Volume III

Vue des trois volumes de ma thèse

Coulisse d’une collecte horticole 

Dans ce troisième volume de thèse, je souhaite présenter mes méthodes de recherche et mettre à disposition les matériaux, protocoles et données constitués au fil de mon étude des Jardins de poésie. Cette vue sur les coulisses de ma collecte de recueils poétiques intitulés “Jardins” aux XVIe et XVIIe siècles permet de reproduire certains des résultats présentés dans le premier volume et donne accès sous une nouvelle forme aux éléments qui constituent le catalogue commenté et illustré.

Ce carnet de recherche a accompagné ma thèse depuis 20191. Je m’en suis servie comme d’un incubateur d’idées où partager des lectures. Il permet une modalité d’écriture différente de celle attendue dans un écrit universitaire. Dans ce cadre, j’ai pu faire évoluer mes textes, présenter des pistes ou idées en cours de développement et rendre mes ressources accessibles. Cela a été pour moi une expérience très enrichissante qui a eu une influence sur ma conception de la recherche, mes méthodes de travail. C’est selon cette perspective que je souhaite présenter ce troisième volume qui, j’en ai conscience, déroge aux pratiques traditionnelles de l’exercice de la thèse de doctorat.

Trois axes principaux feront l’objet d’un développement. Avant tout, je souhaite présenter les modalités de constitution de mon corpus de thèse. Ensuite, j’évoquerai plus spécifiquement un axe de ma recherche, à savoir l’étude des métaphores horticoles dans les péritextes des Jardins de poésie. Enfin, je partagerai quelques réflexions sur la visibilité des textes et poètes étudiés.

Au fil de la présentation de mes outils de recherche, je partage, à la manière d’un retour d’expérience, quelques réflexions sur le rôle que peuvent avoir les humanités numériques dans le cadre d’une thèse en littérature sur un corpus d’œuvres de la Première Modernité.

Remerciements

L’apprentissage et le maniement des outils, l’élaboration de protocoles et l’alimentation des données m’ont demandé beaucoup de temps et de soin. J’ai la chance d’avoir été accompagnée dans chaque étape aussi bien sur le plan technique que scientifique par ma directrice de thèse Anne Réach-Ngô. Je souhaite la remercier pour son expertise, sa patience et sa bienveillance. Grâce à elle, j’ai pu rencontrer toute une communauté de chercheurs, ingénieurs et techniciens du livre au sens le plus large. L’équipe des Joyeuses Inventions a nourri mes recherches plus que je ne pourrais l’écrire, un vif merci à Miriam Speyer, Côme Saignol, Sylvie Giraud, Magda Campanini, Carole Primot, Céline Bonhert, Anne Boutet, Ellen Delvallée, Nina Mueggler, Antoine Vuilleumier et Antonin Godet. J’ai profité de ces années d’études pour bénéficier de nombreuses formations durant lesquelles une aide précieuse m’a été apportée. Mille mercis à Richard Walter, Thomas Lebarbé, Anne Garcia-Fernandez, Simon Gabay, Giovanni Pietro Vitali, Mickael Sinatra et l’ensemble de l’équipe d’Eman pour son sens sincère du collectif. Il aurait été impossible de mener à bien la base de données sans Michel Reveshe, soutien de la première heure, Ian Johnson et Régis Witz. Parce que les Humanités numériques, ce sont aussi de belles expériences d’enseignement, je remercie les deux masters qui m’ont fait confiance. Geoffrey Williams et l’équipe pédagogique du master “Métiers du livre et de l’édition” à l’université Bretagne Sud ainsi que le master “Humanités Numériques, Éditions Numériques” de l’université de Rouen Normandie, en particulier Mélanie Lucciano et Laurence Macé, mais aussi Benoît Roux avec qui j’ai eu le plaisir de voguer dans des journaux de bord du XVIIIe siècle et qui me sauve quotidiennement des abysses de Zotero, Indesign et quantités d’autres outils dont je ne pourrais plus me passer. Merci à mes étudiants pour leur curiosité et leur bonne humeur.

  1. Avant d’être hébergé sur la plateforme hypothèses.org, ce carnet de thèse a été ouvert sur un wordpress. Il a intégré le catalogues des carnets Hypothèses en 2020. []