Hortographie

Cette hortographie, selon la belle formule de Michael Jacob en introduction au catalogue d’exposition Des Jardins & des livres, présente la liste complète du corpus des Jardin poétiques classés par ordre chronologique de publication. Chaque titre est ici reproduit tel qu’il se présente dans la première édition.

  • Le Jardin de plaisance Et fleur de Rethoricque, Paris, Antoine Vérard, 1499-1503c ⨳ – 1504c ⩎ – 1505 ⨀ – 1511-1521c ⫚ – 1511-1521c ⟐ – 1518c ⟗ – 1518c ⨺ – 1520-1530c ⦕ – 1527 ⧖.
  • François Habert, Le iardin de fœlicité Avec La louenge & haulteße du Sexe Feminin en Ryme frãcoyse, divisée par chapitres. Extraicte de Henricus Cornelius Agrippa, par le Bãny de Ließe, Paris, Pierre Vidoue, 1541 ∇ .
  • Le Jardin d’honneur contenant plusieurs Apologies, Proverbes, & ditz moraux, avecq’ les histoires & figures. Aussi y sont ajoustez plusieurs Balades, Rondeaux, Dizains, Huitains, & Trioletz fort joyeux, [Rouen], [Jean Petit]. [ 1545 ⧪] – 1548 ⧎ – 1549 ⧓ – 1550 ⦔ – 1555 ⦽ – 1559 ⧉.
  • Charles Fontaine, Le Jardin d’amour avec la Fontaine d’amour, Contenant Elegies, tant inventées que traduictes, Epistres, Epigrammes, & autres choses fort plaisantes & recreatives, Lyon, Benoît Rigaud, 1572 ⧆ – 1582 ⫷ – 1588 ⟧.
  • Le plaisant jardin des belles chansons, fleuron choisies entre les plus nouvelles qu’on chante à present, non vu par cy-devant, Lyon, Benoît Rigaud, 1580 ⧝.
  • Christophe de Gamon, Le Jardinet de poésie de C. D. G., Lyon, Claude Morillon, 1600 ⨘ .
  • Étienne Bournier, Le Jardin d’Apollon et Clémence. Divisé en deux livres. Par Estienne Bournier, Molinois bourbonnois. Viret aduersantibus Euris, Molins, Pierre Vernoy, 1606 ⟣.
  • [Le Jardin de plaisir avec toutes sortes de fleurs, ou cour des Dames, Poesies, Paris, Jean Promé, 1636 ⨵ ]. Aucun exemplaire n’a été conservé.
  • Le Jardin des muses ou se voyent les Fleurs de plusieurs aggreables poësies, Recueillies de divers Autheurs, tant anciens que modernes, Paris, Antoine de Sommaville. 1642-43 ⧱ – 1648 ℵ.
  • Hortus epitaphiorum selectorum ou iardin d’épitaphes où se voyent les Fleurs de plusieurs Vers Funebres, tant anciens que nouveaux, tirez des plus florissantes villes de l’Europe, Paris, Gaspar Meturas, 1648 ⫝ – 1666 ☩ .
  • Jean Serret, Le petit Parnasse ou jardin des bouts-rimez, par Me Jean Serret, Prieur de Saint Rambert. Avec un recueil de ses plus Nouvelles Pieces, Paris, François Muguet, 1665 ⩩ .

Voici quelques focus proposé sur les éditions ou les poètes de ce corpus :

Il faut bien admettre que les ouvrages dont il sera question ici ne sont pas les plus célèbres de leur temps. Certaines de ces œuvres ont été oubliées pour ainsi dire dès le lendemain de leur publication ; d’autres ont fait l’objet de quelques rééditions à chaud, mais aucune au-delà des XVIe et XVIIe siècles. 

La postérité de ces compilations de « seconde zone », en plus d’être souvent de « seconde main », est pour le moins limitée. Si d’éventuelles redécouvertes ont ponctuellement eu lieu aux XIXe et XXe siècles, on peut dire sans risque que l’histoire littéraire les a largement épargnées, pour ne pas dire ignorées. 

Cela s’explique également par la vaste nébuleuse qui entoure les poètes de ce corpus. Loin des projecteurs, ces auteurs mineurs ont parfois rencontré du succès de leur vivant, mais reste malgré tout ignoré de la critique. D’autres étaient même déjà boudés par leur contemporain !

Mes recherches s’efforcent de les tirer de l’ombre. Voici déjà quelques études qui peut-être pourront éclairer certains de ces textes :



documents