Transcription du Jardin d’Apollon et de Clémence

Le Jardin d’Apollon et de Clemence. Divisé en deux livres par Estienne Bournier, Molinois Bourbonnois. Viret adversantibus Euris. A Molins. Chez Pierre Vernoy, Marchant Libraire. M. DC. VI

Au zoile envieux,

Quatrain.

Quel que tu sois mon adversaire
De ce Jardinet envieux,
Je te commande de te taire
Ou t’essayer à faire mieux.

IDEM.

Quisquis es, hoc iubeo, florescenti inuidus horto
Fac melius, vel tu disce tacere prius.

L’Auteur à son livre.

Sonnet.

Quelque censeur haineux en te lisant un jour
Blasmera ton auteur, & foulera par terre
Et les fleurs, & les fruitz de ton petit parterre,
Où Phœbus & les Sœurs font ores leur sejour
Un degousté d’Amour, un Rodomont de Cour
Moins amy d’une fleur que de son cimeterre
Dira que tu devois escrire de la guerre
Mais dy luy qu’un amant devise de l’Amour.
Bien qu’en toy (mon livret) un Achille on ne voye
Combatant un Hector dans les plaines de Troye,
Foudroyer un Hercul, aux armes indompté
Ne laisse point pourtant de venir en lumiere
Delaisse à tes ainez cette gloire premiere
Et parle d’un amant que l’Amour a dompté.

Ad Evndem.

Virgilius fera bella canit, sonat horrida Homerus.
Blandula Naso dedit, sed feriora cano
Viret aduersantibus Euris.

A monsieur Bournier Advocat à Molins.

Sonnet.

Les Muses, & l’Amour justement irrité,
A ton subject, Bournier, combatent de l’a gloire
Tes beaux vers sont le pris, l’honneur de la victoire
Et le champ de bataille est l’immortalité,
L’Amour ha rien raison s’il t’a seul incité
Seul esmeu, seul ravy, les filles de memoire
N’ont aussi point de tort, elles qui t’ont faict boire
Dans leurs flotz ruisselants sur ta fatalité,
Ces vers sont à la Muse : ils le font bien paroistre,
Non, ils sont à Cypris, je les pense cognoistre
A l’escharpe de flamme aux guidons de l’Amour.
Je me puys bien tromper, une beauté divine
Qui peut plus que la Muse, & non moins qu’Erycine,
Les couva de ses feux, & les a mis au jour.

Au mesme. Sur son Jardin d’Apollon & de Clemence.

Sonnet.

Bournier de qui l’Esprit ne peut estre borné
Ni par loy, ni par art, ny par la Destinée,
A toy seul au jourd’huy la gloire est destinée,
Avec l’honneur de ceux qui le plus ont peiné.
Le Ciel à ton bon heur a toujours incliné,
La fortune à tes vœux ne s’est faite obstinée.
Clemence d’un beau prix ta peine a guerdonnée,
Et Phœbus a ton chef d’un laurier couronné.
Tous ces dons estoient deubz à ta docte eloquence
Dont tu produys les fruitz au jardin de Clemence
Expliquant tes amours en langage divers,
Et ce qui faict que plus ton esprit on admire
C’est, joignant la Latine à la Françoise lyre
Qu’à toy seul apartient de bien tourner un vers.

Ad evndem.

Diversis Themis & Phœbus tibi tempora cingunt
Themis, Stemmatibus, Phœbus carmine,
lege Phœbo colluces, solus mors vitaque Phœbo es,
Te vivo vivet, teque cadente cadet.
Per Themida effulges, per Themida effulges, per te fulgetque Themista,
Tu themis ipse aliis tu themis ipse tibi.
Christop : Rouerius. aduo. Mel.

Ad evndem.

Quid si Gallica, si Latina Musa
Cingunt tempora laurea corona
Mirum ? plus Stephani tibi rependit
Nomen : quam tibi totus orbis ipse,
Quam nec Gallica, nec Latina musa.

Le Mesme au mesme.

Le beau nom d’Estienne te donne
Bournier pour loyer de tes vers
Une triomphante Couronne
De Mirtes & de Lauriers vers.

Autre.

Esprits de France les plus braves,
Mirez ces fleurons Clementins,
Et Jugez qui sont les plus graves,
Ou les François, ou les Latins.

Idem.

Dicite num Gallos fecit prius, an ne Latinos,
Cum Galli & Latij mollius imbre fluant.

Autre.

L’Antique baiseur de Verone
Qu’on admire par l’Univers,
Pour obtenir une Couronne
N’a jamais faict de plus beaux vers.
De Beaufort Blez.

A haut et puissant seigneur, monseigneur de Chaseron, Chevallier des Ordres du Roy, Conseiller en ses Conseils d’Estat & privé, Capitaine du cinquante hommes d’armes, Baron de Punsat, Fourchaut, Rochedragont, Monfaucon, Mareschale & Senechal de Bourbonois.

Monseigneur, puis que toutes sortes de beaux esprits se repaissent de l’esperance qu’ils ont de venir au desiré but de leur attente, malgré les obstacles de fortune envieuse, de leur bon heur. Je veux esperer comme eux pour accomplir mes desirs, contrequarrant la haine des ennemis de ma felicité. Mais le bon heur que j’attends de mon esperance ne s’explique en l’attente d’aucune remuneration, scachant le peu de merite de l’œuvre & de l’auteur indigne de vos faveurs : Ainçois en l’humaine acceptation de l’offre, que je vous fay en toute humilité, d’un jardinet de fleurs Latin & François, que le printemps de mon âge à produites & cultivees aux Universitez, entre mille espineuses adversitez. L’espoir de le voir en tout temps fleurir entre vos mains, autorisé de vos merites, m’a faict oser le desdier à l’autel de vos graces, pour estre participant de vos gloires. Recevez le comme seigneur feodal & direct, Seneschal & chef du sacré Palais d’Amour, où maintefois a postulé celuy, qui se disposant à plus serieux exercice vous sacrifie les fleurs & fruitz de ses humbles devoirs.

Voeu du livre Au mesme Seigneur.

Sonnet.

Un Romain desdia les effectz de sa gloire
A celuy qu’il aimoit le plus d’entre les Dieux,
Afin que ses exploitz ne fussent odieux
A ceux qui ne vouloient ni les voir ni les croire.
Esperant que le nom & la seule memoire
Du Dieu qui les prenoit, contre ses envieux
Ennemis de vertu, les rendroit glorieux
Et leur feroit en fin remporter la victoire.
Je fay ne plus ne moins que ce sage Romain.
J’apprends ces petitz vers façonnez de ma main
Avec les fleurs & fruitz du Jardin de Clemence.
A l’autel immortel de vos belles vertus,
Pour, (si quelque envieux) n’use de reverence,
Estre bien combatuz, mais non point abbatuz,

Idem ad evndem.

Arma deo sua deuouit Romanus amico vt
Sacrilegus foret is qui vetet illa coli,
Ista tibi voueo (Mœcenas inclite) ne quis
Zoilus improbulus audeat olfacere.

Au Mesme Seigneur.

Stances.

J’Appends ce jardin Clementin
Traduit du François au Latin
En l’honneur de ma belle Aurore,
Prenez le d’un courage humain
Puis qu’il provient de l’humble main
D’un serviteur qui vous honore.
Je feray tousjours advoüer
Que je ne le pouvoy vouer
A personne à luy plus propice
Qu’à vous, dont l’eternel renom
Rend par tout immortel le nom
Du Palais de nostre Justice.
De mes bouquetz vous estreiner
Ou quelques petis vers donner
Tels que ma Muse les compose.
C’est plus donner que ne pensez,
Les Roys treuvent que c’est assez
Pour ceux qui n’ont pas autre chose.
Car vous offrir des grands presents
“C’est les prez parer au printemps,
“Au Soleil donner la lumiere.
„C’est de l’or à l’Inde donner,
„ Et de l’eau porter en la mer,
„Ou du sablon en la Riviere.
Donnant à plus riche que moy
Ce seroit irriter la loy,
La loy puniroit mon offence,
„Enrichir une pauvreté,
„C’est un œuvre de charité,
„Qui merite au Ciel recompense.
Ces fleurons me coustent du temps,
Ce sont les fruitz de mon printemps
Dont ma jeunesse or, est seconde,
„Le temps est plus riche que l’or,
„Je prise plus le temps encor,
Que les richesses de ce monde.

Au mesme.

La Gloire est ma seule esperance,
Mon seul desir est le renom,
Si je n’acquiers du los en France,
Autre part fleurira mon nom.
On verra par tout où je voise
Fleurir mes fleurs soir & matin,
A tel plaist la rime Françoise
A qui desplaist le vers Latin.
„L’œil s’esgaye a diverse chose,
„L’esprit en des objetz divers,
Les uns n’ayment rien que la prose,
Les autres n’aiment que les vers,
Selon que leur sens se dispose
Ils treuvent goust à leur humeur,
Aux uns plaist l’odeur de la Rose,
Les autres n’en ayment l’odeur.
Quant à moy j’ayme le meslange,
De tous metz je fay mes repas.
„Un amant qui n’ayme le change
D’estre aymé ne merite pas,
La diversité de langage
Qu’on treuve dans mon jardinet,
Sert d’ornement au jardinage,
Comme d’un double cabinet.
En l’un se cueille l’Eglantine,
L’Oillet, ma Violette aussi
En l’autre quelque fleur Latine
La Marguerite ou le Souci.
Peut estre un Zoile adversaire
Aura ce jardin à mespris,
L’envie ha cela d’ordinaire
De m’espriser les beaux Espris.
Il suffit que pour la defence
De ma gloire & de mon renom,
Marguerite soit ma Clemence
Et Chazeron mon Apollon.

Ad eundem libellum.

Tutus Apollineo & Clementi numine, tandem
Hortulus inuitis dice virere Notis.

Au mesme Jardin.

Stance.

Soubs le nom d’Apollon & de dame Clemence
Avorton de mes nuits, tu sors en evidence
Pour aslever le loz des amoureuses fleurs.
Mais je crains qu’on te voye au jour de ta naissance
Tost fleurir, tost flestrir, & que ton ignorance
Ne te face nommer je jardin des Erreurs.

Aux Poetes de ce temps.

Sonnet.

Je me presume tant d’un si petit labeur
Qu’il merite obtenir des filles de Memoire
Un loyer immortel, egal a cette gloire
Que vous a desparti le Ciel large donneur.
C’est à vous de tout temps qu’est acquis tel honneur,
Et de vous seulement un chacun le doibt croire,
Car le neufvain troupeau vous la donné pour doüaire.
Ce qu’il ne feroit pas à si petit sonneur,
S’il est vray qu’en forgeant forgeron on peut estre
D’escholier apprentif je puys devenir maistre
En mettant en l’umiere un chef d’œuvre parfait.
Mais n’estant qu’Escholier on treuveroit estrange
De me voir honoré de pareille loüange,
il me suffit qu’on die un Escholier l’a faict.

Ad Eosdem.

Haud opus hoc (vates) vestro dignatur honore,
Tironis fat enim si foret istud opus.

A Monsieur Bournier.

Quatrain.

Bournier si de ton jardinage
On juge les fruitz par les fleurs.
Que promet l’hiver de ton age
Si l’Avril produit des fruitz meurs ?

Au zoile. margaris haudformosa.

Marguerite à tes yeux n’ha d’assez beaux attraitz,
Prens mes yeux, ses attraitz te seront agreables,
A mes yeux, à tes yeux, ils seroient admirables,
Si l’amour en nos cœurs decouchoit mesmes traits.
Imitation francoise, du Jardin d’Apollon & de Clemence : Livre I.

Sonnet.

Non sunt hi moduli. I.

Ces vers ne sont pas miens et s’ils le pensent estre.
De me les aduoüer je ne suis pas si vain,
Il me suffira bien d’en estre l’escrvain,
Puys qu’ils ont d’Apollon & Clemence leur estre,
Tout ce qu’ils ont de moy ce n’est rien que la lettre,
Aussi pour les former ay-je fourni la main,
Mais que diront ces vers ? que je suis inhumain
En me desasvouant ou leur pere, ou leur maistre :
Car Amour dictoit au fort de mes ennuis,
Et je les redisoy par moy toutes les nuitz,
Puys mon luth les sonnoit au reveil de l’Aurore,
Et si tost qu’Apollon esclairoit le matin,
Pour vaincre le loisir je les tournois encore
Du Latin au François, du François au Latin.

II.

Ovoshendecasyllabi.

Mes vers (je ne scaurois autrement vous nommer),
Parce qu’en vous mirant on mire mon image,
Un Montgibel de feux je cele en mon courage,
Vous tesmoignez l’ardeur qui me vint consommer.
Des larmes de mes yeux s’est formée une mer,
En vous lisant on lit les traitz de mon visage,
Si vous loüez l’esclair du bel œil qui m’outrage,
Mon cœur en ha le traict qui le vint entamer.
Vous bien-heurez l’object qui causa mon dommage,
Je ne me puy tenir de luy faire l’hommage,
Vous & moy donc (mes vers) ne sommes point divers :
Sinon que mieux que moy vous irez voire Madame
Mais gardez de brusler aux rayons de sa flamme
D’un mesme feu mourroient & l’Auteur & le vers.

III.

Vos o versiculi.

Ou alez vous mes vers encores jeunes d’ans ?
Pour mieux estre pourquoy quittez vous vostre maistre ?
Avortons de mes nuitz voulez vous jà paroistre
Plus que vous ne devez, non, non, il n’est pas temps,
Voulez vous aux haineux servir de passetemps ?
J’aymeroy beaucoup mieux que vous fussiez à naistre
Il faut meurir avant que se faire cognoistre ;
„Le meilleur fruit jamais ne se cuille au printemps.
Despourveus d’ailerons en vostre saison verte
Voulants voler trop haut une cheutte est ouverte
Au caribde glouton, ennemy de vos vœux.
Mais non, alez (mes vers) Apollon & Clemence,
Destourneront du ciel cette dure influence
Puys que vous estes filz de l’un de leur neveux.

IV.

Ignes, volta, modi.

Mes feux, mes veux, mes vers, vous estes miserables,
D’adorer un object qui ne faict cas de vous,
Vous estes jour & nuit la butte de ses coups
Et vous n’estes treuvez à ses yeux aggreables.
Les traitz de ses beaux yeux vous sont inexorables,
Vous épreuvez en eux de l’elebore doux
Et voyez ses desdains pleins d’ire & de courroux
Alors que vous pensez vous rendre serviables.
Elle est (me direz vous) fille de quelque Roy,
Ou vesve de Iupin qui n’ha d’esgal à soy,
Non, j’estime qu’elle est d’une race plus grande
Car les Dieux à l’autel, & les Rois à la Cour
Les feux, les vœux, les vers, reçoivent pour offrande
Mais elle les reçoit comme vefue d’Amour.

V.

Nondum notus erat.

Je n’avois encor heu d’Amour la cognoissance
Quand en me promenant un jour de ceste esté
Pour amasser des fleurs : je me vey arresté
D’un ré qu’il me tendit au jardin de Clemence.
Lors je me senti pris d’une telle puissance,
Que tirant plus à moy, plus j’estois enreté,
Songeant d’où procedoit si fiere cruauté,
Je craignoy que ce fut pour punir mon offence,
Mais en me depestrant j’apperceu de bon heur
Soubs le bel Esglantier ma Marguerite fleur,
Qui d’un de ses cheveux l’anbusche avoit dressée.
Je la vey ourdissant un plus estroict lien
Pour bander l’arc meutrier de l’Archer Delien,
Qui descoucha me traict dont mon ame est blessée.

VI.

Vix contorta meo.

A Peine fut ce traict eslancé dans mon cœur
Que pantois je demande, hé quelle main cruelle
T’a descouché beau traict ? quel Demon infidelle,
Te faict ore exercer en moy tant de rigueur ?
Sont ce là les appas de la douce liqueur
Que me promit Amour dont ore il m’apastele ?
Quelle ame helas se void aux Enfers criminelle
Endurer plus que moy d’ennuis & de langueur ?
Hà trop inhumain traict qui martirez mon ame
Je croy que tu ne pars de la main de Madame,
Moins encor as tu pris essence de ses yeux,
Ce n’est pas d’Apollon aussi, ni de Clemence,
D’Amour, je ne croy pas, si c’est luy qui t’eslance,
Croy qu’il n’est point issu de la race des Dieux.

VII.

Telu nemo Deûm.

Non ce n’est point un Dieu qui descoucha ce trait
Un trait divin ne fit onques telle blesseure.
Ce n’est point Apollon aussi je m’en asseure,
Il est à ses amis assez dous & discret.
Trop divin est aussi de Madame l’attrait
Pour donner à ses yeux une telle imposture,
(mon cœur) je ne scay donc qui blâmer à cet heure
Sinon l’œil envieux d’un ennemi secret.
D’un secret ennemi j’auroy præveu les armes,
De Madame, ses yeux auroient cognu mes larmes,
Apollon eut plustost rebouché tel effort.
Non, mais Madame ayant de l’arc d’Amour envie
L’emprunta pour tirer une flesche de vie
Qui ne donne l’Amour, ains me donne la mort.

VIII.

Hic de cordibus.

Ha voici le bel œil qui triomphe des cœurs,
Qu’Amour estreint aux retz de ses rudes estreintes,
Et deroublant les coups de ses dures attaintes,
Des flames de l’Amour rend vaincus les vainqueurs.
Hà voici le bel œil qui garde les liqueurs
Des faux appas d’Amour comme reliques saintes,
D’où distile le fiel des amoureuses feintes
Qui confisent les cœurs en souspirs & langueurs :
Hà voici l’œil qui tient le fort de la victoire.
Qui porte les honneurs & les palmes de gloire
Dont Amour enrichit ses pompeux estandars.
Hà voici l’œil en fin où l’Amour se retire,
Car mile traictz selons dedans noz cœurs il tire,
Et ce bel œil est seul la trousse de ses dars.

IX.

Qui lustras oculos.

Bel œil de qui mes yeux recoivent la clairté
Comme les estoilons du Soleil leur lumiere,
Soubs-ris qui contraignant ma liberté premiere
De ma Muse & de moy fais à ta volonté,
Larme qui feignant voir ton amy tourmenté
Arrouses peu à peu ma flame coustumiere,
Main qui mon ame estrins en tes liens prisonniere
Et mon cœur innocent esclaves enreté
Je vous honore tant ? & mon amour extreme
A tellement gravé vos vertus en moy mesme,
Que la suitte des ans ni le traict inhumain
Contre moy conivré de l’oublieuse lame,
N’effaceront jamais de l’airain de mon ame
Un bel œil, un soubsris, une larme, une main.

X.

Ne tot bella.

Oeil brunelet ne me fay plus la guerre
M’ablandissant de mile & mile attraitz
Je croy qu’Amour en toy loge ses traitz
Dont il atteint les plus grands de la terre.

XI.

O Clementia Flora.

O Clemence, flore des fleurs
Entends ores à la piere,
Fay le Ciel ta source premiere,
Clement au fort de mes malheurs.
Clemence mere des douceurs,
Và dans l’ame de ma guerriere,
Et que sa fierté coustumiere,
Et que sa fierté coustumiere
Prene fin avec mes douleurs.
Monstres luy mon amour constante,
Dy luy qu’elle est ma seule amante,
Qu’elle preine de moy pitié :
Et que pour toute recompence
De ma trop fidele amitié,
Elle soit Clemente (Clemence).

XII.

Ne suspiria.

He ne souspirez plus, de grace, (mes souspirs.)
Ne regrettez (regrets) les ennuis de mon ame,
N’ennuyez plus (Sonnetz) les soleils de Madame,
N’aimez plus (mes amours) sinon mes repentirs.
Souspirs, vous ne servez que de relants Zephirs
Pour animer le feu de l’Amoureuse flame,
Regretz, vous aiguisez le beau traict qui m’entame
Sonnetz vous aigrissez le fiel des deplaisirs.
Amour, vous accroissez le torrent de mes peines.
Cessez donques souspirs, vos relantes haleines
Regrets, ne regretez & les nuits & les jours,
Sonnets ne sonnez plus, amours soyez eteintes,
Et que je n’oye au fond de la mer de mes pleintes
Mes souspirs, mes regrets, mes sonnets, mes amours.

XIII.

Vix ego fallaci.

A Peine avoy-je clost la paupiere à mon œil,
Qu’un songe mensonger me fait ouvrir la bouche
Et proferer ces mots : c’est ores que je tousche
Le tresor desiré qui me comploit de deuil.
Mais helas me treuvant tout seul à mon reveil
Esoigné de tel heur, je sors nu de ma couche,
Allumer ma bougie au tison d’une souche,
Pour escrire un sonnet à l’honneur du sommeil.
Et comme j’escrivoy le nom de ma guerriere,
Un souspir ennuyeux esteignit ma lumiere,
Ha souspir qui t’a faict (ce dy-je) icy trouver ?
C’est, respond il, Amour le doux fils de Cyprine,
Qui deferant cet heur à sa flesche divine
Veut ce beau nom luy mesme en ton cœur engraver.

XIV.

Quicquid corde voluto.

Mon esprit d’Amour agité
Se repeust la nuit de mensonge
Hà pleust a Dieu que ce beau songe
Eust approché la verité.

XV.

Quid vos cernitis.

Que voyez vous (mes yeux,) les traitz de son visage ?
Non, c’est un ciel orné de deux astres jumeaux,
Astres ? non, mais plustost deux celestes flambeaux,
Dont l’ardente lueur embrasé mon courage.
Flambeaux ? non, mais esclairs, messagers de l’orage
Qui sur moy jour & nuit faict pleuvoir mille maux,
Que dy-je esclairs ? non, non, sont deux Soleils nouveaux
Ausquels toute clairté nouvelle fait hommage.
Si l’oiseau de Iupin je ressembloy (mes yeux)
Aux soleils, aux esclairs, aux flambeaux radieux,
Aux astres d’un tel Ciel, j’yroy brusler mes ailes :
On tient que le Soleil en tenebres ne luit,
Toutesfois je voy luyre un Soleil cette nuit,
Qui donne lustre aux rais des plus belles Estoiles.

XVI.

Virtutis speculum.

Vrai miroir de vertu, de chasteté retraitte,
Sejour d’honnesteté, source de loyauté,
Fontaine de douceur, trosne d’humanité,
Temple des beaux portraitz dont mon ame est attraitte.
Reine de doux penserz, ou mon Esprit s’arreste,
Déesse respirant la mesme deité,
Qui l’Empire des Dieux tiens en captivité,
Ne permets que le Ciel si rudement me traitte.
Quoy ? pour un peu d’erreur serai-je mal traité
Gesné, bruslé, nauré, desolé, tourmenté
Enclos dans les cachots d’une prison estroitte ?
„C’est l’office des Dieux de garder equité.
„De punir un amant quand il a merité,
„Le pardonner aussi quand sa faute il regrette.

XVII.

Audi quæso meas.

Je te supplie Amour escoute ma priere
Toy qui scais des amants le fort accoustumé
Que sera ce de moy quand j’auray bien aimé
Les rais dißimulez d’une feinte lumiere ?
Seblerai-je l’oiseau qui l’ardeur coustumiere
De son amour esteint au flambeau rallumé ?
Helas comme des rais il se void consummé
Me verrai-je mourir au bout de la cariere ?
Fay resoudre Madame à me faire mourir
Sans languir amoureux ou bien à me garir
Garissant ou mourant c’est de l’heur a mon ame.
Languissant amoureux, comme un impatient
Plaideur, ou Papillon, ou comme un Patient
Je n’attends que l’arrest, ou le fer, ou la flamme.

XVIII. In Romæ imperium.

Le Toscan animé contre l’Estat Romain
Dans Rome aloit donner la teste my bessée,
Lors qu’un Horace seul teint le pont d’une main,
Et fit force à l’effort d’une porte forcée.
Ayant bravé l’assaut du Toscan inhumain
Et rebouché les coups de sa trouppe faucée,
Non manque de valeur, il s’ouvre le chemin
Pour s’eslancer au Tybre emmy l’onde herissée.
Tout de mesme je fay, quoy que de mile ennuis,
De mile maux atteint, & les jours, & les nuits,
De pied coy je me bas, & de si grande audace,
Que je renforce au fort des rigoureux efforts,
Et s’il faut m’eslancer dans le fleuve des morts
Je veux plustost mourir que de quitter la place.

XIX.

Certat auans Tusco.

Ce borgne revient invaincu
Battant vainqueur son adversaire
Je me bas bien, mais au contraire
Je revien, du combat vaincu.

XX.

Hector Dardaniæ cor.

Lors que le preux Hector des Troyens tout le cœur
Poursuyvant les Gregeois d’une isnele vitesse,
Mit en route leurs nefs au rivage de Grece,
Et des victorieux fut quasi le vainqueur.
Achille qui couvoit au cœur une ranqueur,
Dont le remord rongeoit le frin de sa detresse,
Admirant les Troyens la valeur & prouesse,
Eut peur des ennemis dont il estoit la peur.
Et sans l’escu d’Ajax qui les mit tous en proye,
Et fit un Montgibel d’Ilion & de Troye,
La grece perilloit de n’estre plus à soy.
De mile feux espris mon amour tout demesme
Assailly jour & nuit d’une rigueur extreme
Perilloit, n’eut esté le bouclier de ma foy.

XXI.

Quis foret Ajacis clipeus.

Quelle targe d’Aliax me pourroit garentir
Des eclairants eclairs de beaux yeux de Madame ?
Ce sont deux Basilics qui de leur vive flame
Vrais Pyraustes d’Amour mile morts font sentir.
Aussi des que je voy ceux esclairs despartir
Je leur dy, beaux eclairs n’esclaires à mon ame,
Ne rayonnez au cœur de vostre cher Pyrame,
Ou vous verrez du corps son ame tost sortir.
Mais en vain je les prie, & ma parole vaine
Taschant les attirer au soulas de ma peine,
Semble les appeller au croist de mon esmoy.
Comment pourray-je donc soulager ce martyre ?
Endurer mile maux & n’en oser mot dire ?
Ouy, puisque la douleur en dit assez pour moy.
Ne quittez un si beau sejour
Eclairs filz des yeux de Madame,
Car au lieu de donner le jour
Vous donrriez la nuit à mon ame,
Mais beaux esclairs ne vous voir pas
C’est espreuver mile trespas.

XXII.

Clarum perdo diem.

Helas je perds le jour esloigné des beaux yeux
Qui causent mon malheur à cause de l’absence,
En leur nuit est ma mort, ma vie en leur presence,
Bref je meurs ne voyant ses Soleilz radieux.
Comme un clou pousse l’autre, un souci soucieux
Un ennuy renaissant donne à l’autre naissance,
Moy mesme me cuidant ayder, suy ma nuysance,
Moy mesme me cuidant ayder, suy ma nuysance,
Au lieu de m’esjouir je me suys ennuyeux,
Je procure en aymant ces beaux yeux mon martyre
Je le voy, je le sens, & ne l’oseroy dire
Je semble un Acteon dechiré de ses Chiens.
Mais pour divers object mesme traict nous entame,
luy de voir sa Diane, & de ne voir Madame
D’homme libre faict serf suy devoré des miens.

XXIII.

Margari iure diem.

Madame, je puis dire à bon droit malheureux
Le jour auquel me vint de vous aimer envie.
Envieux jour ô jour ennemi de ma vie
Qui me rendis aux rais de ses yeux amoureux.
Esgal aux Dieux sans toy je seroy bien heureux,
Ma franchise n’estant soubz le joug asservie :
Mais ores que l’on m’a la liberté ravie,
Un schelete je meurs en aimant langoureux.
L’entrée du Dedale amoureux est aisée,
Male en est la sortie, & de peur que Clothon
Ne coupe de mes jours la fatale fusée
Pour plustost me conduire au regne de Pluton :
Soyez mon Ariadne, & je seray Thesée,
Liberé du Dedale au fil de Peloton.

XXIIII.

O desiderium.

Ha trop hautain desir tu te devoys armer
A des coups de ses cruelles armes
Avant qu’humer le fiel de ses amoureux charmes
Tu devoys de desdains toy mesme la charmer,
„Quelque fois en amour le mespris faict aimer
Ceux qu’on a desdaigné, essuyez vous mes larmes,
Donnez treuve aux travaux, aux souspirs, aux alarmes
Et ne vous laissez point à ses yeux alarmer
„Faut prevenir le mal avant qu’il nous possedde,
„Si nous l’avons causé donnons y le remede.
Autrement nous tramons nostre malheureux sort.
Helas je viens à tard, ô nusible demeure
Je paye les despens puis qu’il faut que je meure
Pour aimer le subject qui me donne la mort.

XXV.

Recentem quód ego.

Pour avoir desiré une beauté nouvelle,
Pour avoir souhaité l’heur du premier des Dieux,
Et pour avoir long temps idolatré des yeux
Soubs le mortel sejour d’une gloire immortelle.
Pour avoir poursuivi des beautez la plus belle,
Pour avoir envié le domaine des cieux,
Amour de mes desirs le premier envieux
M’a donné pour object une dame rebelle.
Il a le desespoir qui luy sert de bourreau
Pour me faire mourir d’un afilé cousteau
Sur le dos endurcy d’une roche jumelle :
Le regret annuel comme un loup ravissant,
Ronge mon pauvre cœur qui meurt en renaissant,
Pour vivre en l’adorant & mourir au pres d’elle,

XXVI.

Fouit cor nocuum.

J’ay long temps recellé le beau feu qui m’enflame.
Pour la honte que j’ay de trop peu meriter,
Ne pouvant de ce feu la rigueur éviter.
Je suys ores contraint de deceler sa flame,
Ce beau Feu ne provient que de vos yeux (Madame)
Qu’Amour a contre moy souvent faict irriter,
Taschant de mes amours un depit exciter
Pour eteindre le feu qui bluette en mon ame.
Mais non non, ce beau feu durera tout jamais
Pour mes sens animer, afin que desormais
Mon cœur ne soit espris d’autre flame nouvelle
Du vent de mes souspirs ce feu s’aviveray,
Et de l’eau de mes pleurs je le tempereray,
Pour vivre salemandre aux yeux de ma rebelle.

XXVII.

Hos perennis ego.

Je jure ce sonnet fidele tesmoignage
De mon amour extreme & de ma fermeté
En presence d’Amour de qui la Majesté
Lira dedans mon cœur si feint est mon langage.
C’est qu’à vostre beauté je rends un tel homage,
Qu’en vous seule je sens mon esprit arresté,
Esclave soubz vos lois, franc de sa liberté,
Bref vous estes mon heur, mon guain, & mon dommage.
Si j’ay jusques icy volagement failly
De cent desirs divers à toute heure aßailly.
C’est l’affect de l’espoir d’une fresle jeunesse.
Ores que quatre fois sept ans j’ay veu passer
En vous seule je veux mes pensers adresser
N’implorant le secours d’aucune autre Déesse.

XXVIII.

Ecquis Margaridis.

Qui croira la beauté de celle que j’adore
Surpasser un esmail qu’on void de nuit aux cieux,
Qui croira que jamais la clairté de ses yeux
Ait fait honte aux rayons de la vermeille Aurore ?
Qui croira le fin or où l’or mesme se dore
Ceder aux blonds cheveux qui captivent les Dieux ?
Qui croira ses regards, ses attraitz gracieux
Estre plus a priser que ceux d’une Pandore ?
Qui croira ses tetins uniment arrondis
Où s’esgaye l’Amour comme en son Paradis
Exceder en blancheur & la neige & l’yvoire ?
Qui croira ses deux pieds egalement petits,
Estre mieux façonnez que ceux d’une Thetis ?
Je le croy sans le voir, puis qu’il me le faut croire.

XXIX.

Nymphæ Pegasides.

Les Nymphes, les neuf Sœurs, l’heur, l’honneur & la gloire,
De ce Dieu tire-traitz qui nous donne la mort
Arrivent en Apvril, doux mois dont le remord.
Ne partira jamais de ma frele memoire.
Par ce qu’il m’a faict voir ce que ne pouvoy croire
Lors que bien informé l’on m’en faisoit rapport,
Mais ores je le croy, je cognois a son port,
Que c’est celle qui tient le sort de la victoire.
Hà (mon luc) j’ay failly de n’avoir pas chanté
L’honneur de ses beaux yeux dont je suys enchanté
Ce fin Or, ce Cristal, ce Courail, cet Yvoire,
Jusques à maintenant que j’ay heu ce bonheur
De voir celle qui est le mesme heur, l’honneur
Des Nymphes, des neuf sœurs, d’heur, d’honneur & de gloire.

XXX.

Fili dulcis Amor.

Quand tu veux fils de Cytheree
Tu changes en pluye dorée,
En cygne, en Astré radieux,
En Taureau, en Aigle, en Satires,
Des traitz enchantez que tu tires
Aux cœurs des hommes, & des Dieux.
Fai moy changer je te supplie
(Amour) en une douce pluye.
Pour couler au sein glorieux
De ma cruelle Marguerite,
Ou me change en Aigle petite
Pour mieux voir les rais de ses yeux.
Mais quand bien de l’art de Meduse
Je me serviroy, je m’abuse.
Soy-je en pluye, en Aigle formé.
Astre, Cygne, Taureau, Satyre,
Le Soleil tant de traitz ne tire,
Que ces yeux qui m’ont consommé.

XXXI.

Quæritans lenem Polyphemus.

Polipheme en esté recherchant un ombrage
Vit reluire ma fleur au fraiz d’un verd Cypres,
Desireux de la voir & contempler de pres,
Accourut adorer les rais de son image.
Il n’eust pas œillade l’esmail de son visage
Qu’esblouy de lueur en admira les traitz,
La garce, le maintien, la beauté, les attraitz,
Estmant que les Dieux avoient mouslé l’ouvrage,
Et qu’en cet univers si jamais ils ont faict
ou portrait de leurs mains un image parfaict,
C’est Marguerite, ainsi resonnant en soy mesme,
Je voudroy que mon œil (dict il) me fust osté
Ou plustost que les Dieux pour mieux voir sa beauté
M’eussent faict un Argus, & non un Polipheme.

XXXII.

Seu Solum atque Salum.

Si je cours curieux le rond de l’Univers.
Le contour azuré de l’un & l’autre Pole,
Soit par mer, ou par terre, ou que par air je vosle,
M’esgayant au pourpris d’un changement divers.
Quand je verroy du Ciel les tresors tous ouvers,
De l’Inde, de l’Arabe, ou du riche Pactole
Rien ne m’est si joly qui joliment m’afole
Que les seins de ma fleur de Roses tous couvers.
On void de ses tetins sur la neige & l’albastre
Mille petits amours folastrement s’ebatre
Y cuillants & les lys, & la rose, & le tym.
Mes yeux roulants dessus la double pomme ronde
De ses tetins de laict semblent rouler le monde
Comme faict Apollon le soir & le matin.

XXXIII.

Lenis dum Philomela.

Quand de nuit Phylomele entonne un doux ramage,
Le reste des oyseaux außi tost eveillé
Attentif aux accords s’esleve emerveillé
Des melodieux tons, & luy va faire hommage,
Quand j’oy chanter ma belle, & voy de son visage
Les Roses et les lys dont il est esmaillé
Et mire la blancheur de son beau sein caillé
En extase ravy j’en adore l’image :
Nature luy donna de Venus la beauté,
Minerve sa parole, Amour sa loyauté
Ses tresses Apollon, ses belles mains l’Aurore.
En fin tous les attraitz d’une rare Cypris
En elle ont mis les Dieux : qui ne seroit espris
De Marguerite autant que d’une autre Pandore ?

XXXIIII.

Iam fluxere duo.

Deux ans sont escoulez que j’endure sans cesse,
Que je vis en mourant, et meurs en bien aimant,
Poursuivant une fleur d’Amour incessamment,
Qui ravit le printemps de ma tendre jeunesse,
Au moins si par le temps finissoit ma detresse,
Cuillant la fleur des fleurs le plus bel ornement,
J’aurois espoir de voir la fin de mon tourment
Ranimant mes Espris de nouvelle allegresse.
Mais j’auray plus de guain perdant le souvenir
D’un bien qui par travail ne me peut avenir
Qu’en me ramentevant ce bien inacquerable
Car plus il me souvient de la fleur que je suis
Plus je vy, dont je voy ma douleur incurable
Ne pouvant oublier la fleur que je poursuis.

XXXV.

Quam tibi obtuleram.

J’ai poursuyvy longtemps une mesme requeste
Que j’avoy presentée à ta fiere beauté,
Au Printemps, en l’Autone, en Hyver, en Esté,
Je produy ma demande & rien je ne conqueste.
Il ne m’est pas besoin d’en faire plus enqueste,
Vous avez recognu que je n’ay desisté
De vous servir : en fin qu’Amour a persisté
De me gesner aux fers d’une prison estroitte.
Mes prieres et mes pleurs sur vous n’ont de pouvoir
Mes feux vos froids glaçons ne scauroient emouvoir,
Requerant le loyer de mon Amour extreme,
Vous me favorisez d’un dedaigneux refuz
Je croy que tous les Dieux s’y treuveroient confuz
Soit qu’Amour en mon nom vous en prianst luy mesme.

XXXVII.

Incassum mihi mille.

Mile beautez en vain se presentent a moy,
Mes yeux leur font ouvers & clost est mon courage,
Veu qu’en cet univers rien n’est de plus volage
Que celle qui me tient jour & nuit en esmoy.
Elle a bien espreuvé le gage de ma foy,
Je luy en ay donné fidele tesmoignage,
Elle scait que despuis le Printemps de mon age
J’ay fleschy soubs le joug de son unique loy.
Cependant je ne voy pour toute recompence
D’un service eternel & loyale constance
Que desdain, que mespris, qu’importune rigueur.
Toutesfois je vivray tousjours en espérance
Qu’Amour ayant egard à ma persevance
Dourra tresve au travail qui cause ma langueur.

XXXVIII.

Lucri percupidus.

Je fay comme celuy qui veut asventurer
Son argent au hasard d’une mer agitée,
Esperant redoubler une somme empruntée
Ne pense à ce qu’il peut sur la mer endurer.
J’estimoy qu’un grand heur m’eut peu tousjours durer.
Mon esperance estoit toute au guain arrestée,
Il eschoit que ma nef des flots est emportée
Loin du port desiré, dont ne fay que pleurer.
Ne regrettant mes maux, ni ma peine soufferte,
Mais plustost mes amis, & mes ans, & ma perte
Estant à la merci d’un ennemy juré :
Car je suy tout de feu à la merci de l’onde,
Treuve l’on deux plus grands ennemis en ce monde ?
De ce est cause l’espoir d’un guain demesuré.

XXXIX.

Non cuiuis arcum.

A tous Amants Amour n’est favorable,
Le trop d’espoir nous faict desesperer,
D’un cœur hautain la cheute est miserable,
Qui veut plus haut qu’il ne doibt aspirer.

XXXX.

Mens desiderio.

Mon esprit egaré, d’un trop hautain desir,
Voulut voller au ciel empenne d’artifice,
Quand un espoir haineux me fit entrer en lice
Pour de ma belle fleur sans crainte me saisir
Mais Phœbus envieux d’un si rare plaisir
De qui seul j’esperoy maint & maint bon office,
M’abismoit comme Icare en un creux precipice,
N’eut esté Cupidon qui m’en vint garantir.
Car il mua sa trousse en puissance Navire,
Ses traitz en avirons, les tendons de ma lyre
Dont est tendu son arc en cable il fit changer.
Son arc servit de mast, & son bandeau de voile,
Il fut le Nautonnier, & son flambeau l’estoile,
Qui me mirent à bord hors de tout ce danger.

XXXXI.

En ego sævitias.

Quoy donc ? j’yrai tousjours vous appellant Madame ?
Quoy ? ce doux nom yra vos rigueurs animant ?
Quoy ? je ne verray point de fin à mon tourmant ?
Quoy ? l’Amour ne dourra vostre amour à mon ame ?
Quoy ? J’aimeray le traict du bel œil qui m’entame,
Et ne me nommerez vostre fidele amant ?
Non, non, on me diroit privé de sentiment,
„Qui recherche son mal seul est digne de blasme,
De ma perte en apres qui me releveroit ?
„La loy mesme, la loy de mort me puniroit,
„Qui aux desesperez ne preste point l’aureille.
„Il est vray que chacun aime ce qu’il n’a pas
Mesprisant ce qu’il ha plus libre : pas à pas
Je suy ce qui me fuit d’une suyte pareille.

XXXXII.

Quanuis me videas.

Je confis en esmoy bien que m’oyez chanter,
Je predy mon mal heur, mon prochain adversaire.
Mon visage est riant aupres de son contraire,
Et mon air servira de funebre chanter,
Je ne scauraoy mon chant vous mieux représenter
Qu’au pronostique chant du Cigne solitaire
Qui chante un air piteux & ne le scauroit taire
Que la Parque ne vienne en fin le supplanter.
Mais quoy ? vous me direz que de chanter je cesse
Et qu’alors finiront mon deuil & ma detresse
Non je languiroy plus, j’esleveray tousjours
Sur l’aile de mes vers le bel œil qui me blesse
Attendant qu’Atropos d’une main vengeresse
Tranche le fil fatal du fuzeau de mes jours.

XXXXIII.

Cui post hac referam.

A qui d’ore en avant m’oseray-je adresser
Pour conter mes ennuis, mes douleurs & mes pleintes ?
Est ce à l’aveugle Amour pere de toutes feintes
Qui m’a faict si long temps ce bel œil caresser ?
Je ne fay que songer, penser, & ravasser
Qui me garentira des mortelles atteintes,
Madame n’a d’aureille à ouir mes complaintes
Sinon qu’attraits, que traits, & dars pour me blesser.
Si je cours vers Amour il me paist d’esperance,
De recours à Madame y a moins d’asseurance
Car elle me remet tout à sa volonté.
Volonté dont la porte à mes vœux est fermée,
Que doy-je faire ? hair celle que j’ay aymée ?
Non, je la veux aimer aimant sa cruauté.

XXXXIIII.

Si conferatur divitiis.

Si seulement l’honneur est aux richesses
Les pauvres sont rebutez de la cour,
Si par argent on mesure l’Amour,
Pauvres amans n’auront point de maistresses.
Le riche amant aura mile caresses,
Le pauvre amant n’aura pas un bon-jour.
L’argent aura des faveurs de retour,
Le pauvre amant mille & mille detresses.
Le pauvre amant yroit mieux revestu
Si l’on donnoit a la seule vertu
Tant de faveurs que l’on donne aux richesses.
Mais si tous deux, & l’honneur & l’Amour.
Pour la vertu se donnoient : quelque jour
Pauvres amants auroient force maistresses.

XXXXV.

Quod in Margaridis.

Ce que je crain le plus au despart de Madame,
N’est l’abuz, ny refus, ni desdain ni mespris,
Ni l’oubly qui sur tous doit emporter le pris
D’estre plus redoutable en l’amoureuse flame.
Ce n’est l’amour qui rend si craintive mon ame
Ses traits, ses feux, ses vers, ni tout ce qu’est compris
Soubz son autorité, n’estonne mes esprits.
Je ne crain le couroux, le despit, ni le blasme.
Rets, feux, gesne, prisons, regrets, souspirs, langueurs,
Desespoirs, traitements pleins de toutes rigueurs,
Ni tous autres tourments, ne me tiennent en doute.
Dequoy doubte je donc, si je nay rien dequoy
Je puisse estre douteux ? je le diray, mais quoy :
C’est l’œil d’un corrival que sur tout je redoute.

XXXXVI.

Aliger in viridi.

Alier qui sur le verd de ton plaisant rivage
Cet esté m’esgayant maintesfois m’a fait voir
Dans ton cristal ondeux qui servoit de miroir
L’œil qui de liberté m’a reduit en servage.
Je t’adresse mes vœux redoutant le naufrage
Et l’oubly des amours en ton heureux terrouer,
Estant or esloigné d’un œil dont le pouvoir
Esgale les hauts Dieux & pourroit davantage :
De grace pour un temps sois vengeur de mon mal
Comme auteur de mon bien, de crainte qu’un rival
Au peril de mon heur n’advance sa fortune.
Ne sers plus de miroir qu’à moy son seul amant
Trouble jusqu’au retour ton cristal, autrement
Pour te rendre obscurci j’implorerai Neptune.

XXXXVII.

Putatis bené fuscipi.

Estes vous asseurez d’estre bien veus (mes vers)
Resoluz de vosler aux soleils de Madame ?
Quoy ? ne craignez vous point que les rais de sa flame
Des Icares nouveaux ne peuplent l’Univers ?
Soit que ses yeux vous soient fermez, ou bien ouvers,
Trop d’ombre ou de lueur tousjours affligé l’ame,
L’un & l’autre nous met dessoubs la froide lame
Et diverses de nom, n’ont des effects divers,
Dans la mer de nos pleurs les rais de leurs prunelles
Nous noyeront bruslant les plumes de nos ailes,
Par ainsi nous mourrons de ses yeux apperceuz :
N’estre veuz de ses yeux c’est n’estre point au monde,
Estre veuz pour mourir dans une mer profonde,
Il vaudroit beaucoup mieux n’avoir esté conceuz.

XXXXVIII.

Ingratam moduli.

Ingrate celle la je nommeray tousjours,
Qui ne vous void (mes vers) de son œil pitoyable,
Et si elle vous hait, elle n’est point aimable,
Puis qu’on ne void en vous que fidelles amours.
Indigne du beau nom du Soleil de mes jours,
Puis qu’elle faict de vous d’un Icare la fable,
N’honnorez plus mes vers son œil impitoyable
Qui vous submerge, au lieu de vous donner secours.
Feindre de vous aimer (mes vers) c’est mauvais signe,
Et puis vous dedaigner c’est un affront insigne,
Telle Dame n’auroit jamais part a mes fleurs,
Celle qui veut fleurir au jardin de Clemence,
Faut qu’elle use envers moy de douceur & Clemence,
Ou qu’elle face estat de se loger ailleurs.

XXXXIX.

Nil vobis furor.

Rien ne sert aux amants avoir de la proüesse,
Rien ne sert en amour estre chery des cieux
Peu mesme d’estre Roy, peu d’estre fils des Dieux
Puis qu’on reduit les Dieux au joug d’une maistresse,
Phœbus fils de Jupin qui tout le monde presse
Soubz ses pieds foudroyants, & d’un clin de ses yeux
Faict trembler l’Univers, par Penée envieux
Vit changer en Laurier sa Daphne sa Déesse.
Mon Amour est egal à celuy d’Apollon
Qui de l’art de Diane, & du Dieu Cupidon
Fut trompé finement d’une trompeuse amorce.
Estre fils de Jupin rien ne luy a servy.
D’un pareil changement mon Amour est suyvy
Mais il en ba le tronc & je n’ay que l’escorce

L.

Tunc dicebam.

Je disois Apollon estre alors bien heureux,
Ne redoutant l’effort d’une flesche mortelle,
Et dedaignat l’Amour d’une Dame rebelle,
Mais deslors qu’il ayma je le dy mal heureux.
J’en faisoy bien autant avant qu’estre amoureux,
Je ne craignoy d’Amour ni l’arc ni la cordelle,
Mais quand je fus èpris d’une beauté nouvelle
Je fleschy languissant soubz le joug rigoureux.
Bien heureux Apollon, une douce sagette
A l’Amour de Daphné fit ton ame subjette,
Helas je sens un trait mile fois plus felon :
Madame, croyez moy, il faut que je vous die
Que durant tout le jeu de cette comédie
Je senty plus de traitz que ne fit Apollon.
Nequicquam inuideant.
Si sur l’aisle de mes vers
En deux lanages divers
J’esleve ma Marguerite,
Ne faut point que Pancharite,
Ne faut point que Nemesis,
Ni Lesbie, ny Phyllis,
Pour cela portent envie.
Au loz heureux de ma mie,
Car chacune à son Amant
Qui la loüe doctement.
Nemese ha son gay Tybulle
Lesbie ha son dous Catulle
Phyllis son docte Maron.
Pancharité ha Bonnefon
Qui dans l’Apvril de son age
La loüe en divers langage.
Si donc l’aile de mes vers
La leve par l’Univers
Aux dous accords de la lyre
D’un Apollon ? je desire
Que ma Marguerite fleur
Dont je chante icy l’honneur
Soit exempte de l’envie
De Nemese où de Lesbie,
Lesbie ha son Veronois
Marguerite un Bourbonois
Qui dans l’Apvril de son age
L’esleve en divers langage.

LIII.

Ut satus I’apeto.

Des que Promethee eut d’une main pilleresse
Au cabinet des cieux le feu divin surpris
Pour en sa terre grace inspirer les espris,
Jupiter le punit d’une main vengeresse.
Des qu’außi par emprun j’eu pris de ma maistresse
L’œil qui l’ame & le sens inspire en mes escris,
Làs je fu tost puny, le prenant je fu pris
Enchesné dans les rés d’une Amoureuse tresse.
Mon miserable cœur ainsi que du Voutour
Le cœur de Promethée, est rongé de l’Amour,
Promethée eust secours au moins du fils d’Alchmene.
Et moy qui n’ai commis un larcin effronté,
Ains qui n’ay que son œil temeraire emprunté,
J’ai beau me plaindre, aucun ne soulage ma peine.

LIIII.

Concessum mihi tempus.

Le temps ne m’est donné que pour sacrifier
Aux pieds de vos beautez le reste de ma vie,
Je le scai, je le voy, le debvoir m’y convie,
Vous ne laissez pourtant de vous en defier.
Si faut il qu’à la fin je vous face fier
Au desir que j’en ay, contentant mon Envie :
J’accompliray mes vœux si ma vie est ravie
D’un œil qui peut l’Amour & la mort deffier.
Mais vostre œil ne me veut estre si favorable,
Ains se plaist & repaist de me voir miserable,
Bien qu’a le voir au vray l’on n’en jugeroit rien,
On jugeroit plustost que jamais si bel astre
N’influe a ses subjectz ni mal heur, ny desastre,
Mais il faict assez mal ne me faisant du bien.

LV.

Nullo profequar.

Non je me veux resoudre à ne la plus aimer,
Faut que ce facheux soin desloge de mon ame.
Hà ! c’est trop enduré pour l’amour d’une Dame
Qui m’a faict de mes ans le tresor consommer.
Le miel que j’ay gousté m’est ores fiel amer,
C’est un glas eternel que ma premiere flame,
Rien que la liberté ma bouche ne reclame,
Je ne veux plus voguer en l’amoureuse mer,
Le vent qui m’abismoit me remet au rivage,
Le temps est inconstant, mais le temps suyt le sage.
C’est pourquoy je veux estre inconstant à mon tour.
Je brise les liens geoliers de ma franchise
Puy que sa foy n’estoit que malice & feintise
Je m’en veux retirer sans espoir de retour.

LVI.

Non ita sum fatuus.

Je ne suy pas si fat que vous m’estimiez estre
Privé de jugement, de sens & de raison,
Que je n’evade bien une obscure prison,
Si j’en treuve la porte ouverte ou la fenestre.
Deslors que je vous vey, je pensay bien cognoistre
La Source de mon mal & de ma guarison,
Quand j’eu l’heur de vous voir devant vostre maison,
Je vey de vos rigueurs ma liberté renaistre.
Je m’embarquay trop tost sur l’Amoureuse mer,
Sans voile n’avirons, la crainte d’abismer
Aymant sans estre aimé faict que plus je n’y cingle
Toutesfois je n’ay pas du jugement si peu
Que je n’aye bien sceu avant la fin du jeu
Sans perdre honnestement retirer mon epingle.

LVII.

O quam difficiles.

O que tes lacs sont rudes à dissoudre
Desquels tu tiens mon cœur emprisonné,
D’un doux baiser tu m’as empoisonné
Quand de t’hair me suy voulu resoudre.

LVIII.

Non bona credo equidem.

„Il est vrai, le vray bien est celuy de l’honneur
„Qu’on acquiert par effets d’une peine honorable
„Tel bien est plus exquis, acquis par le labeur,
„Que ce qui nous eschoit par le sort favorable
Plus j’espreuve de peine & moins ay de faveur,
Plus je treuve en aimant le travail agreable,
Et l’espoir d’obtenir l’effect de mon bon heur,
Au pris de mes labeurs : rend mon Amour durable.
„En cela je resemble au palmier genereux
„Qui s’esleve tant plus que le fardeau l’accable,
Plus j’endure en Amour, plus je suis Amoureux
Des beaux yeux qui me font en aimant miserable :
Et n’estoit que j’attends une heure secourable
J’auroy desja quitté l’Amour de ces beaux yeux.

LIX.

I mi bellule mons.

Beaumont le beau sejour d’Amour & de Madame,
Lieu d’entre tous les lieux le plus delicieux
Qui soit en Bourbonnois, si tu plais à mes yeux
Croy que tu n’es pas moins aggreable à mon ame.
Je t’aime, je t’honore & ta gloire proclame,
Sur les nerfs de mon luc j’eslevé jusqu’aux cieux
Ton bon air, ta bonne eau, tes tresors precieux
Tes vins, bledz, fruitz, & fleurs, d’où distile le basme.
Hé qui ne t’aimeroit ? les graces, les douceurs, Apollon mesme, avec les neuf scavantes sœurs
Ont quitté d’Helicon leur antique demeure,
Pour venir à Beaumont establir leur sejour,
Où si le destin veut que je demeure & meure
Au moins je seray prés de Madame & d’amour.

LX.

Cùm meæ lachrimæ.

Puy que d’ore en avant faut que l’eau de mes pleurs
Arrousant jour & nuit le beau feu qui m’enflame
Esteigne son ardeur, amortisse sa flame,
Change en divers hyvers mes bruslantes chaleurs.
Puis qu’il me faut du cœur oster les belles fleurs
Pour me desraciner les epines de l’ame,
(Amours) prenez congé des beaux yeux de Madame
Changeant vos doux plaisirs en ameres douleurs.
A Dieu bel œil armé d’esclair impitoyable
Dont la lueur offence estant trop aggreable,
A dieu filetz orins, bouche, main, bel esprit.
Je ne verray jamais, ni l’esclair, ni la tresse,
Ni la fatale main d’une dure maistresse
Ni l’esprit, qui m’apprit, m’attirast & me prit.
Iam fit amasse satis.

Stances.

C’est assez (mes amours) je ne veux plus aimer,
Ce breuvage est trop doux & toutesfois amer
A celuy qui ne peust estre aimé de sa Dame.
Aimer sans estre aimé, j’ameroy mieux mourir
C’est un mal dont l’amant ne peut onques guarir,
Qu’il ne prenne congé d’Amour & de sa flame.
Madame a recognu quel estoit mon amour,
Que sans la voir ne s’est passé de l’an un jour
Luy offrant le secret tresor de ma pensée :
Elle en a heu la clef pour seule en disposer
Elle a dessus ma foy ses vœux faict reposer,
Elle l’a toutefois si mal recompencée.
J’ai servy, j’ay chery, j’ay craint, & honoré
J’ay rubans, pieds & mains, gands, aiguille, adoré,
J’ay veillé nuit & jour affin de luy complaire :
J’ay juré de n’aimer oncques autre subject,
Tout ce que j’ay receu servant un tel object
Est que tant plus j’aymoy plus il m’estoit contraire.
Quelques rares baisers, quelques petits regards,
Quelques masquez soubs-ris ont plus servi de dards
Et d’amortissement au feu de mes desirs,
C’es petites faveurs sont autant de Zephirs
Pour animer le feu de l’amoureuse flame.
Pourquoy me promet on de complaire à mes vœux,
Puys on ne me permet faire ce que je veux,
C’est aviver l’ardeur de mon amour extreme :
Sans repaistre mes yeux de ces trompeux appas,
Que ne dit on plustost, lamy, je ne veux pas,
Ou n’endurer au moins que jamais mon cœur aime,
Mes amours, il est vray, sans vous je ne suy rien
De vous est né mon heur, mon honneur & mon bien.
Et ne seroy sans vous peut estre pas en vie,
Mais celez à mes yeux ce qu’avez de si beau
Puy que n’en puys jouir : plus doux m’est le tombeau,
Qu’estre un second Tantale emmy ce que j’envie.
Qu’il faut fuir amour.

A Monseigneur de Chazeron.

O tu quem Idalius puer.
Vous qui par l’estroit lien
De l’archer Idalien
Estiez reduit en servage,
Evitez la cruauté
D’un Dieutelet plein de rage.
Je l’avois abandonné
Pour m’avoir mal guerdonné,
Mais ce sorcier de mon ame
Au miel de nouveaux appas
A faict retourner mes pas,
Vers les Soleils d’une Dame.
Soleil dont les chauds attraits,
Me decochent mille traitz
Dans le profond de mes veines.
Si bien que pour leur Amour
Je n’endure nuit & jour
Que mille morts inhumaines.
Cela vient de ses beaux yeux
Qui comme ornement des Cieux
Dardent leur rais sur la terre,
Cela vient de ses cheveux
Tortillez en mille neuds
Dont Amour noz cœurs enserre.
Cela vient du beau courail,
Et du gracieux esmail
De ces deux lueurs decloses,
Et de ce mont jumelet,
Dont & la neige & le laict
Combat les lis & les roses.
Je confesse à mes amis
Que le joug où je suy mis
Me rend amant miserable.
Quoy ? me veut on soulager ?
Qu’on aime, on rendra leger
Mon mal, ayant un semblable.
Non, ne faictes plus la cour
A ce boutefeu d’Amour,
Dont les torches allumées,
L’arc, & les traits, & les feux,
Ne s’accoise par les vœux,
Des Amans & des Aimées.
Vous l’avez bien espreuvé :
Moy mesme vous ay treuvé
Maintefois en cette peine,
Lors qu’adorant la beauté
D’une fiere cruauté
Moins vous la treuviez humaine.
Je scay bien que ce n’est pas
Qu’elle n’eust tous les appas
Que peut avoir une Dame
Mais c’est que pour faire aimer
Le dous qui nous est amer,
Amour aveugle nostre ame.
A vous de qui la valeur
Peut faire teste au mal’heur
Et vaincre les destinées
Faut il qu’un petit enfant
De Cypris soit triomphant
De vos gloires fortunées ?
Quoy donc ? vous le nourrirez
Et ses traits espreuverez
Aux despens de votre vie ?
Ce parasite menteur
De mille maux inventeur
Aura vostre ame asservie ?
Non, non il le faut bannir
Au lieu de l’entretenir,
Gaignez sur luy la victoire.
Qui dedaigne les attraits
D’Amour, ses feux, & ses traits
Seul il est digne de gloire.
Ha plust à Dieu que pour moy
Fussent les mots de la Loy,
Qu’Amour d’où mon mal procedde
Maistre de ma paßion
Niant sa posseßion
Perdit mon cœur qu’il possede.
Las il est trop bien perché,
Il le tient à bon marché
Si quelque mienne parenté.
Ne le poursuit par retrait
Mais mon mal aura long trait
Soubs l’espoir de telle attente.
Car cet amour cauteleux
Mentira le prix doleux
A ma douce lignagere.
Et ne le pouvant preuver
Ce ne sera que treuver
De l’augment à ma misere.
Ne vous estonnez donc point
Mes amis, si je suy point
D’une Amoureuse sagette.
Entre la joye & les cris
Mon ame vivra subjecte.
Viret adversantibus Euris.

Au Zoiles.

Stance.

Je donne à mon Urfé des fleurs
Qui sont de diverses couleurs,
Differentes à ses merveilles,
Venez ici mes Envieux
Guespes picquantes non abeilles.
Fleuretter si vous serez mieux.
Viret adversantibus Euris.

A Messire Honoré d’Urfé, Marquis et Baron de Chasteau-neuf, Seigneur de Chasteau-neuf, Seigneur de Chasteau-Morant & Ponseul.

Monseigneur, Ces petitz fleurons qui aux rais de vostre bel esprit pululoient de jour en jour en mon ame, arrosez de mes pleurs, malgré les flames amoureuses, portez sur l’aile des Zephirs de vos douces faveurs : viennent ce premier mois de l’année fleurir à l’abbry de vos honneurs, & couronner vos louanges, l’Affection que portez à leur auteur, les licencie à s’esloigner de leur parterre naturel & s’enjardiner entre vos mains en espoir d’y vivre francs du mespris & de l’envie. C’est autant d’obligation qui leur accroist pour me rendre plus obligé envers vous (Mon urfé mon Orfé) que j’estrenne d’une heureuse course d’année & d’un eternel serviteur, E. Bournier.

Au mesme Seigneur.

Stances.

Esprit phare d’honneur que l’on admire au monde
Comme un astre divin de la divinité.
Ces fleurons qu’Helicon arrose de son onde
Vont fleurir aux rayons de l’Immortalité.
Bel Urfé, belle Orfé dont la Muse immortelle
Ravit à soy les cœurs desireux du scavoir.
Puis que vous attirez de mes fleurs la plus belle
Au dous son de vos vers, daignez la recevoir.
Recevez ces fleurons (bel Orfé) pour estrenne
Qu’Apollon à cueillis au jardin des neuf sœurs,
Ces fleurons odorez des essains d’Hypocrene
Convertissent le miel en ameres douceurs.
Mes yeux à ces bouquets d’inepuisable crusche
Servent pour arroser leurs odorantes fleurs,
Mes larmes sont les eaux, et mon cœur est la ruche
D’où distile le miel des ameres douleurs.
Mais quelle ardeur (belle ame) à vous loüer m’incite
Puis qu’on ne treuve rien au monde de plus beau ?
Je crains que le Soleil contre mes vers s’irrite,
Et me face nommer un Icare nouveau.
De loüer tant de lozerai-je entreprendre ?
L’oseray-je graver sur l’airain de mes vers ?
Non, ce qui comprend tout ne se peut pas comprendre,
Pour ce faire il faudroit un second Univers,
Je veux faire proffit admirant vos merites
Avant que les loüer il les faut admirer.
Vos merites sont grands, les glaces trop petites
Des miroirs de mes vers pour les pouvoir mirer.
Pour limiter aussi leurs gloires eternelles.
Ma muse se voulant sur ce point arrester,
Nouvelle Icare iroit faire brusler ses ailes,
L’immortel ne se peut du mortel limiter.
Vos vertus, vos valeurs, vos honneurs, vostre gloire
Je ne veux eslever sur l’aile de mes vers.
Les neuf scavantes sœurs au temple de memoire
Les couronnent assez de lauriers tousjours vers,
Suffit qu’ayez en gré les vers que je vous voüe
Et donniez à leur vol d’aile de vos faveurs,
Si manque de pouvoir assez je ne vous loüe
J’ay bonne volonté de chanter vos honneurs.

Au Mesme.

Ode.

Ne seroy-je pas mal appris
Si dans le temple de memoire
D’Urfé je n’emplumoy la gloire
Puy qu’il ravit les beaux espris,
Je veux en langage divers.
Que par les quatre coins du monde
Sa renommée vagabonde
Vosle sur l’aile de mes vers,
Ne soys jaloux donques Orfé
Si tes airs ma Muse mesprise
Car elle est ores toute esprise
Des airs de la Lyre d’Urfé.
Ta lyre n’a plus de pouvoir
Urfé luy ravit ses merveilles
Charmant les Doctes oreilles
Par le renom de son scavoir.
Le Bourbonnois en est ravi,
Apres luy vont Alier & Loyre,
Les ecchos redisent sa gloire,
Et son luc des boys est suyvy.
Par ses vers les Dieux & les Roys,
Il flatte sur la terre & l’onde,
Bref il attire tout le monde
Par les dous accents de sa vois.
Diane mesme il a ravy
Par les dous airs d’un beau Syrene,
Si bien qu’or est un Hypocrene
L’antique maison de Levy.
Peut estre au monde on n’a point veu
Un seigneur entre la Noblesse,
Avoir plus aux armes d’adresse,
Ni des sciences mieux suyvy.
Doy-je son loz plus avancer
Au vol de ma plume novice ?
Non, il vaut mieux que je finisse
Plustost que de mal commencer.
Le beau nom qu’il a d’Honoré
Monstre qu’il est digne de gloire
Et qu’au temple de la memoire
Sur tous il doibt estre honoré.
Honorons Honoré d’Urfé.
N’imphes d’Alier sur nostre rive
J’honoreray tant que je vive
Honoré d’Urfé mon Orfé.

Imitation du second livre du Jardin d’Apollon & de Clemence.

I. Vult sæuire meam.

La mer contre ma nef se veut envenimer,
De livre que j’estoy je retourne en servage,
Et la flame d’Amour eteinte en mon courage
Au vent de mes souspirs vient à se ranimer.
Mon Cœur je t’adverty des perilz de la mer,
Sers toy de la raison pour patrone en l’orage,
Si tu veux eviter un perilleux naufrage.
Autrement tu seras en danger d’abismer :
Mais ne t’embarque plus sur une mer de crainte,
Ne va surgir au port de l’isle de contrainte
Où tu ne treuveras que desdain & rigueur.
Helas je le veux bien, mais sur mer et sur terre
Je rencontre une fleur qui tousjours me renserre
Et me nourrit captif de peine & de langueur.

II. Qui Musæ modulos leget.

Qui lira tant de vers que ma Muse Latine
D’un crissonant flageol ne chante pour l’honneur,
Ains forcée d’ennuy, de martire & douleur,
Verra comme d’Amour la fureur me domine.
Le soucy, le regret le desespoir me mine,
Quel esprit aux Enfers souffre plus grand malheur ?
L’Avril n’a tant de fleurs de diverse couleur,
Que m’a causé de maux une belle Erycine.
Le nombre est infini des travaux amassez
Et des jours & des nuits en tristesses passez
Semant les plus serains au jardin de Clemence.
Et les fruits que j’en ay pour toute ma moisson
Sont pleurs, ennuys, regrets, dommage & marrisson.
Peu de guain, peu d’honneur, prou d’haine & penitence.

III. Quo fusi ruitis.

Ou voslez vous espars ores emmi la France
Esprits avantureux nourrissons des nœuf sœurs ?
Qui pour cueillir l’odeur, le miel, et les douceurs,
Fleurettez comme essains tous les lieux de plaisance ?
Destournez vostre vol au jardin de Clemence
Que Tolose entretient esmaillé de ses fleurs,
Et repaissez vos yeux de leurs vives couleurs,
Là se verse chaque an la corne d’abondance.
Là se verse chaque an la corne d’abondance.
Là est la violette, & le doré souci,
Le vermeillet œeillet, & l’Eglantine aussi,
Loyers de vos vertuz, & de vostre merite.
Mais pour ne vous tromper, le jardin que je dis
Ne s’entend pas du mien, ains d’un beau Paradis
Où préside Apollon, Clemence, & Marguerite.

IIII. Turba quam vocat.

Belle trouppe, qu’Amour à ma honte convie,
Oserai-je exposer ce jardin à vos yeux ?
Non, vous me jugeriez par trop ambitieux
„Trop oser quelquefois nous faict perdre la vie.
J’oseray toutesfois sans redouter envie,
L’hasarder à l’ardeur de vos rais radieux,
Pour en estre où bruslé, vous estant odieux,
Où bien vous aggreant garde qu’on ne l’envie.
Un seul trait de vos yeux le peut faire fleurir,
Un écclypse d’iceux le peut faire perir,
Et d’un lieu de plaisir faire un de desplaisance.
Si l’ardeur de vos yeux avec l’eau de mes pleurs.
Ne servent de chaleur, & d’humeur à ces fleurs,
On verra tost flestrir le Jardin de Clemence.

V. Haud secundam ut ego.

Ce n’est point pour avoir encore une autre fleur
Que j’espere ma Muse en la langue Latine,
Ce n’est point pour aler à cette clementine
Où les esprits en May font preuve de valeur.
Non, mon cœur est espris d’un autre pris d’honneur,
Cet honneur est d’aimer une beauté divine,
Et si cette beauté par Amour je butine,
Je triompheray seul au pris de ce bonheur.
Mais je crains qu’Apollon m’accuse d’arrogance
Si je laisse les fleurs du Jardin de Clemence
Pour eslever le los d’un bel œil adouci.
Au lieu de lys d’Oeilletz, de Roses, d’Eglantines
Et de beaus violiers, me donne des epines
Ou face dans mon cœur renaistre le souci.

VI. Virescit modulis.

Je n’ay dans mes escris qu’une fleur imprimée
Laquelle amour y sceut si dextrement loger,
Qu’aucune autre ne peut ma Muse encourager
De souffrir en mes vers autre grene semée.
Bien que Clemence soit grandement renommée
Pour l’honneur de ses fleurs, ce n’est qu’un bruit leger
Au respect de ma fleur qu’on doibt ores juger
Sur toutes autres fleurs debvoir estre estimée.
Marguerite en mes vers a jamais fleurira,
Car l’eau de mes deux yeux d’humeur lui servira
Mon amour de chaleur, & ma foy de racine.
Je veux paistre mes yeux de sa vive couleur,
Pres d’elle fleuretant je veux de son odeur
Rendre odorant le Ciel, la terre & la marine.

VII. A te floscule quod lubens.

Accuserai je amour de ma faute commise
Ayant bien heu le cœur de m’esloigner de vous ?
Oui, car il n’est trepas qui ne me fut plus dous,
Il n’est point de regret qui plus me tyrannise.
Mais ce Dieu qui cruel si souvent se deguise.
Propice auparavant, & maintenant jaloux
De ma felicité : suscite le courroux
D’un Pere & de raison qui mon ame maistrise.
Tous deux me menacants d’une obscure prison,
Où d’un banissement de ma propre maison,
M’ont faict mettre en oubli cette heureuse entreprise.
Je debvois estre alors & sourd & sans raison,
„Le devoir en amour ne cede à la raison.
Je m’accuseray donc de ma faute commise.

VIII. De me conficiat.

Amour face de moy tout à sa fantaisie,
Qu’il alle conformant à ses vœux tous mes vœuz,
S’il faut mourir, ou vivre, ou partir je le veux,
Außi n’ay-je de luy jamais heu courtoisie.
S’il est mon creancier qu’il face une saisie
De mon corps, & mon cœur, jusques à mes cheveux,
De mes vœuz, de mes vers, de mes pleurs, & mes feux,
Et des plus beaux pensers dont mon ame est saisie.
Puy qu’il ne veut attendre une heur seulement,
Que ne me faict il vendre ores publicquement
Au plus offrant metteur, & ne faict il enchere ?
Il le peut s’il le veut, mais peu luy servira,
L’estrousse luy sera plus que l’attente chere
Car Madame sur luy la mise encherira.

XI. Ego amoris in hortulo.

Me treuvant une fois au cabinet d’Amour
Je fy chois de deux fleurs en couleur differentes,
Dont les tiges des puis ont duré verdissantes
Pour affliger mon ame & la nuit & le jour.
L’une estoit le Souci qui doré tout autour
Comme un ardant Soleil de flamesches ardentes
Darde mille rayons, dont les flames cuisantes
Ont des puys en mon cœurs estably leur sejour.
L’autre fleur que j’eslus estoit une pensée,
Qui pour estre au souci mixtement enlacée
Pres de luy dans mon cœur se vint camper aussi.
Hà (cœur) tu ne verras onc ta peine passée,
Car le souci se paist d’eternelle pensée,
Et la pensée vit d’un eternelle souci.

XII. Pro Strenis quid ego.

Que dourrai-je à ma Marguerite
Pour estrene cet an nouveau
Veu que je n’ay rien assez beau
Qui soit egal à son merite ?
Que j’erre en mile lieux divers,
Ou soit sur la terre ou sur l’onde,
Quoy qui se treuve rare au monde
Rien ne me plaist tant que les vers.
Luy dourrai-je un bouquet de fleurs
Ou quelques vers pour les Estrenes ?
Fideles tesmoins de mes peines
Ils luy conteront mes douleurs.
Mais non quoy que ma muse entonne
Est indigne de ses beaux yeux.
Il faut que pour l’estrener mieux
Moy mesme à elle je me donne.
Au joug de l’Amoureuse loy,
Nos cœurs sont liez de ta tresse,
Estrene toy de moy maistresse,
Et je m’estrenneray de toy.

XIII. O mi floscule.

Va payer l’interest d’Amour
Amoureuse fleur d’Hyacinthe,
A celle qui m’a l’ame atteinte,
D’un traict qui vole nuict & jour.
Je porte envie à ton bon heur
De fleurir en terre d’eslite,
Pour estre au sein de Marguerite
Je desireroys estre fleur,
Je m’estimeroy plus qu’un Dieu
Honnoré de telle fortune,
Cette faveur n’est pas commune
Au Dieux de vivre en si beau lieu.
Dieux pourquoy devant qu’estre ne
Ne m’avez vous faict œillet naistre ?
Si i epouvoy changer mon estre,
Je seroys en œeillet touné.
Comme un Dieutelet Amoureux
Entre ces collones jumelles,
L’humeur de si douces mamelles
Me rendroit Oillet vigoureux.
Oillet je seroy tousjours prest
Aymant d’un amour qui merite,
Lemperlé sein de Marguerite,
De luy payer son interest.

XIIII. Noctes atque dies.

Je veille jour & nuit au travail à l’envie
D’un rival ennuyeux qui faict le venerable
S’attribuant l’honneur d’un sonnet miserable
Qui le rent d’ignorance encore plus suyvi.
Que me seroit ce d’estre au labeur asservy
Si j’en perdoy le fruict ? je serviroy de fable.
Que sert au Notonnier Neptune favorable
Si l’esquif sur le port d’un Pirate est ravi.
Je n’endureroy pas qu’on me fauçast promesse,
J’ay l’esprit trop bouillant, le courage trop prompt
Pour permettre qu’un fat courtise ma maistresse.
Faut il qu’un ignorant porte dessus le front
Le Laurier de ceux là qui travaillent sans cesse ?
Non, je pourray plustost qu’endurer tel affront.

XV. Humanas mihi literas.

Madame, un envieux a dict, je le scay bien,
Que des humanitez j’avoy la cognoissance,
Pour un point de pratique ou de jurisprudence
Il vous a rapporté que je n’y sçavoy rien.
C’est un fat & menteur, qui n’a point d’entretien
Qu’à mesdire des gens souvent en leur absence
Qui pense trop scavoir & n’a point de science,
Qui veut tailler du grand & n’a pas le moyen
Qui croit de luy beaucoup plus qu’on ne le repute
Qui faict le grand docteur & jamais ne dispute :
Ce n’est pas le chemin d’acquerir du renom.
Je scay plus qu’il n’a veu de bourgs & bonnes villes,
J’ay plus sceu qu’il n’a leu au cours de loys civiles,
Et vous monstreray plus que luy de droit canon.

Du mesme.

Tel paroist estre homme scavant
Au jourd’huy qui n’ha que du vent,
Pour en faire preuve sommaire,
J’oyoys un jour ce medisant,
En public, qui latinisant
Souffletoit sa pauvre grandmere.
Je vous jure si j’eusse esté
Le Juge qui l’a escouté,
Je l’eusse par mon ordonnance
Interdit de parler Latin,
Soit ou le soir ou le matin,
Qu’il n’en eut faict la penitence.

XVI. Margari ne metuas.

Marguerite ne crains que mon amour perisse,
Un eternel amour ne peut onques finir,
Je perdray de mon nom plus tost le souvenir
Que l’oubly de ton nom dans mon ame se glisse.
Quand bien tu me serois un cruel precipice,
Tel qu’un scylle ou carbd avant que de t’hair,
Tu verras de mon corps mon ame des-unir,
Et pour te maintenir endurer le supplice.
C’est le plus grand honneur qui me peut advenir
Que de perir pour toy, mais ce n’est pas perir
Que perir, ou l’on veut maintefois qu’on perisse.
Un eternel amour ne peut onques finir.
„Un feu bien attisé ne peut jamais mourir,
Ne crains donc que jamais mon amitié finisse.

XVII. Qui vult scire feros

Qui desire d’Amour recognoistre la flame
Dont il va ravageant & la terre & les cieux,
La Couronne des Rois, & l’Empire des Dieux,
Il luy faut pour object le bel œil d’une Dame.
Il aimera plustost sans voile ni sans rame
Estre agité des vents & flots audacieux,
Que vivre en ses amours comme moy soucieux.
Ne donnant un moment de repos à son ame.
Quelqu’un dira que non, & ne me croyra pas
Celuy qui n’a gousté des venimeux appas
Qu’Amour monstre aux Amans si doux en apparence,
En peut estre amoureux : mais il n’a pas cognu
Quelle en est le tourment : ce tourment incognu
S’apprend tant seulement avec l’expérience.

XVIII. Non altus favor;

Ni le rang des plus grands que la faveur accole,
Ni les honneurs hautains Roys de cet univers,
Ni la Couronne aussi, des Lauriers tousjours vers,
Ni le doré sablon d’un superbe Pactole.
Ni l’espoir de renom qui par le monde vole
Ni des jours Clementins les tresors tous ouvers,
Mon faict icy chanter en langage divers
La beauté d’une fleur qui mon esprit affole.
Ce qui m’a faict escrire en François & Latin,
C’est le seul desepoir, & le fatal destin,
Qui soubs l’amoureux joug me tiennent en servage.
Et l’ennuy de me voir sans avoir merité,
Bruslé par les rayons d’une divinité,
Change mon naturel en estranger langage.

XIX. Cum genitor mea vota.

Puis que vous ne voulez à mes vœux condescendre
Ains m’alez menaçant de vos grandes rigueurs,
Si je ne quitte tost les marguerites fleurs
Pour venir à Molms mes tristes vœux apprendre.
Au bec du viste Allier je m’en yray descendre
Pour y præsagier la fin de mes mal’heurs,
Comme l’oyseau Thesbain qui se confit en pleurs,
Chantant sa fin au bord du recourbé Meandre.
Là je plaindray le jour & l’heur que fus né,
Je maudiray l’Amour qui m’a prædestiné
De finir où Allier dans Loyre se va rendre
Chantant vostre rigueur a si hautaine voix
Que mesme du Berry, Bourbonnois, Nivernois,
On pourra clairement mes complaintes entendre.

XX. Qui nihil ex nihilo.

AU ROY.

Qui de rien, seulement un autre rien dict estre
Pour rien & sans raison forme son argument,
Digne de rien, sur rien aßiet son fondement
Et s’il est quelque chose en rien le fait cognoistre.
Ce grand tout qui clost tout de rien a pris son estre,
Et de rien toute chose à son commencement,
Artistement sans art Dieu fit tout element
De rien & le grand tout en rien fera renaistre.
Imitez ce grand Dieu (grand Roy) qui tout a faict
De rien, & proceddez à son premier effect,
Vous en qui la grandeur d’un Dieu mesme se treuve.
Quelque chose formez de moy qui ne suys rien,
Pour monstrer qu’un grand Roy n’a faute de moyen
Et que cet Aristote argumente sans preuve.

Au mesme.

Nil sum, quid fieri.

Sire, je voudroy mais je n’ose
Vous prier me faire du bien,
De peur qu’au lieu de quelque chose
Par miracle je n’aye rien.

A Calliope.

Pour celebrer Delingendes.
Chara cura animi mei.
Calliope mon cher esmoy
Celebre pour l’amour de moy
La memoire de Delingendes,
Qui dans le doux miel de ses vers
Faict distiler par l’univers
L’honneur des Molinoises bandes.
Orphée, Apollon, Amphion,
Calliope, Euterpe, Clyon,
Muses mes fideles compaignes,
Faictes qu’aux accents de vos vois
Son loz retentissent les bois,
Les monts, les valons, les compaignes
Nymphes des foretz & des prez
En divers esmail diaprez,
Venez luy triste une couronne :
Cependant que le Rosignol
Aux dous accords de son flageol,
Sa gloire au mois d’Apuril entonne.
Muses c’est à vous de chanter
Ses loüanges, & les vanter
Sur les cordes de vostre lyre.
Trop sterile est l’air & la vois
Du luc qui bruit en Bourbonnois,
Pour son honneur & gloire dire.

Sur la naissance de Monseigneur le Prince Dauphin.

Sonnet.

Ce prince ne fut né du jour au lendemain
Que l’oiseau de Jupin armé d’un Cimeterre,
Abandonna le ciel pour venir en la terre,
Luy remettre aussi tost ses armes en la main.
Je vey le forgeron l’envieux[[??]] inhumain
Luy faire offre du feu, du foudre, & du tonnerre,
Je vey Neptune, & Mars le grand Dieu de la guerre,
Le recognoistre icy pour leur frere germain.
Puys je vey que Thetis, & la Docte Minerve,
Pour couronner son chef faisoient une reserve,
De deux chappeaux de fleurs, & d’autant de rameaux,
Mais tout ce que je vey, n’estoit autre præsage
Qu’à ce Prince Dauphin feroit un jour hommage
Tout ce qu’est soustenu de la terre & des eaux.

Ad eundem principem.

Votum.

Christus, Mars, Phæbus, Pallas, Driadesque, Puellæ,
Mitis, ouans, liquidus, docta, laboriseræ
Votis, arma, lyram, Bellum, nomenque decusque,
Adsit, suppeditet, det, doceat, resonent.

A la douleur du Poulmon,

Sonnet.

Astmatique douleur qui fays que pantelant
Orthopnoique Amant à peine je respire,
Allege moy de grace, ou fais que tost expire
L’esprit qui me faict vivre & mourir en parlant.
Großiere humeur qui vas mon poulmon opilant
Và dans un autre corps establir ton Empire,
Et toy flus corrosif qui ma douleur empire
Me rendant pasle & sec & & le cœur anhelant,
Alez manes alez dans la vieille masure
De quelque avare corps remply de pourriture,
Espreuver vos rigueurs & vos rudes effortz :
Dans le cœur, dans les os, dans les nerfs, dans les veines
Exercez jour & nuit vos fureurs inhumaines
Et jamais ne logez de dans mon jeune corps.

De Eodem.

Ad familiarem.

Pallida quòd facies mihi fit miraris (amice)
Hunc mihi pallorem dat dolor Asmaticus.
Pallet enim quicunque suo pulmone laborat.
Hoc doleo, dedit hoc Calliopea mihi.
Pallidulum vatem miraris (amice) Poetam.
Pallidulum assiduo Musa labore facit.

A monsieur Billard sieur de Corgenay.

O que Billard est heureux,
D’estre en pays planctureux,
Où il peut a souhait vivre
Libre enfanter un beau livre
Franc de peine & de souci
Dont je suys icy transi :
Jamais ne seray-je à l’aise
Dans ma terre Bourbonnoise.
Pour faire à souhait des vers,
Il n’est lieu dans l’univers
Plus propre à cet exercice,
„Quelque pays qu’on choisisse
„On ne faict jamais si bien
„En autre pays qu’au sien.
Pour imiter son Horace,
Ou contrefaire Bocace
Ce grand Pindare François,
Esleut son gay Vandomois :
Pour imiter mon Tibulle,
Ou contrefaire Catulle,
Plus propre lieu je ne vois
Que mon pais Bourbonnois.

Sonnets. Et poëmes particuliers.

A Monsieur de Chaseron sur la visite de sa Dame mourante.

Verrez vous ternir ce bel œil
Qui tenoit vostre ame asservie ?
Quoy ? voir ecclypser le Soleil
Qui vous donnoit de vivre envie ?
Vous auriez ia perdu la vie
Si l’on mouroit d’extreme deuil,
Le deuil dont vostre ame est suyvie
Vous auroit jà mis au cercueil.
Mais je croy que l’on meurt de joye,
Ce bel œil de vous voir sa proye
De vos maux s’erige un tombeau.
Phœnix renaissant de vous mesme
Vous becqueterez son sein blesme
Au cercueil pelican nouveau.

A Monsieur Billard de Corgenay.

Craignant d’estre taxé de ce nom de flateur
Je ne veux mon Billard descrire ta loüange,
On scait de Thule au Nil, & de l’Atlas au Gange,
Ta vertu, ton scavoir, ton esprit, ta valeur.
Scaches que je te suy seulement serviteur
En quel lieu que je soys, ou en pays estrange
Où soit en Bourbonnois, mon courage ne change
D’honnorer & servir un si docte sonneur.
Trop sterile est ma Muse & ma vois trop petite
Pour dire rien qui soit egal à ton merite,
Je fay de mesme außi que les Aßiriens
Qui soigneux de dresser à leurs Dieux des Idoles
N’en dressent au Soleil, d’autant que des deux Poles
Il est assez de soy bien recognu des siens.

Ad eundem.

Teque tuosque diu nouit mea Musalepores
Quid mirum huic placeant, si placuere dijs ?

A Monsieur Rousseil Advocat.

J’aime beaucoup Rousseil pour sa belle doctrine,
J’aime beaucoup Rousseil couchant bien par ecrit,
J’aime beaucoup Rousseil disant mieux qu’il n’escrit,
J’aime beaucoup Rousseil et son humeur benigne.
J’aime beaucoup Rousseil il ha l’ame divine,
J’aime beaucoup Rousseil pour avoir net l’esprit,
Je l’aime, je l’honore, il aime, honore Christ.
Je l’aime il aime aussi, ce que d’amour est digne.
J’aime Rousseil tousjours des lettres devisant,
J’aime Rousseil d’autant qu’il n’est point medisant,
Je l’aime de ce que l’heur d’aucun il n’envie.
Si ce n’est la vertu qu’il void luyre en autruy
C’est un honneste enui ? si j’estoy comme luy
Je serois envieux le reste de ma vie.
Sur un attaque à trois dez ..
Le filz ailé de Cytherée
Ayant ses deux yeux desbandez,
Attacqua Madame à trois dez
Qui gaigna sa flesche acerée.
Amour pour se revancher d’elle
De rechef la vint attacquer,
Et voulant au jeu se picquer
Coucha son arc & sa cordelle.
Madame plus qu’Amour accorte
Mit en jeu sa seule beauté,
Luy sa rigueur emporte.
L’enfant recourant à sa mere
Pleure ses mal’heurs advenuz.
Allez petit sot (dict Venuz)
Qui pensez vous qui vous revere ?
Failloit il jouer la puissance
Que vous avoient donné les Dieux ?
Alez alez servir ses yeux
Et leur portez obeissance.
Despuys sa mal heureuse perte
On portrait les amours tous nuds,
Les yeux bandez, & de Venus
La grace n’est despuis ouverte.
Donques Amants prenez vous garde,
Madame au miel de ses attraits,
Recele d’Amours tous les traits.
Qu’à l’improviste elle vous darde.

Sur une Dame qui me disoit medisant.

Vous me faictes grand tort je vous jure Madame
De dire que je soys un homme medisant,
Ce nom sieroit mieux à quelque courtisant
Qui loüe de la bouche & medit en son ame.
Non, je suys trop jaloux de l’honneur d’une Dame
Qu’honorent mes pensers & mes vers vont prisant,
Bien que de vous loüer je soys insuffisant
Toutesfois par honneur vostre honneur je reclame.
En medisant de vous, je seroy mal appris,
Je mediroy d’un bien, dont je suy tout epris,
„On ne peut dire mal du bien que l’on desire.
Je suys en mes discours aucunement discret
Je divulgue le bien & tiens le mal secret,
L’honneur estant en vous on n’en peut que bien dire.

Sur la maladie de Gabrielle.

Gabrielle en Octobre estoit au lict couchée
Atteinte d’un frisson qui l’espoinçonnoit fort
Quand un vieil medecin pour luy donner confort
Ne sceut dire le mal dont elle estoit touchée.
Elle avoit le tein pasle, & la langue seichée
Terny l’œil, & du cœur luy failloit le ressort
L’accez continuel redoubloit son effort
Bref elle alloit mourant la teste mi penchée.
Sans Amour qui me fit soudain y accourir,
Comme vray medecin prompt à la secourir
J’apperceuz à son poux le mal & le remede.
Ce vieillard ordonnoit qu’on la seignat au bras,
Non, dy-je il faut ouvrir la veine un peu plus bas,
C’est peut estre delà que la fievre procedde.

Aux Amants.

Scavez vous en amour ce qu’ores est requis
D’un mensonge asseuré faire ferme asseurance,
En propos, en habits, une vaine apparence,
Faire de beaux presens & des banquets exquis.
Les amours ne sont plus par des amours acquis
Un poupin estranger arrivera de France
Galonne, velouté, qui dernier nous devance,
Et ravis nos amours par des amours acquis.
Chenes, bagues, boucquets, des cytrons les escorces
Ce sont ed leurs amours les plus promptes amorces,
Et les mieux habillez ce sont les mieux cheris.
Mais quoy ! telle envers nous faict de la r’ancherie
Qui ne scait pas que c’est que de la fripperie
Où l’on ha des habits empruntez à Paris.

LA RETRAICTE des Muses.

STANCES.

Sors de chez moy doux Apollon
Sortez Muses de mon estude,
Car j’ay banny l’Amour felon,
Qui me tenoit en servitude.
Je ne feray jamais des vers.
Comme j’ay faict en ma jeunesse,
J’ay prins un mestier tout divers
Pour survenir à la vieillesse.
Cest bien assez pour se lasser
Du jeu qui les espris attire,
Trois fois neuf ans j’ay veu passer,
Il est temps que je me retire.
Il n’est point de contentement
Egal à celuy de la Muse,
Mais il y faut du fondement
Car autrement la Muse amuse.
Bien est vrai qu’un esprit facquin
A ce mestier est incapable,
Mais qui l’exerce est tost coquin
Ne semant rien que sur le sable.
Bien tistre un vers est de l’honneur,
Honneur fondé dessus l’arene
Ou la semence du labeur
Ne produict qu’une moisson vaine.
Pensant que je fay du retif,
Apollon me dira peut estre
Que le mestier est bien chetif
Qui ne peut pas nourrir son maistre.
C’il qui dedaigne de vivre,
Et qui ne s’en nourrit entier.
Ne doibt un tel estat plus suyvre.
Jadis aux grands ont pleu les vers,
Ils n’en font ores point de compte.
C’est que le temps est tout divers
Et que chacun n’ha pas son compte.
L’age de l’home est un peu court
Pour attendre quelque fortune,
Et puys la faveur de la cour
A toutes gens n’est pas commune.
Ronsard, Jodelle, & Dubellay,
S’ils revenoient rimer en France,
N’auroient pas peut estre un balay
De leurs beaux vers pour recompence.
D’Aurat, Sainctgelays & Maclou,
Doctes nourrissons d’Hypocrene
Ne remporteroient pas un clou
Pour recompence de leur peine.
Ceux qu’on void à present honnir
Avoient ja leur fortune faicte,
Mais s’ils attendoient l’advenir,
Comme moy sonneroient retraite.
Je me ry de mes compaignons
Qui se repaissants d’esperance
Pensent devenir champignons
Une nuit en l’Ile de France.
On les void comme beaux ramiers
Espars espiants la pasture,
Il n’est que d’estre des premiers
Mes amis, quittons l’adventure.
Nous alambiquons nostre temps
Pour la pierre philosophale.
Qu’aurons nous au bout de vingt ans ?
Un Ciron pour un Bucephale.
Puys un chagraigneux repentir
Quand ce viendra sur la vieillesse
Nous fera trop tard ressentir
La perte de nostre jeunesse.
Ha qu’il faict bon ouir le son
D’une riche lyre crocée,
Au pris de la triste chanson
D’une pauvre lyre forcée,
Quand un esprit est molesté
Son humeur est demi contrainte,
Les vers d’un esprit arresté
Ce semble, ont beaucoup plus de pointe.
Nous ne ferons jamais des vers
Si tu me veux croire ma Muse
L’espoir des lauriers tousjours vers
Et de recompence t’abuse.
Quand tout ton travail entassé
Se voue à l’ingrate personne
Qui le present & le passé
Ne recognoist & ne guerdonne.
Un regret apres languissant
Jour & nuit bourrelle ton ame
Et toy mesme te punissant
A ta playe ostes le dictame.
Tout l’honneur que lon te fera,
On loüera ton entreprise,
Et pour loyer on te dira
Je plain la peine qu’avez prise.
Un grammercy comme de rien
Closra le discours de ta peine.
Puy fay des vers te voila bien
Pour passer cette vie humaine.
Scaches qu’on ne faict plus estat
Ni d’Apollon ni de ses Muses,
Le lourdaut riche est Magistrat
Et les beaux esprits sont des buses.
Ni tu legeris integrum libellum.
At si nil studij in meo libello est
„Lector, quid rogo te ut legas libellum ?
Nil difces (fateor) benigne lector.
Legas tu licet integrum libellum.

Le libraire au lecteur amy.

STANCE.

Ne t’arrestes (amy lecteur)
Aux erreurs qui du Correcteur
Ont trompé l’œil en cet ouvrage.
L’Auteur croiroit estre obligé
A sa fortune davantage,
S’il n’estoit d’autres corrigé.

Transcription du Jardin de fœlicité

Le Jardin de fœlicité Avec la louenge & hauteße du Sexe Feminin en Ryme francoyse, divisée par chapitres. Extraicte de Henricus Cornelius Agrippa, par le Banni de Ließe.

A Monsieur le Lieutenant Civil1.


Supplie humblement Le banny de liesse, come ainsi soit que puis peu de temps en ca il ait composé ung petit oeuvre intitulé De jardin de Felicité, avecques La louenge du sexe feminin, craignant que les Imprimeurs feissent difficulté dicelluy imprimer sans vostre permission, Ce considere, il vous plaise luy octroier permission di celluy faire imprimer par maistre Pierre Vidoue, Avec privilege jusques a troys ans. Et deffences faictes de ne imprimer, ne vendre ledict livre sy ce n’est par icelluy Vidoue, Sur peine de confiscation dudict livre, & d’amende arbitraire.
Soit faict comme est requis Jusques a deux ans. Faict le XXVII jour de Novembre, 1541.
Ainsi signe II De Mesmes.

Epistre dicatoire, A Monseigneur Nicolas Psalme, Abbé de Sainct Paul, lez Verdun en Lorraine, Docteur en Droict Canon2.


Les espris bien nez, Mon seigneur, & ceulx mesmement qui du benefice literaire sont illustrez, A autre but ne pretendent en ceste mortelle vie : sinon que a mutuelle habitude de leurs semblables & ce non sans ample raison le deduis, estant asses adverti que des vostre juvenile aage a ce avez si bien este instruict que illustrè des humaines lectres, les amateurs dicelles vous avez en reputation. Quoy prevoiant & aussi tant d’aultres vertus en vous estre parfaictement accomplies, Je me suis efforcé ce mien petit labeur vous dedier, sans m’arrester a ce que chose plus exquise a vostre clair jugement doibt estre presentée. Car ensuyvant le Roy Archefilaus (qui souloit oyr les rudes voix pour apres des accordantes prendre et concepvoir plus doblectation) il adviendra que la lecon de ma rude poesie vous incitera a la conception de plus grand doulceur, et illustration rhetorique, Oultre ces raisons telle quelle soit, la dexterité de ma muse, en ferme [A2v] deliberation a prins son arrest, & en perseverant a icelluy, a propose vous offrir le fruict recentement yssu de sa fœture, & en ce faisant vous dedier le présent oeuvre, par lequel pourrez veoir fœlicité depaincte de ses couleurs, suyvant les poetiques inventions & fabuleuses narrations, pour delecter voz espris lors que l’estude des choses plus graves & serieuses ilz auront intermis, puis par la conclusion mienne, ne cognoistrez autre chose sinon limitation des vertus spirituelles, par le moyen desquelles nous parvenons a l’eternelle beatitude. Doncques prevoyant que dicelles vertus estes exorne, Non sans raison, ce mien petit labeur vous sera dedié, vous suppliant icelluy vouloir accepter, Et me colloquer au nombre de voz humbles serviteurs, En l’acceptation duquel service, Je causeray toute fœlicité.

Benedicti Fouchereti Epigramama In laudem Autoris.

Si quis sydereas transmitti exoptat ad ædes,
Huc properet, scriptum hoc grande parabit iter.
Hoc te læticia privatus munere donat,
Cuius uel Pallas possit amore capi.
Faustus in hoc vitæ cursus discernitur, & quod
Ad bene vivendum spiritus omnis amat.
Adde quod illustri manat de fonte poësis
In quo permissum est cuique levare sitim.
Huc ueniant omnes, & fonte bibamus in illo,
A quo ingens nobis copia lactis adest.

# [A3r] Cy commence Le Jardin de Fœlicité, Par Le Banny de Liesse.

Jadis souloit, ma plume basse, & tendre,
D’ung stille bas ses labeurs entreprendre :
Mais maintenant elle veult s’advancer
D’un stille haultain, & grave commencer.
En delaissant mainctz propoz fantastiques
Et remectant ballades poetiques.
Rondeaulx aussi, & vers en general,
Pour aspirer a ung beau sens moral.
[A3v] Sois donc presente a ceste œuvre ma muse
Sans apporter prolixité confuse,
Et sans user de brevité trop grande,
Ains de raison, que l’usaige commande,
Inspire moy Pallas scientifique,
Car [j’entreprens] ung œuvre magnifique
Chercher je veulx, ce prin temps novelet
Felicité, au Jardin verdelet,
Jardin plaisant, Jardin bien plus illustre
Que n’estoit cil qui a donné grand lustre
Le temps jadis, aulx belles Hesperides,
Qui possedoient les jardins Tantalides.
Donques ce lieu ou gist felicité,
Sera par moy amplement recité,
Comme celluy qui a faict diligence,
Se transporter en ce lieu de plaisance,
Lors que le temps nubileulx est passé,
Et que Flora avoit ia commence
De revestir (comme elle y est encline)
Tous arbrisseaulx de couleur cristalline,
Et que oyseletz sur verdoyans buissons,
De leurs gosiers rendoient mille chansons
[A4r] En ce deduict donc Aurora la belle,
Pour visiter ce beau Jardin m’appelle.
La terre avoit resulgente rendue,
Pour sa clarté qui estoit espandue.
Donc en cueur guay, ferme, & deliberé,
Au lieu predict je me suys retiré.
Ce Jardin la, divin que je vous nomme,
Estoit ung lieu excellant, ainsi comme,
(A dire vray) nous pourroit apparoistre
Le lieu qu’on dict, le Paradis terrestre.
Clos il estoit de cristallin, & marbre,
Et au dedans y apparoist tout arbre,
Arbre sans fruict, & arbre qui fruict porte
De ce beau clos gardée estoit la porte
Par Charité, innocente pucelle,
Laquelle oyant l’entreprise novelle
Qui en ce lieu lors me faisoit descendre,
A mes propoz ne differa d’entendre.
Ains me donna liberalle audience,
Quant de parler ma voix ainsi s’advance.

Larengue du Banny de lyesse, a Charité Portiere du Jardin de felicité.

[A4v] Le Banny de liesse.
Long temps y a, O pucelle innocente,
Que je vouloye venir par ceste sente,
Pour contempler entierement ce lieu,
Lequel du tout est procedant de dieu.
Puis que je voys que toy, sa geniture
Commise y es, pour garder la closture,
En ce vouloir j’ay long temps persisté
Et n’ay jamais a cela resisté.
De ce jardin la contemplation
[A5r] Ravye avoit la mienne affection,
Non seullement pour la magnificence
Du lieu divin, Mais en ferme esperance
D’apercevoir la chaste columbelle,
Qui par son nom Fœlicité s’appelle.
Charité : dont c’est la le point unique,
Qui m’a conduict en ce lieu deifique,
Fœlicité a mes sens si ravis,
Qu’en moy n’y a ne propos ne devis,
Que d’aspirer a sa maison divine,
Si au chemin mon esprit ne decline.
C’est ou je tens, ou je veulx aspirer,
Si a cest heur je me puis retirer.
Par ton moyen j’auray beatitude,
Sans en mon cueur nourrir ingratitude,
A tout jamais enclin soubz ton service,
Je seray prest d’employer artifice,
Et tes vertus par mes œuvres divers,
Je chanteray, soit en prose ou en vers.
Donc je te pry, O vierge [munde] & pure,
En ces beaulx lieux me donner ouverture,
Si que Je puisse y espandre ma veue,
[A5v] Et que par moy fœlicité soit veue,
En ce faisant tiendray de toy la vie,
Puis qu’auras sceu contenter mon envie.
Si te supply me donner a congnoistre
Tout le secret qui en ce lieu peult estre.
Ces motz finis charité pure, & franche,
En doulx recueil, m’a pris par sa main blanche
Et tout soubdain son pas elle advanca
Pour me baiser, & ces motz prononca,

Charité parle au Banny de Liesse

Je veoys amy qu’ung cueur plain de noblesse
[A6r] En ce beau lieu te conduict, & adresse,
Le cueur as tu constant & magnanime,
Puis qu’en ce lieu de venir il t’anime.
Helas a tous ceste porte est ouverte,
Chascun y vient soit a guain ou a perte,
Chascun y tend pour Fœlicité veoir,
Mais cest heur la, chascun ne peult avoir,
Mille en ay veu qui s’y sont efforcez,
Mais du chemin ont esté repoulsez,
Et ont trouvé le lieu inaccessible,
Pour le travail qui leur estoit nuysible.
Car elle faict en ung lieu sa demeure,
Ou en entrant il est aisé qu’on meure.
Mille sentiers il fault oultre passer,
Mille rochiers en grand peril passer.
Et tout ainsi que la vermeille rose
Dans le rosier d’espines est enclose
Fœlicité tout ainsi est latente,
Et pour la veoir fault peine si urgente,
Que l’on ne peult sans due il inestimable,
La contempler en son lieu delectable,
[A6v] Helas amy grande est ton entreprise,
Et touteffois ton courage je prise,
Qui n’est oysif, & qui veult faire tant,
Que l’esprit soit plus que le corps content.
Mais garde bien que ce ferme couraige
Ne diminue en ce pelerinage.
Peu en y a qui en sont revenus,
A tout le moins qui ne soient incongneus,
Peu en y a, a qui permis il est
D’aller au lieu, auquel faict son arrest
Fœlicité, pucelle chaste & munde,
En qui vertu pour plus grand bien abonde,
Se mectre en voye est chose bien facille,
Mais d’y entrer il est fort difficile.
Et [neanmoins] ung cueur plain de bonté
A d’y entrer, plus grande liberté.
Ung cueur entier, paisible, & amyable,
Y peult trouver ung acueil secourable.
En postposant mille labeurs & peines
Aulx voluptez chastes & souveraines.
Felicité (dire je le puis bien)
A ses servans peult conferer tel bien,
[A7r] Mais les malings remplis d’iniquitez,
Sont de ce lieu mis hors, & deboutez.
Tous ceulx qui font a Bacchus sacrifice
Ceulx de Venus, qui ayment l’exercice.
Quiconque aussi par fraude se gouverne
Entrer ne puit en cest heureulx domaine
Car il convient qu’iniquité ne sonne
Dedans le cueur de L’humaine personne
Pour y entrer, & pour trouver acces,
En ce beau lieu sans courroux ne proces
Si autrement tu fonde ta pensée,
De ce chemin elle est desadvancée.
Parquoy amy entens ce que je dis,
Il te convient satisfaire a mes dictz.
Si sans danger pervenir tu labeure
Au lieu, auquel Fœlicité demeure,
Prens ce chemin qui est a la main dextre,
Pour te conduire, en laissant la fenestre.
L’aucteur
Quant charité eut achevé ces termes
Je la laissay, en jectant maintes larmes.
[A7v] Puis je me metz dedans le droict chemin,
Me destournant de la fenestre main.
Lors je commence a venir aux sentiers,
Que j’eusse bien evité voluntiers,
Pour les perilz qui estoient evidens,
Mais il falloit passer par le dedans.
En premier lieu passer il me convint,
Une forest, ou grand paeur me survint,
Car ung serpent de neuf testes pourveu,
Vient devers moy tout soubdain qu’il ma veu
Ce serpent la (quant le cas je rumine)
Du grand Hydra avoit prins origine,
Qui fut vaincu par Hercules le fort
Sans resister a ce mortel effort.
Ce serpent donc pourveu de ces neuf testes
Faisoit ung bruit plus rude que tempestes
Et approchoit de moy pour m’engloutir
Si je n’eusse eu moyen l’en divertir.
J’avoie en main pour appaiser sa raige
Ung prompt support, c’estoit ung gras bruvaige
Que je lui jecte, & adonc il commence
De l’engloutir, & en emplyr sa pance,
[A8r]Dont par vertu du bruvaige estandu
S’est en ronflant sur la terre rendu
En me [laissant] le chemin plantureulx,
Au paravant a craindre, & dangereulx.
Oultrepassant ce furieulx serpent,
Ung peu plus loing ma fortune s’espend.
Car je parviens en ung sentier petit,
Ou je perdis de rire l’appetit,
Comme voyant des aspics mortiferes,
Semblablement, des lezars pestiferes,
Des scorpions, des venimeux crapaulx,
Qui me vouloient livrer cent mille assaulx,
Si n’eust este ma forte resistence
Qui me donna de ces maulx delivrance
Et le moyen dont j’en fus delivré,
Par Charité a plain me fut livré.
Car d’elle j’euz a mon departement
Ung don exquis, c’estoit ung dyamant,
Qui avoit bien en luy telle puissance
De toute beste eviter la grevance.
Muni duquel j’escappay le combat
De ces serpens, qui menoient tel sabat,
[A8v]Et qui vouloient par leurs venins pervers
Me suffoquer & mon corps mectre aux vers.
Mais j’apperceuz que l’aspre violence
N’eut le pouvoir de me mectre a oultrance.
Ains sans danger j’evaday leur morsure,
Sans recevoir aulcun coup, ne blessure.
Quant j’euz passé ces lieulx espoventables,
Entrer cuydoie en lieulx plus agreables,
Comme voyant une maison prochaine,
Ou j’esperoie de supporter ma peine.
Je demanday qui faisoit demourance
En ce logis, & j’en euz cognoissance,
Car on me dict que Labeur s’arrestoit
En ce logis & qu’il y frequentoit.
Adonc me print entiere volunté
Que ce labeur fut par moy visité,
A haulte voix pour me mectre hors desmoy
Disoie ces motz, O labeur ouvre moy,
Car il convient que par icy je vienne,
Affin qu’es lieulx desirez je pervienne.
Ces motz oys, ce grand viellard chenu
Nommé Labeur, est a moy survenu,
[B1r]Tout esbahy que j’avoie prins l’audace,
De transporter mes pas en ceste place.
Plain de courroulx sur moy jecta ses yeulx
Sans se monstrer courtois, ne gracieulx,
Puis d’aigre voix, pour me faire responce,
Austerement ces dictz il me prononce.

Labeur parle au Banny de liesse.

Je m’esbahis de ta folle advanture,
Petit poete en francoyse escripture
Semblablement de la folle hardiesse
Qui en ces lieux te faict prendre l’adresse.
[B1v]Car tu as tant delicate nature,
Par l’entretien de tendre nourriture,
Qu’il te seroit chose par trop moleste,
De parvenir a la maison couverte
Ou tu pretends, helas pour cela faire,
Il fault premier a mes dictz satisfaire.
Avecques moy arrester te convient,
Mais tu ne vois la peine qui survient.
Ce jaulne poil prendra couleur de neige,
Et tu n’auras ne loy, ne previlege.
Dedans ung lict delicat reposer,
Ton corps fauldra sur la terre poser.
Et pour le temps ne rendre frustratoire,
Songneulx seras du menger & du boire.
En grand travail tu seras tourmenté,
Si de la fain tu veulx estre exempté.
Avecques moy tu mectras peine & cure,
De jour en jour suyvre l’agriculture.
Ongnons, sibotz seront par toy plantez,
Et arbrisseaulx songneusement antez.
Choulx, espinars, & melons a foison,
Quant en viendra le temps, & la saison.
En marge : Qui non laborat, non manducet.
[B2r]Jamais oysif estre ne conviendra,
Quant avec moy de vivre il t’adviendra.
Brief on verra les sueurs de ton corps
Estre apparens, an moins par le dehors :
Et congnoistras que ta triste jeunesse,
Se changera en ma folle viellesse.
Et d’autre part apres le labouraige,
Lire fauldra mainct docte personnaige.
Qui par escript nous laisse les vertus
Dont il convient avoir les sens vestus,
Plus ne t’en dis, tu le puis recongnoistre,
Pour frequenter plus amplement mon estre.
L’aucteur

Quant ce viellard eut ainsi respondu

A mes propoz, je me veois confondu,
Sachant au vray qu’il convenoit l’ensuyvre,
Pour mon vouloir entierement poursuyvre
Dont tout soubdain a luy je me soubmectz,
De le servir du tout je m’entremectz.
Je viens, je cours, pour luy je me travaille,
Ne craignant point, que mon corps pis en vaille,
[B2v]Je plante ongnons, & sibotz a grand erre,
Pante arbrisseaulx, Je cultive la terre,
Puis aux lecons des autheurs je converse,
Peine n’y a qui mon esprit renverse.
Mais quant au corps, il est si miserable,
Qu’il est desja de la peine incapable.
Mais blonds cheveulx ont la blanche couleur
Tant suis contrainct souffrir griefve douleur.
Mon corps agile en poysant se transmue,
Non touteffoys comme ung chappon en mue.
Car le travail qu’il fault continuer,
A bien contrainct mon corps diminuer.
On voit les oz sur ma peau tendre, & mince,
Las il est bien aise que l’on me pince.
Souffrir me fault le tout patiemment,
Pour quelque jour avoir contentement,

Quant le viellard congneut ma maladie

Il vient vers moy (il fault que je le die)
Se contentant de la peine, & martyre,
Qu’avois souffert vivant soubz son empire.
Le plus qu’il peult de voix il me console,
Passez les jours de ma jeunesse folle.
[B3r] En me disant qu’entrer je ne pouvoie,
Au lieu divin, s’il n’enseignoit la voie.
Et attendu que j’avoie tant souffert,
De me monstrer le chemin s’est offert,
Ayant esgard a ma piteuse face,
Dont je faisoie une laide grimace.
Comme cellui que labeur avoit mis
En grand langueur, & de soulas demis.
En grand soulci par ces lieulx je chemine,
Et mon propoz premier je détermine :
Que tous perilz par moy soient embrassez,
Puis que j’avoie ceulx du labeur passez.
Dont je me metz en une sente obscure,
Et le chemin bien longuement me dure,
Sens rencontrer personne a qui parler,
Pour seurement au lieu divin aller.
Lors que passe j’euz ceste sente brune,
Fina le jour, mais ce leva la lune :
Qui me donna temps & ample loysir,
De chercher lieu pour dormir a plaisir.
Et [neanmoins] de ce je me deporte,
Car de dormir la raison ne m’exhorte,
[B3v] Fors seulement que soubz ung arbre vert
Voyant la nuict je me mis a couvert.
Le lendemain que la belle Aurora
Par sa splendeur amene le jour a.
Diligemment je me dresse su sbout,
Voulant mener mon entreprise au bout.
Et j’appercoye gens en une prairie,
Dont il n’y a celluy qui ne soubzrie.
Entretenant de Bacchus les convis,
Ilz proposoient mille plaisans devis.
Soudaine ment a eulx je me presente,
Pour saluer la turbe soubz leur tente,
Et j’apperceus par leur menus propoz,
Qu’ilz prenoient trop au monde de repoz.
Et qu’a grand tort y vouloient parvenir
Au lieu divin, pour heureulx devenir.
Ces gens estoient secte epicurienne,
[en marge : Epicurei collocabāt fūmū bonū in voluptatibus]
Tous adonnez a l’art venerienne.
Qui estimoint le bien perpetuel
D’entretenir le plaisir corporel.
En preposant leur sensualité
Aux dons de l’ame, & immortalité.
[B4r] En ris, & jeulx, en excessifz banquetz,
De mille erreurs ilz tenoient leurs caquetz.
En concluant en leur brutalité.
Qu’apres la mort cesse la volupté.
Bien disoient ilz estre ung moderateur
C’est a scavoir ung dieu fabricateur :
Des elemens, & la basse machine,
Mais ilz disoient que rien il ne termine :
Sinon au ciel, duquel il a la charge,
Mais des humains, du tout il se descharge
Sans avoir soin d’humaine creature,
Pour luy donner, ou luy oster pasture.
Voila la folle, & sentence perverse
De ces gens la qui vivoient sans saigesse,
Ne plus ne moins que bestes qui n’ont rien,
[Qu’ung] sens brutal, & mouement terrien,
Qui nout soulci (pour mieulx se contenter)
Que seullement leur corps alimenter.
Ainsi vivoient ces epicuriens,
Qui s’amusoient a tous soulas terriens.
En delaissant toutes tranquilitez,
Pour l’entretien de vaines voluptez.
[B4v] Dont je ne peus adonc me contenir,
A ceste turbe ung tel propoz tenir.

Larengue du Banny de liesse, A la turbe Epicurienne.

O Sotte gent qui par temerité
Ne veulx sinon vivre en obscurité
En rejectant la divine lumiere,
Or as tu bien nature coustumiere
D’entretenir la sumptuosité,
Faisant ton dieu de prodigalité.
Mais tu ne voys l’incurable jacture
Du paouvre esprit, de celeste facture.
[B5r]Le corps n’est rien que trop tu entretiens,
Et folle es tu, quant cecy tu soustiens
Boire & menger & l’entretien des jeulx.
[en marge : Ede, bibe, lude [p9] mortem nulla voluptas.]
Helas ton dire est par trop oultrageulx
Boire & menger pour vivre il est besoing,
Et non pas vivre, affin d’avoir le soing
Pour le vil corps, & de boire, & manger,
Le saige veult a cela nous renger.
Ce corps n’est rien qu’on mect en sepulture,
Et qui pis est, subject a pourriture.
Helas amys, sans juste occasion
Bien folle avez la persuasion,
Quant vous voulez plus grand bien colloquer
En voluptez, & du don vous mocquer,
Lequel aux bons felicité concede,
C’est ung tresor qui tout autre precede.
Qui donne acces au celeste manoir,
En revoquant l’esprit du gouffre noir.
Ce tresor la que felicité donne,
Et seullement pour les heureulx ordonne.
C’est innocence, en cueur ferme, & constant
Qui est a mal contraire, & resistant.
[B5v]Ceste innocence, il nous fault acquerir
Pour vivre bien, & penser a mourir.
Regardez donc en combien de distance,
Vous approchez de la pure innocence.
Considerez vostre faict enormal
Qui fuyt vertu, & approche du mal,
Et estimez que le dieu de vengence
Est irrité par l’inique sentence
De voz esprits, qui dictes qu’il n’a point
Soulci de nous, las ce n’est pas le poinct.
Et je soustiens contre vous le contraire,
Car ce dieu grand, toutes choses tempere,
Le feu, la terre, & tout autre element
Par sa vertu a force & mouvement.
Semblablement toute personne humaine
Soubz son empire il regist & gouverne.
Dont les pervers par luy sont condamnez,
Et les begnins au ciel predestinez.
Plus je n’en dis, si vous voulez me croire,
Apres la mort vivra l’esprit en gloire.
Ainsi disoye a la turbe bacchique
Qui autrement a mes dictz ne replique
[B6r]Fors que j’avoye parle trop vainement.
Et qu’ilz vivroint ainsi, non autrement.
Quant j’appercoye leur obstiné vouloir,
Je les ay mis du tout a nonchaloir.
En leur donnant grand blasme & vitupere
Et tout soubdain mon vouloir deliberé,
De mectre ad fin le voiage entrepris,
Pour visiter la dame de grand pris
Felicité : pour qui j’avoye passé
Tant de travail, en mon corps amassé :
Dont je poursuys mon chemin sans cesser
Jusques ad ce, que je me viens dresser
En ung petit boucaige florissant,
Qui de fleur maincte estoit resplandissant
Et au dedans une sylvestre loge,
Ou verité (ainsi qu’on m’a dict) loge.
Si proposay luy faire humble salut,
Ce que je feis, & beaucoup me valut
Car de sa voix eloquente & diserte
La voye heureuse elle ma descouverte
Pour aspirer au plantureulx sejour,
Felicité : ou l’on veoit nuict & jour,
[B6v]En me disant le propoz qui s’ensuyt.

Vérité parle au Banny de liesse

Amy je scay que ton vouloir poursuyt
la voye heureuse, ou est la fortunée
Felicité, de dieu predestinée.
Et que tu as passé mille rochers,
Pour accomplir tes soubhectz les plus chers.
En grand peril passe as les chemins,
Ou habitoient les serpens Inhumains,
Puis en travail & peine innumerable,
Avec labeur as esté lamentable,
[B7r]Dont je cognoys que tu as merité
D’aller au lieu ou gist felicité :
Et neanmoins il fault premierement
Considérer sur ce mon jugement.
Car les travaulx qu’ilz t’a fallu souffrir,
Peu serviront, si tu ne veulx offrir
Ton cueur, a moy qu’on nomme verité
Sans a jamais changer ta fermeté.
Verité suis chaste, pudique, & munde,
Abandonnée entierement du monde.
Dont j’ay esté de me cacher contraincte
Sans que personne ait oy ma complaincte.
De tous estatz je suis abandonnée
Jacoit de dieu que je soye ordonnée.
[Premierement] le noble me delaisse,
Puis le marchant me moleste & oppresse.
En me disant que trop vaine est ma suite,
Et que par moy fut sa maison destruicte.
S’il n’eust tousjours mensonge entretenu.
Dont il est grand & riche devenu.
Practiciens me font d’aultre costé,
Guerre mortelle & par eulx m’est compte
[En marge : “veritas in orbe nulla”]
[B7v]Que si je suis en leur maison tenue,
Que leur practique & bien se diminue
Et qu’ilz n’ont poient de secours qu’amentir.
Le moyne apres (pour vous en advertir)
M’a rudement des cloistres deboutée.
Disant qu’il m’a trop long temps frequentée,
Et que je suis plus nuisible qu’aspics,
Et que par moy tout le monde vault pis.
Au laboureur je me suis adressée,
Mais rudement aussi m’a renversée.
En protestant que lors qu’il me suyvoit :
Grand paovreté sa maison poursuyvoit,
Et que depuis qu’a mentir s’est donné,
Il est faict riche, & de biens exorné.
Voila comment on m’a donné la chasse,
Sans que jamais avoir on me pourchasse.
Voila comment m’ont mys en oubliance.
Les folz humains par leur oultrecuidance.
Dont ilz seront (apres mort) suspendus
Des lieulx divins, & aux tormens rendus.
Puis que par eulx en obly je suis mise,
Et seullement je suis de dieu promise.
[B8r]A ceulx qui sont prudens, & resolus,
Non pas aux folz, meschans, & dissolus,
Mais ceulx a qui promise suis de dieu,
Sache qu’ilz sont compris en petit lieu.
Mais ceulx qui ont vouloir de me confondre
Sont colloquez en ung bien plus grand nombre
Peu en y a qui mes vertus poursuyvent
Gens infinis y a qui vice suyvent.
Ce vice la qu’a present je te nomme.
Est pres d’icy & tient lye maint homme,
Qui jour en jour lui faict obeissance,
Tu en auras certaine experience.
Quant tu seras au chemin fortuné :
Lequel je croy pour toy predestiné.
A main senestre il faict sa residence,
Mais garde bien de te mectre en la dance,
Des malheureulx, qui par leur malefice,
Sont adonnez a obeyr a vice.
La dextre main il te conviendra prendre,
Pour en ce lieu de vice ne descendre.
Et neanmoins tu puis le regarder
Pour des abus qu’il use te garder,
[B8v]Quoy accomply a tes yeulx mis sera
Ung beau sentier, qui droict te conduira
Au lieu auquel felicité repose.

L’aucteur
Ces motz finis soubdain je me dispose
Me mectre en voye, apres m’estre renge
A verité pour en prendre congé,
Luy promectant en pure conscience,
A tout jamais l’avoir en souvenance.
Au departir verité nette & pure,
Pour ung present m’offrit une ceinture,
Pour appliquer des lors a mon usaige,
Faicte elle estoit de son divin ouvraige,
Et la vertu dont elle estoit ornée,
C’est que mon cueur en aucune journée,
(Si le mien corps estoit muni d’icelle.)
Ne peult avoir fraude ne corruptelle.
Ne mon couraige a vice converti,
Ne de vertus estre aussi diverti.
De ce present dont elle m’exorna,
Je cogneuz bien que fort me guerdonna,
Car oncques puis enclin ne fut mon cueur
[C1r]A suyvre vice, ains le maistre & vainqueur
Le congé pris, de la chaste pucelle,
Je prens la voye ou fortune m’appelle,
Par le sentier par verité predict,
Que je passay sans aucun contredict.
Ung peu plus loing au senestre coste
J’ay ung grand bruit & tonnerre escouté.
Qui procedoit de la gent malheureuse,
Qui j’appercoys en ce lieu copieuse,
En adorant vice dedans son temple,
Pres je m’y tire & le tout je contemple.
Les ungs estoient sur la terre estendus
Faisans des cas par raison dessendus.
C’est a scavoir avec femmes lubricques,
Qu’ilz excercoient les actes veneriques.
Les ungs tenoient mille propoz lascifz,
Les ungs en jeulx trop grandz & excessifz
Faisoient ung bruit assez pour irriter,
Le grand facteur des choses Jupiter.
Les ungs buvoient si excessivement,
Qu’ilz approchoient du fol consentement
A exercer le jeu cupidinique,
[C1v]Contre raison du droict evangelique.
Les ungs lisoient des livres d’insolence,
Remplis d’amours, qui mérite deffence.
Et delaissoient le tressainct evangile,
Pour contempler l’escripture inutile.
Les ungs dansoient au son de cornemuses,
Pour decepvoir femmes de vin confuses.
Au lieu plus hault, vice estoit colloque,
Lequel par eulx fut souvent invoqué.
Et mainctes fois ceste turbe insensée,
Pour l’adorer la danse a commencée.
En ce lieu la, je ne vis clerc, ne moyne,
Qui a servir vice, ne fut ydoine.
Chascun y fuyt, chascun y tend, & court.
Vice scait faire a ung chascun la court,
Le moins expert du temple vicieulx,
En peu de temps devient malicieulx.
Vice si bien accorde sa chansons,
Qu’il leur aprent tout par cueur leur lecon.
Quiconque est moyne en ce temple rendu.
Incontinant il luy est deffendu :
Ung autre dieu choisir, & venerer,
[C2r]Si non que vice, & luy seul adorer.
Le plus petit, & ignare novice,
De ce lieu la scait par cueur son office.
C’est a scavoir les chansons de Venus,
Et tordions, & passepiedz menus.
Chascun y est en ce scavoir cupide,
Chascun par cueur scait l’art d’aimer d’ovide
Chascun retient en son esprit enclose,
Maincte lecon du romant de la Rose.
Mais a chascun on dessend la lecture,
Qui est comprise en la saincte escripture.
Les livres sainctz sont par vice interdictz,
Et si diceulx on recite aucuns dictz.
L’aucteur d’iceulx est par vice pugni,
En ce lieu la mensonge est infini.
Qui scait mentir il est auctorizé,
Et qui mieulx ment il en est mieulx prisé.
Le plus expert en malice, & cautelle,
Accroist en bruit, & louange immortelle.
Prise y est de fraulde ung inventeur,
Comme s’il fust de quelque bien aucteur.
Celluy qui a fallacieulx language,
[C2v]Est en ce temple estime davantaige.
Bref, il n’y a si non mondanité,
Semblablement folle lubricité.
Et jour en jour en ce lieu detestable,
A tous venans on appreste la table.
Avecques uís, blancs, foueaulx, & couvers
Pour rendre mieulx leurs appetis ouvers.
Incessamment volupté maculée,
Est d’ung chascun en ce temple accollée.
Dont ceste gent du tout bien envieuse,
De plus en plus devient pernicieuse.

Bien longuement ce temple j’advisay :
Puis de me mectre en chemin proposay.
Pour parvenir au lieu par moy requis,
Que si long temps j’avoye cherche & quis.
Oultre passant maintz verdoians cypres,
Du lieu sacré je me retiray pres.
Lequel estoit en forme d’une tour,
Dessus ung roc circuit tout a l’entour
D’aspres chardons, & espines poignantes,
Qui a plusieurs les mains sanguinolentes
Ont faict, cela touteffoys fault entendre,
[C3r] Que c’est a ceulx qui vouloient entreprendre.
De parvenir en ce lieu plantureulx,
Sans de vertu se monstrer amoureulx.
Dont a bon droict ces poignantes espines,
Les ont chassez de ces places divines.
Tout a l’entour de ce lieu autentique,
Une eau courroit rendant bruict plutonique
Plaine d’aspics, & de cruelz viperes,
Pour ceulx qui sont remplys de vituperes.
Et qui chargez de fraulde desloyalle,
Sont colloquez en ceste eau stygialle.
Pour aux serpens de pasture servir,
Mais ceulx qui ont vouloir de desservir.
Ung bien plus grand, & suyvre le charroy
De verité, n’ont pas ce desarroy.
Ains en recueil, & amytié aperte,
De ceste tour leur est la porte ouverte.

En ce vouloir d’entrer en ce lieu sacré,
Premierement oraison je consacre.
Au grand facteur des haultes regions,
Et qui a faict divines legions.
Semblablement qui l’homme a composé,
[C3v] A sa semblance, & qu’il a disposé.
Dedans le corps ung esprit raisonnable,
Pour temperer le corps irraisonnable.
Puis de voix haulte a la porte je crye.
Et de m’ouvrir promptement je les prye.
En protestant que j’ay le cueur entier,
Pour m’estre mis en ce divin sentier.
Incontinant que ma voix fust oye,
Fœlicité ne fust point esbahye.
Ains commanda que tost on se transporte.
Par devers moy, affin d’ouvrir la porte.
Espoir adonc accourut promptement,
Pour obeyr a ce commandement.
Car il estoit (de toute antiquité)
Portier du lieu ou est Fœlicité.
A dis je, Espoir, excuse mon audace,
Qui aspirer me faict en ceste place.
Car loing au cucur j’ay mis toute rancune,
Pour rencontrer ceste voye opportune.
Loing de mon cueur j’ay mis oysiveté,
Pour en ce lieu obtenir liberté.
Pour contempler Fœlicité nayve,
[C4r] Avec labeur j’ay prins peine excessive.
En fain & soif j’ay long temps labouré,
Si qu’il ne m’est que le cueur demouré.
Ferme & constant, avec la conjecture,
Que me ferois de ces lieulx ouverture.
Car j’ay tousjours en toy bien esperé,
Pour parvenir en ce lieu desiré.
Ce qui m’est fort malaise (si me semble),
Si noz vouloirs nous n’accordions ensemble.
Et s’il ne m’est par ta permission,
De ce lieu cy faicte l’ostension.
Si te supplye (o Espoir) qu’il te plaise,
Me faire veoir ceste place a mon aise.
Pareillement de veoir tu me permecte,
Fœlicité, ce que si fort j’appete.
Quant ce portier courtoys, doulx, & honneste.
Eut entendue amplement ma requeste.
Il me receut bien fort humainement,
En gracieulx acueil, & traictement.
Disant ces motz, pour mieulx me resjoyr.

Description du logis de Fœlicité par Espoir portier diceluy.

[C4v]

Ad ce qu’au vray de toy je puis oyr,
Tu as passé tant par montz que par vaulx
Et endure de labeur les travaulx.
Te soubzmectant en sa captivité,
Pour aspirer a la tranquillité.
Qui est promise a tout homme loyal,
Lors qu’il aspire en ce beau lieu royal.
Dont a bon droict par tout te conduiray,
Et de ces lieulx a plain t’advertiray.
Regarde bien ce Iardin magnifique,
Qui est prochain de ce beau parc antique.
C’est le Jardin de ma chaste maistresse,
[C5r]Fœlicité, c’est le lieu de lyesse.
Ou jour en jour elle prent ses esbas,
Or descendons donc ung petit plus bas.
Pour veoir tout l’estre, en cest heureux jardin
Y passe & court le fleuve de jourdain
Pour arrouser les herbes precieuses,
Que tout par tout tu vois si copieuses.
Ce pommier la qui est chargé de pommes,
Peult contenter l’appetit de tous hommes.
Le fruict qu’il porte est si fort savoureulx,
Qu’il peult remectre ung homme langoureulx
A tout soulas, & sa soif appaiser,
Sans d’eau ou vin le palais arrouser.
Ce beau prunier qu’icy nous regardons,
A merite que bien nous le gardons.
Le fruict qu’il porte, a bien la vertu telle,
Qu’il peult guerir toute douleur mortelle.
Lors qu’il est mis dedans l’humaine bouche,
Et que le goust visvement le cueur touche.
Regarde ung peu ce poirier grand, & large
Qui est prochain de ce fleuve & rivage.
Las il produict une divine poire,
[C5v] Qui touteffoys n’incite point a boire.
Ains seullement d’ung goust elle est munie,
Qui en l’esprit mect doctrine infinie.
Bref tous les fruictz de ce Jardin sont telz
Qu’il les convient juger estre immortelz.
Car autres sont, & du tout differens,
De ceulx qu’on veoit au monde estre apparens
Car leur vertu est cœleste & divine,
Les autres sont tous subjectz a ruine.
Dresse ta veue au tour de ce vivier,
Ne vois tu point ce beau verd olivier.
Qui est charge de mainte olive blanche,
Sans qu’il en faille excepter une branche.
Cest arbre la (pour t’en donner memoire)
Dessus orgueil nous faict avoir victoire.
Car sa couleur de cristal, signifie,
Humilité, non qu’on se glorifie.
Et qui plus est de cela je me vente,
Que de tout temps paix elle represente.
Il me fauldroit plus d’opportunité,
Le tout par moy pour estre recité.
Et amplement pour te rendre certain,
[C6r] De ce Jardin excellant, & haultain.
Maintenant fault ailleurs se transporter.
Et mesmement si tu veulx frequenter.
Fœlicité, pucelle de value,
Il est besoing qu’ores tu la salue.
Et neanmoins ton conducteur seray,
Et ton salut vers elle causeray.

L’aucteur
Quant mise ad fin espoir eut sa parolle,
Garde n’avoye mectre en obly mon rolle.
Dont en ce lieu Fœlicité je voys,
Mais je ne veulx luy adresser ma voyx.
Jusques ad ce, que par divin oracle,
J’aye apperceu tout ce beau tabernacle.
Car le dedans est chose si exquise,
Quelle doibt bien des yeulx estre requise.
Pour contempler la facture elegante,
Dont ce domaine avoit forme evidente.
De marbre blanc la muraille est construicte
Sur quoy soubdain j’eus la pensée instruicte.
Jecter mes yeulx, & dire dieu te gard,
Mur excellant, qui repais mon regard.
[C6v] Ce mur estoit d’une part azure,
Et d’autre part de fin or coloré.
En iceluy j’apperceus maincte histoire,
Et maint propoz moral, & peremptoire.
Qui la estoient gravez si proprement,
Qu’ilz sembloient estre escriptz divinement
Car Aristote, & plusieurs autres saiges,
Estoient aucteurs de ces divins ouvraiges.
Ces saiges la, de scavoir venerez,
En ce beau lieu s’estoient lors retirez.
Pour contempler la noble conductrice,
Fœlicité, de tout bien inventrice.
Entre lesquelz pour les plus renommez,
Sont Aristote, & Socrates nommez.
[en marge : Aristoteles. Non de virtute fcire sed fat est sed enitendum est ipsā habere, [page suivante] Socrates. Adulescentes, speculū cōsulār, quo ad bonū in citentur]
Marc Cicero, Pytagoras aussi,
Plato, Senecque, estans en ce lieu cy.

Premier estoit le dire d’Aristote,
Dont la teneur par memoire je porte.
Qu’il ne suffist de la vertu scavoir,
Mais il la fault retenir & avoir.
Et qu’elle soit dans le cueur si aymée,
Qu’a tout jamais elle y soit imprimée.
[C7r] Ung peu plus loing en ce mur agreable,
Estoit le dict de Socrates, affable,
Qui contenoit estre fort necessaire,
A jeunes gens, leur regard ne distraire.
Du clair myroer, pour mieulx estre incitez
A faire bien, laisser les voluptez.

D’aultre costé l’excellent orateur,
Marc Cicero, estoit fabricateur.
[en marge : Cicero. Qui vir tute pre diti sūt, foli sunt divites.]
D’ung beau dicton, qui de dieu fort approche
Sans que je donne aux autres le reproche,
Car il disoit que quiconque est [vestu],
Et noblement prepare de vertu,
Il a tant faict par sa noble prouesse,
Qu’il a tout seul le tiltre de richesse.
Et que ce nom a luy seul appartient.
Voila le dict que Cicero maintient.
Lors que Crassus il a desestimé,
Pour avoir mal l’homme riche estimé.
Car il disoit nul riche devenir,
S’il ne luy est aisé d’entretenir.
Du revenu annuel, excercite.
Mais le propoz de Crassus je despite.
[C7v]Car il est plain de toute iniquité,
Dont il accroist son imbecilité.
Ces motz dorez contentoient mes espris,
Voyant Crassus par Cicero repris.

En mesme instant le dict je considere,
Qu’avoit bien sceu Pytagoras protraire.
[en marge : Pythagoras. Staterã, ne transgrediare .i. virtutis medium, ne transgre diaris.]
Compris estoit par son dire excellant,
Qu’il ne fault point se monstrer vaccillant.
Ne transgresser les fins, & les limites,
De la vertu, & justes loix escriptes.
Ains il convient que nostre esprit procure,
D’avoir en tout raison, ordre & mesure.

Plato apres philosophe divin,
[en marge : Plato Breves virtutis labores, æterna voluptassequi tur.]
N’avoit ouvre ne laboure en vain.
Car il disoit pour ung peu se lasser.
En travaillant pour vertu embrasser.
Qu’il s’en ensuyt volupté æternelle,
Donnant au ciel une joye supernelle.
Je prins plaisir au dire Platonique,
Qui procedoit d’entendement cœlique.
Car sans travail, & peine assiduelle,
Impossible est conduire sa nascelle.
[C8r]Au port heureulx, ou ceulx sont asseurez,
Qui de vertu ont espris decorez.
Apres Plato Senecque j’advisoye,
[en marge : Seneca : Nūquā frigias ferturad adundas Incylta virtus.]
Plus me plaisoit, quant plus je le lisoye.
Son dire estoit que vertu tres inclite,
En l’eau de stix ne converse, & habite.
Comme voulant son dire interpreter,
Que cil ne peut aux enfers habiter.
Qui a vertu, car vertu le reserve,
D’aller aux lieulx ou les malings on greve
Ains son esprit lassus au ciel Erige,
Et ses servans en mesme lieu dirige.
Dont haultement nostre ame est erigée,
Estant au ciel par vertu dirigée.
Mais par labeur il nous fault eriger,
Si nous voulons l’ame au ciel diriger.
Son ame aussi au ciel erigera,
Qui a vertu l’esprit derigera.

Apres ces dictz de ceste gent ethique,
Qui ensuyvoient verité catholique.
En aultre part mes yeulx se delectoient,
A contempler dictz, qui representoient.
[C8v]Non pas propoz de faulx anabaptistes,
Ains procedans des quatre evangelistes.
Sainct Jehan premier en escript azure,
[en marge : Ioannes. Ego sum resurrectio & uita, Qui credit in me etiam si mortu us fuerit, vivet, & omnis qui vivit, & credit in me, nō mo rietur in æternum]
Disoit ce mot digne d’estre adoré.
Je suis la vie, & resurrection,
Qui croit en moy en ferme intention.
Voire si mort la ravy par envye,
J’ay le [pouvoir] de luy donner la vie.
Et qui a vie, & qui croit fermement
En moy qui suis facteur du firmament.
Ne peult de mort æternelle mourir,
Car en cela je le puis secourir.
Voila comment sainct Jehā par son escript,
A introduict la voix de Jesucrist.
Voila comment seront ressuscitez,
Ceulx qui croiront en dieu plain de bontez
Qui a crée Fœlicité, qui faict
Sa demeurance, en ce Jardin parfaict.

Apres .S. Jehan : de sainct Luc j’appercoye
[en marge : Lucas. Beati qui audiunt verbū dei & custodiūtillud]
Le dict heureulx, qu’ainsi je prononcoye.
Bien heureulx sont qui la parolle entendent,
De Jesuchrist, & ceulx qui condescendent.
[D1r] A la garder, entretenir, & mectre,
Dedans leur cueur, sans ung mot en ometre
Voila comment sainct Luc veult protester,
Qui fault de dieu la parole escouter,
Et la garder perpetuelement.

D’austre coste .S. Marc crie haultement,
[en marge : Marcus. Qui habet aures audi endi, audiat.]
Qui pour oyr sera muni d’aureille,
Que promptement d’oyr il s’appareille.
Ce mot estoit illustre de dorure,
Dedans le mur par divine graveure.
Dela s’entend que de l’humaine gent,
L’esprit ne doibt se monstrer negligent,
A escouter le propoz, ou proverbe,
Que nous voyons yssu du divin verbe.

Ung peu plus loing mon regard s’amusoit,
Et saint Mathieu ung beau propoz disoit.
[en marge : Matth, Bti mūdo corde, quoniam ipsi deum videbūt]
Bien fortunez, & heureulx seront veus,
Qui d’un cueur net pourront estre pourveus,
Car ilz verront en la divine place
Apres la mort, de dieu puissant la face.
Par ces motz la, je cogneus clairement
Q’il est besoing de vivre nectement.
[D1v] Et qui n’aura le cueur mundisie,
Il ne sera au ciel clarifie.
Mille autres dictz je pourroye reciter,
Ausquelz mes yeulx je voulus arrester.
Si ce n’estoit que grand prolixité,
M’a deffendu que tout soit recité.
Le demourant de ce beau cabinet,
N’estoit pas moindre au divin Jardinet.
Auquel souvent (par esbat) se pourmeine
Fœlicité, & les saiges y meine.
C’est a scavoir Aristote, & tous ceulx,
Que n’ay esté de nommer paresseulx.
Asses long temps je contemplay la grace,
De ce manoir, qui tous autres efface.
Et j’appercoye (qui est divine chose)
Le lict auquel Fœlicité repose.
Au lieu de bois, dont les autres sont faictz,
Construict estoit par ouvraiges parfaictz
D’ivoire, yssu de dentz elephantines,
De veloux blanc il avoit les cortines.
D’un or de cypre, en ouvraige ordonnées,
De maincte hystoire a l’entour exornées.
[D2r]
Le tout compris en languaige romain,
Qui resjoyr pouvoit tout oueil humain.
Quatre bastons de ce lict j’apperceus.
Chascun estoit coronné par dessus.
Differemment, car sur l’ung noblement,
Ung escarboucle est en bel ornement.
Qui nuict & jour de sa vive clarté,
Luyre ce lieu faict de divinité.
L’autre en apres d’une riche coronne,
D’or, est muni, qu’une lectre environne.
[en marge : psalmista Iacta co gitatum tuum in dño, & ipse te enutries]
Disant ainsi, jecter fault sa pensée,
En dieu pour bien estre recompensée.
Car qui en dieu son cueur colloquera,
Il est certain que dieu le nourrira.

L’autre baston de ceste couche haultaine,
Avoir sur luy chose non point mondaine.
C’est a scavoir ung petit oyselet,
Faict de fin or, ung beau rossignollet
Qui sans cesser (si bien j’en suis recors,)
Dessus ce lict prononcoit mille accors.
Dont mes espris adonc furent ravis.
Quand c’est oyseau si bien chanter je veis.
[D2v] Et ne crois point qu’il ne fust deifique,
Representant une voix angelique.

Le quart baston mon oueil s’est advancé,
De regarder, il estoit compasse.
Divinement d’orientales perles,
Semblablement de pierres les plus belles.
Qui furent onc doueil humain regardées,
Fœlicité les avoit bien gardées.
Oultre cela (pour plus belle parure)
Ce riche lict avoit sa couverture.
D’ung fin damas, de couleur argentine,
Mon oueil adonc de contempler s’encline.
L’ouvraige exquis de ceste heureuse couche
Ou dignement Fœlicité se couche.
Tout a l’entour ce damas cristalin,
Representoit l’histoire de Merlin.
Semblablement de Lancelot le preulx,
Et le recueil de Symon le lepreulx.
Faict a Jesus, & la conversion,
De Magdelaine, en grand contrition.
Le tout yssu d’ouvraige minerval,
Lors que Minerve entra dans ce beau val.
[D3r] Pour contempler Fœlicité la belle,
Qui a Pallas ne se monstra rebelle.
Ains luy donna pour la recompenser,
Ung don plus beau [qu’on] ne pourroit penser
C’est assavoir une belle turquoyse,
Qui la douleur de tout esprit appaise.
Car si elle est d’un furieulx portée,
Incontinant sa fureur est ostée.
Et si quelcun a la clarté perdue,
Elle luy est soubdainement rendue.
De ce joyau bien fort se contenta,
Dame Pallas lors quelle frequenta
Fœlicité, en son manoir pudique.

Or maintenant il convient que j’explique :
Comme receut ma salutation,
Fœlicité, & veneration.
Que je luy feis, comme elle meritoit,
Quant j’apperceus qu’elle se presentoit.
Devant mes yeulx en reverence deue,
Ma voix ainsi j’ay par laer espandue.

L’harengue du Banny de lyesse A Fœlicité

[D3v] O vierge chaste en qui gist innocence
Excuse moy si ta magnificence,
M’a incité icy me transporter,
Pour humblement a toy me presenter.
Car des long temps (voire des mon enfance)
Je t’ay en cueur porté toute observance.
En postposant l’excellant rameau d’or,
De Proserpine, a ton divin tresor.
Et bien heureulx je me suis reputé,
D’avoir ésté par tourmens agité.
Avec labeur, en griesve affliction,
De tolerer sa jurisdiction.
Pour aspirer en ce lieu qui est plus
Noble, que n’est du monde le surplus.
Pas je n’ay craint me soubzmectre aux hazars
D’entrer au lieu des aspics & lezars
Semblablement des infectz crocodiles,
Pour parvenir en ces parfectes isles
Ou amplement il m’est par toy parmis,
Que mon regard sur ta face soit mys.
Sans rencontrer aucunement obstacle,
De perlustrer ce divin habitacle.
[D4r] Qui par Espoir (portier de ce beau clos,)
Sans contredict, m’est ouvert & desclos.
Si te supplye O belle en qui abonde,
Plus de vertu qu’en pucelle du monde.
Me retenir pour humble serviteur,
Je n’ay voulu choisir ung plus grand heur.
Et a jamais, j’emploiray mon estude,
Pour augmenter vers toy ma servitude.

Lors que la belle apperceut que j’estoye,
Las de parler, & que je m’apprestoye.
Pour l’escouter, de sa voix temperée,
Diserte harengue elle m’a proferée.

L’harengue de Fœlicité, au Banny de lyesse.

Long temps y a petit francoys poete,
Que ta venue en ce lieu je soubhete
Et touteffoys j’estoye en grand doubtance
Qu’en ces sentiers ne trouvasse nuysance,
Pour divertir ton couraige gentil,
Mais en cela tu t’es monstré subtil.
En evadant par ta subtilité,
Des fiers serpens la grand ferocité.
[D4v] Sachant aussi la tribulation,
Qui ta vexe, par molestation.
Avec labeur, ce grand viellard chenu,
Dont tu es meigre, & palle devenu.
Et qui plus est bien plus fort je te loue,
Et sur ces cas ton entreprise adloue.
Que tu as peu ton esprit appliquer,
Les mains du vice en son temple eschapper
Dont a bon droict tu seras coronné,
D’un chappelet de fleurs environné.
De fleurs je dis qui ont telle vigueur,
Que de l’hyver ne creignent la rigueur.
Tiens donc amy ce divin chappelet,
Que j’ay cueilly en ce lieu verdelet,
Pour a jamais ne me mectre en obly.

Or cognoissant que tu es ennobly.
D’un cueur loyal, de vertus amateur,
Estre te veulx de mes dictz auditeur.
Et t’enseigner ce qui est tresutile,
Pour aspirer en ce beau lieu tranquille.
Car tout ainsi que d’aller a Chorinte,
Il n’est permis a ung chascun, sans craincte.
[D5r] De desbourser a lais impudique,
Somme trop grande, au dict Demosthenique
[en marge : Ex Aulo Gelio, in noctibus atticis.]
Ainsi est il du lieu ou maintenant,
Tu m’appercoys le sceptre en main tenant.
Fœlicité dicte suys par mon nom,
Qui de tout temps a eu si grand renom.
Fille de dieu, promise aux vrays crestiens,
Lesquelz soubz moy paisibles je retiens.
Fœlicité mais je ne suys pas celle,
Qui est au monde, & que chascun appelle
Lors que des biens il a la suffisance,
Mon bruit a bien plus de preheminence.
Celle ne suis que la stoique secte,
A estime accomplye, & parfaicte.
Mais je suys celle ou il fault aspirer,
Qui mes servans puis au ciel attirer.
Et en ce lieu je suis si bien gardée,
Que de chascun je ne suis regardée,
Crois donc que cil ne me regardera,
Qui en son cueur cecy ne gardera.
Qu’il fault ung dieu croire premierement,
Qui est sans fin & sans commencement.
[D5v] Seul tout puissant, facteur universel,
De ce qui est humain, & æternel.
Qui faict justice, aussi misericorde,
Et les pechez du pecheur ne recorde.
Lors qu’envers luy il cherche penitence,
Qui procrea Adam a sa semblance.
L’homme premier, qui par art demonique,
Oultre passa le veuil du dieu unique
Dont puis apres la gent consecutive,
Par son peché aux abysmes arrive.
Et longuement de lyesse bannie,
Mise a esté dessoubz la tyrannie.
Du tentateur & cauteleulx esprit,
Predecesseur du futur Antechrist.
Mais ceste gent Jesuchrist delivra,
Et pour ce faire a la mort se livra.
L’agneau promis a la loy mosaique,
Qui a purgé en croix le mal inique.
Yssu d’Adam, par la tentation,
Du faulx esprit de malediction,
Et a voulu ces dictz vous reserver
Qu’ilz est requis a tous ceulx observer.
[D6r] Qui ont desir ce Jardin visiter,
Et soubz ma lice a jamais militer.
C’est assavoir d’aymer parfaictement,
Dieu tout puissant, & a lui seullement.
Se dedier, le servir, & aymer,
Aultre que lui nullement estimer.
Semblablement je te jure & afferme,
Qu’il ne fault point l’irriter par blaspheme
Ne par le ciel, & la terre jurer,
Ne par aucun moyen se parjurer.
Au viel Adam mourir est salutaire,
Vivre au nouveau c’est chose plus prospere.
Car ce [nouveau] Adam que je te nomme,
Est Jesuscrist qui est dieu, aussi homme.
Qui de son sang a faict effusion,
Pour monstrer la seulle occasion.
De redimer l’humaine creature,
Qu’Adam avoit mis (par sa forfaicture)
Dans les palus, & regnes tartariques,
Mais Jesuchrist des regions cœliques.
Luy fut transmis pour luy remedier.
Item [convient] tousjours se dedier.
[D6v] Non seullement porter, amour au pere,
Mais honnorer semblablement la mere,
[en marge : Honora patrē & matrem.]
Et survenir a leurs necessitez,
Ces motz icy sont de dieu recitez.

Item n’avoir la persuasion :
D’entretenir cruelle occision.
Car qui aucun du glaive ferira,
Pareillement du glaive perira.
Il fault aussi pour a dieu satiffaire,
A ung chascun aymer son adversaire.
Ne contre ceulx vengence executer,
[en marge : Cōtra Ciceronem.]
Qui le vouldront a tort persecuter.
Et justement a Cicero je nye,
[en marge : Qui nō propulsat iniutiā, &c.]
Qu’il fault venger linivre & calumnie.
Car sur ce point il ensuyt les gentilz,
Tous ignorans, fors qu’ilz estoient subtilz.
En leur science, inutile, & trop vaine,
Sans alleguer leur poetique veine.
Dont il ne fault a nul porter rancune,
Il n’est besoing que l’ung l’autre importune.
Pour estre filz du dieu spirituel,
Qui faict lever sur les bons son soleil :
[D7r]Sur ceulx aussi qui sont faulx & injustes,
Qui sont errans par les chemins angustes.

Item ne fault estre fornicateur,
A cil qui veult estre mon protecteur.
Car qui nourrist en cueur concupiscence,
Il perd ce lieu ou gist resjoyssance.
Ceulx de proces qui ayment la sequelle,
En renonceant a l’amour fraternelle.
N’ont le pouvoir d’avecques moy loger,
Pour parvenir a mon divin verger.
Car je congnois qu’ilz vont tout a rebours.
De charité, qui garde les faulx bourgs.
De ce manoir, ou je suis honnorée.
Et justement par vertu décorée.

Item se fault contenter de son bien,
Sans soubheter tresors ne scay combien.
Tresors je dis plains de mondanité,
Qui sont subjectz a toute vanité.
Qui aux humains donnent corruption,
En soubzmectant l’ame a perdition.
Helas amy de tous maulx la racine.
C’est convoytise, ou le cueur s’enracine.
[D7v]Des folz humains, qui laissans æquité,
Ayment les biens de temporalité,
Dont cinq cens foys le jour je m’esbahys,
Veu que les dictz de dieu leur sont oys.
Qui mect ses loix en leur entendement,
Pour colloquer sur ce leur pensement.
Pure est sa loy certaine, immaculée,
Qui convertit tout ame maculée.
Parquoy convient en elle cheminer,
Pour son salut au ciel determiner.

Item convient avoir ceste creance,
Que Jesuschrist pour nostre delivrance.
Pendit en croix, si que fussies purgez,
Du vieil peche, ou vous estiez jugez
Par le premier homme que dieu forma,
Dont cher humaine en vierge il assuma.
En consacrant a son pere voz ames,
Pour accomplir sa volunté, sans blasmes.
En delaissant toutes oeuvres charnelles,
Pour embrasser oeuvres spirituelles.
En ferme foy que du ciel descendu,
Il a esté pour vous en croix pendu.
[D8r]Pour vous sauluer par sa redemption,
Ceulx qui n’auront ceste estimation.
Ne me pourront a bon droict posseder,
Car je ne veulx ce bien leur conceder.
Le createur qui aux bons le promect,
Fœlicité aux malings ne permect.
S’ilz n’ont vouloir en labeur fort austere,
De l’entretien de vice se soubzstraire.
De ces loix la, (amy) que j’ay descriptes,
Estre convient les personnes instruictes
Celles j’entends qui sont predestinées,
A me poursuyvre aux places fortunées.
Celles j’entends qui ont par exercice,
Prinse vertu, & delaisse la vice.
Celles j’entends qui (receu le baptesme)
Veullent au ciel acquerir diadesme.
A celle gent mon Jardin est apert,
Mais il convient que chascun soit expert.
Que verité soit par luy rencontrée,
Par bon recueil, pour y faire l’entrée.
Et qu’en son cueur la vérité soit close,
Si ceste porte il veult estre desclose.
[D8v]Car autrement il se doibt reculer,
De ce lieu cy, qu’on ne peult maculer.
Tant au moyen de ces serpens nuysibles.
Qui font ainsi ces lieulx inaccessibles.
Que paravant que l’esprit obstine,
Ne se conduict en ce lieu destine.
Voilà comment maint homme est abusé,
A me chercher, car il est mal aisé.
Que comme toy a labeur il se renge,
Pour aspirer a ce Jardin estrange.
Difficile est qu’il soit par charité,
Conduict vers moy, aussi par verité.
Et neaumoins s’il est constant & ferme,
Et qu’en son cueur toutes les deux enferme
C’est assavoir que veritablement
Il veult vivre, & charitablement.
Sans contredict a luy me rengeray,
Et mon amour de luy n’estrangeray.

L’aucteur
Fœlicité (son harengue finie)
Me feit recueil plain d’amour infinie.
Car au banquet soubdain ma convoqué,
[E1r]Et de ces serfz au nombre colloque.
Espoir adonc ce beau portier notable,
Subitement a exorne la table.
Mais touteffoys il n’a rien preparé,
Qui soit au goust du monde refere.
Pas n’y avoit perdrix, canards, faisans,
Ne vins qui sont aux hommes mal faisans.
Ains seullement odeur nectarienne,
Semblablement liqueur ambrosienne.
Car en ce lieu plain d’immortalité,
De past mortel palais n’est irrité.
Tout est divin, doncques divinement,
Fœlicité m’a faict ce traictement.
Telle liqueur n’a point toute L’asie,
Que j’apperceus buvant ceste ambrosie.
Humain manger n’a comparation,
A ce nectar, dont j’eus fruition.
Apres le past (la nappe relevée)
Fœlicité de son lieu s’est levée.
Et au chemin soubdainement s’applique,
Pour visiter son Jardin autentique.
Dedans lequel par Foy sa damoyselle,
[E1v] Conduicte fut, qui luy portoit grand zele.
Et ce pendant au lieu je me voys rendre,
Pour Aristote & Socrates entendre.
Qui de leurs voix (je le vous certifie)
Interpretoient toute philosophie.
C’est assavoir Raison philosophale,
Du temps jadis, & Doctrine morale.
Que leur avoit enseignée & aprise,
L’antiquité, donques ceste voye prise,
Le droict sentier a eulx je me transporte,
Et saluer je commence Aristote.
Lequel adonc estoit plus hault assis.
Quant il m’a veu, d’entendement rassis,
M’a d’un recueil courtoys, & liberal,
Tiré vers luy, adonc en general,
M’a faict certain de tout le contenu,
Qu’en ce lieu sainct, il avoit retenu.
Puis en m’oyant il veid certainement
Que je parloye de dieu differemment.
Car il n’avoit le baptesme receu,
Ne l’evangile en son esprit conceu.
Bien longuement avec ces philosophes,
[E2r] Je devisay, tenant mille apostrophes.
Semblablement paraboles menues
De l’evangile, en mon esprit venues.
Dont ung chascun d’entre eulx fut esbahy,
Lors que je fus sur ces propoz oy.

Conclusion au sens moral.

Donques lecteurs assez il vous suffise,
De veoir menée a bout mon entreprise
Mais au contraire il ne suffise pas,
Si ne prenez ung copieulx repas.
Pendant le temps qu’estes sur la verdure,
Ou il y a pour vous assez pasture.
[E2v]En ce Jardin facile est de repaistre,
Si vous voulez le sens moral cognoistre
En retenant l’interprétation,
De ce Jardin par contemplation.

Premièrement qu’est ce que je veulx dire
Que Charité exerce son empire.
En ce Jardin qui est yssu des cieulx ?
Notez amys ces dictz facetieulx.
Sans Charité, de ce beau lieu portiere,
L’ame de vous ne peut estre heritiere.
Du vray soulas, & de beatitude.
Qui faict au ciel arrest, & habitude,
Car il convient avoir cueur charitable,
Pour se munir de soulas perdurable.

Item par moy serpens sont introduictz,

Mais le moyen dont je les introduis.
Avec Labeur, dont mention je fais,
C’est qu’en peril & en grand charge, & fait
Il est besoing que nostre corps travaille,
Si que l’esprit en lieu si heureulx aille.
En delaissant le vice & ses complices,
Auquel je dis qu’on faisoit sacrifices.
[E3r]

Item convient ung autre poinct scavoir,

Duquel sera utile le scavoir.
Quant j’introduis Verité portenseigne,
De loyaulté qui ceste voye enseigne.
Certes amys si verité n’avez,
Et si voz cueurs ne sont nectz, & lavez.
En ce Jardin de paix, & de concorde,
Vous recevoir Fœlicité n’accorde.
Si ferme Espoir de ce lieu le portier,
N’est en voz cueurs digeré tout entier.
Avecques Foy damoyselle susdicte,
Fœlicité vous sera interdicte.
Et ne sera vers vous si liberale,
De vous ouvrir sa terre imperiale.
Ne le nectar ordonne pour les dieulx,
Ne l’ambrosie offrir devant vos yeulx.
Voila les poinctz qu’il fault moraliser,
Pour vostre esprit au ciel auctoriser.

    # Or mainctenant descendons au Jardin,
    Que j'introduis pres le fleuve jourdain.
    Lors que je dis les pommes d'un pommier,
    Semblablement les prunes d'un prunier.

[E3v] Avoir tel goust, qu’il a pour en gouster,
Ample pouvoir toute douleur oster.
Et appaiser toute soif, qui survienne,
Pourveu qu’au cueur le goust du fruict en vienne
Cela sentend des dons prophetisez,
Au testament viel, evangelisez.
Par le nouveau, ou Christ a respandu,
Son sang pour nous en la croix estendu.
C’est la le fruict qui vostre soif appaise,
C’est le joyau qu’il fault que chascun baise.
C’est le tresor que Jesuschrist nous brasse,
Qu’ung vray crestien de tout son cueur embrasse
C’est L’ambrosie & nectar que j’ay dict,
Que les heureulx auront sans contredict.
C’est le poirier dont la poire acceptable,
Avoit le goust exquis & favorable.
Dont la liqueur pouvoit l’homme enseigner
Et son esprit soubdain endoctriner,
Ce poirier la ce sont les propheties,
Des livres sainctz, non pas les faceties.
Qu’on peult trouver aux escriptz fabuleulx
Lors que le temps estoit si nubileulx.
[E4r] Qu’encor n’estoit la verité cogneue,
Ne le facteur de la cœleste nue.
C’est le poirier duquel on peut cueillir,
Ung tendre fruict pour les cueurs amollir.
Qui ne sont pas de vérité fulcis,
Ains obstinez, pervers, & endurcis.
En leur vouloir, inique, & temeraire,
Mais par le goust du fruict de ceste poire
C’est assavoir la lecon de ces livres,
On veoit leurs sens d’iniquité delivres.
Et par iceulx sont a clarté reduistz,
Au paravant en tenebres seduictz.
Amys voila les arbres exposez,
Avec les fruictz en iceulx apposez.
Ne reste plus que de sentence vive,
Interpreter l’olivier & l’olive.
Arbre de paix, arbre qui specifie,
Que nostre cueur envers tous s’humilie.
Par la j’entends qu’au grand regne iovique,
Nul n’entrera, s’il n’a cueur pacifique.
Et s’il n’a paix en l’olivier conquise,
La paix qui est par Jesuchrist promise.
[E4v] Non point aux folx, aux pervers, & rebelles
Ains seullement aux crestiens, & fideles
Quant il a dict, ma paix je vous ordonne,
Conservez la, je vous la laisse & donne.
Doncques amys en ce Jardin venez,
Et en la main blanche olive prenez.
Cherchez y paix pour vous justifier,
Et pour voz cueurs rudes, pacifier.
Car bien heureulx sont les conservateurs,
Dicelle paix, & fermes amateurs.
Bien heureulx sont hommes pacifiez,
Car ils seront au ciel justifiez.
Les filz de dieu on les appellera,
Et envers dieu leur nom s’exaltera.
Car ilz auront le ciel pour heritaige,
Doncques changez cest obstiné couraige.
Et ambrassez l’olivier plantureulx,
Ung heureulx plant, ung plus que plant heureulx.
Par la viendrez au Jardin fortuné,
Qui est aux bons de dieu predestiné.
En ce faisant ostez toutes rancunes,
De vostre cueur, & frauldes importunes.
[E5r] Et pardonnez aux calumniateurs,
De vostre nom, aymez persecuteurs.
Affin qu’a tous vous soyez exemplaire,
Et grand sera, aux cieulx vostre sallaire.
Justes soyez, & sitiens justice,
Et de voz cueurs tousjours raison juste ysse
Et ne craignez d’estre persecutez,
Pour conserver les droictz plains d’equitez
Car aux esprits cauteleulx, & pervers,
Les lieulx divins ne pourront estre ouvers
Suyvez vertu, soyez saiges, & meurs,
Estans vestus de treslouables meurs.
Ne faictes point a deulx maistres service,
Car de vertu se munir, & de vice.
Possible n’est, na’ymer le salvateur,
Pareillement l’infernal tentateur.
Solliciteulx du repas & du boire,
Ne soyez point pour au ventre complaire.
Nayez soulci pour vostre corps, comment
Le conviendra parer de vestement.
Car l’ame est plus en reputation,
Que le repas, qui a corruption.
[E5v]Le corps aussi est chose plus louable,
Que vestement, la raison est probable.
Voila les poinctz qu’ils est requis de suyvre
Si nous voulons ce beau Jardin poursuyvre
Car sans iceulx en vain nous labourons,
Et au sentier des aspics demourons.
Sans resister au venin des couleuvres,
Si nous laissons de Jesuchrist les oeuvres.
Poursuyvons donc la pure Verité,
Dans ce Jardin ou est Fœlicité,
Prenons Espoir, Charité embrassons,
Et le sentier de vice delaissons.
Cherchons la paix au divin Olivier,
Allons pescher au cœleste vivier.
En Foy, Espoir, & Charité predicte,
Qui en ce lieu servira de conduicte.
Aux destinez enffans de Jesuchrist,
Vrays ennemys du futur Entechrist.

La fin du Jardin de Fœlicité Par le banny de Lyesse

  1. [A1v] []
  2. [A2r] []

[Ressources] Trouver le chemin du recueil

Travailler sur plusieurs œuvres, elle-même composées de plusieurs éditions, et constituées de plusieurs pièces pose des difficultés d’ordre pratique. J’ai rapidement eu besoin de réaliser des repérages dans mes lectures, d’annoter les textes et de trouver un support où garder trace de mes hypothèses de recherche1. La mise à plat des œuvres m’a également permis de comprendre et mettre en avant l’organisation des Jardins de poésie (regroupement thématique de poème, sections, effet d’imbrication, etc.)2. Pour ces raisons, j’ai constitué des chemins de fer, c’est-à-dire des plans des recueils3.

Qu’est-ce qu’un chemin de fer ?

Un chemin de fer offre une vue synoptique de l’œuvre. La visualisation de l’ouvrage fonctionne par simplification : elle réduit les feuillets, éventuellement les schématise selon les particularités de la mise en page et permet de gagner en maniabilité.

Le chemin de fer est aussi couramment utilisé afin de naviguer dans un livre. On le retrouve dans des logiciels de traitement de texte (volet gauche des documents).

Vue du Jardin de plaisance depuis Gallica
Exemple de chemin de fer dans un logiciel de traitement de texte (ici Acrobat)

Projet Fil@nthrope

Dans le cadre de la thèse, j’ai travaillé à un prototype de logiciel permettant de générer automatiquement une visualisation de l’œuvre sur le modèle du chemin de fer. Je souhaitais délimiter chaque zone de la page et l’associer à une qualification type « texte », « titre », « lettrine » ou « illustration » auxquels un identifiant et des coordonnées seraient donnés. Le projet Fil@nThrope, engagé entre 2017 et 2019, en collaboration avec Jonathan Weber de l’Université de Haute-Alsace, permet donc d’automatiser la création de chemins de fer en partant d’une reproduction numérique d’une édition de l’œuvre. Ce logiciel  repose sur un algorithme de segmentation de l’image opérationnel depuis février 2018.

Équipes

Ce projet a été mené en collaboration avec des étudiants de 3e année du cycle d’ingénieurs en informatique et réseaux à l’ENSISA Lumière de l’Université de Haute-Alsace, Baptiste Refalo, Liuyan Pan, Rachel Noireau, Mehdi El Ahmar et Mouad Bounabi encadré par Jonathan Weber, au laboratoire IRIMAS (anciennement MIPS). Leur procédure utilise le deep learning4, afin d’optimiser la reconnaissance des différents éléments de mise en page. En générant des données d’entraînement sur une petite quantité de pages représentatives, les informations sont ensuite traitées automatiquement et peuvent, si nécessaire, être corrigées à la main ou gagner en précision. Le traitement numérique peut effectuer de façon systématique certaines tâches de repérage. 20 % du document doivent être découpés préalablement et triés manuellement, procédé qui génère des données d’entraînement. Grâce au deep learning, une répétition automatique de l’opération prend en charge les 80% restants du fichier.

Prototype

À partir d’un premier prototype réalisé à la main, nous avons réfléchi à la manière dont pourraient être transposées la segmentation des zones et leur caractérisation sur un support numérique.

Chemin de fer réalisé à la main dans le cadre de mon mémoire de master, « Tirer de ma plume un autre jardin … ». La catégorisation littéraire à l’âge de l’imprimé, Mulhouse, Université de Haute Alsace, 2016.

Premiers résultats

Chemin de fer du Jardin d’honneur, repérage des titres de pièce
Chemin de fer du Jardin d’honneur, identification des zones de la page

Fonctionnement pratique et objectifs

La première étape d’utilisation du logiciel est de segmenter le document PDF. Une interface permet ensuite de traiter les pages en délimitant manuellement des zones dont les coordonnées sont enregistrées dans un fichier XML. Après ce travail manuel, le chemin de fer est créé5.

Interface principale du logiciel

L’export en PDF : Une fois la visualisation synoptique réalisée à une échelle adaptée aux besoins (c’est-à-dire de plus ou moins près et avec un nombre adaptable de vignettes par pages), le chemin de fer peut être exporté en PDF.

Ajout d’une option « Correction » : La modification des erreurs liées au traitement par l’algorithme peut se faire à partir de la visualisation globale sans revenir dans la première interface de traitement. La correction est malgré tout enregistrée. Ce choix permet de ne pas régénérer systématiquement la totalité du chemin de fer (cette opération prend du temps contrairement à la correction qui est rapide et directement introduite au fichier XML).

Allées des jardins et chemin de fer

Chemin de fer du Iardin de fœlicité Avec La louenge & haulteße du Sexe Feminin en Ryme frãcoyse, divisée par chapitres. Extraicte de Henricus Cornelius Agrippa, par le Bãny de Ließe de François Habert, Paris, Pierre Vidoue, 1541 ∇ .
Chemin de fer du Jardin d’honneur contenant plusieurs Apologies, Proverbes, & ditz moraux, avecq’ les histoires & figures. Aussi y sont ajoustez plusieurs Balades, Rondeaux, Dizains, Huitains, & Trioletz fort joyeux, Rouen, Étienne Groulleau  1548 ⧎.
Chemin de fer de Charles Fontaine, Le Jardin d’amour avec la Fontaine d’amour, Contenant Elegies, tant inventées que traduictes, Epistres, Epigrammes, & autres choses fort plaisantes & recreatives, Lyon, Benoît Rigaud, 1588 ⟧.
Chemin de fer du Plaisant jardin des belles chansons, fleuron choisies entre les plus nouvelles qu’on chante à present, non vu par cy-devant, Lyon, Benoît Rigaud, 1580 ⧝.
Chemin de fer du Jardinet de poésie de C. D. G., Lyon, Claude Morillon, 1600 ⨘ .
Chemin de fer de Étienne Bournier, Le Jardin d’Apollon et Clémence. Divisé en deux livres. Par Estienne Bournier, Molinois bourbonnois. Viret aduersantibus Euris, Molins, Pierre Vernoy, 1606 ⟣.
Chemin de fer du Petit Parnasse ou jardin des bouts-rimez, par Me Jean Serret, Prieur de Saint Rambert. Avec un recueil de ses plus Nouvelles Pieces de Jean Serret, Paris, François Muguet, 1665 ⩩ .

Pour citer ce texte : Marine Parra, “[Ressources] Trouver le chemin du recueil”, dans "Jardin" de poésie, 09/09/2021 | https://versunjardin.hypotheses.org/1045, Consulté le 06/12/2021.

  1. La porosité entre la source du chercheur et sa recherche ne laisse actuellement que très peu de traces. Les outils mis à notre disposition et les pratiques de partage des résultats de la recherche sont le plus souvent construits dans l’optique d’une démonstration et s’adaptent à la production d’un travail abouti, parce que rendu présentable. L’usage du chemin de fer permet une méthode de recherche reposant sur un appareil analytique au service de projets en cours et ayant un caractère fondamentalement expérimental. Il est possible de la matérialiser à l’aide d’un schéma de l’œuvre servant de réceptacle aux examens d’un corpus. []
  2. La question de l’organisation des recueils est centrale, en témoigne les actes du colloque international Pratiques et théorie du recueil qui s’est déroulé à Rennes (2002), voir Irène Langlet (dir.), Le Recueil littéraire : pratiques et théorie d’une forme, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003. L’organisation des œuvres, effets de cohésion et marques de la structuration imaginées par les auteurs, mais aussi les traducteurs, compilateurs,  et imprimeurs-libraires, est l’objet de nombreux travaux sur les recueils du corpus des Jardins. Pour cause, il peut rapidement être difficile de se repérer dans ses labyrinthes dont la progression ne suit pas les péripéties d’un récit. Quand un scénario donne sens à l’ordonnancement des poèmes, comme c’est le cas du Jardin de plaisance et fleur de rhétorique, la structuration gagne en force et demande un examen particulier . Voir Jane Taylor, “La mise en mélange au XVe siècle : feuilleter le Jardin de Plaisance“, Le Goût du lecteur à la fin du Moyen Âge, Paris, Le Léopard d’Or, 2006, p. 47-63. []
  3. Voir sur ce sujet Marine Parra, « Du Parterre de la rhétorique aux lectures numériques : la métaphore horticole au filtre du “chemin de fer” », Réforme, Humanisme, Renaissance, 2018, no 86, p. 57-70. <https://www.cairn.info/revue-reforme-humanisme-renaissance-2018-1-page-57.htm>. []
  4. Le deep learning est une combinaison de méthodes d’apprentissage automatique évolutive. []
  5. Le logiciel d’automatisation reste perfectible et des améliorations sont encore nécessaires. J’espère pouvoir améliorer plusieurs points, notamment le système de citation des pages et de correction. J’ai néanmoins pu constituer les chemins de fer des œuvres de mon corpus primaire, ce qui était mon objectif principal. []

Une bibliothèque sans échelle. Voir, classer et comparer les livres

Comme l’illustre le second volume (Catalogue commenté et illustré des recueils poétiques nommés “Jardin”), il y a beaucoup à dire sur les exemplaires du corpus. Pour des raisons d’ergonomie éditoriale, il m’a fallu faire des choix et ne montrer qu’une petite partie des reliures, annotations, ex-libris et autres marques de particularisation des recueils. La bibliothèque numérique permet, elle, de donner toute sa place à la matérialité des livres, dont certains sont de véritables pièces d’art.

Le format du numérique permet de présenter l’ensemble des ressources mobilisées, sans choix ou sélection (compte tenu du corpus raisonnable des dix Jardins étudiés). Bien sûr, il force à une approche lacunaire à d’autres égards. L’odeur du papier, le poids du volume en main, mais surtout, et ce n’est pas le moindre des éléments, la taille s’effacent. Plus qu’un manque, il y a “mensonge”. Sur l’écran, tous les livres ont la même taille. Ils s’adaptent aux dimensions de la fenêtre de notre logiciel de visionnage (responsive design).

Une question de proportions

Le numérique nous fait perdre l’échelle, or de mon expérience en bibliothèque, la taille des œuvres est un des premiers marqueurs de l’identité matérielle du livre. De façon très pragmatique, le format des ouvrages est aussi un critère de rangement sur les étagères. Cette question est un enjeu majeur pour les bibliothèques virtuelles. Ainsi, le nouvel affichage mis en place par Gallica fin 2020 donne à voir la taille du document. Outre le nombre de pages ou de vues, calculé à partir de la taille du fichier numérique, cette fonctionnalité inclut une visualisation graphique du format du volume avec comme étalon une silhouette humaine, voire la mention de la dimension du plus grand côté (hauteur ou largeur) en centimètres. Voici par exemple l’indication de taille donnée par Gallica du Jardin de plaisance et fleur de rhétorique

Indication de format par Gallica du Jardin de plaisance et fleur de rhétorique, ⫚ Veuve Trepperel et Jehan Jehannot [c. 1511-1521].

La taille des livres m’intéresse également en raison du discours que produisent les péritextes sur le sujet. Les textes promotionnels qui ouvrent les recueils filent souvent la métaphore horticole, parfois de sorte à justifier le titre, et mettent largement l’accent sur le caractère discret, fluet, petit de ces “jardinets”, hortulus, livret, etc. Cette caractéristique, intéressante sur le plan littéraire, fait aussi sens en histoire du livre. Devenu un objet d’usage courant, le format du livre diminue durant la Renaissance. Les reliures s’allègent en éliminant certains éléments lourds (le bois est remplacé par du carton par exemple) et permettent une meilleure rentabilité du commerce du livre, critères essentiels à sa diffusion.

Dans la hiérarchisation des contenus et l’arborescence de la bibliothèque numérique, je réfléchis à des moyens de mettre en avant le format des livres. Cela peut passer par la résolution des images, aménagées selon les exemplaires, ou bien par des regroupements de collections par format.

BibliHortus

Le projet BibliHortus a vu le jour à l’occasion du séminaire « Mon projet de recherche avec EMAN » qui s’est tenu en 2020-2021 animé par Anne Réach-Ngô (IUF, UHA) et Richard Walter (Thalim – CNRS, ENS & Sorbonne nouvelle)1. Cette bibliothèque numérique est hébergée sur la plate-forme EMAN, adaptée du logiciel Omeka.

Voici un aperçu des notices par exemplaire dans BibliHortus :

Notice d’un exemplaire conservé à la Beinecke Library

À l’heure actuelle, je ne dispose pas des autorisations de diffusion de l’ensemble des photographies prises lors de mes séjours en bibliothèque ou commandées pendant les périodes de confinement. Il me reste encore un travail considérable de description des exemplaires à mener, mais j’espère ouvrir progressivement, dans les mois qui viennent, les notices les plus abouties de ce travail de recherche entamé en 2016.

Pour citer ce texte : Marine Parra, “Une bibliothèque sans échelle. Voir, classer et comparer les livres”, dans "Jardin" de poésie, 09/09/2021 | https://versunjardin.hypotheses.org/1043, Consulté le 06/12/2021.

  1. Je remercie à cette occasion les participant·e·s de ce séminaire. []

[Ressources] Donner à lire les textes

Le Jardin de Fœlicité, François Habert

François Habert fait paraître le Jardin de foelicité Avec la louenge & hautesse du sexe Feminin en Ryme francoyse, divisée par chapitres. Extraictes de Henricus cornelius Agrippa, par le Banni de Liesse. Une seule édition de ce recueil, vendu à Paris par « maistre Pierre Vidoue, Imprimeur & Libraire Juré de Paris, Devant le college de Reims », est conservée à ce jour. Un privilège est accordé pour deux ans à l’oeuvre et est daté du 27 novembre 1541. Le Jardin de foelicité est un des premiers ouvrages de François Habert.

Le Jardin d’Apollon et de Clémence, Étienne Bournier

Étienne Bournier fait paraître en 1606 le Jardin d’Apollon et de Clémence, divisé en deux livres à Moulins chez Pierre Vernoy. Il s’agit de la seule oeuvre complète connue d’Étienne Bournier. Ce recueil bilingue ne connait qu’une seule édition, divisée en deux parties, l’une française, l’autre latine, sous le titre d’Hortulus Apollinis et Clementiæ. Il s’agit des mêmes pièces traduites par le poète du latin vers le français et, selon les pièces, du français vers le latin. Le cloisonnement des langues n’est pas absolu, car quelques quatrains de la partie française sont écrits en latin. Le recueil est composé d’une première section de sonnets, puis diverses petites pièces telles des stances, épigrammes, etc. L’oeuvre se termine sur « La retraicte des Muses », une pièce dans laquelle Étienne Bournier annonce ne plus écrire de poésie.

Règles de transcription

Les scories ont été corrigées et le mot placé entièrement entre crochets afin de pouvoir maintenir les recherches par mots clefs en plein texte.
La foliotation est indiquée en début de page. Pour citer un extrait, remonter donc à la mention précédente du folio.
Les eszett (-ß) ont été remplacé par -ss.

| Export des transcriptions

Transcriptions brutes disponibles au téléchargement : Le Jardin de fœlicité | Le Jardin d’Apollon et de Clémence.

Pour citer ce texte : Marine Parra, “[Ressources] Donner à lire les textes”, dans "Jardin" de poésie, 09/09/2021 | https://versunjardin.hypotheses.org/1039, Consulté le 06/12/2021.

Bouquet des métaphores horticoles

L’étude des métaphores horticoles dans les péritextes des Jardins de poésie fait l’objet d’un chapitre du premier volume1. Des récurrences dans les analogies et postures auctoriales mises en scène ont permis de caractériser le rôle du jardin vis-à-vis du discours promotionnel des œuvres. En parallèle des perspectives soulevées à cette occasion, nous avons élaboré une grille d’analyse des métaphores. Elle vise à construire une démarche plus objective à partir de mesures quantitatives des effets, types et formes de métaphores employées dans les recueils2. Cette grille est directement intégrée à la base de données CoMet.

Dans un premier temps, il s’agit de faire un relevé systématique des métaphores3 :

ChampsType de donnéesDescription et protocole
Occurence étendueLongvarcharTranscription semi-diplomatique
Occurence restreinteVarcharTranscription semi-diplomatique
ContexteLongvarcharMicro contexte pour comprendre l’environnement de la métaphore. Transcription semi-diplomatique
ComparantVarcharLexeme 1. Exemple « la vie est un songe » : lexeme 1 = vie. Moderniser, singulier. S’il n’est pas présent mais qu’on peut le deviner, l’indiquer entre crochet.
ComparéVarcharLexeme 2. Exmple « la vie est un songe » : lexeme 2 = songe. Moderniser, singulier.
ComparatifListe déroulanteOutil de comparaison
MorphologieListe déroulanteQuelle est la nature du (ou des) lexeme(s). Métaphore nominale, verbale, etc.
In praesentiaBooleanLe comparant et le comparé sont-ils exprimés ? (se concentrer sur l’occurence restreinte)
In absentiaBooleanLe comparant et le comparé sont-ils exprimés ? (se concentrer sur l’occurence restreinte)
Relevé des métaphores horticoles du corpus des Jardins poétiques

Les métaphores relevées sont associées aux autres tables de la base de données, notamment vis-à-vis de leur localisation dans le recueil :

ChampType de donnéesDescription et protocole
Localisation dans le recueilListe déroulantePréface, poèmes liminaires, etc.
Extraite dePointeurRelation avec notice édition ; pièce ; œuvre, etc.
Sources intertextuellesLongvarcharRéférences, noms, sources d’inspiration (proximité entre deux traitements, ou reprise ultérieur de la même analogie)
Métaphore FiléeBooleanOui / non selon le contexte de l’occurrence étudié
Filée àPointeur autre métaphoreRelation avec une autre notice métaphore située dans le même environnement textuel
Contextualisation des métaphores horticoles des Jardins de poésie

Enfin, il s’agit de caractériser les métaphores relevées à partir de quelques caractéristiques identifiées lors des études menées dans le premier volume :

ChampType de donnéesDescription et protocole
Éclaircissements lexicologiquesLongvarcharSe référer au Dictionnaire du Moyen Français
Explicitation de la métaphoreLongvarcharInterprétation sémantique sommaire
Relais métaphoriqueVarcharRelever dans l’occurence étendu les syntagmes qui motivent la métaphore restreinte. Se limiter à  des formules ou expressions présentes dans le texte. Mettre entre guillemets, sans majuscule à l’initiale
Mots clés / topoïListe déroulante : floraison, éloge, amour, etc.Mots clés ; topoï
RéférentialitéListe déroulante Oui ; Non ; Interprétation combinée ; Indéterminée. L’objectif est de mesurer à quel point le végétal est métaphorisé. 
Interprétation combinée : quand on peut à la fois comprendre une version métaphorique et une version dénotative
Degré de topicitéListe déroulanteAnalogie populaire ; Lieu commun ; Invention poétique. L’analogie populaire fait référence au bon sens commun ;  
le lieu commun littéraire suppose un travail de formulation ajouté à la récurrence importante de cette image ddans les textes). L’invention poétique concerne les métaphores originales crées pour signifier ce qui ne peut se dire autrement que par l’invention d’une analogie nouvelle.
Degré de motivationListe déroulanteAnalogie motivée ; Analogie en tension ; Analogie disruptive. Le texte justifie-t-il se rapprochement métaphorique ? explique-t-il quels sont les liens entre le comparé et le comparant ?
TypologieListe déroulanteMétaphore du livre ; Analogie historique ; Analogie prosopographique. Dans quelle catégorie de métaphore l’analogie au jardin est employée ?
EffetsListe déroulanteHyperbolique ; Litote ; Épidictique ; Sonore, Ekphrasis. La métaphore a-t-elle un effet sur le texte ?
Visée de la métaphoreListe déroulanteMétaphore explicative ; Métaphore descriptive ; Métaphore argumentative ; Métaphore pour substitution ; Métaphore laudative ; Métaphore dépréciative ; Métaphore diégétique ; Métaphore architecturale ; Métaphore proportionnelle ; Quelle est la visée de l’auteur quand il emploi cette métaphore. La substitution est récurrente quand l’auteur cherche à éviter une répétition (cas des métaphores synonymique).
Exemple de métaphores dépréciative : les mauvaises herbes typiquement. Les métaphores diégétique sont liées à l’intrigue du recueil. Les métaphores proportionnelle font des rapprochement en rapport avec la taille, la matière, la forme, le caractère, la couleur, etc. Dans ce cas de figure, le léxème 2 sert à donner une information sur une propriété du lexème 1. Le suffixe en -et peut induire une métaphore proportionnelle (livret, jardinet, etc.).
Analyse des métaphores horticoles des Jardins de poésie

Ces éléments d’analyse, confrontés à d’autres pratiques titulaires4, pourraient permettre de déterminer plus précisément quels marqueurs métaphoriques sont spécifiques au jardin-livre5.

Pour donner une idée plus concrète du résultat à l’échelle d’une métaphore, voici le traitement d’un extrait du Jardin des bouts-rimés d’ores et déjà intégré dans CoMet :

Il reste de nombreuses métaphores à traiter avant de pouvoir confirmer ou infirmer mes hypothèses de recherche. Il était néanmoins nécessaire pour constituer une grille pertinente de connaître au préalable le corpus et l’impact des métaphores titulaires sur les œuvres. Cette nouvelle étape engagée conjointement à la curation des données intégrées à la base relationnelle CoMet est un prolongement de mes recherches engagées sur les Jardins de poésie.

Pour citer ce texte : Marine Parra, “Bouquet des métaphores horticoles”, dans "Jardin" de poésie, 09/09/2021 | https://versunjardin.hypotheses.org/1037, Consulté le 06/12/2021.

  1. Chapitre I. Présentation et représentation. Rhétorique paratextuelle cousue main []
  2. J’ai participé en 2018 au workshop “Finding Metaphor in Discourse. An Intensive Training for Manual and Algorithmic Approaches to Metaphor” organisé à l’Université de Bâle par J. Berenike Herrmann dans le cadre du Digital Humanities Lab. Je profite de cette occasion pour remercier les participants de ce workshop pour les échanges qui m’ont permis de réfléchir à des modèles analytiques sérielles de la métaphore []
  3. Le type de données concerne le format dans lequel alimenter la base de données. Varchar désigne une donnée textuelle, longvarchar une donnée textuelle plus longue, boolean n’autorise qu’une réponse binaire, les listes déroulantes donnent un choix limité de réponses constituées au préalable []
  4. horticoles notamment, c’est le cas des Bouquets, Fleurs et Vergers par exemple, mais aussi les autres imaginaires métaphoriques convoqués dans les titres : Théâtres, Miroir, Bibliothèques, etc. []
  5. J’ai présenté quelques pistes sur le sujet dans le deuxième chapitre du premier volume (“Cisaille et Cordeaux. Fabrique de métaphores horticoles en série“). Ces éléments gagneraient à être étudiés de façon plus rigoureuse et systématique []

[Ressources] Des minutes historiques : une histoire des “Jardins de poésie” par l’archive

Les Archives nationales de France conservent sur le site de la rue des Francs-Bourgeois l’intégralité des minutes notariales qui leur sont parvenues, et passées jusqu’en 1885, pour les 122 études que comptait alors la capitale. Les documents les plus anciens remontent à la fin du XVe siècle et sont donc contemporains de l’émergence de l’imprimé.

Le Minutier central des notaires de Paris, encore largement sous-exploité, constitue pourtant un fond exceptionnel pour l’histoire du livre, l’étude des bibliothèques et de leurs possesseurs ou des marchés d’édition aux XVIe-XVIIIe siècles. C’est d’ailleurs à un historien du livre et de l’édition à la Renaissance, Ernest Coyecque (1864-1954), que nous devons l’organisation de ce fond, comme le rappelle Henri-Jean Martin en 1969 :

[…] je découvrais le Minutier central — alors ignoré de tant d’historiens — où m’accueillait l’homme à qui est dû les rassemblement d’une si précieuse documentation : M. Ernest Coyecque1.

Les nombreux instruments de recherche, inventaires et dépouillements, permettent de se repérer et d’accéder aux pièces du Minutier2.

Sur les traces des possesseurs du Jardin de plaisance

À l’origine de mon enquête aux Archives nationales, il y a eu la lecture de l’étude d’Alexander H. Schutz, Verncular Books in Parisian Private Libraries of the Sixteenth Century According to Notarial Inventories3. Le médiéviste relève à partir d’inventaires notariés sept possesseurs du Jardin de plaisance et Fleur de rhétorique.

Je me suis donc rendu dans le Marais, à l’Hôtel de Soubise, sur les traces de Charles d’Albiac, Andre Baudry, Nicole Guedon, Gilbert de Hodic, Etienne de Passavant, Philibert de Luxembourg et Pierre Ricouart.

Sur ces sept possesseurs, j’ai eu accès à trois inventaires4. La mise à disposition des ressources est la première étape de ma recherche. J’ai ajouté quelques éléments sur la nature de ces inventaires, afin de compléter les renseignements donnés par Alexander H. Schutz5

Inventaires consultés

2. Étude XIX, Liasse 265 — Albiac, Charles d’, conseiller du roi en sa chambre de comptes au pays de Languedoc. 1534, 28 janvier.

Inventaire après décès de Charles d’Albiac, conseiller du roi et président en la chambre des Comptes au pays de Languedoc, demeurant en Languedoc, dressé à la requête de Marie Poulain, sa veuve, demeurant rue Saint-Martin, tutrice d’Accasse, Charles, Jean, Pierre, Louis et Catherine d’Albiac, enfants du défunt.

109. Étude III, Liasse 300 — Hodic, Gilbert de, notaire au Chatelet. 1549, 21 août.

Inventaire après décès de Gilbert de Hodic, notaire au Châtelet, demeurant rue du Mouton, près de la place de Grève, dressé à la requête de noble Geneviève Bureau, sa veuve, exécutrice testamentaire, tutrice de leurs enfants mineurs, de Jean de Hodic, avocat au Châtelet, subrogé tuteur, de Gilles de Hodic, procureur en la Chambre des comptes, et de Pierre de Hodic, prêtre, curé de Thionville, enfants du défunt.

La date du 21 août 1549 est celle indiquée par Schultz, mais il s’agit en réalité du 21 octobre 1549. Elle est donnée sous la forme « 21 8bre 1549 ». Le calendrier julien, en usage jusqu’à la réforme grégorienne de 1582, faisait commencer l’année en mars. Les mois de septembre à décembre sont donc en général abrégés de la façon suivante durant l’Ancien Régime. 7bre = SEPTembre ; 8bre = OCTobre ; 9bre = NOVembre ; Xbre = DECembre.

Gilbert de Hodic, notaire au Châtelet, possédait comme on peut le voir une bibliothèque conséquente.

175. Étude XXXIII, Liasse 3 — Ricouart, Pierre, libraire. 1519, 15 février.

Inventaire après décès de Marie de Neufve, femme de Pierre Ricouart, marchand libraire, demeurant sur le pont Notre-Dame, dressé à la requête de celui-ci et de Pierre de Neufve, docteur en théologie, principal du collège de Dainville, frère de la défunte.

Éléments complémentaires sur les inventaires interdits à la consultation

15. Étude CXXII, Liasse 1287 — Baudry, Andre, president des enquetes, conseiller du roi. 1550, 14 octobre.

Inventaire après décès d’André Baudry, seigneur de Périgny, président en la chambre des enquêtes du parlement, demeurant rue de Béthisy, dressé à la requête de Madeleine Boylevé, sa veuve, de Jacques Picart, avocat au parlement, tuteur des enfants qu’il a eus de Jeanne Baudry, et de Louis Ave, seigneur de Paray, tuteur des enfants qu’il a eus de Marie Baudry.

103. Étude LIX, Liasse 117 — Guedon, Nicole, seigneur de Presles, avocat en Parlement. 1569, 2 août.

1561, 27 février : inventaire après décès de Nicolas Guedon, seigneur de Presles, avocat en Parlement (fragments, cahier).

Malgré une consultation attentive de la liasse 117 de l’étude LIX, je ne suis pas parvenue à trouver d’acte notarié dressé au nom de Guedon de Presles. Alexander H. Schutz a manifestement omis un X au moment de transcrire la cote du document. Or, s’il existe bien un acte au nom de Guedon de Presles dans la liasse 117 de l’étude XLIX, la date donnée par le médiéviste est toutefois différente de celle de l’acte que j’ai pu consulter.

159. Étude LXXXVI, Liasse 92 — Passavant, Etienne de, maitre tapissier, rue des Lombards. 1549, 7 janvier.

Inventaire après décès d’Étienne de Passavant, marchand tapissier, bourgeois de Paris, demeurant rue des Lombards, à l’enseigne de la Clef, dressé à la requête de Jacqueline de Fresnes, sa veuve, tutrice de leurs enfants mineurs, en la présence de Raollequin de Noyon, marchand-et-bourgeois-de-Paris, subrogé tuteur.

Éléments complémentaires sur un inventaire non identifié

164. Journal spécial des Lettres, I (1834), 135 — Philibert de Luxembourg, Chalons-Orange. 1553.

En 1834, une brève analyse de l’inventaire de la bibliothèque de Philibert de Luxembourg paraît dans le Journal spécial des lettres, des beaux-arts, des sociétés littéraires et artistiques. Je ne suis pas parvenu à en découvrir ni l’auteur ni la source.

Conclusion

Un travail important reste à mener afin de déterminer quelle place l’anthologie a occupée dans ces bibliothèques. Ces recherches sont d’autant plus intéressantes que ces possesseurs sont des contemporains du Jardin de plaisance. Il y a là matière à entraînement pour perfectionner ma paléographie ! 

Pour citer ce texte : Marine Parra, “[Ressources] Des minutes historiques : une histoire des “Jardins de poésie” par l’archive”, dans "Jardin" de poésie, 09/09/2021 | https://versunjardin.hypotheses.org/1035, Consulté le 06/12/2021.

  1. Henri-Jean Martin, Livre, pouvoirs et société à Paris au XVIIe siècle (1598-1701), Genève, Droz, 1999 [1969] tome 1, p. 1. Voir également la fiche de recherche Histoire du livre rédigée par les Archives nationales, https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/cms/content/helpGuide.action?template=&preview=false&uuid=6954b249-02bd-4d91-a771-cb964137d794. Consulté le 10 septembre 2021. []
  2. Voir https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/cms/content/fonds.action?uuid=12b&template=pog/pogLevel2&preview=false. Consulté le 10 septembre 2021. []
  3. Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1955, [en ligne : https://archive.org/details/vernacularbooksi00schu/page/n3/] []
  4. Les quatre autres (Archives nationales, Minutier central, XLIX, 117, LXXIII, 43, LXXXVI, 92 et CXXII, 1287) sont interdits à la consultation en raison de leur état de conservation. []
  5. J’ai corrigé quelques rares erreurs de datation et de références des études notariales reportées par A. H. Schutz. []

Le jardin en son domaine. Consulter, décrire, interroger

La base de données « Compilations littéraires à intitulé métaphorique », vise à recenser, décrire et analyser un corpus d’œuvres des XVIe et XVIIe siècles, qui se caractérisent par la présence de la métaphore (du trésor, du jardin, du bouquet, du miroir, du Parnasse) dans leur titre. Ces pratiques titulaires en série concernent un nombre important d’ouvrages qui revêtent des formes différentes (florilège, anthologie, recueil, traités, etc.).

Pour étudier ce phénomène et ce type particulier d’objet, il est nécessaire de mener une enquête à la fois quantitative – identifier un vaste corpus de manière systématique – et qualitative – analyser la portée du titre métaphorique. L’intitulé désigne aussi bien une pratique intellectuelle (rassembler des écrits) qu’éditoriale (les publier pour en assurer la promotion et la conservation). En parallèle de la promotion publicitaire des compilations par l’imaginaire des titres, les métaphores filées dans les péritextes constituent un autre terrain d’investigation majeur.

C’est dans ce cadre que nous avons élaboré, avec Anne Réach-Ngô, la base de données CoMet depuis 2018. J’ai travaillé sur le corpus des Jardins poétiques et Anne Réach-Ngô sur les Thresors. Nous avions besoin d’un outil capable de recenser des références, mais aussi des textes, un espace où enregistrer les relevés et descriptions matérielles des exemplaires consultés en bibliothèques ainsi qu’une grille d’analyse littéraire des métaphores.

Notre projet a fonctionné en deux temps. Pendant deux ans, nous avons travaillé à partir d’une base de données artisanale avec l’aide d’un informaticien, Michel Revesche.
Au cours de cette étape, nous avons pu bénéficier de l’aide de collègues spécialistes de l’archivistique et de la bibliothéconomie, notamment pour l’usage des référentiels et méthodologies déjà existants. Notre base de données, d’abord pensée pour les besoins de projets singuliers, a évolué vers un modèle fonctionnel compatible avec des standards qui permettent l’interopérabilité des données. Aujourd’hui, la base de données CoMet est hébergé sur le logiciel open source Heurist développé par Ian Johnson1.

2018-2020 : Base de données artisanale

Domaine fonctionnel de CoMet (première version)

La première phase d’investigation consistant à élaborer les données lors de la consultation des exemplaires, nous avons en priorité souhaité construire un outil adapté aux particularités de nos corpus et capable d’accompagner notre travail en bibliothèque. Les premiers tableaux, réalisés sur Excel, ont montré des défauts ergonomiques importants. La moindre erreur de saisie d’une ligne à l’autre mettait en péril la fiabilité des données. Il m’est arrivé à plusieurs occasions de corrompre mon travail en raison d’un copier-coller malheureux ou d’une confusion entre deux lignes aux contenus similaire.

Étape préparatoire : travail sur tableur

La mise en place d’une interface de saisie a permis d’automatiser les liens, d’empêcher les erreurs de champs de saisie et de constituer un protocole de consultation rigoureux.

Du modèle fonctionnel de la base de donnée à l’interface de saisie
Création des tables
Interface : vue sur la fenêtre de navigation entre les notices de la table édition
Interface : vue sur la fenêtre où saisir les données (ici d’une table édition)

2020-2021 : Révision du schéma de données et import sur Heurist

Une deuxième phase du projet a commencé en 2020, après la première étape de constitution du corpus. La prise en compte de la totalité des données a fait apparaître certaines lacunes et/ou incohérences dans la première version de la base de données. En parallèle, l’avancée de nos recherches a fait émerger de nouveaux champs d’analyse. Nous avons donc revu le domaine fonctionnel de la base de données.

À l’occasion de cette refonte de la base, nous avons travaillé à un import des données vers le logiciel Heurist. Régis Witz, ingénieur d’étude de l’université de Strasbourg nous a apporté un soutien technique précieux dans cette étape qui a nécessité une curation complète des données.

Page d’accueil de l’espace utilisateur de la base de données CoMet sous Heurist
Formulaire de la table édition

Nous n’avons pas terminé l’import des données sur Heurist à ce jour, et il reste encore un travail conséquent avant de pouvoir ouvrir sa consultation au public. En revanche, une première exploitation des données a été menée à bien dans le cadre du Catalogue illustré et commenté des Jardins de poésie dans le volume II.

Exploitation des données constituées dans CoMet

À partir des données et descriptions des œuvres du corpus des Jardins de poésie conservées dans CoMet, je constitue progressivement des portraits des éditions dans des billets disponibles sur mon carnet de thèse. Chaque billet s’ouvre sur une vidéo qui permet de feuilleter un exemplaire. J’étudie ensuite quatre lieux, qui sont quatre étapes de la vie du livre : l’enseigne, l’atelier, l’échoppe et le lutrin. De la conception à la fabrication, de la boutique à l’étagère, ces quatre temps du livre sont l’occasion de décrire chaque édition le plus précisément possible. Les données de la base sont dans ce contexte utilisées et présentées sous une forme plus rédigée que celle des tableurs constitués lors de la description des exemplaires en bibliothèque.

Billet sur le Jardin des muses ⧱

J’utilise également la base de données afin de réaliser des cartographies qui retracent le parcours des exemplaires selon les possesseurs, marques et informations trouvées dans des bibliographies et catalogues.

Cartographie des exemplaires conservés au château de Chantilly

Pour citer ce texte : Marine Parra, “Le jardin en son domaine. Consulter, décrire, interroger”, dans "Jardin" de poésie, 09/09/2021 | https://versunjardin.hypotheses.org/1030, Consulté le 06/12/2021.

  1. Ce logiciel, hébergé en France sur les serveurs d’Huma-Num, permet l’élaboration de bases de données relationnelles (MySQL) sans installation ni programmation. L’utilisateur dispose de fonctions avancées (recherches facettées, création d’un site web, etc.). Les bases ainsi développées génèrent un format auto-documenté qui permet l’archivage ou le transfert vers d’autres systèmes, voir https://heuristnetwork.org. []