales perles,
Semblablement de pierres les plus belles.
Qui furent onc doueil humain regardées,
Fœlicité les avoit bien gardées.
Oultre cela (pour plus belle parure)
Ce riche lict avoit sa couverture.
D’ung fin damas, de couleur argentine,
Mon oueil adonc de contempler s’encline.
L’ouvraige exquis de ceste heureuse couche
Ou dignement Fœlicité se couche.
Tout a l’entour ce damas cristalin,
Representoit l’histoire de Merlin.
Semblablement de Lancelot le preulx,
Et le recueil de Symon le lepreulx.
Faict a Jesus, & la conversion,
De Magdelaine, en grand contrition.
Le tout yssu d’ouvraige minerval,
Lors que Minerve entra dans ce beau val.
[D3r] Pour contempler Fœlicité la belle,
Qui a Pallas ne se monstra rebelle.
Ains luy donna pour la recompenser,
Ung don plus beau [qu’on] ne pourroit penser
C’est assavoir une belle turquoyse,
Qui la douleur de tout esprit appaise.
Car si elle est d’un furieulx portée,
Incontinant sa fureur est ostée.
Et si quelcun a la clarté perdue,
Elle luy est soubdainement rendue.
De ce joyau bien fort se contenta,
Dame Pallas lors quelle frequenta
Fœlicité, en son manoir pudique.

Or maintenant il convient que j’explique :
Comme receut ma salutation,
Fœlicité, & veneration.
Que je luy feis, comme elle meritoit,
Quant j’apperceus qu’elle se presentoit.
Devant mes yeulx en reverence deue,
Ma voix ainsi j’ay par laer espandue.

L’harengue du Banny de lyesse A Fœlicité

[D3v] O vierge chaste en qui gist innocence
Excuse moy si ta magnificence,
M’a incité icy me transporter,
Pour humblement a toy me presenter.
Car des long temps (voire des mon enfance)
Je t’ay en cueur porté toute observance.
En postposant l’excellant rameau d’or,
De Proserpine, a ton divin tresor.
Et bien heureulx je me suis reputé,
D’avoir ésté par tourmens agité.
Avec labeur, en griesve affliction,
De tolerer sa jurisdiction.
Pour aspirer en ce lieu qui est plus
Noble, que n’est du monde le surplus.
Pas je n’ay craint me soubzmectre aux hazars
D’entrer au lieu des aspics & lezars
Semblablement des infectz crocodiles,
Pour parvenir en ces parfectes isles
Ou amplement il m’est par toy parmis,
Que mon regard sur ta face soit mys.
Sans rencontrer aucunement obstacle,
De perlustrer ce divin habitacle.
[D4r] Qui par Espoir (portier de ce beau clos,)
Sans contredict, m’est ouvert & desclos.
Si te supplye O belle en qui abonde,
Plus de vertu qu’en pucelle du monde.
Me retenir pour humble serviteur,
Je n’ay voulu choisir ung plus grand heur.
Et a jamais, j’emploiray mon estude,
Pour augmenter vers toy ma servitude.

Lors que la belle apperceut que j’estoye,
Las de parler, & que je m’apprestoye.
Pour l’escouter, de sa voix temperée,
Diserte harengue elle m’a proferée.

L’harengue de Fœlicité, au Banny de lyesse.

Long temps y a petit francoys poete,
Que ta venue en ce lieu je soubhete
Et touteffoys j’estoye en grand doubtance
Qu’en ces sentiers ne trouvasse nuysance,
Pour divertir ton couraige gentil,
Mais en cela tu t’es monstré subtil.
En evadant par ta subtilité,
Des fiers serpens la grand ferocité.
[D4v] Sachant aussi la tribulation,
Qui ta vexe, par molestation.
Avec labeur, ce grand viellard chenu,
Dont tu es meigre, & palle devenu.
Et qui plus est bien plus fort je te loue,
Et sur ces cas ton entreprise adloue.
Que tu as peu ton esprit appliquer,
Les mains du vice en son temple eschapper
Dont a bon droict tu seras coronné,
D’un chappelet de fleurs environné.
De fleurs je dis qui ont telle vigueur,
Que de l’hyver ne creignent la rigueur.
Tiens donc amy ce divin chappelet,
Que j’ay cueilly en ce lieu verdelet,
Pour a jamais ne me mectre en obly.

Or cognoissant que tu es ennobly.
D’un cueur loyal, de vertus amateur,
Estre te veulx de mes dictz auditeur.
Et t’enseigner ce qui est tresutile,
Pour aspirer en ce beau lieu tranquille.
Car tout ainsi que d’aller a Chorinte,
Il n’est permis a ung chascun, sans craincte.
[D5r] De desbourser a lais impudique,
Somme trop grande, au dict Demosthenique
[en marge : Ex Aulo Gelio, in noctibus atticis.]
Ainsi est il du lieu ou maintenant,
Tu m’appercoys le sceptre en main tenant.
Fœlicité dicte suys par mon nom,
Qui de tout temps a eu si grand renom.
Fille de dieu, promise aux vrays crestiens,
Lesquelz soubz moy paisibles je retiens.
Fœlicité mais je ne suys pas celle,
Qui est au monde, & que chascun appelle
Lors que des biens il a la suffisance,
Mon bruit a bien plus de preheminence.
Celle ne suis que la stoique secte,
A estime accomplye, & parfaicte.
Mais je suys celle ou il fault aspirer,
Qui mes servans puis au ciel attirer.
Et en ce lieu je suis si bien gardée,
Que de chascun je ne suis regardée,
Crois donc que cil ne me regardera,
Qui en son cueur cecy ne gardera.
Qu’il fault ung dieu croire premierement,
Qui est sans fin & sans commencement.
[D5v] Seul tout puissant, facteur universel,
De ce qui est humain, & æternel.
Qui faict justice, aussi misericorde,
Et les pechez du pecheur ne recorde.
Lors qu’envers luy il cherche penitence,
Qui procrea Adam a sa semblance.
L’homme premier, qui par art demonique,
Oultre passa le veuil du dieu unique
Dont puis apres la gent consecutive,
Par son peché aux abysmes arrive.
Et longuement de lyesse bannie,
Mise a esté dessoubz la tyrannie.
Du tentateur & cauteleulx esprit,
Predecesseur du futur Antechrist.
Mais ceste gent Jesuchrist delivra,
Et pour ce faire a la mort se livra.
L’agneau promis a la loy mosaique,
Qui a purgé en croix le mal inique.
Yssu d’Adam, par la tentation,
Du faulx esprit de malediction,
Et a voulu ces dictz vous reserver
Qu’ilz est requis a tous ceulx observer.
[D6r] Qui ont desir ce Jardin visiter,
Et soubz ma lice a jamais militer.
C’est assavoir d’aymer parfaictement,
Dieu tout puissant, & a lui seullement.
Se dedier, le servir, & aymer,
Aultre que lui nullement estimer.
Semblablement je te jure & afferme,
Qu’il ne fault point l’irriter par blaspheme
Ne par le ciel, & la terre jurer,
Ne par aucun moyen se parjurer.
Au viel Adam mourir est salutaire,
Vivre au nouveau c’est chose plus prospere.
Car ce [nouveau] Adam que je te nomme,
Est Jesuscrist qui est dieu, aussi homme.
Qui de son sang a faict effusion,
Pour monstrer la seulle occasion.
De redimer l’humaine creature,
Qu’Adam avoit mis (par sa forfaicture)
Dans les palus, & regnes tartariques,
Mais Jesuchrist des regions cœliques.
Luy fut transmis pour luy remedier.
Item [convient] tousjours se dedier.
[D6v] Non seullement porter, amour au pere,
Mais honnorer semblablement la mere,
[en marge : Honora patrē & matrem.]
Et survenir a leurs necessitez,
Ces motz icy sont de dieu recitez.

Item n’avoir la persuasion :
D’entretenir cruelle occision.
Car qui aucun du glaive ferira,
Pareillement du glaive perira.
Il fault aussi pour a dieu satiffaire,
A ung chascun aymer son adversaire.
Ne contre ceulx vengence executer,
[en marge : Cōtra Ciceronem.]
Qui le vouldront a tort persecuter.
Et justement a Cicero je nye,
[en marge : Qui nō propulsat iniutiā, &c.]
Qu’il fault venger linivre & calumnie.
Car sur ce point il ensuyt les gentilz,
Tous ignorans, fors qu’ilz estoient subtilz.
En leur science, inutile, & trop vaine,
Sans alleguer leur poetique veine.
Dont il ne fault a nul porter rancune,
Il n’est besoing que l’ung l’autre importune.
Pour estre filz du dieu spirituel,
Qui faict lever sur les bons son soleil :
[D7r]Sur ceulx aussi qui sont faulx & injustes,
Qui sont errans par les chemins angustes.

Item ne fault estre fornicateur,
A cil qui veult estre mon protecteur.
Car qui nourrist en cueur concupiscence,
Il perd ce lieu ou gist resjoyssance.
Ceulx de proces qui ayment la sequelle,
En renonceant a l’amour fraternelle.
N’ont le pouvoir d’avecques moy loger,
Pour parvenir a mon divin verger.
Car je congnois qu’ilz vont tout a rebours.
De charité, qui garde les faulx bourgs.
De ce manoir, ou je suis honnorée.
Et justement par vertu décorée.

Item se fault contenter de son bien,
Sans soubheter tresors ne scay combien.
Tresors je dis plains de mondanité,
Qui sont subjectz a toute vanité.
Qui aux humains donnent corruption,
En soubzmectant l’ame a perdition.
Helas amy de tous maulx la racine.
C’est convoytise, ou le cueur s’enracine.
[D7v]Des folz humains, qui laissans æquité,
Ayment les biens de temporalité,
Dont cinq cens foys le jour je m’esbahys,
Veu que les dictz de dieu leur sont oys.
Qui mect ses loix en leur entendement,
Pour colloquer sur ce leur pensement.
Pure est sa loy certaine, immaculée,
Qui convertit tout ame maculée.
Parquoy convient en elle cheminer,
Pour son salut au ciel determiner.

Item convient avoir ceste creance,
Que Jesuschrist pour nostre delivrance.
Pendit en croix, si que fussies purgez,
Du vieil peche, ou vous estiez jugez
Par le premier homme que dieu forma,
Dont cher humaine en vierge il assuma.
En consacrant a son pere voz ames,
Pour accomplir sa volunté, sans blasmes.
En delaissant toutes oeuvres charnelles,
Pour embrasser oeuvres spirituelles.
En ferme foy que du ciel descendu,
Il a esté pour vous en croix pendu.
[D8r]Pour vous sauluer par sa redemption,
Ceulx qui n’auront ceste estimation.
Ne me pourront a bon droict posseder,
Car je ne veulx ce bien leur conceder.
Le createur qui aux bons le promect,
Fœlicité aux malings ne permect.
S’ilz n’ont vouloir en labeur fort austere,
De l’entretien de vice se soubzstraire.
De ces loix la, (amy) que j’ay descriptes,
Estre convient les personnes instruictes
Celles j’entends qui sont predestinées,
A me poursuyvre aux places fortunées.
Celles j’entends qui ont par exercice,
Prinse vertu, & delaisse la vice.
Celles j’entends qui (receu le baptesme)
Veullent au ciel acquerir diadesme.
A celle gent mon Jardin est apert,
Mais il convient que chascun soit expert.
Que verité soit par luy rencontrée,
Par bon recueil, pour y faire l’entrée.
Et qu’en son cueur la vérité soit close,
Si ceste porte il veult estre desclose.
[D8v]Car autrement il se doibt reculer,
De ce lieu cy, qu’on ne peult maculer.
Tant au moyen de ces serpens nuysibles.
Qui font ainsi ces lieulx inaccessibles.
Que paravant que l’esprit obstine,
Ne se conduict en ce lieu destine.
Voilà comment maint homme est abusé,
A me chercher, car il est mal aisé.
Que comme toy a labeur il se renge,
Pour aspirer a ce Jardin estrange.
Difficile est qu’il soit par charité,
Conduict vers moy, aussi par verité.
Et neaumoins s’il est constant & ferme,
Et qu’en son cueur toutes les deux enferme
C’est assavoir que veritablement
Il veult vivre, & charitablement.
Sans contredict a luy me rengeray,
Et mon amour de luy n’estrangeray.

L’aucteur
Fœlicité (son harengue finie)
Me feit recueil plain d’amour infinie.
Car au banquet soubdain ma convoqué,
[E1r]Et de ces serfz au nombre colloque.
Espoir adonc ce beau portier notable,
Subitement a exorne la table.
Mais touteffoys il n’a rien preparé,
Qui soit au goust du monde refere.
Pas n’y avoit perdrix, canards, faisans,
Ne vins qui sont aux hommes mal faisans.
Ains seullement odeur nectarienne,
Semblablement liqueur ambrosienne.
Car en ce lieu plain d’immortalité,
De past mortel palais n’est irrité.
Tout est divin, doncques divinement,
Fœlicité m’a faict ce traictement.
Telle liqueur n’a point toute L’asie,
Que j’apperceus buvant ceste ambrosie.
Humain manger n’a comparation,
A ce nectar, dont j’eus fruition.
Apres le past (la nappe relevée)
Fœlicité de son lieu s’est levée.
Et au chemin soubdainement s’applique,
Pour visiter son Jardin autentique.
Dedans lequel par Foy sa damoyselle,
[E1v] Conduicte fut, qui luy portoit grand zele.
Et ce pendant au lieu je me voys rendre,
Pour Aristote & Socrates entendre.
Qui de leurs voix (je le vous certifie)
Interpretoient toute philosophie.
C’est assavoir Raison philosophale,
Du temps jadis, & Doctrine morale.
Que leur avoit enseignée & aprise,
L’antiquité, donques ceste voye prise,
Le droict sentier a eulx je me transporte,
Et saluer je commence Aristote.
Lequel adonc estoit plus hault assis.
Quant il m’a veu, d’entendement rassis,
M’a d’un recueil courtoys, & liberal,
Tiré vers luy, adonc en general,
M’a faict certain de tout le contenu,
Qu’en ce lieu sainct, il avoit retenu.
Puis en m’oyant il veid certainement
Que je parloye de dieu differemment.
Car il n’avoit le baptesme receu,
Ne l’evangile en son esprit conceu.
Bien longuement avec ces philosophes,
[E2r] Je devisay, tenant mille apostrophes.
Semblablement paraboles menues
De l’evangile, en mon esprit venues.
Dont ung chascun d’entre eulx fut esbahy,
Lors que je fus sur ces propoz oy.

Conclusion au sens moral.

Donques lecteurs assez il vous suffise,
De veoir menée a bout mon entreprise
Mais au contraire il ne suffise pas,
Si ne prenez ung copieulx repas.
Pendant le temps qu’estes sur la verdure,
Ou il y a pour vous assez pasture.
[E2v]En ce Jardin facile est de repaistre,
Si vous voulez le sens moral cognoistre
En retenant l’interprétation,
De ce Jardin par contemplation.

Premièrement qu’est ce que je veulx dire
Que Charité exerce son empire.
En ce Jardin qui est yssu des cieulx ?
Notez amys ces dictz facetieulx.
Sans Charité, de ce beau lieu portiere,
L’ame de vous ne peut estre heritiere.
Du vray soulas, & de beatitude.
Qui faict au ciel arrest, & habitude,
Car il convient avoir cueur charitable,
Pour se munir de soulas perdurable.

Item par moy serpens sont introduictz,

Mais le moyen dont je les introduis.
Avec Labeur, dont mention je fais,
C’est qu’en peril & en grand charge, & fait
Il est besoing que nostre corps travaille,
Si que l’esprit en lieu si heureulx aille.
En delaissant le vice & ses complices,
Auquel je dis qu’on faisoit sacrifices.
[E3r]

Item convient ung autre poinct scavoir,

Duquel sera utile le scavoir.
Quant j’introduis Verité portenseigne,
De loyaulté qui ceste voye enseigne.
Certes amys si verité n’avez,
Et si voz cueurs ne sont nectz, & lavez.
En ce Jardin de paix, & de concorde,
Vous recevoir Fœlicité n’accorde.
Si ferme Espoir de ce lieu le portier,
N’est en voz cueurs digeré tout entier.
Avecques Foy damoyselle susdicte,
Fœlicité vous sera interdicte.
Et ne sera vers vous si liberale,
De vous ouvrir sa terre imperiale.
Ne le nectar ordonne pour les dieulx,
Ne l’ambrosie offrir devant vos yeulx.
Voila les poinctz qu’il fault moraliser,
Pour vostre esprit au ciel auctoriser.

    # Or mainctenant descendons au Jardin,
    Que j'introduis pres le fleuve jourdain.
    Lors que je dis les pommes d'un pommier,
    Semblablement les prunes d'un prunier.

[E3v] Avoir tel goust, qu’il a pour en gouster,
Ample pouvoir toute douleur oster.
Et appaiser toute soif, qui survienne,
Pourveu qu’au cueur le goust du fruict en vienne
Cela sentend des dons prophetisez,
Au testament viel, evangelisez.
Par le nouveau, ou Christ a respandu,
Son sang pour nous en la croix estendu.
C’est la le fruict qui vostre soif appaise,
C’est le joyau qu’il fault que chascun baise.
C’est le tresor que Jesuschrist nous brasse,
Qu’ung vray crestien de tout son cueur embrasse
C’est L’ambrosie & nectar que j’ay dict,
Que les heureulx auront sans contredict.
C’est le poirier dont la poire acceptable,
Avoit le goust exquis & favorable.
Dont la liqueur pouvoit l’homme enseigner
Et son esprit soubdain endoctriner,
Ce poirier la ce sont les propheties,
Des livres sainctz, non pas les faceties.
Qu’on peult trouver aux escriptz fabuleulx
Lors que le temps estoit si nubileulx.
[E4r] Qu’encor n’estoit la verité cogneue,
Ne le facteur de la cœleste nue.
C’est le poirier duquel on peut cueillir,
Ung tendre fruict pour les cueurs amollir.
Qui ne sont pas de vérité fulcis,
Ains obstinez, pervers, & endurcis.
En leur vouloir, inique, & temeraire,
Mais par le goust du fruict de ceste poire
C’est assavoir la lecon de ces livres,
On veoit leurs sens d’iniquité delivres.
Et par iceulx sont a clarté reduistz,
Au paravant en tenebres seduictz.
Amys voila les arbres exposez,
Avec les fruictz en iceulx apposez.
Ne reste plus que de sentence vive,
Interpreter l’olivier & l’olive.
Arbre de paix, arbre qui specifie,
Que nostre cueur envers tous s’humilie.
Par la j’entends qu’au grand regne iovique,
Nul n’entrera, s’il n’a cueur pacifique.
Et s’il n’a paix en l’olivier conquise,
La paix qui est par Jesuchrist promise.
[E4v] Non point aux folx, aux pervers, & rebelles
Ains seullement aux crestiens, & fideles
Quant il a dict, ma paix je vous ordonne,
Conservez la, je vous la laisse & donne.
Doncques amys en ce Jardin venez,
Et en la main blanche olive prenez.
Cherchez y paix pour vous justifier,
Et pour voz cueurs rudes, pacifier.
Car bien heureulx sont les conservateurs,
Dicelle paix, & fermes amateurs.
Bien heureulx sont hommes pacifiez,
Car ils seront au ciel justifiez.
Les filz de dieu on les appellera,
Et envers dieu leur nom s’exaltera.
Car ilz auront le ciel pour heritaige,
Doncques changez cest obstiné couraige.
Et ambrassez l’olivier plantureulx,
Ung heureulx plant, ung plus que plant heureulx.
Par la viendrez au Jardin fortuné,
Qui est aux bons de dieu predestiné.
En ce faisant ostez toutes rancunes,
De vostre cueur, & frauldes importunes.
[E5r] Et pardonnez aux calumniateurs,
De vostre nom, aymez persecuteurs.
Affin qu’a tous vous soyez exemplaire,
Et grand sera, aux cieulx vostre sallaire.
Justes soyez, & sitiens justice,
Et de voz cueurs tousjours raison juste ysse
Et ne craignez d’estre persecutez,
Pour conserver les droictz plains d’equitez
Car aux esprits cauteleulx, & pervers,
Les lieulx divins ne pourront estre ouvers
Suyvez vertu, soyez saiges, & meurs,
Estans vestus de treslouables meurs.
Ne faictes point a deulx maistres service,
Car de vertu se munir, & de vice.
Possible n’est, na’ymer le salvateur,
Pareillement l’infernal tentateur.
Solliciteulx du repas & du boire,
Ne soyez point pour au ventre complaire.
Nayez soulci pour vostre corps, comment
Le conviendra parer de vestement.
Car l’ame est plus en reputation,
Que le repas, qui a corruption.
[E5v]Le corps aussi est chose plus louable,
Que vestement, la raison est probable.
Voila les poinctz qu’ils est requis de suyvre
Si nous voulons ce beau Jardin poursuyvre
Car sans iceulx en vain nous labourons,
Et au sentier des aspics demourons.
Sans resister au venin des couleuvres,
Si nous laissons de Jesuchrist les oeuvres.
Poursuyvons donc la pure Verité,
Dans ce Jardin ou est Fœlicité,
Prenons Espoir, Charité embrassons,
Et le sentier de vice delaissons.
Cherchons la paix au divin Olivier,
Allons pescher au cœleste vivier.
En Foy, Espoir, & Charité predicte,
Qui en ce lieu servira de conduicte.
Aux destinez enffans de Jesuchrist,
Vrays ennemys du futur Entechrist.

La fin du Jardin de Fœlicité Par le banny de Lyesse

  1. [A1v] []
  2. [A2r] []